Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 527 fois
  • 80 J'aime
  • 13 Commentaires

Une rencontre

Chapitre 3

Chapitre 3 : Sébastien - Introspection

Divers

Après cette soirée pleine d’alcool et de petits fours, il a fallu que je couche avec mon éditrice. En plus, je n’ai pris aucun plaisir. Et surtout elle est partie aussi vite que nous sommes entrés dans cette chambre.


J’ai beaucoup de mal à m’endormir. Je cogite. Et quand je cogite, il faut que je dessine. Heureusement, j’ai mon nécessaire à esquisse. Je ne cherche jamais ce que je dessine. Ma main agit presque par elle-même. En moins de cinq minutes, j’ai fini de dessiner. Un visage. Un très joli visage, aux traits fins, aux yeux mutins. Quand je regarde bien, j’y vois Emmanuelle. Je ressens aussitôt du désir pour elle. Pourquoi ça n’a pas été tout à l’heure ? Et si cela venait de moi ? En même temps, je n’ai pas une grande expérience des femmes. Je ne les collectionne pas et ma dernière réelle relation m’a quitté, car j’étais plus souvent sur ma table à dessin que dans le lit. J’éteins la lumière et tente de dormir.


Je me réveille à trois heures vingt-deux. J’ai la sensation d’avoir dormi ma nuit entière et c’est tant mieux. J’ai fait un drôle de rêve où je voyais Emmanuelle. J’essayais de m’en approcher, mais à chaque fois, elle me semblait trop éloignée. Pourquoi cette femme hante mes pensées ?

J’appelle le service d’étage et commande un petit-déjeuner continental. Je sais que les grands hôtels ont toujours un service de nuit dans leur cuisine. On m’indique que cela arrivera dans dix minutes. J’ai le temps de passer à la douche. Une fois fait, je remets mes vêtements de la veille et repose sur le cintre prévu à cet effet, le smoking que m’avait prêté l’hôtel.


Le garçon d’étage dépose le petit-déjeuner et me souhaite une bonne journée. J’avale le plateau en quelques minutes, rassemble mes affaires et me décide à partir. Il n’est que quatre heures, mais j’ai hâte de reprendre le train et de rentrer chez moi. Surtout que je bosse aujourd’hui. Eh oui, je ne vis pas encore de mes dessins et il faut bien manger. Je bosse dans un cinéma. C’est plutôt sympa, car je peux voir les films tout juste sortis à l’œil.

Dix heures du matin, je suis enfin de retour dans mon petit studio de la rue Massena. Ou comme l’appellent les gens d’ici, la rue de la soif. C’est vrai que c’est très bruyant le week-end, mais la semaine ça reste cool. Et au moins si je bois un verre de trop avec les amis, je n’ai pas loin pour rentrer. Je me couche une nouvelle fois pour dire de récupérer un peu plus.


A quatorze heures, je prends le métro direction le Kinépolis à Lomme. C’est plus rapide que si j’avais une voiture et le métro n’est pas loin. Je rentre par ce que nous surnommons « l’entrée des artistes » et me dirige vers les vestiaires. Je retire ma veste et enfile le boléro rouge avec une étoile dans le dos aux couleurs de l’enseigne. Je salue quelques collègues et me dirige aussitôt vers le stand des friandises. Je suis en charge du pop-corn, des bonbons, des boissons et de la caisse. Je ne suis pas seul dans ces taches. Ma collègue et meilleure amie, Olivia, est là pour m’aider. Elle est l’opposé de moi. Aussi extravertie que je suis introverti. Je suis pour ainsi dire sec, attention, pas un sac d’os, qu’elle est toute en rondeur. Rondeurs qu’elle assume pleinement et avec une certaine forme de fierté. Je la respecte pour tout ça. Ah et dernier point, c’est une gothique. Cheveux noir corbeau, piercing, maquillage noir et toute la panoplie qui va avec.


— Coucou, mon seb d’amour, dit-elle en me faisant une bise appuyée sur la joue toujours à proximité de mes lèvres.

— Salut Olivia, réponds-je. Quand vas-tu cesser de raccourcir mon prénom, s’il te plaît ? Tu sais que je n’aime pas.

— Bien sûr que je le sais, mais te faire rager chaque fois qu’on se voit, me procure du plaisir, sourit-elle. Alors comment ça s’est passé à Paris ?


Je lui raconte tout sans omettre de détails. De toute façon si je le faisais, elle me tirerait les vers du nez.


— Donc si j’ai bien tout compris, c’était le pire coup de ta vie ?

