Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 31 328 fois
  • 149 J'aime
  • 5 Commentaires

Une relation éphémère

Chapitre unique

Avec plusieurs hommes

Cette histoire s’est passée après nos vacances d’été 2020. Ma femme était tout le temps d’humeur très chaude. Nous faisions l’amour tous les jours, parfois plusieurs fois. Mes envies de la voir avec un autre homme m’ont presque amenées naturellement à lui proposer d’avoir un amant. Quelques jours passées sur un site de rencontre nous ont permis de sélectionner Frédéric, un homme un peu plus vieux que nous, assez grand et entretenu. Nous lui avons donné rendez-vous pas loin de chez nous un midi.

Le jour du rendez-vous, Julie s’était maquillée légèrement. Elle portait des hauts talons et une robe décolletée sous son manteau. L’homme était déjà là quand nous sommes arrivés, il semblait un peu intimidé. Ma chérie m’a beaucoup surpris, puisqu’à peine les présentations faites, elle m’a dit tout bas qu’elle avait très envie de faire l’amour. Sans attendre que je lui réponde, elle a invité Frédéric à monter à l’arrière de notre voiture. Nous étions sur un parking presque désert. Ils se sont assis à l’arrière et moi devant. Je regardais tout autour si quelqu’un arrivait et aussi (et surtout) dans le rétroviseur. Très vite, j’ai vu ma femme se pencher pour sucer son nouvel amant. Celui-ci a mis ses mains sous le manteau, et certainement sous la robe de ma chérie pour lui toucher les seins.


A un moment, un groupe de jeunes est passé pas loin de nous, j’ai donc averti Julie pour qu’elle arrête. Dès qu’ils se sont éloignés, elle a repris de plus belle. L’homme prenait visiblement beaucoup de plaisir. A tel point qu’il a prévenu ma femme qu’il était sur le point de jouir. Elle s’est alors redressée et a branlé énergiquement son amant. Elle a récolté son sperme dans son autre main. Après s’être essuyés, ils se sont embrassés langoureusement et se sont parlés à voix basse. Je n’ai pas compris ce qu’ils se sont dit. Frédéric est ensuite parti après nous avoir salué chaleureusement.



Nous avons invité Frédéric, le nouvel amant de ma femme, à 5 ou 6 reprises pour notre plus grand plaisir à tous les trois. A chaque fois, cela se passait dans la chambre d’ami. J’ai regardé Julie avoir plusieurs orgasmes, ce qui était très excitant pour moi. Fred s’est également révélé être extrêmement doué pour le cunnilingus. Leurs rapports étaient toujours tendres et sensuels. D’ailleurs, ma femme embrassait souvent son amant, ce qui n’était pas dans ses habitudes.

Un samedi du mois de mars, ma chérie a lancé :

  - Tu veux bien que je dise à Fred de venir aujourd’hui ?

  - Oui, si tu veux.

En début d’après-midi, Julie est allée se préparer. Une fois prête, elle est sortie de la chambre pour me demander mon avis, comme à son habitude. Elle portait une combinaison résille ouverte au niveau du sexe, que nous avions commandé sur internet quelques semaines plus tôt mais qu’elle n’avait pas encore mise. Je la trouvais très excitante. Elle m’a demandé :

  - Ça ne fait pas trop... salope ?

  - Ben... C’est ce que tu es, non ?

  - Ah d’accord !

Même si c’était sur le ton de la plaisanterie, son regard est devenu plus malicieux.

Quelques secondes plus tard, Fred sonnait à la porte. Je suis allé l’accueillir. Nous sommes allés dans le salon. Julie nous a rejoint, laissant notre invité bouche bée. Elle s’est collée contre lui et lui a roulé une pelle. Elle s’est décollée de lui et m’a lancé un regard avec une once de défi, l’air de dire "je suis une salope ? Eh bien tu vas voir !".

Alors que j’allais proposer de boire un verre, ma femme a pris son amant par la main et lui a dit "tu viens ?". Je les ai suivis, sauf qu’à ma grande surprise, elle l’a guidé vers notre chambre (alors que nous étions toujours allés dans la chambre d’ami). Fred s’est déshabillé puis ils se sont allongés sur le lit. Moi, je me suis assis sur un petit fauteuil. Julie s’est penchée pour sucer la queue déjà dressée. Alors qu’habituellement ma chérie jette des coups d’œil dans ma direction quand elle est avec un autre homme, là elle m’ignorait totalement. Je me caressais seul dans mon coin.

Elle a sucé cette bite pendant un petit moment, semblant prendre beaucoup de plaisir à le faire. Son partenaire l’a arrêté pour ne pas jouir trop vite. Elle s’est allongée et l’a embrassé. Il est venu se mettre entre les cuisses de ma femme pour lui lécher sa belle chatte épilée. Ma chérie s’est mise à gémir de plus en plus. A un moment, elle a même dit :

  - Hmm, continues, ça fait du bien quand c’est toi qui me lèches.

