Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 138 fois
  • 209 J'aime
  • 35 Commentaires

Une journée de travail particulière partie 1

Chapitre 1

Hétéro

Le récit qui suit est semi-fictionnel :


Le cadre de l’histoire se situe dans un hôtel dans lequel j’ai travaillé pendant des grandes vacances, en étant étudiante pour me faire un peu d’argent de poche.


C’était un mois d’été donc, malgré les chaleurs, nous avions l’obligation de porter une tenue de travail fournie par l’hôtel, un ensemble haut et pantalon de service de couleur grise, âgée de 19 ans et du haut de mes 1m70,70 kilos, cheveux mi-longs, brune aux yeux marron, j’étais donc en binôme avec une personne titulaire du poste.


Pour un meilleur rendement, nous travaillons en divisant l’étage en deux, une partie pour elle, l’autre partie pour moi.


Ce jour-là, je m’approche donc de la dernière chambre qui me reste à faire, les autres chambres étant vides ou du moins les personnes non présentes, je n’ai pas pris la peine de regarder la petite pancarte sur la poignée de porte.


J’entre donc dans cette chambre, la porte à droite menant aux toilettes/salle de bain, je remarque un lit défait, par habitude, je me mets donc au travail en allant refaire ce lit proprement, laissant mon chariot à l’extérieur.


Ayant presque fini de refaire le lit, j’entends la porte de la salle de bain s’ouvrir, en me retournant, je remarque une personne plus âgée que moi (je dirais proche de la quarantaine), cheveux brun un peu poivre et sel, des épaules un peu larges, un buste bien dessiné et une ceinture abdominale très peu dessinée, qui sort serviette autour de la taille me demandant :


— Est-ce que je peux vous aider ?


Surprise et un peu embarrassée de ne pas avoir regardé s’il avait été demandé de ne pas être dérangé.


— Oh désolée monsieur, je n’avais pas remarqué que la chambre était encore occupée et que vous ne vouliez pas être dérangé, je vous prie d’accepter mes excuses.


M’apprêtant à quitter la chambre dans l’immédiat pour laisser cette personne tranquille, il me dit :


— Oh non ne soyez pas désolée, j’ai oublié de mettre cette petite pancarte, regardez.


Il me pointe du doigt la poignée de porte intérieure et effectivement, il n’avait pas mis l’avertissement « Ne pas être dérangé » je suis donc rassurée de ne pas avoir fait d’erreur.


— Vous pouvez terminer ce que vous avez à faire ici, le temps que je finisse de me préparer si vous le souhaitez.

— Oui très bien monsieur.


Je sors donc à mon chariot chercher quelques produits pour nettoyer la plus grande partie de la chambre, le temps que monsieur finisse ce qu’il avait à faire dans la salle de bain, le dos tourné, je sentais quand même un regard vers moi.


Me retournant, je remarque qu’il lance quelques regards vers moi, souriant, charmant, toujours la serviette de la taille.


— Vous avez peut-être une question monsieur ?

— Appelez-moi David, voulez-vous ?

— C’est-à-dire que je n’ai pas le droit d’être familière avec les clients, vous comprenez ?

— Je comprends, les règles de l’hôtel, j’imagine, mais vous pouvez, c’est moi qui vous l’autorise.

— Euh, très bien mons... David.


Souriant dans sa direction, sourire qu’il finit par me rendre, je dois avouer que c’est la première fois que je me retrouve face à un client dans cette tenue, un peu mal à l’aise, je ne peux m’empêcher de le regarder et je remarque donc une petite bosse au niveau de sa serviette, je me retourne donc, rouge, honteuse d’avoir remarqué ça.


— Et s’il m’a vue le reluquer ? Qu’est-ce qu’il va dire à mon patron ? * je me dis à cet instant.

— Un problème ?

— Euh non pas du tout, David, je termine juste de nettoyer ici et je repasse plus tard pour la salle de bain.


Je me dirige donc vers la sortie, m’approchant donc du client, il me sourit, je peux clairement voir son regard parcourir mon corps.


— Vous pouvez faire la salle de bain, vous savez ? ça ne me dérange pas.


Ne voulant pas créer le moindre souci avec ce client, je m’exécute donc passant devant lui pour entrer dans la salle de bain, on se croise de façon assez proche, je suis donc dans la salle de bain, je commence à donc débarrasser au niveau de l’évier, rangeant les serviettes.


— Excusez-moi d’être aussi direct, mais je veux vous dire que vous êtes vraiment très charmante.


Un peu surprise de sa spontanéité, je m’arrête un peu brusquement, devenant rouge de honte, ne sachant pas où me mettre :


— Euh merci monsieur, enfin David pardon...

— Ne soyez pas désolée voyons, et encore moins gênée.


Je le sens se rapprocher de moi, je me retourne, pouvant apercevoir que sa bosse au niveau de la serviette était encore plus imposante, j’avais un peu de mal à détourner mon regard de cet endroit, il s’approche de moi, souriant, je me redresse un petit peu, on est désormais très proche.


— Ça vous dérange peut-être qu’un homme de mon âge vous dise ce genre de chose ?

