Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 051 fois
  • 167 J'aime
  • 9 Commentaires

Une petite voisine très surprenante ...

Chapitre 14

Voyeur / Exhibition

Une petite voisine très surprenante ... 14



[SMS,Sarah,Moi]

> Hey ma belle ! t’es libre ?

< Dans trois minutes pour t’appeler, Emma va aller faire un tour. 

< En attendant on peux chatter ;-)

> Cool. Alors, raconte un peu.

< Hi hi ... t’es curieux hein ?

> Evidemment, t’as pas arrêté de faire des allusions.

< J’adore t’allumer, j’y peux rien ;-) mais t’adores ça de toute façon MDR

< Tu veux que je te raconte tout depuis le début ?

> Ouaip.

< Ok. Attends, Emma s’en va.


Le téléphone sonne 30 secondes plus tard.


— Hello beauté.

— Coucou, beau gosse. Ça y est elle est partie. Ça va toi ?

— On ne peux mieux. J’ai un rencard avec ta fille dans une petite heure.

— Han haaaan ?

— Je ne peux rien te dire. Elle m’a fait promettre.

— Ouuuuhhh des cachotteries ? Je le saurai tôt ou tard ?

— Oui, mais pas tout de suite. Là c’est à toi de me raconter, Ha ha !

— Hi hi, OK d’ac. Alors figure-toi que la discussion a démarré dès qu’on est arrivées sur l’autoroute. Je voulais vraiment savoir ... Hmm, comment dire, si Emma était pleinement consciente de ... ce qu’elle fait avec son père.

— Hmm Hmm ...

— Donc j’y suis allé un peu cavalièrement, et je lui ai demandé si le fait d’être filmée l’avais ... émoustillée. Elle m’a dit que oui, carrément, et qu’elle avait adoré savoir qu’on la ... mattait. Elle m’a demandé si ça nous avait excités, je lui ai dit que oui, bien sûr, mais qu’on avait trouvé ça ... très hard.

— Quelle tête elle a fait à ce moment là ?

— Elle souriait cette petite salope ! me répond Sarah en riant.


Je rit aussi.


— Du coup je lui ai demandé si elle ... ne se forcait pas, pour son père, ou du moins parce que c’est son père. Elle m’a dit que pas du tout, qu’elle ... qu’elle avait deux ou trois sexfriends, comme toi, mais qu’avec Greg c’était ... plus pervers, et plus bestial aussi. Et qu’elle jouissait surtout de cette perversion et de la perversité associée... Qu’elles soit sexuelles et morales, les deux la font jouir, l’inceste pur la fait jouir.

— Ok, donc ta petite sait ce qu’elle fait.

— Absolument. Et du coups on a ... parlé un peu de toi ensuite.

— Ah oui ?

— Eh, calme-toi le sex-symbol !

— Ha ha, laisse-moi savourer ce que Léa appelle mon cheptel de salopes.

— Oh la petite pute !


On éclate de rire tous les deux. Je reprends la conversation :


— Donc vous parliez ... de moi.

— Ouiiiii ... je voulais aussi ... être sûr qu’Emma comprenait la situation, que tu es mon mec et que ... bref t’as pigé quoi.

— Non non, continue.

— C’est ... embarrassant, pour moi.

— Pourquoi ? parce qu’on parle de sentiments et de baise aussi ?

— Hi hi ... oui. Voilà je ... voulais juste qu’elle sache qu’on était ensemble et que vous pouviez ... vous amuser mais que la base, c’est nous deux, quoi !

— Et ?

— Et elle sait. Elle est heureuse, pour nous, pour moi, bref... t’as pigé, encore !

— Donc ça ne te gène toujours pas que ... je baise ta fille parfois ?

— Non, si je peux la baiser aussi ...

— Bah j’ai comme l’impression que votre soirée à été des plus animées, je me trompe ?

— T’as pas idée ! A ce propos, la tienne aussi a été ... bien chaude, non ?

— Oui en effet, comme tu m’as dit de profiter. Disons que cette petite Margaux est très ... souple, dirais-je !!