Elle a joui une première fois sous les coups de langue de son amant. Quand elle a repris ses esprits, elle a pris une capote dans la table de chevet et lui a donné. Une fois le préservatif enfilé, Julie s’est mise sur son partenaire et s’est empalée sur sa queue. Elle gémissait assez fort, elle semblait prendre un plaisir intense. Fred lui titillait le clito en même temps, ce qui a fini par faire jouir ma femme une seconde fois. Après son orgasme, elle a embrassé Fred très langoureusement. Elle semblait presque en transe. Ses mouvements étaient de plus en plus rapides. Elle a dit plusieurs fois des phrases comme "c’est bon putain" ou "au moins toi tu sais t’y prendre". Je savais qu’elle disait ça pour m’humilier, alors qu’elle n’avait toujours pas échangé un regard avec moi depuis que nous étions entrés dans la chambre. J’ai arrêté de me toucher pour ne pas éjaculer tellement j’étais excité par ma femme et son attitude.

A un moment, Fred a dit :

  - Arrête, je crois que...

  - On s’en fout, continue !

Elle était dans un état second. D’ailleurs, elle a eu un nouvel orgasme quelques secondes plus tard. Son amant n’a pas pu résister plus longtemps et a joui en elle.

Quand elle a repris ses esprits, elle s’est rendue compte de ce qu’elle avait fait. Alors qu’elle avait toujours le sexe de son partenaire en elle, ma femme m’a regardé avec un air paniqué. J’ai alors compris que la capote avait craqué. Julie s’est relevée et est partie rapidement dans la salle de bain. Fred m’a dit :

  - Désolé, je ne voulais pas...

  - Ce n’est pas de ta faute. Et puis, tu l’avais prévenu. Ne bouge pas, je reviens.

Je suis allé retrouver ma chérie dans la salle de bain. Elle était devant le miroir, sans bouger. Quand elle m’a vu, les larmes aux yeux, elle m’a dit :

  - Pardon mon cœur.

  - Ne t’inquiète pas, ce n’est rien.

Je l’ai pris dans mes bras et je l’ai embrassé. Quand j’ai senti qu’elle allait mieux, je l’ai laissé se laver et je suis retourné voir Fred. Il était assis sur le lit, en train de se rhabiller. Je l’ai invité à me suivre dans le salon. Je lui ai demandé à quand remontait son dernier test, s’il avait d’autres relations, etc. Il m’a certifié qu’il avait fait un test avant Noël parce qu’il avait eu une relation non protégée avec une de ses collègues et que depuis, il n’avait eu aucun rapport, si ce n’est avec ma femme.

Quand Julie est revenue, j’ai demandé à Fred de lui répéter ce qu’il m’avait dit et je lui ai demandé de faire un test s’il voulait revenir. Il était d’accord et nous a demandé d’en faire de même.

L’ambiance n’étant plus franchement propice à coquiner, notre invité est parti quelques minutes plus tard. J’ai dit à ma femme :

  - Je ne pense pas qu’il mente. Il n’y a sûrement pas de risque.

  - Oui, mais bon... J’ai été conne...

  - Tu étais excitée, c’est normal. Et puis, dis-toi que si tout est OK, vous pourrez recommencer sans crainte !

Elle m’a souri, encore inquiète malgré tout.



Quelques jours plus tard, alors que j’étais au travail, Fred m’a envoyé une photo de son test. Il était en parfaite santé, tout comme nous d’ailleurs. Nous avons échangé un peu par SMS lui et moi. J’ai fini par lui proposer de venir le soir-même aux alentours de 17h30, ce qu’il a accepté. Je lui ai demandé de ne rien dire à Julie, que ce serait une petite surprise. Pendant tout le reste de la journée, je n’ai pensé qu’à ça. J’avais hâte de voir ma femme prendre du plaisir librement avec son amant.

Un peu avant de partir du bureau, j’ai envoyé un message à ma chérie, qui était en télétravail, pour lui dire que j’ai pensé à elle toute la journée et que j’avais très envie d’elle. Elle m’a répondu simplement "je t’attends".

Je suis arrivé à la maison à 17h25. J’ai envoyé un texto à Fred pour lui demander s’il était proche. Il m’a répondu aussitôt qu’il était à moins de 500 mètres de chez nous. J’ai décidé de l’attendre. Il est arrivé au bout de quelques secondes. Nous sommes descendus de voiture en même temps. Je l’ai salué et je lui ai demandé de ne pas faire de bruit en entrant.

J’ai ouvert la porte et nous sommes allés dans le salon. Il n’y avait personne et pas un bruit. J’ai alors lancé à voix haute :

  - Chérie, tu es où ?

  - Je suis là.

La voix venait de la chambre. J’ai ouvert doucement la porte et pour y découvrir ma femme allongée sur le lit, entièrement nue. Fred est entré dans la chambre juste après moi. Quand elle l’a vu, elle ne s’est pas cachée. Elle n’était pas du tout gênée d’être nue. Elle m’a dit :

  - Nan mais... Vous êtes sérieux ?

  - Je voulais te faire une petite surprise. Fred a eu les résultats, tout est bon.

  - Tu aurais pu me prévenir.