— On ne peut rien te cacher, réponds-je. Pourtant j’étais attiré par elle.

— Tu sais l’attirance physique ne fait pas tout, même si ça y contribue beaucoup.

— Je sais tout ça. Mais je me pose des questions. Est-ce que finalement je ne serais pas un mauvais coup ?

— Comment ça se passait avec Marine, par exemple ?


Marine, mon ex, ma première véritable histoire d’amour qui a préféré me quitter. Et si vous avez bien lu le début, vous savez pourquoi.


— C’était surtout très mécanique. Elle me disait qu’elle avait envie et on le faisait point.

— Toi, mon pote, t’as jamais connu le sexe, le vrai. Celui qui te fait décoller. Demain et samedi, on est en repos. Je vais te faire découvrir des choses que même dans tes rêves, tu ne les as jamais imaginées. Ça te va ?

— Franchement, je ne sais pas. Tu me prends de cours. Je dois bosser sur ma BD quand même.

— Tatata ! Demain tu es à moi, point.

— Bon d’accord, acquiescé-je en faisant la moue.


Difficile de refuser quelque chose à Olivia, surtout quand elle a une idée derrière la tête. Très vite, les premiers spectateurs arrivent. Olivia et moi enchaînons comme toujours pendant près d’une demi-heure. Une fois cette folie glucidique terminée, nous recommençons le même cirque (mise en rayon, refaire du pop-corn, etc.) pour les suivants. Finalement, la journée de travail passe assez vite.


Il est maintenant minuit et comme à chaque fois, je n’ai pas de métro. Olivia me raccompagne toujours. Arrivé devant chez moi, je l’invite à monter comme je fais souvent. Elle aime l’ambiance de mon studio qui fleure plus avec le bureau que le logement.


Comme d’habitude, elle se met à son aise. Elle retire ses chaussures, sa veste et passe les mains dans son dos pour dégrafer son soutien-gorge qu’elle fourre dans son sac. La première fois, ça m’avait surpris et puis à la longue on s’y fait. Cela prouve aussi qu’elle se sent en confiance avec moi. Ça fait tout de même vingt ans que nous nous connaissons.


— Tu veux une mousse ? lui demandé-je en ouvrant le frigo.

— Autant demander à un aveugle, s’il veut voir.


Je m’installe dans le canapé avec nos bières et j’allume la télé. Comme toujours, il n’y a rien. En zappant, je tombe sur un film érotique. Je vais passer sur une autre chaîne quand elle me demande de le laisser. Non pas que ça me dérange. Il m’arrive très souvent d’en regarder, voire même de regarder des films pornos. Mais le faire avec ma meilleure amie, c’est une première.


Le film est assez convenu, comme beaucoup. Le seul point positif que je peux lui donner est la sensualité et le côté torride des scènes. Pas de gros plans sur les parties génitales des acteurs, pas de cris de bêtes ou de simulation d’orgasme. Non, tout ça respire la sensualité et je peux dire que cela ne me laisse pas de bois. J’observe Olivia et je vois aussi que tout ça lui plaît. Ses tétons pointent au travers de son maillot. Et ce n’est pas la fraîcheur de la pièce qui en est responsable. Sa respiration est devenue un peu plus forte.


Je me surprends à ce moment à avoir du désir pour elle. Je me mets une claque magistrale, mentalement, afin de me raisonner. Elle est ma meilleure amie. Celle à qui je dis tout et sur qui je peux compter à n’importe quel moment du jour ou de la nuit.

Le film se termine. Il est deux heures du matin. J’ai passé presque trente minutes à regarder les seins de mon amie et à me gifler mentalement. Elle s’est assoupie peu de temps avant la fin. Je pose une main délicatement sur son bras pour la réveiller. Elle ouvre un œil et me regarde comme si je la dérangeais.


— Olivia, dis-je doucement. Tu devrais rentrer, il se fait tard.

— Tu as raison, me dit-elle en bâillant.

— A moins que tu ne veuilles rester dormir, lui proposé-je.

— C’est une riche idée. Surtout que je dors bien chez toi.


Ce n’est pas la première fois que nous dormons ensemble. A vrai dire, cela arrive en moyenne une fois par mois. Surtout quand nous finissons tard et qu’elle me raccompagne. Afin de pallier à ça, elle m’a demandé, si elle pouvait laisser quelques affaires chez moi. Donc si vous ouvrez le tiroir de ma commode, vous y verrez, deux soutiens-gorge, deux shortys, deux paires de chaussettes, une nuisette en coton et une brosse à dents. Elle va chercher ce dont elle a besoin pendant que je déplie le canapé-lit. Je mets le drap-housse et sors la couette ainsi que les oreillers. Je la vois passer dans la salle d’eau et entends la douche couler. J’attends mon tour patiemment et quand elle ressort, elle a détaché ses cheveux, s’est démaquillée et se balade en nuisette devant moi. Je sais par expérience qu’elle dort généralement les fesses nues sous sa nuisette.


