Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 47 101 fois
  • 164 J'aime
  • 5 Commentaires

Une relation familiale

Chapitre 1

Inceste

Qui aurait cru que je vivrais une telle expérience ! Mon nom est Jonas, j’ai maintenant 21 ans et je suis un homme célibataire qui cherche désespérément une façon de régler ce petit problème. Je sais bien que mes préoccupations devraient être à d’autre place, comme finir mes études, me trouver un meilleur boulot et finalement avoir un meilleur salaire, mais mon corps et mes foutues hormones en ont décidé autrement. Je ne vais pas jusqu’à dire que ma vie sexuelle est inexistence ou nulle.


Au contraire, moi et une employée de l’entrepôt où je travaille avons de nombreuses nuits passées ensemble à notre actif. Nous ne désirons pas devenir plus que cela, on reste des amis avec des petits privilèges. En fait, le mot amis est un peu exagéré considérant le fait qu’en dehors de nos nuits au lit, on ne se voit et ne se parle presque pas, et je suis d’accord pour que la situation reste ainsi.


Mes parents ne sont pas très proches de moi, j’ai toujours vécu dans l’ombre de ma sœur, Mégan. Plus intelligente, plus gentille, plus talentueuse dans tout ce qu’elle entreprend, mais surtout beaucoup plus sexy que moi. Malgré le fait d’avoir vécu dans son ombre presque toute ma vie, elle est la personne dans ma famille dont je suis le plus proche. Elle m’a toujours aimé quand mes parents ne le faisaient pas, elle m’a toujours aidé dans mes moments de détresse et de peine. Bref... c’était ma grande sœur. Seulement plus vieille de trois ans, elle mesurait dans les 1m60 et était dans la moyenne en poids, ses seins commençaient à entrer dans la majestueuse taille des seins D. Son derrière était assez imposant pour une fille de 24 ans, mais naturel. Malgré mes nombreux fantasmes, ma sœur hantait une partie de mes rêves érotiques.


En fait, depuis mes 15 ans, cette fois où j’ai vu pour la première une jeune femme nue se masturber, et devinez, qui était l’heureuse élue ? Ma chère sœurette ! Une soirée de semaine, mes parents étaient partis à une fête avec leurs amis, demandant à ma sœur de me garder. Celle-ci s’était très bien occupée de moi et on avait passé la soirée à regarder des films des années 80 et 90. J’avais beaucoup apprécié passer ce temps seul avec elle, mais je n’avais jamais pensé à ce qui allait venir. Quand notre dernier film fut terminé, elle m’avertit qu’elle allait déjà au lit, pendant ce temps, j’ai continué à regarder la télé pendant un certain temps. Maintenant venait mon tour de monter à l’étage pour aller au lit.


Et c’est là que je l’ai entendu un gémissement rempli de désirs et de plaisir, juste à entendre ce son, mon cerveau d’ado en pleine puberté s’imaginant plein de scénarios obscènes et sexuels. « Calme-toi Jonas, ça doit seulement être un gémissement de douleur ou je sais pas quoi... » m’étais je dis à moi-même, tout d’un coup, mon excitation se transformait peu à peu en angoisse pour ma sœur. Était-elle malade ou en danger ? Ne voulant pas lui faire peur, je me suis précipité vers sa porte un peu entrouverte et c’est là que je l’ai vue. Allongée sur son lit à quelques mètres de moi se tenait, non pas ma sœur, mais une jeune femme en chaleur qui se massait les seins d’une main et qui se caressait sa chatte poilue de l’autre. Une bosse dans mon pantalon était vite apparue, mais j’étais trop surpris et choqué pour réagir. Ma sœur, la fille exemplaire et gentille, se tenait tout près de moi et se masturbait avec tant de plaisir.


Je suis resté devant la porte pendant un bon 5 à 7 minutes, enregistrant les mouvements qu’elle effectuait avec sa main et savourant le spectacle. Tout d’un coup, elle poussa un petit cri et son dos se tendit en arc, alors qu’un filet de liquide transparent coulait de son coin intime, je venais d’assister pour la première fois à un orgasme féminin. Elle se reposa pendant quelques secondes pour reprendre ses esprits et elle se tortilla pour se lever, je me dirigeai rapidement vers ma chambre et sauta dans mon lit.


