Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 629 fois
  • 10 J'aime
  • 1 Commentaire

Une sacré soirée

Chapitre 2

Orgie / Partouze

Le lendemain donc j’ai reçu un nouveau DVD, des ébats plus que sulfureux de notre quatuor. Comme j’avais passé la nuit avec Nathalie, qui s’était vraiment comportée comme une chienne,(mais je raconterai cela dans une autre histoire), je n’ai pas eu le courage de le visionner. J’ai quand même appelé Nathalie pour lui dire, et elle m’a fait promettre de ne pas le regarder sans elle, qu’elle allait s’arranger pour venir le lendemain.

Le lendemain soir Nathalie est arrivée vers 20 heures, habillée très BCBG et super sexy. Jupe tailleur noire assez courte, faisant ressortir son beau cul, chemisier presque transparent très décolleté, et certainement un paire de bas couleur chair. Je l’ai trouvé plus qu’attirante, et je lui ai fait savoir, en l’embrassant et en lui posant ma main sur les fesses.

— On a tout notre temps pour la soirée, mon mari est parti pour 3 jours. Je me suis reposée aujourd’hui, vu ce que je me suis fait mettre cette nuit, je n’aurais pas tenu le coup. Après ton appel hier, j’étais tellement excité que je me suis comportée comme une vrai salope, mais il a apprécier.

On s’installa dans le canapé, et Nathalie croisa les jambes. Sa jupe remontait tant que l’on voyait la dentelle de ses bas.

J’ai mis le DVD en route, et la scène se passait, cette fois, dans la chambre d’Arnault. La lumière était tamisée, mais on voyait parfaitement tous les protagonistes.

Sylvia et Catherine se faisaient face, se caressant les seins. Catherine, entièrement nue, caressait les cheveux de Sylvia, lui plaquant la tête contre son sein.

Les deux hommes étaient assis sur le bord du lit et se branlaient en regardant la scène qui se déroulait devant eux.

— Manges moi la chatte intima Catherine à Sylvia, il est temps que tu apprennes à faire jouir une femme, tu ne peux pas être toujours passive. Il faut savoir faire les deux.

Et vous branlez vous mutuellement, vous en mourrez d’envie.

Sylvia s’agenouilla devant Catherine, qui avait posé sa jambe sur le bord du lit, pour mieux offrir son trésor à Sylvia.

Celle-ci plaqua sa tête entre les cuisses de sa compagne et commença à lui lécher son bouton d’amour.

Catherine laissa échapper un son rauque et dit:

— Oh la salope, elle sait y faire, tu es sure que c’est la première fois, tu t’y prend comme une vrai pro. Vas y enfonce bien ta langue au fond, mon dieu elle va me faire jouir.

— Oui c’est la première fois, je me suis toujours faite baiser, mais je n’y ai jamais gouté. C’est bon et doux et tu mouilles bien. Ça m’excite j’ai envie de me branler.

— Vas y soit salope, fais toi du bien et défonces moi le cul avec tes doigts. Et toi Sylvain tu n’as pas envie de te faire mettre comme une pute?

— Oh si! répondit Sylvain, et toi tu vas la baiser pendant qu’elle me suce.

Sylvain s’est levé et présenté son cul à Arnault pour qu’il lui prépare. Catherine toujours dans la même position a posé sa main sur sa queue et s’est mise à le branler tout en lui roulant une pelle.

J’avais ouvert mon pantalon et me masturbais excité par cette scène digne d’un film porno. J’entendais la respiration rapide de Nathalie qui avait remonté sa jupe, glissé sa main dans son string, astiquant son petit bouton, et glissé son autre main dans son chemisier pour caresser sa poitrine libre de toutes entraves.

— Oh que c’est excitant, les salauds, j’ai envie de me faire défoncer comme une chienne. Gardes moi ton jus je vais te pomper à fond.

Dans l’écran Catherine, râlait de plus en plus fort et son bassin effectuait des mouvements de plus en plus rapide.

— Ah! je vais venir, la petite salope elle va me faire jouir, Vas y sale gouine défonces moi le cul. Oui je viens ah la salope.

Catherine avait posé ses deux mains sur la tête de Sylvia et la plaquait contre sa chatte tout le temps de sa jouissance. Son bassin était des soubresauts et ses jambes flageolaient.

Sylvia continuait à laper le miel qui coulait de la chatte de Catherine avec des grognements de satisfaction.

Arnault de son coté préparait le cul de Sylvain en lui enfonçant deux doigts, ce qui mettait celui-ci dans tous ses états.

Catherine après avoir récupéré un peu releva Sylvia et l’embrassa avec fougue.

— Tu m’as fait vraiment jouir, ma cochonne, je pense que tu va en faire se pâmer plus d’une. C’est bon de se taper une femme!

— Oui très bon, je n’avait jamais essayé et j’ai trouvé ça très excitant. Je vais pouvoir franchir le pas maintenant, il y en a quelques unes que j’aimerais baiser.

— C’est moi qui vais te baiser, et regardes la belle queue qui t’attends. Vas y pompes le à fond ce salaud, je vais te défoncer en même temps.

Sylvain s’était empalé sur le gros membre d’Arnault, prenant appui sur le lit l’autre main astiquant sa belle queue noire.

Sylvia s’est précipitée sur le cadeau et après avoir passé sa langue tout le long de l’engin, l’a mis dans sa bouche.

Nathalie m’a posé la main sur la queue, et a commencé à aller tout le long.

— Mon salaud comme tu bandes, ça t’excite de la voir se gouiner, j’ai envie de te sucer et que tu me remplisse la bouche. Tu n’as pas ton jouet? je me le mettrait bien entre les cuisses.