  - Moi qui croyais que ça allait te faire plaisir... Bon, Fred, je crois que tu n’as plus qu’à repartir...

Julie s’est levée pour aller contre son amant. Quand elle est passée devant moi, elle m’a jeté un regard coquin. Elle semblait d’humeur joueuse. Elle s’est blottie contre lui, écrasant ses seins contre son torse, et l’a embrassé langoureusement. Les mains du quadragénaire ont parcouru le corps nu de ma femme. Je me suis assis pour les laisser profiter. Frédéric s’est vite retrouvé nu lui aussi. Ils se sont allongés sur le lit et, après avoir échangé quelques caresses et quelques baisers, ils se sont mis en 69, Julie au-dessus.

Elle a pris la queue de son amant dans sa main droite et elle a tourné la tête vers moi. Elle l’a léché tout en me regardant droit dans les yeux et en m’offrant un large sourire. Je bandais en la regardant, je me disais "hmm, quelle petite salope". J’ai sorti mon sexe pour me caresser lentement en la regardant sucer un autre homme. Elle semblait prendre beaucoup de plaisir.

Après quelques minutes, ma chérie s’est redressée et s’est mise face à Fred, à cheval sur lui. Quand elle a ouvert le tiroir de la table de chevet pour prendre un préservatif, je lui ai dit :

  - Qu’est-ce que tu fais ?

  - Ben, je prends une capote.

  - Pourquoi faire ? Vous n’en avez pas besoin, on vient de faire des tests.

  - Tu es sûr ? Ça ne te dérange pas ?

  - Au contraire...

Puis, s’adressant à Fred :

  - Tu veux qu’on le fasse sans ?

  - C’est toi qui vois.

Elle a marqué un temps de réflexion avant de poser la capote sur la table de chevet. Elle m’a regardé et m’a lancé un large sourire, puis elle s’est penchée pour l’embrasser langoureusement. Toujours en embrassant son amant, elle a guidé sa queue à l’entrée de sa petite chatte avec sa main.

Julie s’est redressée et a entamé de lents mouvements. Elle avait l’air d’aimer ça. Fred lui titillait le clito d’une main et lui touchait les seins de l’autre. Petit à petit, ma femme a accéléré le rythme en gémissant de plus en plus fort. Elle se laissait complètement aller.

A un moment, Frédéric a dit :

  - Doucement, doucement...

  - J’y suis presque !

Elle n’a pas ralenti, au contraire. Quelques secondes plus tard, elle a eu un orgasme assez intense. Son amant n’a pas pu résister et a joui dans la petite chatte de ma femme dans un râle de plaisir. J’étais moi-même à deux doigts d’éjaculer en voyant ça. Julie a embrassé l’homme qui était encore en elle, puis elle m’a regardé dans les yeux. Elle semblait comblée.

Alors qu’elle avait toujours la queue de Fred en elle, elle a lancé :

  - Je n’ai plus qu’à aller prendre une douche !

Elle s’est levée et elle est allée dans la salle de bain, me laissant seul avec l’homme qui venait de la baiser. Il semblait un peu mal à l’aise (ce qui peut se comprendre). Je lui ai demandé :

  - Ça t’a plu ?

  - Oui, beaucoup ! Mais ça ne te dérange pas que... Enfin tu vois...

  - Non, j’adore la voir avec un autre homme, ça m’excite !

Nous avons parlé un peu puis il est allé dans la salle de bain. Ma femme en sortait au même moment.

Elle et moi sommes allés dans le salon. Elle était restée en peignoir, sans rien en-dessous. Je suis allé chercher des bières dans le frigo et Fred nous a rejoint, tout habillé. Nous avons discuté un peu, notamment du fait d’avoir des relations sans protection. Il nous a dit qu’il ne verrait personne d’autre sans nous en parler, et que, de toute façon, il prenait tellement de plaisir avec ma femme qu’il n’en voyait pas l’intérêt. Nous avons ensuite parlé de candaulisme. Il nous a demandé si nous faisions ça souvent, ce à quoi nous avons répondu "non, pas vraiment. Ça faisait assez longtemps avant toi". Nous avions décidé de ne pas lui parler de nos précédentes aventures, préférant rester assez vagues à ce sujet. Il était également assez intrigué par le fait que j’aime voir Julie faire l’amour avec un autre homme. Il est finalement parti, couvre-feu oblige.

Après son départ, j’ai embrassé ma chérie et je l’ai caressé un peu partout sous son peignoir. Assez vite, je me suis retrouvé entre ses cuisses à lécher sa petite chatte dans laquelle un autre homme venait d’éjaculer. Cela ne faisait qu’augmenter mon excitation. Nous avons fait l’amour deux fois ce soir-là.

Le fait que ma femme fasse l’amour avec un autre homme rajoutait du piment dans notre couple. Notre vie sexuelle était géniale pour nous deux.



Fred était revenu plusieurs fois chez nous, le plus souvent pendant midi ou bien les samedi ou dimanche après-midi. Un vendredi après-midi, début avril, alors que ma femme et moi étions en télétravail, elle est venue me voir pendant que je bossais et m’a demandé :

  - Ca te dit qu’on invite Fred ce soir ?