Depuis cette soirée, je revoyais ma sœur dans cet état presque à chaque nuit dans ma tête, et mon érection était imminente à chaque fois. J’ai aussi commencé à remarquer beaucoup de détails au cours des années. On se rapprochait toujours plus à chaque journée ou soirée passée entre nous. J’avais aussi l’impression que lors de ces journées ou soirées, son soutien-gorge était absent et ce ne fut pas long après mes 18 ans qu’elle a commencé à se promener en petite culotte dans la maison lors des soirées, ce qui était vraiment excitant pour moi et ma pauvre queue que je devais alors cacher. Elle se collait beaucoup plus à moi lors des films sur le canapé et je pouvais sentir la chaleur de son corps contre la mienne, ce qui nous détendait tout les deux. Sans l’accepter, je voyais bien qu’on approchait de plus en plus de cette limite fatale. Celle que toutes les familles évitent: l’inceste.


Notre affection de frère et sœur ressemblait de plus en plus à un amour entre deux amoureux, mais aucun de nous ne l’acceptait et ne se l’avouait, mais une soirée... ma sœur ne fut incapable de se retenir. C’était le soir de Noël, elle m’avait invité chez elle pour fêter et relaxer. J’avais accepté avec plaisir. Quelle fut ma surprise de la voir m’accueillir vêtue d’une robe moulante avec un décolleté qui en laissait voir beaucoup pour une simple soirée de Noël entre frère et sœur.


Bonsoir Jonas ! Comment vas-tu petit frère ? me demanda-t-elle en me câlinant.

Salut Mégan ! Très bien et toi ? lui répondis-je en lui rendant son câlin.

Excellent ! Allez, entre ou tu vas prendre froid !


En entrant, j’avais remarqué que l’ambiance était différente comparée aux autres années, sans trouver quoi. Pendant tout le souper, on parla de tout et de rien en riant avec bonheur. Lorsque je parlais, elle me portait une attention très spéciale et jouait avec ses cheveux comme par réflexe. Lors d’un moment de silence, nous nous sommes regardés dans les yeux sans rien dire, une alerte sonnait dans ma tête qu’on approchait à un seuil critique de la limite, mais je m’en fichais.


Venait maintenant l’ouverture des cadeaux ! Ma partie préférée de Noël ! Pour cette occasion, je lui avais acheté un cadeau un peu spécial et très osé, j’avais d’ailleurs pris un grand risque en achetant ce cadeau.


Ouvre le tien en premier, sœurette ! lui dis-je en lui tendant une boîte

Tu n’avais pas besoin, voyons !


Elle ouvrit le paquet et je remarquai instantanément sa surprise. Elle sortit de la boîte ce qui était un petit vibrateur de la taille et de la forme d’un petit œuf qui venait avec une petite culotte avec une poche pour insérer le vibrateur.


Je me suis dit que même les filles devaient se laisser aller de temps en temps, mais tu peux le retourner si tu l’aimes pas ! l’avertis-je en baisant la tête

...


Aucune réponse de sa part, je relevais la tête et la voyait maintenant fixer le vibrateur et la culotte avec un regard rempli de désir. Elle mordait sa lèvre inférieure et une de ses mains commençait à se balader un peu sur sa robe. Elle me regarda et me dit:


Merci beaucoup de penser à moi petit frère ! Maintenant ton cadeau ! Ferme les yeux !


J’étais soulagé qu’elle le prenne aussi bien ! Attends... fermer les yeux ? Ce cadeau était si gros que ça ?


Euh... d’accord


Elle s’approcha de moi et me chuchota :


Je vais faire quelque chose, interdiction de rouvrir les yeux jusqu’à nouvel ordre, compris ?

Oui sœurette !

Je reviens dans quelques instants alors.


Quelques minutes passèrent. Ce ne fut pas très long avant que ma sœur revienne.


Vas-y, ouvre !