J’ai passé la main sous les coussin du canapé et en ai ressorti le rabbit qui lui plaisait tant. Je l’ai lubrifié sur sa chatte dégoulinante, et lui ai donné.

Nathalie a écarté son string et à commencer à faire pénétrer le sex toy. Une fois au fond elle a mis en route la vibration et a repris ma queue dans sa bouche, les yeux rivés sur l’écran.

Catherine s’était équipée de son gode ceinture et pénétrait doucement Sylvia à genou devant Sylvain.

— Oui ma chérie défonces moi, j’ai envie. Regarde ce salaud comme il prend son pied, il se fait démonter.

Catherine saisi Sylvia par les hanches et commença à lui imprimer de lents va et vient.

— Oh ma pute comme tu es bonne, c’est vraiment un plaisir de te mettre, tu vas me faire jouir encore. Rempli toi la bouche, ce pédé ne demande que ça. Je vais te présenter à quelqu’un qui prendra un réel plaisir à te défoncer.

Les râles de Sylvain et d’Arnault indiquaient qu’ils n’étaient pas loin de l’aboutissement, et Sylvia accéléra sa main sur la queue.

— Oui mon cochon, rempli moi la bouche et fais toi remplir le cul, hum c’est trop bon, quel pied.

Arnault bloqua son mouvement et son ventre palpitait. Il était en train de se vider les couilles dans le cul de Sylvain, qui se mis à crier plus fort.

— Oui salope suce je vais venir dans ta bouche de pute. oui maintenant!

Sylvia engouffra le membre raide au moment ou la première giclée parti. Son bassin accéléra, et son cri fut étouffé par la colonne de chair.

Catherine à son tour émit un râle profond qui dura une éternité.

De mon coté je sentais le plaisir monter, et Nathalie accélérait ses mouvements entre ses cuisses et sur mon bâton prêt à craquer.

Son ventre s’est contracté, sa main avait figé le sex toy au fond de sa chatte, et ses cris montraient que son orgasme n’était pas feint.

Je me laissai aller, déversant de longues rasades au fond de la gorge de Nathalie, qui avalait à chaque saccade. Ma main caressait ses long cheveux blonds.

A l’écran les filles s’appliquaient à faire la toilette aux hommes avec leur langues, récupérant la moindre goutte de sperme qui s’échappait encore de leur queue ramollissante.

Nathalie faisait de même avec moi et avait associé le gode, pour se délecter de sa cyprine.

A ce moment là Arnault à quitté l’écran, surement suite à l’appel que je lui passait, mais les deux filles se relayaient pour redonner de la vigueur à Sylvain.

Elles devaient savoir y faire car le sexe se remis à rebander très fort.

Sylvia a poussé Sylvain sur le lit, et s’est empalée sur lui, en laissant échapper un cri de soulagement, puis a tourné la tête vers Catherine.

— Viens encules moi, et n’ait pas peur, défonces moi complètement, je suis une chienne, tu peux te servir de moi comme tu veux.

Catherine ne s’est pas fait prier, et s’est présentée à l’entée de la grotte offerte. Elle a poussé et le gode est rentré lentement jusqu’à la garde.

Sur le visage de Sylvia on voyait une expression de bien être et elle cambrait ses reins pour laisser passer le mastar.

— Ça rentre tout seul, comme dans du beurre, tu n’en a jamais assez, tu vas faire le bonheur de Robert, il n’aura pas de mal à t’enculer, hein ma salope, tu en veux.

— Oui j’en veux, fallait pas réveiller mes instincts, j’ai perdu trop de temps, maintenant je vais me rattraper. Défonces moi maintenant, je suis ta salope et je suis une sale gouine. Oui c’est bon continue.

Arnault qui venait de revenir, monta sur le lit, et présenta sa queue à Sylvia qui s’empressa de la gober.

— Je viens d’avoir Claude au téléphone, et rien que le fait de savoir que tu te fais baiser, il doit être en train de se branler. Il te souhaite une bonne baise, et demande que tu l’appelles pour lui raconter.

— Bien sur que je vais l’appeler et tout lui dire, on aime ça s’envoyer en l’air au téléphone. Mais pour le moment donnes moi ton jus, et rempli moi la bouche, je vais venir dans pas longtemps.

Catherine et Sylvain avaient des mouvements de plus en plus rapide, attestant qu’ils n’étaient pas loin du nirvana et leurs cris s’accentuaient.

Sylvia se contracta et laissa échapper un long cri de jouissance, son corps fut secoué de soubresauts et elle s’abandonna à ses partenaires qui à leur tour laissaient leur jouissance s’exprimer.

Arnault augmenta ses va et viens sur sa queue et déchargea plusieurs jets dans la bouche et sur le visage de Sylvia.

Ils s’écroulèrent tous les trois repus et exténué par ces épisodes sulfureux.

Le DVD s’arrêta là, à notre plus grand regret, car ma queue avait repris de la vigueur, et Nathalie avait repris ses esprit et commençait à se caresser les seins.

— Eh bien la salope, elle aime vraiment ça! Elle t’a appelée pour te raconter?

— Non pas encore, mais elle va le faire, un jour ou elle sera seule et qu’elle en aura envie.

— Pour le moment tu vas t’occuper de moi, elle m’a excité et j’ai envie de me faire baiser comme une pute. J’aimerais que l’on fasse un jeu, que tu m’attache les mains et que tu me force un peu. J’aime le viol consenti, et surtout laisse moi habillée, c’est plus excitant.

Elle s’est jetée sur moi et nos lèvres se sont soudées dans un baiser passionné.

Diffuse en direct !
Regarder son live