  - Tu as pensé au couvre-feu ?

  - Il pourrait rester cette nuit...

  - Tu veux ?

  - Ben... ça nous laisserait plus de temps comme ça, non ?

Après quelques secondes d’hésitation, et voyant bien qu’elle en avait vraiment envie, j’ai accepté. Ma femme a donc envoyé un SMS à son amant pour l’inviter à passer la nuit avec elle. Sans surprise, il a dit oui. Il devait arriver vers 18 heures, le temps de repasser rapidement chez lui en quittant du travail.

J’ai fini de travailler à 17h30. Ma chérie était en train de se faire belle dans la chambre. J’ai décidé de ne pas la déranger et je suis parti prendre une douche. J’étais en train de m’habiller quand Fred a sonné à la porte.

Ma femme est donc allée accueillir seule son amant. Quand je suis arrivé dans le salon, ils étaient assis l’un contre l’autre sur le canapé. J’ai salué Fred et je me suis assis avec eux. Julie portait une robe jaune très décolletée, visiblement sans rien en-dessous, et des talons. Nous avons discuté de tout et de rien en prenant un verre. On aurait dit de bons amis qui prenaient l’apéro, même si certains regards trahissaient l’excitation grandissante. Je commençais à m’imaginer ce qui allait se passer le reste de la soirée et j’avais de plus en plus de mal à me concentrer sur notre conversation.

A un moment, ma chérie est partie dans la cuisine. J’ai prétexté aller chercher quelque chose pour la rejoindre. Alors qu’elle me tournait le dos, je me suis collé à elle. Mais elle s’est retournée et m’a repoussé en me disant :

  - Ah non ! Ce soir, tu regardes seulement !

J’ai donc décidé de la provoquer un peu :

  - T’es vraiment une...

  - Une quoi ?

  - Une petite salope !

Elle n’a pas répondu. J’ai vu dans ses yeux qu’elle était d’humeur joueuse. Nous sommes retournés dans le salon, et là, Julie a lancé à Fred :

  - Tu ne sais pas ce qu’Éric vient de me dire ?

  - Non, quoi ?

  - Il vient de me traiter de salope !

Il m’a regardé et a compris que ce n’était qu’un jeu. Ma femme m’a lancé un regard semblant dire : regarde bien, tu vas voir ce que c’est une salope ! D’ailleurs, elle m’a dit :

  - Regarde bien !

Elle a déboutonné le jean de son amant et a sorti sa queue à demi-molle pour la mettre directement dans sa bouche. Julie m’a regardé droit dans les yeux tout en léchant le sexe d’un autre homme sur toute sa longueur. Son comportement m’excitait au plus haut point, j’adore quand elle me provoque de cette manière. Fred touchait le corps de ma femme par-dessous sa robe, je devinais qu’il la doigtait.

Après quelques minutes, il lui a demandé d’arrêter. Il était proche de jouir. Ma chérie s’est levée pour enlever sa robe et la jeter par terre. Elle était nue en-dessous. Elle s’est ensuite allongée sur le canapé pour que son amant lui lèche sa chatte toute lisse. Tous deux prenaient beaucoup de plaisir, à en croire les gémissements qui étaient de plus en plus bruyants. J’avais sorti mon sexe pour me caresser lentement en les regardant.

Fred, qui avait enlevé le haut pour être plus à l’aise, s’y prenait visiblement bien puisqu’il a offert un orgasme à ma femme. Quand elle a repris ses esprits quelques instants plus tard, elle a lancé :

  - Toi au moins tu sais t’occuper d’une femme ! Allez, déshabille-toi !

L’homme a enlevé ses derniers vêtements en restant assis sur le canapé. En lui tournant le dos, Julie s’est empalée sur sa queue en me faisant face. J’ai vu la queue de son amant entrer entièrement en elle, j’adorais ce spectacle. Ma chérie me regardait presque tout le temps, et puis elle m’a dit :

  - Ça t’excite ?

  - Oui.

  - Tu aimes quand je te fais cocu, hein ?

Ses paroles ont failli me faire jouir. Je n’ai pas répondu. Nos regards ne se sont presque pas quittés pendant plusieurs minutes, jusqu’à ce qu’elle tourne la tête et qu’elle demande à Fred :

  - Qu’est-ce que tu fais ?

  - Pardon, désolé...

  - Vas-y, tu peux.

Elle m’a regardé à nouveau. Je me demandais ce qu’il se passait, je ne voyais pas bien ce que Fred faisait. Julie s’est rendue compte que je n’avais pas compris. Toujours en me regardant, elle m’a dit :

   - Hmm, il est en train de me mettre un doigt dans le cul !

A nouveau, ses paroles ont manqué de me faire jouir. Elle m’excitait terriblement. Son amant aussi devait être excité puisqu’il a joui quelques secondes plus tard, dans la chatte de ma femme. Quand elle s’est relevée, du sperme est sorti de son sexe et est tombé par terre. Elle a pris notre invité par la main en lui disant "viens, on va se laver".

