Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 874 fois
  • 69 J'aime
  • 9 Commentaires

Une prof d'italien sexy

Chapitre 6

Une visite de voisinage

Erotique

Jeudi, réveil difficile. J’ai eu du mal à m’endormir entre Elodie qui va venir et ce qu’il s’est passé la veille. Les cours passent lentement. Je croise Paul qui me demande comment ça s’est passé. J’hésite à lui en parler. J’ai envie d’en garder pour moi. Je lui confie juste qu’elle va venir chez moi vendredi pour me donner un cours particulier. Il me trouve chanceux et il a raison. Dans l’après-midi, je reçois un message de maman me disant que Monsieur André, notre ancien voisin, est de passage et va venir prendre l’apéro ce soir. Monsieur André est un homme dans la cinquantaine et dans la pleine force de l’âge, aux dires de maman. A la suite du départ de sa femme, il a décidé de déménager du côté de sa fille.

J’arrive à la maison et maman et lui sont au salon en train de préparer l’apéro. J’entre et dis bonjour :


Bonjour bonhomme. Comment vas-tu ? J’ai proposé à ta mère un petit apéro, car ça fait longtemps que l’on ne s’est pas vu.

Bonjour Monsieur André. C’est vrai qu’on ne vous a plus vu depuis longtemps. Comment allez-vous ?

Et bien, j’ai pris mes marques chez ma fille, Catherine. La vie dans l’ouest est tellement agréable.

Vous avez eu raison de rejoindre votre fille, dit maman en lui souriant. Cela fait du bien d’être entouré de ses proches et de pouvoir profiter d’eux. Vous prendrez un scotch ?

Avec plaisir ! Et où est ta sur ? Je ne l’ai pas encore vue.

Là, Monsieur André.


Elle vient d’apparaître dans son dos et lui fait la bise. Elle sort de la douche et pour une fois n’a pas séché ses cheveux. Ça lui va terriblement bien et lui donne un côté sexy et sensuel. Je voudrais qu’elle fasse ça plus souvent, mais c’est difficile de la convaincre. Elle a revêtu un haut blanc qui montre son ventre plat et ses abdominaux saillants et une petite jupe droite qui épouse ses cuisses et s’arrête aux genoux. Je vois le regard d’André qui détaille ma sur. Il s’arrête sur sa poitrine généreuse qui, il faut le dire, est bien mise en valeur. On discute alors de choses et d’autres, nos vies, son séjour. La conversation dévie sur ce qu’il se passe en France. Avec ma sur, nous commençons à nous ennuyer alors nous décidons de monter dans sa chambre. Quand ma sur passe de dos devant André, son regard se colle sur ses fesses et un sourire se dessine sur son visage. Il ne la lâche pas jusqu’à ce qu’elle ait disparu dans l’escalier.


Je la rejoins et pendant que je monte les marches, je l’entends dire à maman qu’elle a fait de très beaux enfants.


Et qu’il ait la joie de voir que Julie devient une très belle plante qu’il faut continuer à arroser. Cela fait rire maman.

Arrivés dans sa chambre, ma sur me dit :


J’en pouvais plus de rester avec eux et leurs discussions interminables.


Elle se lève du lit, marche un peu et me dit :


Au fait, j’ai envie d’inviter les copines à dormir vendredi soir. Ça ne te gêne pas ?

Bah non ! Il y aura qui ?

Alors normalement Sonia, Jenny, Isa et Pénélope.

Génial ! Cela va en faire du monde, dis-je avec un grand sourire.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Oh toi et ton sourire. Je le connais celui-là. Tu es content que Sonia vienne, n’est-ce pas ?

C’est bon, oui j’avoue.

Et bah et ta Elodie alors ? Déjà plus amoureux ?

Mais sache ma chère sur que rien ne m’empêche d’avoir des vues sur d’autres.

Ah... C’est bon à savoir.


Je la regarde, interloqué par sa dernière phrase. Mais bien vite, mon esprit se trouve emporté par l’image de Sonia. Je suis vraiment gâté. Je vais avoir dans la maison dans la même journée Elodie et Sonia. Après avoir bien discuté, nous décidons de redescendre pour préparer la table.