J’ouvris mes yeux. J’avais le souffle coupé. Devant moi se tenait ma sœur vêtue d’une lingerie en dentelle noire et la petite culotte incluant le vibrateur que je venais de lui offrir en cadeau ! Elle s’approcha de moi lentement et de façon sensuelle.


Alors ? Comment tu me trouves Jonas ?

Tu... tu es magnifique Mégan !


Oh oh... une bosse se formait dans mon pantalon, mais impossible de la cacher cette fois... j’étais à la merci de cette femme en chaleur qui se tenait devant moi, se caressant le corps et me jetant un regard coquin.


En tout cas, je te fais de l’effet ! Mais ce n’est que la première partie du cadeau.


Sans crier gare, elle se pencha et m’embrassa à pleine bouche. Sur le coup, surpris, je lui rendis ce baiser avec passion. Sa langue venait timidement se frayer un chemin à l’intérieur de ma bouche, je l’acceptai et lui donnai la mienne. Nous nous sommes embrassés jusqu’à ce qu’ on manque tous les deux de souffle.


Mégan... je... je te veux, mais... on devrait pas...

Jonas, s’il te plaît ! Tu sais très bien que ça allait venir à ça un jour ou l’autre ! Tu ne sais pas ça fait combien d’années que j’attends ce moment !


On se regarda pendant un court instant, et je ne pus me retenir. Je commençai à la caresser le corps et à lui embrasser le cou pour doucement descendre vers la poitrine. Mes mains s’étaient déjà occupées de se débarrasser de cet obstacle nommé soutien-gorge. Je n’attendis aucune autorisation de sa part et commença à lui caresser, embrasser et lécher les seins. Elle gémissait un peu et me tenait les cheveux pendant l’opération.


Oh Jonas... c’est bon...


L’écoutant à peine, je lui mordis le bout des tétons, ce qui amena une nouvelle vague de gémissement de sa part. Étant assis sur moi, je sentais que sa chatte mouillait mon pantalon au niveau de mon érection, elle commença un mouvement de va-et-vient en se frottant sa chatte mouillée sur ma verge toute dure. Une de mes mains libres se faufila vers son intimité et trouva le petit bouton que je cherchais. Elle s’était rasée pour l’occasion. Je commençai à lui doigter son clito sans hésitation, la faisant crier de plaisir.


Oh merde c’est tellement bon ! Plus vite ! Mmmm !

Mégan, tu mouilles comme une salope en manque ! Ton corps m’excite tellement !

Oh Jonas ! Je t’aime Jonas ! Oh oui, doigte ma chatte de salope !


D’une main experte, ma sœur dégagea ma queue de mon pantalon et tassa sa culotte sur le côté de sa chatte et commença à la frotter avec sa cavité toute mouillée. Nous étions tous les deux en train de pousser des gémissements de plaisir et de désir. Accélérant la cadence, je m’exclamai:


Non de... Mégan ta chatte est si mouillée... je... je vais...

Oh Jonas, moi aussi ! Je vais jouir ! Jouis avec moi !

Ca vient...!


Nous nous sommes exclamés en même temps lors de notre orgasme, son corps s’était crispé et son minou dégoulinait de la plus belle ! Quant à moi, j’avais éjaculé si fort que j’avais du sperme plein le ventre et elle tout autour de son intimité et son ventre était couvert de ma semence. Le souffle court, on se reposa et elle m’embrassa encore avec passion.


Mégan... c’était...

Extraordinaire !

Oui !

Mais je suis épuisé... on devrait aller dormir ensemble... dans mon lit.


Elle avait dit ces mots sur une note coquine et en me tétant le lobe d’oreille, m’excitant encore malgré mon pénis sensible de ma dernière érection.


Bien sûr... mon amour...

Tu sais qu’on ne peut plus revenir en arrière ?

Oui, je sais, et je ne le regrette pas !

Moi non plus... chéri...


On se regarda dans les yeux pendant un moment, et on se dirigea vers sa chambre pour passer une bonne nuit de sommeil pour un lendemain qui s’annonçait mouvementé!


Une suite ?

Diffuse en direct !
Regarder son live