Ils sont partis dans la salle de bain ensemble. C’était la première fois qu’ils étaient nus dans la même pièce sans que je ne sois là. Je me demandais ce qu’ils faisaient. Ils sont revenus ensemble cinq minutes plus tard, un grand sourire aux lèvres. Ils se sont rhabillés et nous avons repris notre apéritif. Cette fois, la discussion était clairement orientée sur le sexe. Julie a lancé à son amant :

  - Ça t’a excité quand tu m’as mis un doigt ?

  - Oui, j’ai adoré.

  - Si tu veux, tu pourras me mettre autre chose tout à l’heure...

  - Tu es sérieuse ?

  - Ben oui, pourquoi ? Tu ne veux pas ?

  - Si !

Sa réponse qui venait du cœur nous a fait rire ma chérie et moi. Je m’imaginais déjà la scène, j’avais hâte. Nous avons continué la discussion. Julie lui a cette fois demandé :

  - Je ne t’ai jamais vraiment demandé, mais il y a peut-être des choses que tu voudrais qu’on fasse ?

  - Je ne sais pas...

  - Dis-moi ! Tu as des fantasmes ? Des trucs que tu aimes ?

Frédéric semblait un peu mal à l’aise. Il est vrai qu’il est souvent compliqué d’avouer ses envies. Mis en confiance par ma femme, il a fini par répondre :

  - Je te dirais ça tout à l’heure.

  - OK, je n’oublierai pas !

Nous avons fini l’apéritif dans une ambiance assez coquine et détendue, puis nous sommes allés dans la salle à manger pour dîner. Nous avons mangé rapidement, puis nous sommes retournés dans le salon. Ma chérie est allée chercher une bouteille de champagne. Elle s’est penchée pour servir, alors que Fred et moi étions assis. On voyait ses seins libres sous sa robe. J’ai surpris le regard du quadragénaire plein de désir pour le corps de ma femme. Je crois qu’elle s’en est rendue compte, puisqu’elle est restée penchée assez longuement. Elle s’est assise puis, en regardant Fred, elle a voulu trinquer :

  - A notre première nuit ensemble !

Après avoir bu une gorgée, elle s’est approchée de notre invité et l’a embrassé langoureusement. Elle semblait déjà très excitée. Ils se sont roulé des pelles tout en se touchant mutuellement pendant de longues minutes. La robe que portait ma chérie a vite fini par terre. Alors que son amant la doigtait, elle a dit :

  - On continue dans la chambre ?

  - Oui, avec plaisir !

Une fois dans la chambre, Frédéric s’est déshabillé totalement avec de s’allonger sur le lit avec ma femme. Ils ont recommencé à s’embrasser et à se caresser, faisant comme si je n’étais pas là. Je me suis mis nu moi aussi avant de m’asseoir sur le fauteuil à côté du lit. Je bandais rien qu’en les regardant.

Julie est venue se placer entre les jambes de son partenaire et a entamé une fellation très sensuelle. Elle lui a demandé :

  - Alors, tu me dis tes fantasmes ?

  - Euh... Je ne sais pas trop...

  - Allez, lâche-toi !

  - Là, par exemple, j’aimerais que tu craches sur mon sexe.

Ma chérie a semblé un peu surprise, mais ne s’est pas dégonflée. Elle a laissé échapper un filet de salive d’entre ses lèvres, qui a atterri sur le gland de son amant. En le branlant, elle lui a dit :

  - Comme ça ?

  - Oui, encore.

Il affichait une mine réjouie sur son visage. Julie a recommencé plusieurs fois. A un moment, alors qu’elle allait cracher sur le sexe qu’elle tenait dans sa main, elle m’a regardé pour la première fois depuis que nous étions entrés dans la chambre. Elle n’a pu s’empêcher de sourire, visiblement amusée par ce qu’elle était en train de faire. Fred l’a arrêté après quelques minutes pour ne pas jouir tout de suite.

Ils ont échangé leur position. Ma femme s’est allongée pour se faire lécher sa belle chatte. Le plaisir n’a pas mis longtemps à grandir à en croire les gémissements de ma chérie. A un moment, il a relevé la tête et a demandé :

  - Je peux... ?

  - Oui, attends.

Je devinais que ses doigts ne caressaient plus le sexe de Julie, mais son autre orifice. Elle a pris le tube de lubrifiant dans la table de chevet et lui a tendu en disant "tiens". Il a mis du lubrifiant sur le petit trou de ma femme et il y a glissé un doigt, tout en continuant son cunnilingus. Je regardais ce spectacle avec attention. Plusieurs fois, j’ai aussi regardé le visage de ma chérie, qui semblait prendre de plus en plus de plaisir. A un moment, elle a fermé les yeux et a eu un orgasme. C’était très excitant à voir.

Quand elle a repris ses esprits, elle a posé sa main sur la tête de l’homme qui la léchait pour qu’il arrête. Ils se sont embrassés et se sont dit quelque chose, mais je n’ai pas entendu quoi. Julie s’est mise à quatre pattes, son partenaire s’est placé derrière elle. Il a pris le tube de lubrifiant et a mis deux doigts dans le cul de ma femme. Il semblait fasciné par ce qu’il faisait. Ses doigts entraient facilement en elle.