— Je ... je le sais, me répond Sarah dans une hésitation.

— Tiens donc ?

— Oui ... Hi hi ! Un peu avant qu’on ... se mette à fricoter ensemble je l’ai ramenée un soir et ... on a baisé toute la nuit ! Quelle langue elle a cette gamine !

— Et donc quand tu m’as autorisé à ... fricoter à mon tour avec elle, c’était pour me faire plaisir ou bien ... parce que tu comptais en faire autant ?

— Les ... les deux ? Hi hi !

— Ha ha !! Mais revenons à Emma, vous êtes sorties alors ?

— Oui, on est allé boire un verre, puis deux.

— Et j’imagine que de fil en aiguille elle a fini par te bouffer la chatte !

— Oui mais ... hmm on ... n’était pas toutes seules ...

— Ahhh !! voilàààà le fin mot de l’histoire ! Ha ha !!

— Tu en m’en veux pas ?

— Bien-sûr que non ! Tu veux me raconter ?

— Mmmh je pensais ... te montrer, à mon retour ...

— Encore mieux !! Mmmh j’adore l’idée ... tu ... m’en donnes un avant-goût, là maintenant ?

— Et bien ... On s’est fait un resto tranquille d’abord, après s’être préparées ensemble. On arrêtait pas de se matter et de de lancer des piques de-ci-de-là, de se complimenter, bref elle me chauffait bien la petite garce ! Alors quand on s’est installées à la terrasse du resto, les serveurs n’ont pas tarder à commencer à butiner autour de nous. Et un compliment par ci, et un autre par là. Bref, à la fin du repas ils nous ont invitées à sortir dans un club pas loin. On a bu quelques verres, dansé ... c’était déjà assez chaud en fait... Et ... la suite tu l’auras un peu plus tard, je pense !

— Argh ... duuuur !


Elle éclate de rire, et moi avec.


— Tu ne m’as pas dit que t’as rendez-vous avec Léa ?

— Si, dans 20 minutes.

— Tu ne veux rien me dire ... Hi hi, je suis curieuse. Ce n’est ... pas habituel avec Léa, enfin, moins qu’avec Emma !

— Je ne peux rien te dire. Elle m’a fait promettre. Mais on sort, et je suis en quelque sorte son garde du corps.

— Bon, et bien profites-en bien alors.

— Je n’y manquerai pas. Toi aussi j’imagine que tu vas aussi en profiter ce soir ?

— Qui te dit que ça n’est pas déjà le cas ?

— Tu ... n’est pas seule, là ? Je croyais qu’Emma était sortie ?

— Mmmh ... Emma est sortie, en effet mais ... non je ne suis pas seule, Hi hi !

— Hah hannn ... et je peux savoir ce qui ... se passe ?

— Et bien figure toi qu’un charmant très jeune homme est en train de me lécher la chatte au moment ou je te parle ! Et il fait ça ... Mmmmhh, très bien ...

— Et bien profite bien alors ... J’ai hâte de connaitre tous les détails !

— Nhhh ... tu ... Ahnnnn ... tu les auras , bisous mon beau !

— Bisous beauté !


Et elle raccroche, me laissant bien émoustillé et suspendu à son dernier gémissement.


******

 

— Tu m’emmène où alors ? me demande Léa dans la voiture.


L’avantage d’avoir 30 ans de plus que sa passagère est d’avoir bourlingué un peu au point de connaître un ou deux endroits de plus qu’elle.


Un, surtout.


Après une demi-heure de trajet, je gare la voiture dans une rue de la grande ville d’à côté. Rien ne laisserait deviner dans ce quartier des plus banals que derrière un de ces murs ce cache un des plus anciens clubs libertins de France.


— Par ici, Mademoiselle, dis-je en imitant l’attitude (regard perçant au loin, main sur l’oreille) du bodygard de seconde zone.


Elle sourit et m’emboîte le pas dans une jolie robe plus chic et plus habillée que celle qu’elle portait pour le déjeuner. On est en fin d’après midi, et je sais qu’à cette heure-ci une certaine clientèle fréquente l’établissement que je connais depuis des années. Je sonne à la porte massive et quelques instants plus tard la porte s’ouvre.


