Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 541 fois
  • 22 J'aime
  • 2 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Une punition bien méritée (4)

Chapitre 1

Travesti / Trans

Pierre avait filmé tous les ébats de Sonia. Il s’était arrangé pour arriver chez chaque client avant elle et avait ainsi pu installer une caméra discrète, qui ne pouvait rien manquer de ce qui allait se passer.

Ce que nous ne savions pas c’est qu’il avait également demandé à un ami de filmer, toujours discrètement la punition d’Alex au cinéma.

C’est pourquoi nous fûmes un peu étonnés quand Pierre nous annonça :


— Maintenant que nous sommes réconciliés et que vous êtes pardonnés, il serait amusant de visionner ensemble les films que nous avons tournés de vos punitions.

— Quels films ? s’étonna Sonia.

— He bien, ma chérie, pendant que vous subissiez vos punitions, un ami et moi fixions ces scènes pour l’éternité.


Sonia semblait contrariée.


— Tu exagères, cela n’était pas prévu !

— Crois-tu que tu n’as pas, toi aussi exagéré en prenant du plaisir à ce qui devait être punition ?


Sonia reconnut qu’il avait raison.


— Bien sûr, nous inviterons mon ami Gérard à cette projection puisqu’il a participé à sa réalisation. D’ailleurs, il me proposait de présenter le film à un éditeur de film érotique pour en faire un succès commercial.


Sonia et moi réagîmes , car nous n’étions pas d’accord.


— Cela a été filmé à notre insu et nous avons donc un droit de regard.

— C’est bien ce que je vous propose, dit Pierre en riant.

— Voyons d’abord ce qu’il en est et nous déciderons ensuite !


Sonia acquiesça.

Le soir, Pierre, Sonia, Gérard, et Alex étaient réunis. Pierre avait insisté pour qu’ils soient vêtus exactement comme le jour où avait été tourné le film. Je dois dire que cela l’excita. Cela lui permit de s’habiller une nouvelle fois en femme. Il dut avouer, à sa grande honte, qu’une fois travesti, une certaine excitation le prit. Se retrouver dans ce rôle de femme lui rappela ce qu’il avait vécu dans le cinéma, et il ne put cacher une érection.

Son entrée fut saluée par des quolibets :


— Alex paraît en grande forme, dit Pierre.

— Pour une petite femme, cette grosseur sous sa jupe paraît suspecte, dit Gérard.

— Alex ne se sent plus dès qu’il se retrouve au cinéma ! s’esclaffa Sonia.


Nous nous installâmes sur le canapé, face à la télé. Gérard était à gauche, puis Alex, Sonia, et enfin Pierre.


— Nous allons commencer par la punition d’Alex, dit Pierre en lançant la projection. On voyait très bien Pierre et Alex entrer dans le cinéma porno, comme un couple en recherche de sexe, Pierre s’installer avec Alex à son côté. Puis un homme prenait place à côté d’Alex, lui prenait la main pour la poser sur sa braguette ouverte. L’homme ensuite courbait Alex pour lui coller carrément la bouche sur son dard en érection, et Alex qui docilement prenait ce membre dans sa bouche pour commencer sa fellation.


Pendant ce temps, Gérard avait passé son bras autour du cou d’Alex en le tirant vers lui. Alex se laissa faire et se laissa embrasser. Gérard avait passé son autre main sous la jupe de son compagnon. Il remontait le long de ses bas jusqu’à atteindre la jarretelle. Il joua un instant avec l’élastique, le tendant et le relâchant alternativement. Il s’attaqua ensuite à la petite culotte. Elle était tendue par le sexe en érection d’Alex et sa main ne trouva aucun obstacle quand elle se glissa sous le tissu. Alex comprit aussitôt ce qu’on lui demandait : une bonne pipe. Laissant la main explorer sa culotte, il se pencha vers le sexe de Gérard et l’avala goulûment. Alex avait une drôle d’impression, une main caressait son sexe et lui en suçait un autre. C’était une sensation bizarre de sucer et d’être flatté en même temps. Alex suçait vigoureusement, Gérard se cambrait de plus en plus pour pénétrer le plus profond dans sa gorge.


Durant ce temps, Pierre et Sonia n’étaient plus spectateurs, ils devenaient acteurs. Pierre avait pris Sonia sur ses genoux et lui administrait une magistrale fessée.


— Préfères tu la fessée ou le martinet comme l’autre jour ?

— Quand elle est donnée par toi, la fessée est un régal !

— Tu veux dire que je ne tape pas assez fort ?

— Cela n’a pas d’importance, mon plaisir et d’être en travers de tes genoux, ma culotte baissée, et en train de me faire corriger.

— Tu étais moins fière l’autre jour !

— C’est que j’avais pris une raclée magistrale, mon derrière s’en souvient encore.


