Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 58 497 fois
  • 383 J'aime
  • 19 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Une soirée qui part en vrille

Chapitre 1

Action ou vérité

Inceste

Moi, c’est Maxime (oui, le pseudo ne correspond pas mais un jour, j’avais vu sur un forum quelqu’un utiliser ce pseudo en référence humoristique à un chanteur que je ne connaissais pas, Bobby Lapointe. Du coup, je reprends ce pseudo que je trouvais drôle). Je suis issu d’une famille de trois enfants. J’ai donc deux surs, l’aînée, Mélanie a deux ans de plus que moi et ma sur cadette, Chloé, a un an et demi de moins que moi.


Cette histoire commence il y a deux ans. J’avais vingt-huit ans, j’étais célibataire et je travaillais depuis cinq ans dans la même société. De ce que je savais, mes surs aussi étaient célibataires. Tout du moins, si elles étaient en couple, c’était trop récent pour que je le sache.


Dans mon travail, j’avais plusieurs collègues avec lesquels je m’entendais bien. Il m’arrivait régulièrement d’être invité chez certains ou d’en inviter chez moi. Un jour, l’un des collègues avec lesquels je m’entendais bien et chez qui j’étais déjà allé à de nombreuses reprises m’invita à une nouvelle soirée.


Eh Max, tu as quelque chose de prévu samedi ?

Non, pourquoi ?

J’organise une petite soirée spéciale chez moi.

Cool, je viendrai.

Tu peux venir accompagné si tu veux.

Je suis célibataire.

Tu as deux surs, tu peux les inviter. Elles seront les bienvenues.

Je verrai avec elles et je te tiens au courant.


Je n’avais pas vraiment fait attention au petit mot "spéciale". Pourtant, si j’y avais prêté attention, je lui aurais probablement demandé des précisions.


Dans les jours qui suivirent, je proposai à mes deux surs de venir à cette soirée avec moi. Elles avaient toutes les deux déjà vu mon collègue et l’appréciaient, donc comme aucune d’elle n’avait prévu quelque chose de particulier, elles acceptèrent toutes les deux de m’accompagner.


Le samedi soir, je passai chercher mes surs. Il était plus simple de n’utiliser qu’une seule voiture car si l’un d’entre nous buvait trop, l’un des deux autres pouvait prendre le volant. Ma sur aînée étant plus proche de chez moi, c’est donc elle que je passai prendre en première. Elle était dans une robe rouge moulante qui lui allait très bien. Ma sur cadette aussi était bien apprêtée. Elle portait une robe noire échancrée avec un large décolleté qui laissait apparaître la naissance de sa poitrine. M’attendant à une soirée plutôt classique, je n’avais pas été particulièrement attentionné sur ma tenue. Le long du trajet, nous parlâmes un peu de tout et de rien. Cela occupa le temps jusqu’à l’arrivée chez mon collègue.


Arrivés chez mon collègue, c’est une ravissante femme qui nous ouvrit et nous invita à entrer.


Je crois que tu avais déjà vu ma sur, dit mon collègue en venant à notre rencontre.

Non, sinon je me souviendrais d’une femme aussi charmante, répondis-je.

Au temps pour moi. Delphine, je te présente Maxime et ses surs, Chloé et Mélanie.

Enchantée.


Je vis quatre autres personnes que je ne connaissais pas. Nous fîmes les présentations. Dans les minutes qui suivirent, d’autres personnes arrivèrent également. En tout, nous étions une douzaine. Même si j’étais venu accompagné de deux filles, la parité était respectée. Il y avait autant de filles que d’hommes. Mais en dehors de mon collègue et de mes surs, je ne connaissais personne, mais tout le monde paraissait sympathique.


La soirée se deroula de façon assez banale. Chacun alla parler à ceux qu’il ne connaissait pas. J’ai ainsi fait la connaissance de Florence, une brune aux cheveux longs ondulés plutôt ravissante. Malheureusement pour moi, elle n’était pas célibataire.