******


— Je ... quitte tout ?

— Oui, absolument, tu t’enroules dans la serviette et c’est tout.


Face à face dans le vestiaire élégant ( rien avoir avec celui d’un stade ou d’une piscine ) Léa et moi nous déshabillons autant du regard que littéralement. 

Je ne vois aucune gène ni pudeur dans ses yeux, ce qui est assez surprenant pour une jeune femme de 19 ans. Elle ne cherche pas à se tourner ou à cacher quoi que ce soit. Au contraire, elle se tient debout, face à moi, son joli corps filiforme se dévoilant entièrement au fur et à mesure qu’elle ôte ses vêtements. 

Je n’ai jamais été aussi près d’elle, nue, et j’en admire chaque parcelle avec un oeil érotiquement curieux. Ses épaules saillantes sous un long cou qui, chez une femme, assoient pour moi la féminité. Son visage mince et très acéré, aux cheveux relevés négligemment mais élégamment.

Desdites épaules partent ses omoplates qui dessinent deux coups de serpes au dessus d’un semblant de poitrine, deux petits renflements surmontés de deux mamelons roses pales. Ses côtes marquées, sa taille étroites et ses hanches anguleuses annonces ses longues cannes maigrichonnes mais fuselées qui, dans l’espace large et rare entre les cuisses, laissent apparaître fièrement une jolie petite chatte toute lisse aux petites lèvres pendantes...


Le mini spectacle s’achève après que nous avons tous les deux enroulés nos serviettes autour de nous, moi à la taille, elle juste au dessus de la poitrine.


— Le show a-t-il été aussi interessant pour moi que pour toi ? me demande-t-elle, allumeuse comme jamais.

— Absolument !

— Les infos que j’ai eues ne mentionnaient pas un bite aussi épaisse ...

— Déçue ?

— Non, pensive, dit-elle en souriant.


Je lui tiens la porte et nous passons dans la salle principale, des canapés dans tous les coins, petits salons et autres alcôves, plus ou moins occupés par une clientèle très disparate mais majoritairement masculine.


— Je te propose une coupe de champagne, et puis nous irons nous détendre au hammam si cela te convient.

— C’est parfait.


On s’installe dans un profond canapé en simili cuir qui donne une pleine vue sur toute la salle.


— D’ici tu vas pouvoir me dire un peu qui ... t’intéresse.

— Je vais faire mon shopping en somme ?

— Tout à fait Mademoiselle, votre beauté vous le permet ! dis-je en souriant.


Elle balaye de son regard la salle pendant un moment, buvant une gorgée de temps à autre.


— Je ... n’ai pas spécialement de préférence en fait, finit-elle par lâcher.

— Dans ce cas on peut aller au hammam une fois nos verres finis ... et on verra bien qui nous y rejoint ...

— C’est parfait, conclut-elle en vidant sa coupe d’un trait. Allons-y !


******


Un énorme PSHHHH de vapeur nous fait sursauter tous les deux.


— Hmmm, c’est aussi surprenant que relaxant ! dit-elle les yeux fermés, sa tête appuyée sur ma cuisse et son corps allongé sur le banc où je suis assis.


L’immense hammam de ce club est réputé justement pour ça, sa taille. Le long des 4 murs, deux étages de bancs, carrelés comme l’ensemble de la pièce d’ailleurs, meuble l’espace. Au centre, un autre banc de la même facture trône massivement. Nous sommes seuls pour le moment, mais je sais que ça ne va pas durer.


— En tout cas ... merci d’avoir accepter de ... me montrer cet ... endroit, me dit Léa sans pour autant ouvrir les yeux.

— Avec plaisir. Sache qu’à aucun moment tu n’es forcée de faire quoi que ce soit. Tu dis et ça s’arrête dans la seconde, ok ?

— Ok. C’est ... agréable de se sentir en sécurité pour ... explorer ... expérimenter, même, continue-t-elle.

— Je crois que tu n’as pas attendu après moi pour ... expérimenter, non ?