— Euh non enfin, ce n’est pas ça David... je ne trouve pas mes mots à cet instant, il passe sa main au niveau de mon menton pour relever ma tête que nos regards se croisent, à cet instant, je ne vais pas mentir, cet homme mûr à mes yeux est attirant, je sens un sentiment de chaleur m’envahir en plus de la honte.



Il me regarde en ajoutant « ça vous dérange si je vous embrasse ? »


Faisant non de la tête, je vois son visage se rapprocher du mien, fermant les yeux, je sens ses lèvres douces qui viennent rencontrer les miennes, je me laisse aller, sa langue qui tourne avec la mienne avec une certaine synchronisation, je peux sentir ses mains parcourir mon corps, j’en fais de même, caressant son torse ainsi que l’arrière de son dos.


Après quelques secondes de baiser, nos bouches se séparent, il recule de quelques pas avant de faire tomber à ses pieds sa serviette, et je peux donc voir son sexe en érection, un sexe assez long, pas trop épais, non circoncis, fraîchement rasé, je dirais au niveau du peu de poil présent sur son pubis.


— Ça vous dérange peut-être de voir mon sexe ainsi ?


Prenant quelques secondes avant de répondre, je lui fais non de la tête, excitée et un peu honteuse de la situation, il fait un pas vers moi en disant :


— Si vous le voulez, vous pouvez le toucher, il ne mord pas, suivi d’un petit rire pour détendre l’atmosphère.



Rire que je partage donc, à mon grand étonnement, je fais un pas vers lui, tendant mon bras droit vers sa verge en érection, en rapprochant ma main, je peux sentir la chaleur qui en émane, je sens sa verge chaude du bout de mes doigts.


Au moment de prendre sa verge dans ma main droite, je sens un tressaillement de celle-ci suivi d’un léger soupir de plaisir de sa part, elle remplit ma main sans difficulté, je commence à effectuer un mouvement vers l’arrière qui vient décalotter sans difficulté son gland, ce dernier étant déjà bien lubrifié et humide.


Pour une meilleure façon de le masturber, je décide de venir me mettre à genoux, je prends donc une serviette posée sur le lavabo de sa salle de bain, que je dispose à mes genoux avant de venir me mettre dessus, en contrebas, je peux observer sa verge sous un autre angle qui paraît encore plus imposant d’ici.


Je commence à le masturber doucement, sentant son pré-sperme sur ma main, elle glisse toute seule dans ma main, pendant ce temps, je pouvais entendre David gémir, s’accrocher à ce qui se trouvait derrière lui, sa verge était en train de devenir encore plus dure dans ma main, je lève les yeux et je croise son regard, au début timide, je détourne le regard, mais je reviens retrouver le sien, sentant une excitation commune s’installer.


Je viens donc peu de temps après venir déposer ma seconde main sur son sexe pour être sûre d’en prendre soin pleinement, je sens de légers tressaillements dans sa verge, accompagnés par quelques râles de plaisir de la part de David :


— Vous allez réussir à me faire jouir avec seulement vos deux mains.

— Je suis... merci David, un endroit où vous voulez jouir en particulier ?


Il prend une grande respiration et rajoute :


— Sur votre poitrine, ça serait bien si vous me le permettez.

— Oui David bien entendu.


Je lâche son sexe le temps de me relever, retirer mon haut de travail ainsi que mon soutien-gorge, je libère ma poitrine 95E naturelle devant ses yeux, je le vois rougir encore plus de plaisir et je le sens venir toucher ma poitrine douce et la masser un petit peu avant que je retourne me mettre à genoux et reprendre ma masturbation.


— Regardez-moi quand vous le faites s’il vous plaît, ça me plaît encore plus.


Je continue donc ma masturbation de mes mains un peu plus rapidement, sentant de plus en plus son sexe tressaillir avant de l’entendre dire


— Je... argh... Je vais jouir, attention à vous.


Je dirige donc son urètre vers ma poitrine, continue ma masturbation et quelques secondes après, je sens une dernière contraction de verge avant de voir un long jet, puissant de sperme venir s’aplatir sur ma poitrine, 4-5 jets de moins en moins puissants viennent se rajouter sur ma poitrine, je continue à pratiquer le mouvement de ma main jusqu’à ce que plus rien n’en sorte.


— wow... merci c’était si ... bon et intense, vous avez des mains douces et magiques.


Je le regarde depuis le bas, ma poitrine chaude suite à cette importante éjaculation sur celle-ci


— Merci mon... David c’était intense et excitant de votre part.


Son sexe commence à se ramollir, mais pas entièrement, il prend une serviette et vient essuyer le peu qui restait sur son gland et nettoie son sexe, je viens toucher son sperme de ma main et sens son épaisseur, je viens l’étaler sur ma poitrine comme une crème pour la peau sous son regard.


— Si je peux me permettre, c’est excitant de vous voir faire ceci.

— Merci David, continuant à l’étaler jusqu’à ce qu’il n’en reste plus, je remarque que son sexe reste en « demi-molle »

— Voulez-vous prendre une pause, monsieur, pour que l’on continue un peu après ?


Désormais excitée, j’ai bien envie de continuer avec mon client qui est si gentil et attentionné.


— Oui une petite pause ne me ferait pas de mal, je le cache pas.


Fin première partie.

Diffuse en direct !
Regarder son live