Une fois en bas, ma sur va dans la cuisine et je vais voir maman pour dire que l’on peut passer à table. Je demande alors à André s’il veut rester dîner avec nous. Il accepte l’invitation et se lève alors pour aller aider ma sur dans la cuisine. Je vois alors le plus naturellement du monde maman défaire deux boutons de son chemisier et je vois la naissance de ses seins apparaître. Elle me regarde en même temps et me dit qu’il fait un peu chaud ici. D’où je suis je ne vois pas encore sa lingerie, mais, la connaissant, ça ne va pas tarder. On va alors dans la cuisine et André est derrière ma sur pour attraper les assiettes. Je trouve qu’il est bien près d’elle, son bassin au niveau du postérieur de la sur, mais elle ne réagit pas. Ça doit être mon imagination. On passe à table.


Le repas va bon train et les conversations aussi. Je remarque que le regard d’André se pose souvent sur les seins de maman. Et elle, comme à son habitude, a ses seins qui reposent sur la table. Arrive le moment du dessert, maman se lève pour aller le chercher et quand elle revient, je vois les yeux d’André s’ouvrir en grand. Maman s’assoit et je remarque que l’on voit maintenant le haut de son soutien-gorge qui est en dentelle rose pâle. Un bouton a dû encore sauter. André propose de faire le service, se lève et fait le tour de table. Il me sert en premier puis sert Julie en prenant son temps et enfin il arrive au niveau de maman. Je vois son regard plonger dans son décolleté. De là où il est, il doit presque voir son ventre tellement le chemisier est ouvert et qu’il est près d’elle pour servir. Je voudrais bien être à sa place pour vérifier ma théorie. Je vois alors un renflement au niveau de sa braguette apparaître. Je ne me trompe pas.


Néanmoins il le cache avec le plat, se rassoit et nous mangeons tranquillement le dessert en nous remettant à discuter.


Après ça, il dit qu’il est temps qu’il rentre. On se lève de table. Il vient me dire au revoir puis se met devant Julie qu’il serre fort dans ses bras en caressant son dos. Je vois sa main descendre vers ses reins puis s’arrête à la limite. Les seins de ma sur sont comprimés par l’étreinte d’André. Il fait la même chose à maman pendant que Julie part débarrasser. Il lui dit merci pour tout dans le creux de l’oreille. Je vois son bassin qui se colle fortement à maman. Il finit par la lâcher et demande s’il peut utiliser nos toilettes. Je crois revoir la même bosse dans son pantalon, encore plus prononcée. Je m’interroge. Et là, maman passe devant moi et je vois que le bas de son soutien-gorge est visible. Je me dis, le pauvre quand même. Je monte alors chercher un truc dans ma chambre.

Passant devant les toilettes, j’entends du bruit. Je me rapproche pour demander si tout va bien lorsque j’entends :


Petites allumeuses ! Qu’est-ce que je vous ferai ? Qu’ils sont beaux ses seins. Et elle, avec son cul... Oh oui ! Je veux les baiser ! Non, non ! Tu ne peux pas, André. Ça serait pas bien envers ta femme. N’empêche qu’elles sont très bonnes ses petites... Il doit pas s’ennuyer le petit. Quelles sont bandantes ! Elles me font penser à Catherine. Oh ouiiii ma fille chérie ! Ce que tu as été bonne avec ton père ! Quel corps tu as ! Quel...


Et là, je l’entends pousser un grognement. Je redescends en oubliant même ce que je suis monté chercher. Je rejoins ma sur qui finit de débarrasser et nous voyons André nous remercier encore et sortir en lançant un dernier regard à maman et ses gros seins. Maman vient vers nous, déboutonne son chemisier et le retire, faisant apparaître son soutien-gorge.


J’ai cru qu’il ne partirait jamais. Bon les enfants, je vais prendre ma douche, j’en peux plus. Vous choisissez un film.


Elle monte les escaliers en ouvrant l’arrière de sa jupe, faisant apparaître son string assorti au reste. Je reste figé un instant devant cet effeuillage naturel si envoûtant. Ma sur m’emmène par le bras vers le canapé. Elle va pour choisir quand elle me dit :


J’avais oublié. Attends je reviens.