— Hi hi ... non en effet. Qu’est-ce qui ... va se passer, ici, ensuite ?

— Et bien ... Tu te doutes que pas mal de mecs t’ont ... repérée quand on a bu le champagne tout à l’heure. Alors, à mon avis dans pas très longtemps on devrait voir la porte s’ouvrir.

— Hmm hmm ... Enfin pour ce qui est de "voir" la porte c’est pas trop ça, vu la vapeur qui cache presque tout.

— Ça ne te plaît pas ?

— Si si , j’aime bien au contraire ... On ne voit pas grand chose à plus d’un mètre ou deux ... C’est ... mystérieux et en même temps ... cocooning, quoi.


J’entr’aperçois alors à travers la moiteur que Léa remonte sa main et la pose sur sa cuisse, le pouce tout près de son intimité.


— Je peux te poser une question, lui demandé-je alors.

— Bien-sûr, j’adore tes questions ... hi hi ! rit-elle cette fois en me regardant à l’envers depuis sa position allongée.

— Qu’est-qui ... te tente, te fait envie, dans ce premier fantasme ? Quel est le ... petit truc précis que tu as envie de ... ressentir ? Je veux dire que par exemple tu connais déjà le plaisir de ... d’être avec deux mecs, alors ...

— Et bien, hum ... oui depuis que je suis avec Alan et Fabrice, enfin depuis qu’on baise ensemble j’ai pris goût à ça , au sexe ... multiple, quoi. Alors évidement j’ai eu envie de savoir ce que ça fait de ... d’en avoir plus....

 — Alors pourquoi ne pas avoir tenté avec eux ?

— Parce que ... je voulais ... 

— Il n’y a pas que les multiples partenaires qui te tentent, je me trompe ?

— Non ... c’est ... un fantasme "deux en un", en fait.

— Ahn-Han ?

— J’ai envie de ... te faire trop envie, de te rendre presque ... jaloux, tu vois ? Avec les garçons il n’y a pas ce niveau de ... cérébralité, si tu me permets le mot.


Si sa tête repose depuis un moment sur ma cuisse, elle n’est qu’à quelques centimètres de l’érection qui se dessine sur mon bas-ventre.


— Et moi je peux te poser une question ? me demande-t-elle

— Evidemment.

— Qu’est ce qui t’excite le plus chez moi ? me demande-t-elle en relevant son bras au dessus de sa tête pour que sa main effleure d’un doigt mon sexe désormais droit et dur. Je veux dire ... Est-ce que c’est ... ce que je te demande, mes fantasmes, ou bien ...


Elle passe alors ses deux mains le long de ses flancs, les fait descendre lascivement dans une double caresse jusqu’à ce qu’elles atteignent son entrejambe et qu’elle écarte d’un coup largement les cuisses. Elle tire sur ses lèvres intimes assez brusquement, puis cesse tout aussi vite et laisse retomber ses bras le long de son corps.


— Est-ce que c’est pas mon corps de gamine qui t’excite en fait, le côté pervers d’une femme-enfant, quoi ?

— Et bien les deux j’imagine. C’est cet antagonisme, ta maturité, tes ... perversions, en opposition à ce petit corps dont tu aimes ... abuser, finis-je dans une pointe souriante.


A ce moment là comme si le timing avait été préparé, la porte en verre s’ouvre et trois hommes rentrent l’un après l’autre, leurs silhouettes, indiscernables à cause la vapeur, allant s’assoir sur les autres bancs de la grande pièce.


Je vois le regard de Léa et son sourire se poser sur moi.

Une minute plus tard c’est encore deux autres hommes qui entrent, suivis je pense par une femme.


Emilie soulève sa tête vers moi, et attire la mienne avec sa main. Elle me chuchote à l’oreille :


— Tu ... veux bien m’offrir à eux s’il te plaît ?


Je l’aide alors doucement à se redresser, puis l’invite à se lever et l’amène près du banc central. Sur celui-ci, un petit matelas de caoutchouc est posé sur toute la surface du plateau et soulevant Léa d’un coup par la taille, je l’y assois. Elle me regarde alors en se mouvant doucement, de manière féline presque, et sans quitter mes yeux elle se met à quatre pattes sur le large plateau tandis que je m’éloigne un peu à reculons , la laissant seule au centre de l’attention ...