Sans s’en rendre compte, l’alcool finit par devenir de plus en plus présent et aucun de nous trois n’aurait été capable de reprendre le volant. Tous les convives buvaient plus ou moins modérément. Vers vingt-trois heures trente, la sur de ma collègue nous invita à tous nous réunir dans le salon où tous les meubles avaient été éloignés et les volets avaient été fermés. Mon collègue nous demanda de lui remettre nos téléphones. Je ne comprenais pas trop la raison, mais je le fis, ainsi que toutes les autres personnes présentes. Sa sur palpa chacun d’entre nous pour s’assurer que personne n’avait caché d’autre téléphone. Il ressortit de la pièce avec tous les téléphones et revint quelques instants plus tard.


Pour ceux qui participent pour la première fois, nous avons pris les téléphones pour que personne n’enregistre ce qui va se passer.


À ces mots, je commençai à me demander où j’avais atterri. Je commençai à m’imaginer une séance de spiritisme ou d’exorcisme ou encore quelque chose de sectaire. Je regardai mes surs qui étaient tout aussi perdues que moi.


Il nous invita à nous asseoir sur les coussins posés au sol. J’essayai de ne pas le montrer, mais j’avais peur. Et pire encore, j’avais entraîné mes surs dans cette séance qui s’annonçait glauque.


Avant de commencer, levez la main ceux pour qui c’est la première participation, dit mon collègue.


Timidement, nous fûmes quatre à lever la main, moi, mes surs et un autre homme. Au moins, certains avaient déjà participé à ce type de soirée et étaient encore en vie. Je ne risquais probablement pas de mourir ce soir-là.


Ce soir, nous allons donc faire une soirée "Action ou vérité", dit mon collègue. Les règles sont simples. Deux vérités maximum consécutives. Après, vous n’aurez pas le choix de réaliser une action.


"Tout ce manège pour un jeu à la con ! Et il y en a qui reviennent pour ça ? On va bien se faire chier." pensais-je sans le dire.


Celui ou celle qui refuse de répondre ou de réaliser l’action à un gage.


Sa sur se leva et alla chercher quelque chose dans l’un des tiroirs d’un des meubles. Elle revint avec un énorme gode d’au moins cinquante centimètres de long et dix de large. Elle prit une lingette et le désinfecta devant tout le monde.


Le gage, c’est de s’asseoir sur "Megabite".


L’homme pour qui cette soirée était aussi une première participation leva la main.


Les mecs aussi devront s’asseoir dessus ? demanda-t-il inquiet.

Homme ou femme. Et pour les femmes aussi ça sera à insérer derrière.

Et pour l’avoir essayé seulement par devant, dit la sur de mon collègue, même là c’est douloureux. Donc croyez-moi, mieux vaut éviter.


Je commençai à comprendre que cette version de ce célèbre jeu allait avoir un côté tourné sur la sexualité. Je redoutais déjà les réactions de mes surs lorsqu’elles comprendraient qu’elles risquaient de devoir sucer un inconnu, si toutefois les actions étaient poussées jusque-là.


Jérôme, tu commences ? demanda mon collègue.

D’accord. Vérité, dit-il.

Commençons calmement pour les non-initiés. As-tu déjà mesuré la taille de ta bite ?

Oui. 16,5 centimètres. À toi Isabelle, dit-il à une autre initiée de la soirée.

Action, annonça-t-elle.


La sur de mon collègue sortit un grand pot en verre dans lequel plusieurs feuilles étaient pliées.


Tu préfères une action du pot ?

Vu ce qu’il y a là-dedans, autant commencer plus soft. Annonce ton action.

Très bien. Roule une pelle à n’importe quel mec présent ici.

Une minute, comme d’habitude ?

Oui.


Elle se leva et se dirigea vers lui. La sur de mon collègue regarda sa montre pendant qu’Isabelle embrassait mon collègue. Ils ne faisaient clairement pas semblant, les langues étaient assez visibles.


C’est bon, dit la sur de mon collègue à la fin de la minute écoulée.

Je te le rends, lui répondit-elle avec le sourire.