Elle monte les escaliers deux à deux et revient quelques minutes après. Elle s’est changée et a mis son minishort blanc et, pour une fois, un soutien-gorge qui est rouge. Il englobe bien ses gros seins et cela donne un côté classe.


J’avais oublié que ce soir, je voulais regarder ce film.


Et elle me montre le DVD cadeau qu’elle a eu. Elle le met dans la platine et je prends la boîte pour lire l’histoire. Malheureusement, ça ne change pas de l’habitude, il semble qu’il n’y en a pas vraiment. Juste des images de filles à moitié nues. Maman descend. Elle a enfilé un string que je ne connais pas.

Elle se met devant nous, tourne sur elle-même en disant :


J’ai fait une petite folie. Je me suis acheté ça. Vous en pensez quoi les enfants ?

Oh il est magnifique maman ! Il te va trop bien ! La prochaine fois, laisse-moi venir, je dois me racheter de la lingerie.

Avec plaisir ma puce. Et toi, tu le trouves comment ?


Mes yeux caressent alors son corps pendant qu’elle se tourne.


Le string épouse bien ton bas-ventre. Vas-y tourne-toi encore. Il cache ce qu’il faut sans être vulgaire. Et puis le noir te va très bien maman.


Elle se penche et me fait un bisou sur le front, ses seins toujours nus à quelques centimètres de moi. Je me rends compte que je commence à bander, étrange.


Merci mon chéri, tu es adorable. Alors on regarde quoi ce soir ? Ah oui, tu m’avais dit vouloir le regarder ma chérie, dit maman en se tournant vers l’écran. Chouette !


On s’installe, ma sur remet en route et alors commence à l’écran une scène de danse lascive. La fille fait un show où elle se dénude pour être prise dans une troupe apparemment. Le producteur a l’air content d’elle et moi aussi. Mon sexe a continué à grossir. Le film avance et la fille se retrouve dans les loges avec deux autres à moitié nues. Une scène lesbienne à trois. Je vois des seins partout, des fesses, des sexes. Elles se lèchent, se doigtent. Ça devient pire pour moi. Je regarde alors les femmes de la maison qui sont absorbées par ce qu’elles voient. Maman a les tétons qui pointent fortement. Quant à ma sur, sa main est sur sa cuisse, toute proche de son short, et exerce des pressions, comme une démangeaison.

Mes yeux se reposent sur la télé et le film m’excite tellement que je ne supporte plus mon pantalon. Il me compresse le sexe. Je commence à le déboutonner pour être plus à l’aise quand ma sur me demande :


Qu’est-ce que tu fais ?

Ce pantalon me serre trop alors je l’ouvre. C’est gênant ?

Tu n’as qu’à le retirer, me dit maman. Tu seras plus à l’aise.


Je tends alors le bassin en avant et commence à le faire glisser. La bosse de mon boxer jaillit devant les filles qui me regardent faire. Je me rassois et, même si je suis un peu gêné, je suis beaucoup mieux ainsi. Le film change de scène et on voit l’héroïne se masturber seule sous la douche, avec le jet sur le sexe. Elle crie son plaisir. Un homme rentre alors dans la salle de bain pour demander si tout va bien. Maman s’exclame :


Oh ! Il est beau gosse celui-là. On va avoir droit à de l’action.

Oui ! En plus, je suis sûre qu’il doit avoir un beau sexe bien dur ! J’espère qu’elle va le faire jouir sur elle, dit ma sur en rapprochant encore plus près sa main de son short.


Et là d’un coup, le film s’arrête. Nous sommes tous déçus et crions au scandale. Ma sur se tourne vers moi et me demande si je n’ai pas autre chose lorsque maman se lève et nous dit qu’elle revient dans 30 secondes. Elle court dans les escaliers, ses seins se balançant au rythme de ses fesses. Elle redescend quasiment aussitôt avec un truc dans les mains. Elle le pose sur la table basse. Je reconnais ma petite caméra. Je me demande pourquoi elle ramène ça et je dis en rigolant :


Bah qu’est-ce que tu envisages de faire avec ça ? Tu veux faire un film ?