Il ne faut pas longtemps pour que le premier, puis un second s’approchent d’elle, leur sexe à la main.

Et sans plus de cérémonie elle se penche et engloutit le premier dans sa bouche, l’autre homme attendant son tour, son sexe tout près de son visage.

Léa continue de me regarder, suçant lentement la verge de belle taille.


Les autres spectateurs se lèvent alors et s’approchant à leur tour ils entourent Léa presque totalement. Elle tend une main, et interrompt un instant sa fellation.


— Hmm ça te plaît mon chéri ? dit-elle à mon attention avec une pointe de jeu dans sa voix. Mon petit cocu de mari est-il satisfait de ce qu’il voit ?


L’attroupement s’écarte un peu de mon côté, et laisse la vue libre au soit disant mari cocu. C’est donc cela qu’elle désire, ce rôle-là qu’elle veut jouer. 

A sa guise, dans ce cas.


Léa prend en bouche l’autre homme devant elle et continue de soutenir mon regard. Les mains des spectateurs deviennent baladeuses sur son corps, et derrière elle je devine qu’un homme vient de fourrer sa tête entre ses fesses et se met à la lécher probablement, ses mains posées sur son sublime fessier. 


— Le spectacle te plaît mon chéri ? me demande Léa sans attendre une réponse pour engloutir un nouveau sexe encore dans sa bouche. Les coups de langues derrière elle deviennent mouvements, et son petit corps se retrouve balloté d’avant en arrière. Elle change encore de sexe, ils sont nombreux ...


— Hmm elles sont si ... bonnes mon chéri ... Tu aimes me voir sucer ces belles bites ?


Les regards des hommes sont difficiles à deviner à cause de la vapeur mais je les sais braqués sur moi, sur le cocu que Léa vient d’inventer.

Ils se relayent devant elle, autour d’elle, dans un lent ballet de sexes et de corps tous plus différents les uns que les autres. Jeunes ou vieux, minces ou gros, Léa n’a cure de qui lui présente sa queue et avale chaque membre qu’on lui offre. Et quand sur le côté je vois un des hommes ouvrir un étui de préservatif, la suite semble se profiler tout aussi logiquement.


— Tu veux qu’ils te baisent ma chérie c’est ça ?

— Mmhhhh oui ... Oui mon chéri tu sais bien que oui, répond-elle en me souriant en même temps que le pompé frotte une belle bite dure sur sa joue.

— Il y en a un qui ... est prêt pour toi.

— Il a une grosse bite mon chéri ? me demande Léa toujours plus provocatrice en léchant un autre sexe qui passe à sa portée.

— Oui ma belle.


L’homme se positionne alors derrière le banc et Léa, et d’un geste lent il s’enfonce lentement dans la frêle jeune femme mise à sa disposition...


— Ooohhh oui mon chéri elle ... Mhhh ouiiii ! Elle est grosse !!!


Il va et vient, lentement d’abord puis se met à aller plus vite, à peine ...


— Ahnnnn !!! Mmmmh c’est ... Aaaahhh !!!


Léa balance lentement d’avant en arrière au gré des hanches de son baiseur, les autres hommes s’agglutinent autour d’elle encore plus près et leurs mains caressent, les hanches, les fesses, sa raie, mais aussi ses petits tétons que des mains anonymes pincent et tirent ...


— Ahnnn chéri il .... Ooooh il ... va loin ....

— Tu aimes ce qu’il te fait ?

— Je ... Aaaahhh oui mais ... plus fort, dis-lui d’y aller ... plus fort.


L’homme entend parfaitement la demande, et les paires de mains qui caressent et envahissent tout le corps de Léa semblent devenir plus ... brutales.


— Aaaahh !!! Ahnnnn oui comme ça ! AH !!


Elle est projetée de plus en plus sèchement, et son regard dans le mien traduit le plaisir que l’inconnu lui inflige.


