Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 279 fois
  • 7 J'aime
  • 0 Commentaire

Une soirée de détente

Chapitre 1

Hétéro

La journée a été longue pour tous les trois. On s’est assez envoyé de messages pour le savoir. Et pour ce soir, tu as prévu pour nous une soirée à ta sauce. En même temps, depuis que cœur est rentré, nous avons besoin de la retrouver, d’en refaire notre femme. Alors, au fur et à mesure des échanges de la journée, l’idée grandit entre nous deux de nous offrir son corps sans retenue.

Le dernier message que tu m’as envoyé aujourd’hui me laisse perplexe. La seule chose que tu m’as marqué : « Rentre vite tout est prêt. ». A croire que la soirée sera vraiment spéciale. Je ne me change même pas, je rentre en tenue. Après tout, il parait que je vous fais encore fantasmer toutes les deux comme ça. J’arrive à l’appart, où tout est calme. Même pas de lumière aux fenêtres, juste une lueur qui danse à la fenêtre du salon. Pas de bruit derrière la porte, juste le son d’une musique douce, très douce, comme si l’ambiance allait être décontraction et douceur. J’essaie de rentrer la clé, mais tu as bloqué la serrure, me forçant à sonner pour prévenir de mon arrivée. La sonnette retentit deux fois et la seule chose que j’entends en prêtant l’oreille c’est ta voix disant : « Tu vas voir, ma belle, ce soir tu vas crier comme jamais. ».

Et là, tu m’ouvres tout doucement. La porte te dévoile, je distingue ton sourire, ton visage si doux mais quelque chose a changé. Oui, le maquillage ! Tu as forcé sur les tons sombres pour renforcer ton regard. Et tes cheveux, tu les as tirés en arrière pour te faire une queue de cheval parfaite, brillante avec les pointes qui ondulent à chaque mouvements de ta tête. C’est à ce moment que mon regard te détaille. Tu as mis les petits plats dans les grands ce soir. Tu ne portes qu’une guêpière en dentelle noire. Elle galbe tes seins à en creuser un magnifique sillon. On la croirait presque trop petite. En attendant, si déjà je bandais rien qu’à l’idée de passer une soirée avec mes deux femmes, je commence à être vraiment à l’étroit dans mon treillis. Surtout que pour votre plaisir, j’avais juste enfilé le plus moulant. Mais les détails ne s’arrêtent pas à la guêpière, en regardant plus en détail, je te découvre sans le string, une belle paire de bas à couture retenus par les bas pour enfin tomber sur une paire d’escarpins noirs qui te galbent les jambes. Tu es magnifique comme ça, à damner un saint. Je te le dis même :

— Tu es magnifique ce soir, mais que me vaut ce plaisir ?

— Ce soir, notre femme s’occupera de tous nos vices. Alors, quitte à se transformer en chienne, autant que j’en sois une aussi. »

Et là, tu me tends un collier et une laisse que je te passe autour du cou. Je ne tiens pas, j’ai déjà envie de te lécher jusqu’à te faire couler dans ma gorge. Mais je me retiens, je passe derrière toi et je vois ta croupe offerte. Je sens ton bassin reculer alors que ma bite est bien tendue. Tu te cambres encore. A croire que tu veux me branler entre tes fesses. Tu sais que j’adore ça. T’as vraiment envie que je sois en rut ce soir. Une fois la laisse bien en place, je te plaque face contre le mur de l’entrée et j’enfonce en toi un doigt, sans ménagement. Il entre tout seul. Tu es déjà trempée.

— A croire que tu as des envies, ma belle, envie d’être aussi salope que tu me l’as toujours prétendu.

— Ce soir nous sommes à toi. Tu réalises tout ce que tu as toujours voulu faire. Nous t’appartenons !

Elle murmure dans un soupir, alors que mon doigt coulisse vite et fort dans sa petite chatte :

— J’adore quand elle m’allume comme ça.

Au fur et à mesure que je te sens soupirer, je travaille ta petite chatte pour qu’elle s’ouvre. Tu coules de plus en plus et j’enfonce un doigt de plus… La seule chose que tu trouves à y dire c’est :

— Oh oui, putain, que j’aime ça ! Vas-y, mon cœur, fais-moi du bien !

— T’en fais pas, ma belle, vais te faire crier comme jamais ! Tu vas la réclamer, ma queue, je te le garantis »

C’est à ce moment que je ressors mes doigts trempés de ta mouille pour tenter de les insérer dans ton joli petit cul. Mais impossible. La place est déjà occupée par le plug. A voir la façon dont tu mouilles du cul. Ca fait un joli moment qu’il est en train de te faire du bien. C’est alors que je récupère ta mouille sur mes doigts et je te les enfonce bien au fond de ta gorge.

— Vas-y, ma belle, lèche-les bien. Nettoie-les.

— J’adore mon jus. Fais-moi couler encore. Je veux tout boire. » me réponds-tu.


Mais pour le moment, c’en est assez pour toi. Je ne tiens plus j’ai envie de ta bouche. Toujours en te maintenant par la laisse, je te fais te mettre à genoux devant moi. Que tu es belle quand tu es offerte comme ça. Tu as compris ce que je veux. Sans plus attendre, te voilà en train de sortir ma queue de mon boxer. Tu la regardes avec envie. C’est là que je tire sur ta laisse pour te forcer à venir poser tes lèvres juste sur mon gland. Tu me regardes droit dans les yeux jusqu’au moment où tu sens ma queue forcer ta bouche. Tu fermes les yeux et tu commences à l’aspirer. Tu l’enfonces toujours plus loin. Tu la veux.

Je pose ma main sur ta tête et je commence à te donner un rythme. Tu passes tes mains derrière ton dos et tu les croises. Cela fait ressortir ta poitrine galbée. Tu soupires au fur et à mesure que je commence à te baiser la bouche. Des filets de salive commencent à sortir de ta bouche. Je m’enfonce toujours plus loin jusque dans ta gorge. Je sais que tu aimes ça tout autant que moi. A voir tes yeux se poser sur moi... Tu réclames ma semence. Tu veux que je décharge au fond de ta bouche. Tu veux me boire. Je ressors enfin de ta bouche en arrivant à la jouissance.

Je lui dis dans un soupir, alors que j’étais sur le point de décharger :

— Doucement, ma belle, on a tout le temps. Tu me l’as dis toi-même : c’est moi qui contrôle ce soir...

Elle me répond en commençant à avancer dans ce couloir, à genoux comme la bonne chienne qu’elle est…

— Une très belle surprise t’attend juste au bout du couloir mon cœur. Je te promets que l’on va bien s’amuser...

Diffuse en direct !
Regarder son live