Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 751 fois
  • 24 J'aime
  • 4 Commentaires

Une fille pas comme les autres

Chapitre 1

Travesti / Trans

C’est avec soin que je choisis dans mon armoire les dessous que je vais porter pour t’accueillir.


Je craque devant la lingerie des années 50:

Ces gaines rétro, très féminines, fendues à l’entrejambe pour mieux m’offrir à tes désirs.

Ces corsets et bustiers qui m’enserrent la taille en me cambrant les reins.

Ces porte-jarretelles à huit attaches qui ont pour mission de maintenir bien droites les coutures de mes bas.

Ces nuisettes et culottes ouvertes en satin qui déclenchent mon émoi par simples frottements sur mon sexe.

Ces jupons vaporeux en organza qui gonflent mes robes en mettant en valeur mes longues jambes sublimées par mes talons aiguilles.


Je suis une cérébrale qui fait monter sa libido en se transformant en femme phallique.

Grâce à mes années de féminisation, je découvre dans la glace une fille attirante un peu carré d’épaules, mais terriblement sexy dans sa guêpière et qui a entre les cuisses de quoi te satisfaire.


C’est en bourgeoise parée de tous les symboles de la féminité que je t’ouvre la porte.

Une perruque blonde coupée au carré encadre mon visage et un savant maquillage achève ma métamorphose.

Dans l’attente de ta visite, je me suis longuement épilée en traquant les derniers poils sur mon clito et la raie de mes fesses.

Parfumée et la chatte humide de désir, je brûle d’envie d’être prise dans ma lingerie glamour...


Je t’accueille perchée sur mes talons aiguilles en faisant crisser mes bas pour attirer ton regard sur les quatre paires de jarretelles tendues sur mes cuisses fuselées ornées de jarretières.

Je me suis habillée en blanc ce matin en espérant comme une mariée être "en... foncée" ce soir.


Lorsque je m’assois en croisant les jambes, mon déshabillé glisse sur mes épaules et dévoile mon soutien-gorge 105/D gonflé par mes seins en silicone.


Ton regard s’attarde sur ma culotte fendue qui laisse entrevoir mon œillet frémissant de désir et ma queue en érection.


Je m’allonge sur le dos en levant les jambes pour te suggérer de m’enlever mon dernier rempart de chasteté.


Comme beaucoup d’hétéros, tu es fasciné par mon incarnation de femme phallique en découvrant ma queue lovée entre mes cuisses.


Je suis heureuse de voir le désir briller dans tes yeux.


J’ai passé des années devant ma glace à parfaire mon maquillage, mon habillement et ma gestuelle.

Je me suis entraînée à marcher avec des talons aiguilles, à choisir les perruques qui s’harmonisent avec la forme de mon visage pour être enfin satisfaite de ma féminité.


Tu réalises la chance que tu as d’être avec une créature qui partage tes fantasmes.

Aucune autre femme ne connaît aussi bien que moi tes zones érogènes pour te prodiguer ses caresses.


L’excitation te gagne en pensant aux nombreux scenarii que l’on s’apprête à vivre ensemble:


— Je peux être cette dominatrice qui pilonne tes reins ou bien cette fille douce et câline qui s’offre à toi en écartant les cuisses.

— Je suis aussi cette infirmière, secrétaire ou nurse qui pompe ta queue par tous ses orifices en se laissant trousser et violer sans résistance.

— Ou bien encore cette lesbienne dominatrice qui te culbute sur son lit pour une séance de gouinage entre filles.


Contrairement à la plupart de mes sœurs biologiques, j’adore la sodomie, car mon plaisir anal a toujours été plus fort que mon orgasme pénien.

Tu découvriras vite que je suis devenue une véritable experte dans l’utilisation de mes nombreux jouets avec cette pointe de perversité indispensable pour te donner plus de plaisir.


J’utilise souvent une pompe aspirante (vacuum) pour gonfler mon ourlet anal qui s’est formé lors de mes nombreuses années de sodomie.

Pour cela, j’enfonce dans ma rosette la tige en verre se trouvant au centre du cylindre que je presse contre mes fesses.

Il me reste plus qu’à faire le vide d’air à l’aide d’une poire.

Le pourtour de mon anus se met alors à gonfler en faisant apparaître de véritables lèvres anales plus épaisses que celles d’un vagin.


Cela va me permettre d’entourer ta queue dans un doux manchon lorsque tu t’enfonceras dans mes reins.


C’est en fille soumise que je me couche maintenant sur le dos pour que tu me prennes.


En remontant ta main à la lisière de mes bas, tu aperçois ma cage de chasteté qui m’interdit de bander.


Je l’ai mise pour me sentir plus femme et pouvoir mieux me concentrer sur la jouissance anale que tu vas me donner.


Avant d’être prise, je m’assure de la rigidité de ton sexe en te masturbant efficacement.


Pris d’une pulsion soudaine, tu t’allonges entre mes cuisses largement ouvertes.

Ton gland turgescent glisse dans la raie de mes fesses et bute contre mon œillet déjà humide de désir qui ne demande qu’à s’ouvrir.

J’adore cette position du missionnaire, car elle stimule efficacement ma prostate.


Mes yeux rivés dans les tiens, je presse mon bassin contre ton ventre pour mieux m’empaler.


Lors de tes va-et-vient, je contracte mes sphincters afin de serrer ta queue.