— Ahh ! AHN !! ... Il .... Oooh il me ... Ahnn !! il me baise ... si bien ... Mmmh !!! Oh ... chéri il ... Aaahhh !!

— Tu aimes comment il te baise ma chérie ?

— Ahn oui !!!

— Tu veux qu’ils ... qu’ils te baisent tous comme ça ?

— Oui !!! Oui tous !! AAHN !!


L’attention des caresseurs se fait d’un coup beaucoup plus soutenue...


— Tu veux qu’ils se relayent en toi c’est ça ?

— Oui !!! Aaahh !!

— Tu veux qu’ils te baisent tous à la chaîne ?

— OUi !!! AHHH !!! Faites-le !


Son baiseur doit être piqué à l’excitation par les mots de Léa car son rythme s’accentue encore plus , et il la prends désormais assez brusquement, donnant des à-coups secs et puissants dans le ventre de la jeune fille qu’il maintient de ses grosses mains sur ses hanches.


— Tu les veux tous ? Dis-le leurs !

— AAH !! Ahh oui !! Je ... AHN !! Je vous veux tous !


Je m’éloigne un peu plus alors et annonce de manière forte à leur attention :


— Vous l’avez entendue ? Alors allez-y ! Baisez-la tous, à la chaîne, sans retenue ! Elle veut du hard, pas de gentils garçons, alors capote quand vous lui baisez la chatte ou le cul, et sans, quand vous la lui mettrez dans la bouche. Pas de claques ou autres coups, mais pour le reste vous pouvez y aller !


Je lis alors dans le regard de Léa un mélange complexe de désir, de peur un peu mais surtout d’excitation.


— Putain je vais ... 


L’homme derrière elle pousse un grognement et deux coups de hanches plus tard il jouit bruyamment dans sa capote.


— ALLEZ, crié-je à la cantonade, AU SUIVANT, PAS de PAUSE POUR ELLE !! BAISEZ-LA !!


Une gros gars baraqué se présente derrière les petites fesses de Léa.


— Putain j’vais te défoncer toi ! dit-il sa bite à la main.


Et quand il l’enfonce d’un coup, le regard de Léa n’exprime plus qu’un plaisir démentiel.


— AAHHH PUTAIN OUI VAS-Y !!!!! Défonce-moi la chatte !!!


******


Mes yeux ont fini par s’habituer au flou que l’atmosphère vaporeuse impose, à cet anonymat qu’une pénombre ne saurait aussi bien créer. 

Assis sur un des banc latéraux, je me masturbe doucement depuis plus d’une heure que Léa se fait prendre à la chaîne sur le banc matelassé du hammam.

Me refusant de jouir, ma queue gonflée de désir me procure par l’attente une frustration absolument délicieuse et un plaisir dément, décuplé par les râles de plaisir et de jouissances que la jeune femme pousse depuis si longtemps.


Son endurance est extraordinaire, je dois dire, et alors qu’un énième amant invisible la retourne une nouvelle fois sur le ventre, pour s’enfoncer à son tour en elle et lui aussi profiter de la chatte ou du cul qu’elle offre à qui le veut, je constate que l’attroupement du début s’est un peu réduit en nombre, seuls quatre hommes restant encore dans la chaleur intense du lieu pour pouvoir profiter eux aussi de Léa et de ses orifices ...


Celle- ci désormais penchées sur le ventre sur le banc se laisse prendre par derrière par un garçon tout maigre pendant qu’un homme assez ventru baise littéralement la bouche de ma jeune belle-fille. Elle s’agrippe aux bords carrelés du plateau, et quand le jeune homme crie sa jouissance elle semble à peine bouger encore...


— Mmmaaaahh ... Chéri je ... J’en ai eu assez... je crois, dit alors Léa en se tournant vers moi.


Je me lève, m’approche d’elle et sans me soucier des autres hommes je soulève et prends Léa dans mes bras, sous son dos et ses jambes.


Sans avoir besoin de dire quoi que ce soit, un des hommes ouvre la porte et j’emporte ainsi la jeune femme éreintée.


(A suivre ... )

Diffuse en direct !
Regarder son live