Elle s’arrête d’un coup, relève sa tête et me regarde dans les yeux. Puis elle me dit :


Ca serait marrant ! Mais non. Je vous explique. J’avais caché ta caméra dans les toilettes tout à l’heure. Et du coup, je me demande si on va y voir des choses intéressantes.

Oh ça oui ! Dis-je tout fort.

Pourquoi tu dis ça ? Me demande ma sur avec un grand sourire, tu t’es fait du bien dans les toilettes ?

Tu verras bien...

Petit cochon va !


Maman finit de brancher les câbles et vient s’installer à côté de moi. La vidéo se met en route. On peut voir maman installer la caméra puis la lumière s’éteint. Il ne se passe rien, c’est tout noir. On fait avance rapide et elle se rallume. On voir alors Monsieur André rentrer. Maman fait lecture et dit :


Ahhh on va voir...


Je la regarde sans comprendre sa remarque. Sur l’écran, nous le voyons se déboutonner puis sortir son sexe qui est tout dur. Et là, me revient ce que j’ai entendu. Il s’assoit et prend son sexe en main. Il commence à se branler. Mes deux voisines ne quittent plus l’écran des yeux, comme hypnotisée. Je peux voir maman commencer à écarter les cuisses. Ma sur attrape mon bras. Elles sont subjuguées par ce qu’elles voient.


Enfin de l’action, dit maman en écartant encore plus les cuisses.

Je m’en doutais qu’il était parti faire ça. Quand il m’a...

Attends tu raconteras après. Mettez le son, il parle ! Ordonne maman qui est fixée sur l’image.


Nous l’entendons alors parler. Il laisse échapper un filet de bave sur son gland pour que ça glisse mieux et se branle le gland qui ressemble à un petit kiwi, bien plus gros que le reste de son sexe. Ma sur ne manque pas de faire la remarque :


Oh, mais quel gland ! Il est tout rouge et énorme par rapport au reste.


Provenant de la télévision, la vidéo continue et André dit :


Elles n’ont pas arrêté de me faire bander en m’exhiber leurs seins et leur cul. Hum la petite a même collé ses fesses pendant que je prenais les assiettes. Je suis sûr qu’elle veut se faire sodomiser !


Julie commente alors :


Je peux vous dire que je l’ai senti bien dur contre moi !


Je reste bloqué sur ce que j’ai entendu. Ma sur avait donc bien les fesses collées à lui dans la cuisine. Il continue à se branler comme un fou. Et je vois maman qui a saisi un sein et tire sur la pointe. Elle a les jambes complètement écartées et son genou est contre moi. Elle pose son autre main sur son ventre et ses doigts le caressent. Ils commencent à descendre lentement vers son bas-ventre alors qu’il parle toujours à l’écran. Ma sur a remarqué aussi ce que maman fait. Elle s’est rapprochée de moi, à son soutien-gorge qui s’appuie contre moi et je sens sa main passer sur ma cuisse, non loin de mon boxer. Je ne sais pourquoi, mais je bande un peu plus. Est-ce la vidéo ou bien la tension qu’il y a dans la pièce à cause de maman ?


Quelles petites allumeuses...


Je connais alors le reste, que j’ai entendu auparavant. Nous restons focalisés sur maman. Et lorsqu’il prononce le mot baiser, je sens ma sur serrer ma cuisse et je vois les doigts de maman arriver à la lisière de son string.


Je sens qu’il va jouir ce cochon.


Julie tourne alors la tête pour ne rien perdre. Je garde un il sur la télé, mais je fixe la main sur le string. J’entends alors les grognements d’André. Ma mère dit en posant la main sur le string au niveau de son sexe :


Ohhhh il jouit ! ! ! ! Son sperme sort ! Il jouit dans sa main. Regardez comme cela coule, il ne s’arrête pas.


Ma sur attrape au même moment mon sexe à travers mon boxer. Je me fige. Elle ne s’en est pas rendu compte. Maman se caresse alors lentement le sexe en parlant :


Regardez, il s’enduit le sexe de son propre sperme. J’y crois pas, il a joui en parlant de sa fille.


Les doigts de maman décrivent des cercles sur le string. La main de Julie ne lâche toujours pas mon sexe et a fait sans le vouloir sortir mon gland du boxer. Je regarde maman tirer sur ses tétons. Je lui dis :


Faut que tu nous racontes maman ! Laisse-toi aller, on est entre nous.


