Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 899 fois
  • 78 J'aime
  • 11 Commentaires

Une mère douce et aimante... Dominatrice SM

Chapitre 5

Inceste

— Le dîner est prêt !”


Je descends les escaliers pour trouver ma mère assise dans le canapé. Je regarde autour de moi, mais je ne vois rien à manger. Je croise le regard de ma mère qui m’indique la direction de ses pieds. Il ne m’en faut pas plus pour me mettre à genoux et commencer à la déchausser. Une fois ses bottes enlevées, je mets immédiatement son pied en bouche et commence à lécher, sucer, renifler chaque centimètre de son 38. Ses pieds sont magnifiques, sentent divinement bon, et leur goût suffirait à me rassasier. Ma mère s’enfonce de plus en plus dans le canapé à mesure que sa respiration s’accélère, elle semble apprécier ce que je lui fais. Je retire sa deuxième chaussure, j’ai maintenant ses pieds entre mes mains, ma bouche passant de l’un à l’autre avec dévotion. Après quelques minutes, ma mère passe sa main sous sa culotte et commence à se caresser. Une main sur le clito et une autre sur son sein, des petits gémissements commencent à lui échapper.


Elle m’enlève ses pieds pleins de bave de la bouche avant de me dire


—”Maintenant, passons au plat principal.”



Je m’avance et commence à lui dévorer son vagin. Plus de temps pour la douceur, et elle semble apprécier, je ne tarde pas à la faire jouir.


—”Va sortir le plat du four, un orgasme me donne toujours faim”



Après avoir dîné, je monte dans ma chambre et me couche, achevant ma première journée au service de ma mère.


Pendant les jours qui ont suivi, nous avons rejoué plusieurs les évènements d’aujourd’hui. Du pegging, du foot worship, des cunnis et des coups. J’y vécus un rêve. J’ai l’impression que chaque jour, elle me frappait plus fort, m’enculait plus profond, mais aussi jouissait plus tôt sous mes coups de langue.



***



Je m’appelle Caroline, j’ai 45 et je suis mère de 2 enfants, Théo 18ans et Elena 21ans. Leur père est décédé et ma grande est à l’université, je vis donc seul avec mon fils. J’ai beaucoup d’histoire à vous raconter, mais je vais résumer un peu pour m’attarder sur des évènements plus récents.


J’ai toujours été une femme dominante et c’est ainsi que j’ai commencé à pratiquer la domination avec mon mari. Je prenais plaisir à le frapper, à l’enculer et à me faire lécher les pieds par lui. Après sa mort, cela a laissé un grand vide. Sentimentalement bien sûr, mais aussi sexuel, avoir un homme à mes pieds me manquait. J’ai donc commencé à aller sur des sites de rencontre SM ou dans des clubs libertins afin d’assouvir mes pulsions. Et après quelques années de pratique, j’ai franchi un cap, dont je vous parlerais peut-être un autre jour.


J’ai surpris mon fils plusieurs fois en train de se branler sur mes culottes. Je ne lui ai jamais dit, j’étais flatté qu’un jeune homme comme lui soit excité par une femme comme moi, j’avais plus l’habitude de vieux frustré que leur femme refuse de les enculer. Je ne pensais pas au fait que c’était mon fils, mais je me suis rendu compte il y a quelques jours que c’était peut-être ça qui m’excitait le plus au final.


Je garde mon matos SM dans un sac au fond de mon armoire, et en prenant un de mes sex-toys pour jouer avec, j’ai découvert qu’il était souillé, il sentait la merde. Ça ne pouvait être que mon fils. Après une petite discussion, quelques semaines d’emprunt de mes jouets, et une punition très excitante, mon fils est devenu mon esclave, ma pute. Il remplit ce rôle à merveille, un cul qui semble sans fond et une langue divine, une nouvelle confirmation que c’est de famille.



Aujourd’hui, je rencontre ma première soumise. Elle avait à l’époque 18ans. Je vous épargne les détails de notre rencontre, mais nous avons fini par signer un contrat maîtresse/soumise comme celui que j’ai avec mon fils. Ça a été ma première fois avec une femme, une de mes meilleures expériences en tant que maîtresse. Mais les choses ont commencé à changer petit à petit. Nos rapports devenaient moins unilatéraux. Plus le temps passait et moins j’étais sa maîtresse, nous étions tombées amoureuse et nous faisions désormais l’amour comme un couple classique. Mais être un couple classique était impossible, nous avons donc mis un terme à notre relation. Nous sommes restées très proches, elle devenue une maîtresse elle aussi et nous échangeons souvent sur nos rapports, je ne lui cache aucun détail.


—”Alors Théo est devenu ton soumis... Je n’en reviens pas que tu fasses ça avec ton fils”

—”Je sais que c’est mal, mais...”

—”,Mais je n’y vois aucun problème, en réalité je crois que ça m’excite”

—”T’es sérieuse ?”

—”Toujours, ça me rappelle nos débuts”



En me disant ça, elle se rapproche de moi, je sens sa respiration contre mon visage juste avant que nos lèvres se joignent et commencent un long baiser langoureux. Je ressens à nouveau la passion d’autrefois. On perd vite notre haut, elle commence à sucer mes seins. Chacun de ses baisers envoie des décharges électriques dans tout mon corps. Je glisse délicatement ma main dans son string (elle en portait déjà tout le temps avant) et commence à caresser son clitoris. J’enlève ensuite son pantalon, puis enfonce un doigt dans sa chatte bien humide tout en plongeant mon regard dans le sien. Son souffle s’accélère au rythme de mes va-et-vient et ses yeux s’envolent lorsqu’un deuxième doigt rejoint son corps. J’ai bientôt trois doigts en elle, sa chatte dégoulinante de plaisir, je m’avance et commence à goûter son jus. Le nez dans sa touffe de poils, mes coups de langue complètent le travail de mes doigts, ce qui l’amène vite à un orgasme renversant.


Je me redresse et commence à l’embrasser pendant qu’elle enlève mon pantalon. Je frotte mon vagin contre le sien pendant qu’elle prend l’un de mes pieds en bouche, toute cette excitation ne tarde pas à me faire jouir et nous retrouvons, lèvres jointes, transpirant notre plaisir dans la bouche de l’autre.



Après avoir retrouvé mes esprits, une idée me vient en tête


—”Ça te dirait de faire une séance commune ?”



***


Je me retrouve les yeux bandés sur le lit de mère.


— Ce soir, j’ai un invité spécial pour toi” me susurre-t-elle à l’oreille.


J’entends des talons se rapprocher de moi, et sans un avertissement, un énorme dildo s’enfonce au plus profond de mes entrailles. J’ai eu les mains de ma mère posées sur mon cul très souvent ces derniers temps, ainsi je sais que ce n’est pas elle qui est derrière moi actuellement. J’en ai la confirmation quand elle rapproche mon visage avec sa main et que je goûte à sa mouille, pas de doute, ma mère est devant moi. Mais qui peut bien être derrière ? Peut-être l’esthéticienne


—”Ne cherche pas à savoir qui est derrière toi, profite simplement de sa présence.”


Après plusieurs minutes, je n’arrive plus à contenir mes gémissements, indiquant ma jouissance à tout le monde. La femme dans mon cul se retire, avant de dire

:

—”Tu avais raison, il adore ça, n’est-ce pas frérot ?”

Diffuse en direct !
Regarder son live