En m’entendant gémir, tu t’actives de plus belle dans mes reins.

Lorsque je sens ton sexe se raidir et tressauter en moi, je ne résiste pas à l’envie de t’achever.


J’écarte largement les cuisses afin que tu puisses t’enfoncer au plus profond de mes entrailles.


Dans le même temps, je malaxe doucement tes bourses en sentant tes puissants jets de sève fuser dans mes entrailles.

Nous restons un moment soudés l’une à l’autre jusqu’à ce que ta queue flasque sorte de mes fesses.


Je me retourne sur le ventre pour te montrer ton sperme qui s’échappe de mes fesses.


Lorsque je me lève pour éponger les épaisses coulées de sève qui coule de ma chatte, ma queue jaillit de ma culotte fendue.

Elle se dresse devant tes yeux en battant la mesure comme un métronome.

Profitant de ton instant de faiblesse, je te colle dos au mur en plaquant mes mains sur tes hanches.


Ayant envie de toi, je remonte lentement mon genou gainé de nylon entre tes cuisses pour te forcer à écarter les jambes.

Puis, sans te quitter des yeux, je soulève ta jambe contre ma taille pour t’embrocher jusqu’à la racine de mon sexe.


Perchée sur mes talons aiguilles, je pilonne tes reins sans relâche.

Accompagnant mes coups de boutoir, tu gémis doucement en me pressant les seins.


J’éprouve une forte excitation à te dominer et à te violer sans scrupule.

Très vite, une vague déferlante de plaisir m’emporte en me faisant décharger longuement dans tes reins.


En voyant ta queue à nouveau dressée, je t’entraîne dans mon lit d’un regard prometteur.

Je te couche sur le dos, bien décidée à t’achever.


Tout en te masturbant, je glisse un, deux, puis trois doigts dans ta rosette en refermant mes lèvres gourmandes sur ta colonne de chair.

Je titille ton gland avec ma langue avant d’aspirer tes bourses.

Je poursuis en posant mon vibro sur ton frein tout en massant ta prostate avec la pulpe de mes doigts.


Puis, je caresse ton périnée en pressant tes testicules tout en enfonçant lentement ma main dans tes fesses.


Ayant passé sans difficulté la courbure de ton intestin, j’enfonce mon bras jusqu’au coude en entendant tes gémissements de plaisir.


Tu regardes stupéfait mes doigts soulever de l’intérieur de ton ventre au niveau de ton nombril.


Dans le même temps, je sens ton anus se contracter et le pouls de ton aorte battre contre mon bras pendant que ta sève se met à couler lentement et en continu dans ma bouche.



Un moment plus tard, t’ayant laissé du temps pour récupérer, je fais renaître ton désir.


Je m’allonge alors sur mon lit en écartant les fesses à deux mains:


— Viens, ma salle de jeu est toujours ouverte, je veux que tu me baises.


Excité par mes paroles, tu te glisses entre mes cuisses. En voyant ton sexe dressé, prêt à m’enfiler, ma respiration s’accélère et mes seins volumineux et lourds se soulèvent en cadence.


Je me mets sur le dos en posant mes jambes sur tes épaules.

Lorsque ton gland fait pression sur ma rosette, je contracte mes muscles intimes pour t’obliger à forcer mon passage.


En sentant ta queue bien serrée, tu me pilonnes sans relâche emporté par ton désir.


Lorsque tu es sur le point de craquer, je serre ta taille dans l’étau de mes cuisses pour t’immobiliser.


J’éprouve une forte excitation à terrasser ton sexe par de puissantes bascules d’avant en arrière jusqu’à ce que je te sente ta sève jaillir contre ma paroi anale.


A califourchon sur toi, je continue à pomper tes dernières gouttes de sève.


En souriant, je pointe du doigt ton sperme qui dessine d’étranges arabesques blanchâtres sur mes bas.


Je glisse mon rosebud dans mon œillet pour stopper cette coulée de stupre qui s’accroche telles des guirlandes à mes cuisses gainées de nylon.


Puis, je te fais découvrir les nombreux jouets dont je me sers habituellement: vibro, gode gonflable, rosebud, spéculum, plug anal, vacuum, boules anales.


Pour les amateurs de sensations fortes, j’ai en réserve des godes de 8 à 10 centimètres de diamètres, des plugs anaux et urétraux, des parachutes pour les bourses, des cages de chasteté, des spéculum et un erostek


J’ai acquis un grand savoir-faire dans leurs maniements en devenant une dominatrice expérimentée.

Lors de ta prochaine visite, j’en utiliserai plusieurs en même temps pour stimuler à la fois ton pénis, tes bourses, ton périnée et ton anus.


Je commencerai par te masturber entre mes cuisses.

Assise sur toi, je pilonnerai ta rosette avec mon gode pendant que ma chatte brûlante de désir te pompera la queue.


Je glisserai ensuite ma main entre tes cuisses pour te presser les bourses tout en tournant lentement mes fesses sur ton pivot de chair jusqu’à ce que tu exploses dans mes reins.


La nuit, je garderai ma lingerie afin de raviver tes instincts fétichistes en plaçant ta queue dans la raie de mes fesses pour que tu penses à me violer pendant mon sommeil.

Dites-moi si vous aimeriez vivre ces jeux

Diffuse en direct !
Regarder son live