Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 431 fois
  • 75 J'aime
  • 2 Commentaires

Une livraison en deux fois

Chapitre 1

Travesti / Trans

Ca y est, j’ai mon premier appartement. Mes amis et ma famille qui m’ont aidé sont tous rentrés chez eux, et je suis enfin seul. Mon premier réflexe a été de me changer. Adieu le tee-shirt noir et le jean bleu, et bonjour la robe à fleurs. Néanmoins, il me reste une chose à faire avant de m’habiller. Un coup de tondeuse et adieu mes poils. Ensuite, j’enfile une culotte rose, une paire de collants et ma robe.


J’ai passé plusieurs heures à ranger mes affaires, à trouver une nouvelle place à mes vêtements. Et, faire tout ça habillé en femme rends le tout encore plus jouissif. Mais la journée est presque finie, et je commence à avoir faim. Et, vu que mes placards et mon frigo sont vides, je n’ai pas d’autre choix que de commander.



Il aura fallu près d’une heure avant qu’une personne vienne sonner à ma porte.


— Bonjour, j’ai la commande pour Monsieur XXX.

— Oui, c’est ma commande.


Alors que je vais pour la prendre, il fait un pas en arrière.


— Désolé, je ne peux pas la donner à quelqu’un d’autre que la personne qui l’a commandé.


C’est bien la première fois que je vois un livreur qui vérifie ça. Je relève le bas de ma robe, rapidement, révélant ma culotte bien remplie.


— Je suis bien ce monsieur, même si mes habits peuvent indiquer le contraire.

— Oh. Pardon, je croyais vraiment que vous étiez une femme.


Il finit par me donner ma commande, et je remarque que son pantalon semble s’être déformé au niveau de son entrejambe, bien qu’il fasse rapidement demi-tour.


— Si vous le souhaitez, je peux vous offrir un pourboire en nature.


En disant ça, je passe ma langue sur mes lèvres, histoire de m’assurer qu’il comprenne bien mon sous-entendu.


— Je n’ai pas beaucoup de temps.


Il entre dans mon appartement tout en baissant sa braguette, révélant une assez grosse bite. Je me mets à genoux devant, et je commence à le prendre en bouche. Je sens ses mains venir derrière ma tête. Sans prévenir, il force sa bite entièrement dans ma bouche, et je peux sentir son gland venir frapper contre le fond de ma gorge. Il continue ses aller-et-venues rapidement, et je sens sa bite gonfler légèrement dans ma bouche. Il a à peine le temps de la retirer, avant de répandre son sperme partout sur mon visage.


— C’était court, mais bon. J’aurais aimé avoir plus de temps.


Une fois de nouveau seul, je me passe un coup d’eau sur le visage avant de manger tranquillement. La journée ayant été éreintante à cause du déménagement, je me dirige vers le lit, encore tout habillé.



Le son d’une personne toquant à ma porte me réveille. Il doit être près d’une heure du matin, et c’est en luttant contre le sommeil que j’arrive à ouvrir.


— Je te réveille ?


Il me faut quelques secondes pour reconnaître le livreur de tout à l’heure.


— Qu’est-ce que tu fais là ?

— Je viens de finir le boulot, et j’ai remarqué que j’avais une capote dans mon portefeuille, qui est bientôt périmée.

— Et tu penses que, en venant comme ça à l’improviste, je vais accepter ?

— Qui ne tente rien n’a rien.


J’ai toutes les raisons du monde de refuser, mais l’image de sa bite me revient en mémoire, et fait réagir la mienne.


— Ca serait dommage de la gâcher.


Je me dirige vers la chambre, lui juste derrière moi, et je m’allonge à moitié sur le lit, laissant mes jambes sur le sol. J’entends le bruit de son pantalon tombant sur le sol, et je sens ses mains relever ma robe.


— Attends, je pense que ta bite est trop grosse, je dois avoir du lubrifiant quelque part.


Alors que je vais pour me relever, il appuie sur mon dos, me maintenant sur le lit.


— Pas besoin, fais-moi confiance.


Il déchire mes collants, et je le sens faire glisser ma culotte sur le côté, tandis qu’un de ses doigts parcourt ma raie. Il est légèrement humide, j’imagine qu’il a dû passer par sa bouche avant, et il l’introduit lentement. Après deux mouvements, je sens un deuxième entrer en moi, puis un troisième.


— C’est la première fois que trois doigts rentrent si facilement.


Il les retire tous, et je commence à prendre de grandes respirations en sachant ce qui arrive. Le bout de sa bite rentre difficilement, et me fait crier. Il arrête de bouger, et attend que je me taise avant de continuer à me pénétrer plus profondément lentement.


— Attends un peu s’il te plaît.

— Ne t’en fais pas, je maîtrise.


Je le sens cracher sur mon trou, et il fait des petits mouvements avec son sexe afin que sa salive pénètre plus profondément en moi. Je reste à prendre de grandes inspirations, et je peux sentir mon trou se desserrer, et la douleur s’évaporer.


— Ca va mieux, merci.


Il se remet à avancer plus profondément en moi.


— Les trois quarts sont en toi, je peux aller plus vite ?

— Attends, tout n’est pas encore rentré ?

— Non, il en reste un peu.

— Vas-y, je te laisse accélérer.


Je sens sa bite sortir petit à petit, jusqu’à ce qu’il ne reste que le bout.


— AAAHHH !!


D’un coup, il entre son pénis entièrement en moi, et je peux sentir mon sperme souiller ma culotte. Il continue ses mouvements, rapides et violents, et mes propres gémissements m’empêchent de lui dire de ralentir.


— C’est... hmm...


Je peux sentir sa bite gonfler petit à petit en moi et, après un ultime mouvement, je sens un liquide chaud gonfler le bout de sa capote. N’ayant plus de force en moi, je m’effondre sur le lit, haletant.


— Je vais te laisser tranquille, et je te laisse mon numéro sur ta table si jamais ça t’intéresse.


Mon dernier souvenir est la sensation de la capote encore chaude être jetée sur moi alors que je m’effondre dans les bras de Morphée.

Diffuse en direct !
Regarder son live