Cette pensée réveille en moi du désir. Je la trouve très attirante aujourd’hui. Je passe à la douche également et j’en profite pour essayer de faire baisser mon excès d’hormone. Je me brosse les dents, passe mon caleçon de nuit et vais la rejoindre sous la couette.


— Dis donc, t’as été bien long sous la douche ! Tu t’es branlé ?


Je ne réponds pas. Parce que : un ça ne sert à rien, elle connaît déjà la réponse et deux, je n’ai pas pour habitude de dire explicitement les choses. Généralement, je tourne autour du pot et elle comprend.


— Allez ! Tu peux me le dire, je ne vais pas te juger, je le fais souvent, insiste-t-elle.

— Pense ce que tu veux, lui dis-je en me tournant vers la fenêtre.

— Donc c’est bien ça. Tu t’es branlé sous la douche. Tu l’as fait en pensant à ton éditrice ou en imaginant ce que tu pourrais faire avec mes seins ?


J’écarquille les yeux de stupeur. Elle m’a grillé tout à l’heure.


— Tu ne pensais pas que je t’avais grillé. Si tu veux les voir, il suffit de demander.


Je l’entends se redresser dans le lit et se défaire de sa nuisette.


— Retourne-toi, Sébastien, s’il te plaît, me demande-t-elle d’une voix que je ne lui connais pas.


Je m’exécute presque mécaniquement. Avec cette lumière tamisée, je la trouve plus désirable, que je ne veux bien le reconnaître. Je peux maintenant voir ses seins. Ils sont beaux. Certes plus gros que ceux d’Emmanuelle, mais tout aussi appétissants. Les tétons sont fièrement dressés, comme deux framboises prêtes à être croquées. Mon regard croise le sien. Je n’y vois aucune gêne. Je tends ma main vers le sein droit, mais l’arrête à mi-chemin. J’hésite à aller plus loin. Elle la prend et vient la presser sur son sein. Il est doux, moelleux et ma main a bien du mal à le prendre entièrement. Je sens sous ma paume la dureté du téton. Je décide de le faire rouler entre mes doigts et de le pincer. Olivia pousse un soupir. Elle semble très réceptive. Je me redresse un peu plus et approche ma bouche de ce fruit. Je le suce, le mordille. Ma main est partie à la rencontre de l’autre. Je procède de la même manière. Puis ma bouche prend la place. J’alterne les tétons.


Puis ma main descend sur son ventre vers son mont de Vénus. Elle est totalement épilée. Je sens la chaleur venir de son sexe. Si je franchis cette étape, plus rien ne sera pareil entre nous. Elle se remonte un peu et ma main glisse vers son clitoris. Je sens un anneau. Elle est donc percée à ce niveau. Je caresse chaque pli de son sexe, sentant son jus enduire mes doigts, un peu plus à chaque passage. Puis je glisse mon doigt dans son vagin et commence doucement les va-et-vient. Je l’entends soupirer puis gémir doucement.


— Sébastien, baise-moi !!


Je sors du lit direction la salle d’eau pour y prendre une capote. Mais pas de chance, la boîte est vide. Je reviens l’air contrarié et frustré. Elle me fait signe d’approcher. Je suis debout face à elle. Elle retire mon caleçon et prend aussitôt mon sexe en bouche. Olivia suce incroyablement bien. Je me sens aussitôt transporté dans un monde de plaisir et de jouissances. Mes soupirs sont un signe l’encourageant à toujours faire mieux. Tantôt elle lèche, tantôt elle suce le gland ou tente une gorge profonde. Il ne me faudra pas longtemps pour sentir monter mon plaisir et juste avant de jouir, je la préviens. Elle se retire et me masturbe rapidement jusqu’à ce que mon sperme vienne s’étaler sur ses seins.

Je décide de lui rendre la pareille et lui fais un cunnilingus comme je les aime. Je lèche chaque partie de ce sexe tout en la doigtant. Il ne faudra pas non plus beaucoup de temps avant qu’elle ne jouisse et ne m’inonde de sa cyprine.


Après un rapide passage par la douche, nous revenons nous coucher dans le plus simple appareil.

Diffuse en direct !
Regarder son live