Après un moment, ma chérie lui a dit "viens". Il ne s’est pas fait prier : il a retiré ses doigts et a placé sa queue contre son anus. Il l’a pénétré lentement. Je regardais le visage de Julie. Elle fermait les yeux et a gémis jusqu’à ce que son amant ait rentré complètement son sexe en elle. Elle n’avait pas l’air d’avoir mal, au contraire. Fred a entamé de très lents mais très profonds va-et-vient. Il semblait vouloir profiter le plus longtemps possible.

Je regardais la scène en me branlant doucement. C’était excitant de voir ma femme se faire enculer par un autre homme. Je m’imaginais aussi à sa place, en train de recevoir cette belle queue en moi.

A en croire son visage et les gémissements qu’elle poussait, ma chérie avait l’air de prendre de plus en plus de plaisir. A un moment, elle a tourné la tête vers moi et m’a dit "viens". J’étais surpris et je n’ai pas réagi. Elle a répété "hmm viens". Je me suis allongé sur le lit à côté d’elle. Elle s’est avancée pour faire sortir la queue de son amant et elle est venue sur moi, faisant entrer directement mon sexe dans le sien. Elle a poussé un soupir, presque de soulagement, puis elle a tourné la tête vers son amant et lui a dit :

  - C’est bon, vas-y.

L’homme a enculé lentement ma femme. Je sentais sa queue bouger en elle. Julie ne bougeait presque pas, se laissant enculer toujours à un rythme très lent. Plus le temps passait, plus elle semblait être dans un état second. Elle m’a embrassé plusieurs fois très langoureusement.

Soudain, elle m’a dit :

  - Enlève-toi, enlève-toi.

J’ai sorti mon sexe de sa petite chatte. Elle s’est remise en levrette et a fait 5 ou 6 mouvements rapides et profonds sur la queue de son amant. Elle couinait comme jamais je ne l’avais vu jusque-là, elle semblait complètement en transe. Et là, d’un coup, elle s’est mise à trembler de tout son corps et à avoir des spasmes, la bouche grande ouverte et totalement silencieuse. Ça a duré peut-être trente secondes. Elle a ensuite rouvert les yeux. L’expression qu’il y avait sur son visage m’a marqué : elle semblait totalement comblée, je ne l’avais jamais vu comme ça. Même si elle avait déjà pris du plaisir en se faisant sodomiser (que ce soit avec moi ou d’autres hommes), là c’était beaucoup plus intense.

Fred a fait quelques va et vient dans le cul de ma femme, puis il a sorti sa queue pour éjaculer sur son dos et ses fesses. Elle s’est alors mise à rire et m’a embrassé. Elle a lancé :

  - Putain, c’était trop bon !

Elle s’est redressée pour embrasser son amant, comme pour le remercier, puis elle s’est levée et est allée dans la salle de bain.

J’étais seul avec l’homme qui venait d’enculer ma femme pendant près d’une demi-heure. Il semblait mal à l’aise. J’ai rompu le silence :

  - Elle a l’air d’avoir aimé ! Ça t’était déjà arrivé ?

  - Non, jamais. C’est la première fois que...

  - Ah oui ? En tout cas, je ne l’avais jamais vu dans cet état-là.

Il n’a pas répondu, un peu gêné semble-t-il. Je l’ai invité à me suivre dans la salle de bain. Nous nous sommes lavés sommairement, laissant Julie finir de prendre sa douche tranquillement. J’ai ensuite proposé à Fred de prendre un verre en attendant que ma chérie finisse de se laver. Il s’est rhabillé avant d’aller dans la cuisine, alors j’ai fait de même.

J’étais encore très excité, surtout que je n’avais pas encore joui. Pendant que nous discutions de banalités, je revoyais les images de cet homme en train de faire jouir ma femme. J’avais un peu de mal à rester concentré. Après quelques minutes, Julie nous a rejoint, vêtue d’un peignoir. Elle a lancé :

  - Qu’est-ce que vous faites là ? Je vous cherchais.

  - On buvait un verre en t’attendant. Tu n’as pas froid comme ça ?

  - Non, ça va.

  - Tu as quelque chose en-dessous ?

Pour seule réponse, elle a dénoué le nœud de son peignoir pour se dévoiler entièrement nue. Fred était scotché. En remettant le nœud, elle a dit :

  - Je peux m’asseoir avec vous ?

  - Oui, bien sûr.

Nous avons bavardé un peu. Le regard de notre invité était fixé sur le corps de ma chérie. Il faut dire que son peignoir était entre-ouvert. A un moment, un de ses seins s’est fait la malle. Elle a feint de ne pas s’en rendre compte. Forcément, Fred regardait avec insistance. Julie a dit :

  - Qu’est-ce qu’il y a ?

  - Euh... ton...

  - Quoi ? Oh...

Alors que je pensais qu’elle allait de réajuster, au contraire, elle a enlevé son peignoir et l’a fait tomber au sol en disant :

  - Je serai mieux comme ça.