Vous voyez, dit mon collègue. Tout le monde peut participer. Est-ce que l’un des nouveaux se porte volontaire pour le prochain tour ? De toute façon, votre tour viendra tôt ou tard.

Moi, dis-je pour prouver ma témérité à mes surs. Vérité.

Très bien, dit mon collègue. Donc pour tous ceux qui n’ont pas fait sa connaissance, les deux filles qui sont à côté de Maxime sont ses surs. Isabelle, c’est à toi de lui poser ta question.

Alors Maxime. Est-ce que tu t’es déjà branlé en fantasmant sur l’une de tes surs ? Bien sûr, si c’est déjà arrivé, il faut que tu dises de laquelle il s’agissait.


Je ne m’attendais clairement pas à ça. Pour une entrée en matière, je suis servi.


Oui, je me suis déjà branlé en pensant à Mélanie, ma grande sur.


Je n’osai pas regarder mes surs de peur de voir leur réaction.


Choisis quelqu’un, dit la sur de mon collègue.

Ah oui, c’est vrai. Toi, dis-je à un homme dont je n’avais pas retenu le prénom.

Clément. Je choisis une action du pot.


La sur de mon collègue me tendit le pot. Je tirai un papier au hasard et hésitai à annoncer l’action.


J’hésite à annoncer ça, dis-je.

Tu peux y aller, j’ai déjà quasiment fait tout ce qu’il y a là-dedans.

Sérieux ? T’as déjà participé combien de fois ?

Je ne sais plus, vingt ou trente. Peut-être plus.

OK. Alors fous-toi à poil et restes-y tout le reste de la nuit et branle-toi pendant une minute minimum.

Ça va, c’est encore assez soft.


Sans hésitation, il retira tous ses vêtements et les jeta loin dans la pièce puis commença à se masturber sans gêne. Toutes les filles le regardaient, y compris mes surs et je comprenais pourquoi. Ce type était doté d’un engin incroyablement long. Il devait probablement dépasser les vingt centimètres. En comparaison, mes dix-sept centimètres auraient parus ridicules.

Tu peux arrêter ou continuer, dit la sur de mon collègue une fois la minute terminée.


Il s’arrêta, mais quelques filles continuaient de regarder sans discrétion la poutre encore dressée de Clément qui, comme l’avait été annoncée l’action, ne se rhabilla pas.


Toi, dit-il ensuite à Mélanie.

Action, lança-t-elle.

Pot ou pas ?

Non.

Très bien. Dans ce cas, déshabille ton frère et branle-le pendant au moins une minute.

On va faire simple, dit mon collègue. Au lieu de toujours préciser la durée, sachez que toutes les actions devront durer au moins une minute.

Et si je ne veux pas ? intervins-je.

Si elle est d’accord, mais pas toi, dans ce cas Megabite est pour toi. Mais vu que tu as dit fantasmer sur elle, je ne pense pas que tu y seras opposé.


Je me suis laissé déshabiller par ma grande sur qui m’a ensuite branlé. Je compris que le jeu n’allait pas avoir de barrière. Pour que personne ne soit choqué de voir une sur branler son frère, nul doute que cela risquait d’aller encore plus loin. Durant une fraction de seconde, je repensai à la saisie des téléphones et je compris pourquoi personne ne devait filmer quoi que ce soit.


Tu peux arrêter ou continuer, annonça la sur de mon collègue.

Tu veux que j’arrête ? me demanda alors Mélanie.

Non ! avouai-je.


Mélanie continua à me masturber sans paraître choquée par la situation.


Tu as envie d’aller plus loin ? demanda mon collègue après environ une minute supplémentaire.

On a le droit ? demanda Mélanie.

L’action est un minimum, rien ne vous interdit d’aller plus loin.

OK.


Elle se pencha ensuite sur moi et vint alors me sucer sous le regard des autres participants qui ne ratèrent pas une miette du spectacle. N’y tenant plus, je finis par me lâcher dans sa bouche en lui maintenant la tête. Mélanie se redressa après avoir avalé ce que je venais d’expulser dans sa bouche. Personne ne sembla porter de jugement sur ce à quoi ils venaient d’assister. Sans avoir été imposée par une quelconque action du jeu, elle retira sa robe et son string et se rassit sur le coussin. Dans la foulée, cinq autres personnes l’imitèrent, y compris Chloé. Il y avait donc plus de personnes nues que de personnes habillées.