Pierre accéléra les coups, Alex accéléra sa pipe. Sonia gémissait de plaisir, Gérard râlait de bonheur. Quand Pierre frappait, Alex aspirait, quand Pierre levait la main, Alex se retirait du gland.

Un moment, Pierre dit à l’oreille de Sonia :


— Maintenant, je vais te baiser par ton petit trou.


Sonia rougit, de honte ou de plaisir.


— Mets-toi à genoux sur le canapé.


Sonia s’exécuta. Gérard me commanda :


— Toi de même, offre-toi !


Et voilà Sonia et Alex, à genoux sur le canapé, la jupe relevée, la culotte baissée aux genoux, attendant le mâle qui voudrait prendre son plaisir avec l’une ou l’autre.

Cette vision des femelles transformées en salope mit l’excitation au plus haut degré.


— Maintenant, on va les baiser toutes les deux, laquelle préfères-tu Gérard ?

— Je crois que je vais commencer par baiser Alex, juste le temps de bien baisser sa culotte !

— OK je prends Sonia pour commencer, on va les baiser en cadence.


Pierre approcha son dard de la rondelle de Sonia et la pénétra d’un coup de reins, sans difficulté.

Sonia gémit sous l’attaque.

Gérard avait plus de difficulté avec le petit trou d’Alex, pas habitué à la sodomie. Il dut aller chercher du lubrifiant. Il put ainsi rentrer un doigt malgré les reculades d’Alex. Puis deux doigts qu’il fit tourner dans l’anus d’Alex pour le détendre et agrandir l’espace qu’il devait percer.

Alex gémissait doucement. Pierre approcha son gland de la rondelle et le fit pénétrer de quelques centimètres.


— Cambre-toi bien, tu auras moins mal, dit Gérard


Alex s’exécuta. Le gland s’introduisit un peu plus loin. Par petits coups, Gérard força la résistance d’Alex et finalement enfonça son épée jusqu’à la garde. Il put commencer ses allers-retours dans cette chaude intimité.

Pierre proposa :


— Allez, maintenant en cadence : un, tu enfonces, deux tu retires, OK !


Il se mit à compter lentement.


—Un, deux, un, deux, un, deux...


Les membres perçaient Sonia et Alex. C’était divin cette harmonie dans le plaisir.

Au bout d’un moment, Pierre proposa de changer de partenaire :


— Et si on échangeait nos salopes ?

— Bonne idée, dit Gérard.


Sitôt dit sitôt fait. Gérard attrapa Sonia par les hanches et la pénétra avec facilité. Merveilleux, se dit-il, on a l’impression de rentrer dans une chambre d’amour tapissée de velours et de soie, si je devais qualifier son cul, je dirais : soyeux.

Il se mit à baiser Sonia avec douceur et sensualité.

Pour Pierre, c’était différent. Il eut du mal à pénétrer Alex, son cul semblait résister.

Pierre dit :


— Voilà un trou qui me résiste et me donne envie de le mater. Ce cul invite à la domination ! Tu vas voir ce qui arrive à ceux qui s’opposent à ma volonté.


Il commença à bourrer Alex sans ménagement. Il se dit : Rien à faire, même bien travesti, un homme reste un homme. Une femme, ça se baise, un travesti, ça se ramone.

Pierre ne s’en priva pas. Il négligea les cris et les supplications d’Alex.


— Arrête mon chéri, tu me fais mal !


Pierre lui répondit :


— Une pute comme toi n’a rien à dire, juste à se soumettre et obéir.


Pierre continua son manège, à chaque coup de boutoir, son ventre s’écrasait sur les fesses d’Alex, et Alex poussait un gémissement. Pourtant ses cris de douleurs devinrent bientôt des cris de jouissance. Pierre était satisfait, sa petite pute en redemandait et il allait lui en donner.

On peut dire que Pierre la défonça.

Pendant ce temps, Gérard et Sonia jouaient de sensualité. Sonia accompagnait tous les mouvements de Gérard pour leur donner plus d’ampleur. Elle aimait s’empaler sur son sexe quand il la pénétrait, et s’en dégager quand il se retirait. Ils jouaient à qui va faire jouir l’autre en premier.

Pendant ce temps, Pierre explosait littéralement le cul d’Alex, sa petite pute, sourd aux supplications, aux demandes de grâce.


Sonia déclencha la jouissance en feulant comme une lionne. Du coup, Gérard se lâcha en elle avec un cri aigu. Pierre ne se fit pas attendre, il gicla dans le cul d’Alex avec un cri de triomphe :


— Je t’ai baisé, sale pute !


N’y tenant plus, Alex termina sa masturbation avec soulagement.



Enfin, Pierre dit :


— Avec tout cela, nous n’avons pas même regardé le film.


Et Gérard de renchérir :


— Il nous faudra une deuxième séance de projection.


Et tout le monde d’approuver, même Alex avec son cul douloureux.

Diffuse en direct !
Regarder son live