Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 29 239 fois
  • 207 J'aime
  • 4 Commentaires

Une soirée qui part en vrille

Chapitre 3

Révélations

Inceste

Le lundi matin, le réveil sonna pour me rappeler qu’il était temps de se lever et de se préparer pour aller au travail. Je sentis une présence collée contre moi que je savais être Chloé.


— Bonjour, me dit-elle en m’embrassant.

— Bonjour, lui répondis-je. On a passé un bon week-end.

— Le meilleur de tous, me fit-elle savoir. J’ai envie de toi ! m’informa-t-elle en essayant déjà de me motiver manuellement.

— Je pense que je peux arriver en retard ce matin, dis-je en ayant la même envie qu’elle.


Nous ne cherchâmes pas à écourter ce moment en bâclant un acte aussi agréable. Peu importe le temps que cela allait prendre et le retard que j’allais avoir au travail. Une fois notre envie matinale comblée, nous allâmes ensemble sous la douche, puis nous prîmes le petit-déjeuner. Chloé remit sa robe au dernier moment, toujours sans remettre son string qu’elle me proposa de garder. Je la ramenai chez elle. Nous nous embrassâmes longuement une fois arrivés sur le parking de son appartement. Chloé me proposa de passer chez elle le soir. Une proposition que j’acceptai avec un grand plaisir. Je pris ensuite la direction de mon lieu de travail où j’arrivai avec plus de vingt minutes de retard.


Je vis mon collègue avec qui, par discrétion, je préférais ne pas parler des détails de la soirée passée chez lui.


— Salut, lui dis-je simplement.

— Salut, tu as de la chance, le boss n’a pas remarqué ton retard.

— D’accord, merci.


Quelques heures plus tard, à l’abri des autres, c’est lui qui me reparla de la soirée.


— Pas trop déçu de la soirée ? Tu avais l’air stressé au début.

— Ne m’en parle pas. Je voyais un groupe qui se rassemble dans une pièce totalement fermée, j’ai pensé à un truc satanique.

— Ça tu niques, dit-il en rigolant.

— Oui, finalement c’est plutôt ça, rigolai-je avec lui. Par contre, il y a une question que je me pose.

— Laquelle ?

— On est collègues depuis que tu es arrivé ici il y a presque aussi longtemps que moi. Sans dire que nous sommes amis, nous sommes assez proches en dehors du travail. Pourquoi avoir pris un tel risque de m’inviter ? Tu n’as pas eu peur que si ça se passe mal, je raconte tout ?

— Ça fait un an que Delphine voulait t’inviter. Moi je craignais justement tout ce que tu viens de dire. Donc j’ai commencé à t’étudier pour savoir si je pouvais te faire confiance. D’ailleurs, en parlant d’étudier les gens, je veux juste te dire que d’après ce que Delphine et moi avons vu, tu t’es trompé de sœur.

— Qu’est-ce que tu entends par là ? Avec Chloé, on l’a fait dans la chambre.


La conversation prit fin sur cette révélation car une autre personne de la société passa non loin de là où nous étions. Le reste de la journée de travail se déroula de façon aussi banale que les journées habituelles.


En sortant du travail, je décidai de passer voir Mélanie pour m’excuser auprès d’elle. C’était de ma faute si elle regrettait la soirée. J’avais été jusqu’à coucher avec elle et j’avais même éjaculé en elle. C’était peut-être trop pour elle et elle n’osait pas me le dire. Mélanie m’ouvrit sa porte et m’invita à entrer.


— Je pense qu’il faut que nous parlions de la soirée, commençai-je.

— Pas de souci, je t’écoute.

— Je suis désolé si tu regrettes ce qu’il s’est passé.

— Je ne regrette absolument pas, me dit-elle.

— C’est vrai ? On a quand même couché ensemble et j’ai éjaculé en toi.

— Oui je sais. C’était même très bon.

— Alors pourquoi tu réagis comme ça ?

— Parce que même si c’était bon d’avoir couché ensemble, je ne peux pas faire ça à Chloé.

— Qu’est-ce que tu veux dire ? Elle aussi elle a couché avec des mecs pendant la soirée. Elle a même eu les faveurs du gars avec la grosse bite.

— Je veux dire que ce n’est pas sur moi que tes fantasmes devraient se tourner. Tu devrais plutôt te concentrer sur Chloé. Si tu n’en es pas capable, alors arrête tout maintenant et ne la fais pas souffrir.


C’était la seconde personne qui a participé à la soirée qui me reparlait de Chloé. J’avais probablement raté quelque chose durant cette soirée.


— Explique-moi, lui demandai-je sans comprendre.

— Combien de fois vous l’avez fait après m’avoir déposée chez moi ?