N’oublie pas de choisir quelqu’un pour le prochain tour, dit la sur de mon collègue.

Ah oui, c’est vrai. À toi alors, lui rétorqua-t-elle.

Action du pot, répondit-elle sans hésiter.

Suce/lèche n’importe quel personne du sexe opposé.


Je m’attendais à ce qu’elle s’empare du monstrueux sexe de Clément, mais au lieu de ça, elle se tourna vers mon collègue. Ils s’embrassèrent sans retenue. Je compris assez aisément qu’ils n’en étaient clairement pas à leur première fois et qu’ils avaient sans aucun doute été plus loin que la fellation. D’ailleurs, là encore ils allèrent au-delà d’un acte à sens unique. Mon collègue s’allongea à côté de sa sur et alla s’abreuver à sa source déjà dégoulinante pendant que sa sur s’occupait de son chibre. Ils n’arretèrent qu’une fois que lui aussi eut rempli la bouche de sa sur. Elle avait eu deux orgasmes.


Les esprits s’echauffèrent et maintenant plus personne n’avait de vêtements sur eux. La sur de mon collègue sortit du jeu quelques minutes, le temps de mettre tous les habits sur le canapé.


À toi Étienne, dit alors celle qui venait d’effectuer son tour.

Vérité ! Non je déconne, action hors du pot.

Branle-toi et gicle sur la fille qui te plaît le plus.


Il se leva et se dirigea vers Chloé tout en se masturbant.


Visage ou seins ? demanda-t-il à ma sur.

Seins, répondit Chloé.


Il se rapprocha de la poitrine de ma sur qui reçut plusieurs giclées. Il n’hésita pas à essuyer les dernières gouttes sur les tétons de ma sur.


Chacun participa et plus personne ne choisit une vérité, préférant largement les actions du pot ou d’autres tout aussi poussées, voire plus.


En plus d’avoir un sexe monstrueux, Clément fut aussi le premier à être de nouveau prêt à l’action.


Lèche-moi, lui proposa Florence.

Baise ta sur, dis-je à mon collègue.

Tape-toi l’une de tes surs me dit Florence.


Sans réfléchir, je me tournais vers Mélanie qui m’ouvrit ses cuisses. Chloé coucha avec Clément et un autre gars du groupe. Mon collègue remplit l’intimité de sa sur et moi je me vidai à l’intérieur de Mélanie. Florence coucha avec un autre mec du groupe et une fille.


Après avoir tous récupéré un peu, certains convives commencèrent à se rhabiller.


Il faut que je retourne chez moi avant que mon mari ne rentre de son travail, dit Florence. En tout cas c’était cool, comme toujours, dit-elle à mon collègue et à sa sur.

À la prochaine, lui dit mon collègue.

Comptez sur moi !

Attends-moi, je te redonne ton téléphone, dit la sur de mon collègue.


Puis d’autres commencèrent à quitter les lieux. Un homme et une femme quittèrent la pièce sans se revêtir.

Ils rentrent chez eux à poil ? demandai-je.

Non, ils vont finir la nuit ensemble dans l’une des chambres. Vous pouvez aussi rester ici cette nuit si vous voulez.


Chloé m’embrassa et me proposa de rester dormir ici.


Il vous reste des chambres ? demanda ma sur.

On en a quatre. Je vous en montre une.


Sans nous rhabiller nous aussi, nous suivîmes mon collègue qui nous amena jusqu’à une chambre libre. Chloé m’embrassa, puis nous nous allongeâmes tous les trois dans le lit. Chloé fit son maximum pour me remotiver, puis lorsqu’elle y parvint, elle s’empala sur moi sous le regard de Mélanie qui resta simple spectatrice. Après avoir ejaculé au fond de Chloé, nous finîmes par nous endormir totalement épuisés.

Diffuse en direct !
Regarder son live