Elle a repris la discussion comme si de rien n’était. Son amant a mis un peu de temps avant de regarder autre chose que les seins de ma femme. Je me suis dit que c’était une sacrée coquine. Elle prenait visiblement du plaisir à s’exhiber, à sentir le désir d’un autre homme. Après quelques minutes, elle a eu envie de retourner dans la chambre pour s’allonger.

Une fois dans la chambre, Julie s’est allongée au milieu du lit, sur le dos. Fred et moi nous sommes déshabillés avant de la rejoindre sur le lit. Je me suis assis en tailleur à côté de ma chérie, notre invité m’a imité. Nous avons bavardé un peu, mais la tension sexuelle était de plus en plus forte. A un moment, Julie a dit qu’elle avait un peu mal au dos. Son amant lui a immédiatement proposé de lui faire un massage, ce qu’elle a bien sûr accepté.

Elle s’est retournée pour s’allonger sur le ventre. Toujours assis, je regardais ma femme se faire caresser par un autre homme et ça m’excitait terriblement. Il a commencé à lui masser le dos et les épaules. Quand il s’est attaqué à ses cuisses et ses mollets, elle a légèrement écarté les jambes. Comme il était placé, Fred avait une vue imprenable sur le sexe et l’anus de ma chérie. D’ailleurs, ses doigts s’en approchaient de plus en plus. Ma chérie se laissait faire, écartant même un peu plus les jambes. Le sexe de Fred avait retrouvé toute sa vigueur.

A un moment, alors que son amant avait un doigt en elle, Julie a lancé :

  - C’est pas là que j’ai mal ! Tu devais me masser le dos...

Le quadra a retiré son doigt. Ma femme s’est alors retournée pour s’allonger sur le dos et elle a dit :

  - Je ne t’ai pas dit d’arrêter !

Ils ont échangé un large sourire, puis il s’est placé entre ses jambes pour lui lécher sa belle chatte qui devait être déjà bien humide. Elle me regardait et semblait prendre beaucoup de plaisir. Elle avait les jambes écartées et les pieds posés sur les épaules de son amant, s’offrant ainsi totalement. Après quelques minutes, elle était au bord de l’orgasme. Elle m’a pris la main en disant "c’est trop bon putain !". Tout en la tenant, j’ai regardé ma femme s’abandonner complètement au plaisir. Quand elle a rouvert les yeux et qu’elle a croisé mon regard, elle semblait être un peu ailleurs. C’était vraiment très excitant de la voir comme ça.

Elle a retrouvé ses esprits quelques secondes plus tard. Elle a alors demandé à son partenaire "viens". Il s’est aussitôt mis à genoux et a pénétré ma chérie qui me tenait toujours par la main. Elle gémissait et me serrait plus fort à mesure que la queue de Fred coulissait en elle. J’adorais voir son visage ravi à seulement quelques centimètres du mien. Je lui caressais la poitrine en la regardant se faire prendre par un autre homme. Mon sexe était dur comme de la pierre.

Cela a duré une dizaine de minutes, puis Julie a regardé l’homme qui la baisait et lui a dit :

  - J’ai envie de te sucer, viens !

Il avait l’air très surpris, au moins tout autant que moi. Il s’est mis à genoux près du visage de ma femme. Sa queue était à moins de trente centimètres de mon visage. Ma chérie l’a sucée et léchée. Elle jouait beaucoup avec sa langue, c’était génial de la voir faire. Nos regards se croisaient souvent. Elle semblait prendre beaucoup de plaisir à me voir la regarder sucer un autre homme juste devant moi. Il y avait une certaine malice dans ses yeux.

A un moment, Fred a dit "doucement". Elle l’a alors sucé avec encore plus d’entrain. Elle avait l’air déterminée à le faire jouir. Peu de temps après, il a dit "ça vient". Julie a gardé son gland entre ses lèvres et l’a branlé énergiquement tout en le regardant dans les yeux. Dans un râle de plaisir, le quadragénaire a rempli la bouche de ma femme avec son sperme. Elle a tout avalé directement. L’homme semblait ravi. Une fois vidé, il s’est allongé et a remercié Julie.

Après quelques secondes de silence, ma chérie nous a demandé :

  - Bon, on va fumer une clope ?

Nous nous sommes alors habillés (nous fumons toujours dehors et il faisait un peu froid). Avant de sortir, Fred est allé aux toilettes. Seul avec ma femme sur la terrasse, j’allais lui dire quelque chose, mais je n’ai pas eu le temps. Elle s’est blottie contre moi et m’a embrassé langoureusement. Sa bouche avait encore un léger goût de sperme et elle savait que ça allait me plaire. Nous avons ensuite allumé nos cigarettes et Fred nous a rejoint. Nous avons discuté de banalités, puis nous sommes retournés dans la chambre.

Julie s’est mise nue avant de s’allonger sur le lit. Son amant et moi l’avons imité. Comme je n’avais toujours pas joui depuis le début de la soirée, j’étais encore très excité mais je m’efforçais de ne rien laisser paraître. Nous avons regardé un peu la télé sagement, même si nous étions tous les trois nus sous la couette.