Elle ferme les yeux, sa tête part en arrière et ses mains s’activent sur ses seins et son string :


André est un homme qui n’est pas insensible à mes charmes, mais il est trop respectueux pour tenter quoi que ce soit. Quand j’ai su qu’il acceptait de venir prendre l’apéro. J’ai pensé que je pourrais lui jouer un petit tour. C’est sûrement dû à l’histoire avec Paul l’autre jour.


Sa main s’accélère sur son string.


J’ai placé la caméra dans les toilettes et toute la soirée, j’ai cherché à lui montrer mes seins. Je voulais qu’il bande pour moi. Oh oui qu’il bande a en avoir mal.


Elle se maltraite de plus en plus les seins.


Et j’ai réussi. Je l’ai vu à table, il bandait ce cochon. Alors j’ai ouvert un peu plus mon chemisier avant qu’il ne parte en pensant que c’était tout ou rien. Il m’a dit au revoir, en me serrant contre lui. Hum son corps se frottait contre moi. J’ai alors senti son bassin se coller à moi et son sexe si dur.


Ma sur est pendue à l’histoire de maman et fait bouger ses doigts comme pour sentir que c’est bien dur. Je sens mon gland, mouillé, se mettre à couler.


J’ai ondulé très discrètement et j’ai appuyé ma poitrine contre lui. J’aurais voulu le faire jouir dans son pantalon sur le moment. Que son excitation soit tel que son sperme se répande dans son sous-vêtement. Que je sente l’odeur se répandre autour de nous. Mais il a réussi à se contrôler et il est monté. J’ai su que j’avais gagné.


Ma mère pousse un gémissement de plaisir.


Il s’est branlé en pensant à nous, Julie. En pensant à nous, tu entends ? Il veut nous baiser.


Maman a glissé sa main dans son string et accélère ses mouvements circulaires. Sa voix devient plus aigüe.


Il veut enfoncer son sexe en nous. Nous prendre l’une après l’autre. L’une devant l’autre. Hum ! Et après nous jouir dessus ! Nous recouvrir de son sperme chaud.


Et là, maman s’envole. Ses mouvements sont encore plus rapides. D’un coup, elle serre ses cuisses avec sa main entre. Elle se tire les cheveux et crie son plaisir. On reste là sans bouger avec Julie. Le temps s’arrête. Sa main est toujours sur mon sexe, mais ne bouge plus. Nous n’osons pas faire un geste pour ne pas rompre ce moment magique.

C’est maman qui émerge doucement en souriant.


Et bien mes enfants. C’était divin. Je ne pensais pas faire ça un jour, mais je suis trempée. Regardez mes doigts.


Ses doigts brillent du plaisir qu’elle a eu. Elle se lève et monte pour aller dans la salle de bain. Ma sur se rend compte où se trouve sa main et la retire d’un coup. Elle me regarde et me dit toute penaude :


Je suis désolée. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. Tu ne m’en veux pas ?

Mais bien sûr que non surette. Tu n’as rien fait. D’accord, tu as eu la main dessus, mais moi ça a dû m’arriver de l’avoir sur un de tes seins ou tes fesses.

Merci, tu es trop cool. Bon, va te laver et moi je vais ranger tout ça.


Je ramasse mon pantalon et commence à partir. Je fais quelques pas et me retourne pour lui dire qu’il faudra faire quelque chose pour le film quand même. Quand je la vois approcher de sa bouche cette main qui était posée sur mon sexe. Elle sort alors une petite langue qui se met à lécher les doigts. Je crois comprendre que mon gland a vraiment dû couler plus que ce que j’avais senti. Elle ferme alors les yeux et lèche consciencieusement chaque doigt où elle sent qu’il y en a. Elle gémit en faisant ça.

Soudain elle s’arrête, ouvre les yeux et, me voyant encore là, elle me dit :


Je suis encore plus désolée, mais c’est trop bon pour le gâcher.


Je lui souris puis je me retourne et je monte les escaliers pour prendre ma douche et aller me coucher.

Diffuse en direct !
Regarder son live