— Quatre fois, si on compte aussi les pipes complètes comme un rapport. Et je pense qu’on va encore le faire ce soir puisque je vais passer la nuit chez elle.

— N’y vas pas si tu veux juste t’amuser. Toi et moi, on a couché ensemble et ça représente juste un bon moment. Pour Chloé, quand je vous ai vus, c’était clair que ça représentait beaucoup plus. Une fille ne couche pas autant de fois en si peu de temps avec un mec qui ne représente rien. Surtout que je ne pense pas que vous avez pris le temps de sortir de chez toi pour aller acheter des capotes. Donc crois-moi, les filles ne prennent pas autant de risques si elles n’ont pas l’intention de s’engager avec un mec.

— Tu veux dire qu’elle aurait peut-être des sentiments pour moi ?

— Ce n’est pas "peut-être", c’est certain !


Je comprenais mieux pourquoi Chloé voulait passer autant de temps avec moi depuis la soirée chez mon collègue. Je me mis à réfléchir à la situation.


— Ça y est, tu commences à te refaire le film de tous vos moments passés ensemble depuis la soirée ?

— Oui. Tu as peut-être raison.

— Et du coup, tu comptes faire quoi ? Tu vas quand même aller la voir ce soir ?


Je pris encore un peu de temps pour réfléchir.


— Si ce que tu me dis est vrai, si je vais la voir ce soir, ça veut dire que je m’engage avec Chloé.

— C’est ça, me confirma-t-elle.

— Et ça te dérangerait de nous voir ensemble ?

— Si c’est ce que vous voulez vraiment, alors non. Je serai contente pour vous.

— Et tu ne serais pas jalouse ? J’aimerais vraiment que tu répondes sincèrement.

— Même si c’est très bon de coucher avec toi, ça ne pourrait jamais aller plus loin qu’une nuit ensemble de temps en temps. Donc non, je ne serai pas jalouse de savoir que c’est elle que tu choisis.

— D’accord. Je te remercie pour ta sincérité.

— Tu sais déjà ce que tu vas faire ?

— Je reconnais que le sexe avec toi est excellent. Mais je t’avoue qu’à ce niveau là, Chloé se débrouille très bien aussi. Et je pense avoir du mal à me passer sexuellement de vous deux. Je pense que Chloé mérite largement qu’un homme s’engage avec elle.

— Et tu veux être cet homme...

— Oui.

— Je te demande juste de ne pas être à l’origine de son malheur. Si tu ne l’aimes pas, ne te force pas à rester avec elle et sois honnête.

— D’accord.


J’embrassai Mélanie en posant mes lèvres sur les siennes sans mettre la langue dans sa bouche, pour la remercier de m’avoir fait ouvrir les yeux sur les sentiments de Chloé et sur mes intentions envers elle. Puis je descendis à ma voiture pour me rendre chez Chloé. En arrivant chez elle, je fus reçu avec un long baiser. Emporté par ce baiser, mes mains se promenèrent naturellement sur son corps, glissant assez rapidement sous ses vêtements.


— Tu as passé une bonne journée ? lui demandai-je.

— Ça va, me répondit-elle. Et toi ?

— Moi aussi, journée normale. Je sors de chez Mélanie.

— Ah, vous avez remis ça ? me demanda-t-elle.

— Ça te dérangerait si c’était le cas ?

— Non.

— Ce n’est pas ce qu’elle m’a dit. D’après elle, tu as des sentiments plus que fraternels pour moi.

— Elle a raison, me confirma-t-elle sans aucune hésitation.

— Du coup, elle ne veut pas coucher avec moi pour ne pas te blesser.

— Je sais que tu la préfères à moi. Donc si vous avez envie tous les deux, je n’ai pas à être jalouse.

— Et si je décidais d’entamer une vraie relation avec toi, tu aurais toujours le même discours ?

— C’est vrai ? Tu serais prêt à essayer une histoire sérieuse avec moi ?

— Bien sûr.


Ravie de cette nouvelle, elle m’embrassa une nouvelle fois.


— Dans ce cas, si c’est officiel entre nous, je ne veux pas que tu couches avec une autre femme que Mélanie en dehors des soirées organisées par ton collègue.

— Tu veux toujours que je participe à ses soirées ?

— Oui, mais soit avec moi, soit avec Mélanie. Ou avec nous deux.

— D’accord. Je ne pensais pas que tu aurais envie de me laisser coucher avec d’autres femmes.

— Dans l’idéal, je préfèrerais être la seule, mais dans le cas contraire, je préfère savoir avec qui tu le fais.


Nous discutâmes encore quelques minutes, puis nous continuâmes la soirée dans la chambre de Chloé, officialisant ce début de relation.

Diffuse en direct !
Regarder son live