Alors que l’émission que nous regardions touchait à sa fin, ma femme a dit :

  - Je crois que je vais dormir, je commence à fatiguer.

Elle nous a embrassé Fred et moi, puis nous avons éteint la lampe de chevet. Évidemment, j’ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil. D’autant plus que, environ une demi-heure plus tard, j’ai senti des mouvements dans le lit. Je faisais semblant de dormir mais j’entendais de petits gémissements. J’ai approché une main nonchalamment du corps de ma femme. Elle s’était éloignée de moi. Quand enfin ma main est entrée en contact avec le ventre de Julie, j’ai eu la confirmation qu’elle était en train de se faire prendre par son amant.

Elle a compris que je ne dormais pas. Elle a pris ma main qui était sur son ventre et, tout en continuant à la tenir, l’a éloignée (pour ne pas que Fred se rende compte que je ne dormais pas me dira-t-elle plus tard). Ma chérie a dit à voix basse, mais suffisamment fort pour que j’entende :

  - Doucement, tu vas le réveiller...

Je bandais, très excité par la situation. Je ne sais pas combien de temps cela a duré. A un moment, Frédéric a dit quelque chose que je n’ai pas bien compris. Julie lui a répondu :

  - Vas-y, dedans, tu peux...

Cette phrase a failli me faire jouir à elle seule. Ma femme allait recevoir le sperme de son amant dans sa petite chatte. C’est ce qu’il s’est passé quelques secondes plus tard, dans un râle de plaisir étouffé de Fred. Elle serrait ma main plus fort à ce moment-là. Ils se sont ensuite dit quelque chose mais je n’ai pas bien entendu, sauf à la fin quand Fred a dit :

  - OK, je fais attention.

Il s’est levé et est sorti de la chambre, aidé par la faible lumière de son téléphone. J’ai demandé à ma chérie :

  - Il va où ?

  - Fumer, pourquoi ?

  - Comme ça. C’était bien ?

  - Oui...

J’ai caressé le corps de Julie en commençant par ses seins. Assez vite, ma main s’est approchée de son sexe. En mettant un doigt dans sa petite chatte pleine de sperme, j’ai laissé échapper :

  - Hmm putain...

  - Ça te plait ça hein ?

  - Oui !

Ma chérie a enlevé ma main puis s’est mise dos à moi. Elle a pris ma queue pour la faire entrer très facilement en elle. J’étais dans un tel état d’excitation après avoir vu ma femme se faire baiser par un autre homme et d’être en train de la pénétrer alors que sa chatte était encore pleine de sperme que j’ai joui en quelques secondes à peine. J’avais rarement éjaculé une telle quantité. Je me suis senti comme soulagé.

Après cela, Julie m’a dit :

  - C’était du rapide !

  - Pardon, mais tu m’excites trop.

Elle a ri, m’a embrassé tendrement puis a dit :

  - Bon, je vais dans la salle de bain.

Elle est revenue dans le lit juste avant Fred. Nous nous sommes endormis rapidement.


Le lendemain matin, j’étais seul dans le lit quand je me suis réveillé. Après un rapide passage dans la salle de bain, je me suis habillé et je suis allé dans la cuisine. J’ai salué Fred qui était assis sur un tabouret. Il était habillé entièrement. Ma femme était debout près du frigo. Elle portait un kimono léger et suffisamment entrouvert pour que l’on voit la naissance de ses seins. Elle était très excitante. Je l’ai embrassé, puis nous avons pris le petit-déjeuner. Nous discutions dans une ambiance décontractée. L’heure avançant, Julie a proposé à son amant de rester manger, mais il a préféré décliner. Il est parti peu de temps après.

Une fois seuls, ma chérie et moi avons parlé de notre soirée de la veille. Nous avions tous les deux adoré.

Dans l’après-midi, alors que nous étions en train de faire les courses, ma femme a reçu un SMS de Fred qu’elle s’est empressée de me montrer en me disant "lis". Le SMS disait : "J’ai passé une merveilleuse nuit avec toi. J’espère en passer de nombreuses à tes côtés. Je t’aime". J’étais très surpris. Elle m’a dit :

  - Putain, il nous fait quoi là ?

  - C’est la première fois qu’il t’envoie ce genre de message ?

  - Oui, sinon je te l’aurais dit.

Elle a voulu attendre que l’on soit rentrés chez nous pour l’appeler. Elle a été très directe avec lui et a stoppé net leur relation.

Nous avons alors discuté pas mal de temps. Elle était déçue de la réaction de Fred. Il était pourtant clair que nous ne mélangions pas sexe et sentiments... Elle m’a dit qu’elle ne souhaitait plus faire de rencontres comme cela et qu’elle ne s’amuserait dorénavant plus qu’en sauna libertin. Au moins, là-bas nous nous sommes toujours beaucoup amusés et ce, sans prise de tête. D’ailleurs, en discutant, nous nous sommes rendus compte que la plupart de nos meilleurs souvenirs s’étaient déroulés dans des saunas.

Diffuse en direct !
Regarder son live