Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 20 973 fois
  • 148 J'aime
  • 4 Commentaires

Une soirée qui part en vrille

Chapitre 5

Le puceau

Inceste

Cela faisait environ deux mois et demi que je participais aux soirées organisées par mon collègue et sa sœur. La fréquence était approximativement la même, à savoir, toutes les deux semaines environ. Durant les cinq ou six participations, je fus plus souvent accompagné de Mélanie que de mes deux sœurs. Chloé préférait nous laisser profiter de ces soirées pour que Mélanie et moi nous retrouvions et puissions céder à nos envies de recommencer.


Même si j’avais la possibilité de coucher avec n’importe quelle autre fille, durant ces soirées, je ne cherchais jamais à coucher avec quelqu’un d’autre que Mélanie ou que Chloé. Et aucune autre fille ne semblait vouloir coucher avec moi. En revanche, ayant un physique très agréable, de nombreux hommes n’ont pas hésité à faire savoir à Chloé qu’elle les intéressait. Et il lui est arrivé quelques fois de coucher avec certains d’entre eux. Mais ce n’était pas le cas de Mélanie. Durant chacune des soirées où nous avions participé, il n’y a qu’avec moi qu’elle couchait. Elle a pourtant un physique très avantageux aussi, mais les hommes préféraient Chloé.


Au cours des différentes soirées nous avions pu faire la connaissance des participants réguliers. C’est ainsi que je sus qu’en dehors de nos hôtes, nous étions les seuls frères et sœurs réguliers, même si, pour l’avoir vu de mes propres yeux, nous n’étions pas les seuls frères et sœurs à avoir participé aux soirées organisées.


Ce soir-là, outre le fait que je vis une nouvelle tête que je devinais être sa première participation. Il devait avoir entre dix-huit et vingt ans maximum, mais je fus aussi intrigué par son stress.


— C’est la première fois que tu viens ? lui demandai-je en étant quasiment sûr de la réponse.

— Oui. Et toi, tu es déjà venu avant ce soir ?

— Oui. C’est pour ça que je peux te dire de détendre.

— Il se passe quoi exactement dans ce genre de soirée ? me demanda-t-il encore stressé.

— Que sais-tu déjà sur ce genre de soirées ?

— Juste ce que j’ai lu sur l’annonce.

— Et elle disait quoi l’annonce ?

— Tu ne l’as jamais lue ? Tu as connu ce type de soirée par un autre moyen ?

— Si, me rattrapai-je. Je l’ai déjà lue lors de ma première participation. Mais je demandais ça simplement pour savoir si l’annonce a changé.

— Ça reste assez vague. Je l’ai vue sur le forum d’un site de jeux. Pourtant je ne vois aucun ordinateur ni console.

— C’est un autre type de jeu, mais en général, tout le monde y prend du plaisir.


Je n’en savais toujours pas plus sur le contenu de l’annonce. En revanche, je savais qu’elle n’était pas spécialement publiée sur des sites spécialisés pour adultes.


Le passage dans la pièce voisine se fit sans crainte pour les habitués, mais je restai vers le nouvel arrivant pour le rassurer. Delphine palpa tout le monde. Et arrivée à hauteur du nouveau participant, la palpation ne se passa pas totalement comme je l’aurais pensé. Lorsque les mains de Delphine arrivèrent au niveau du pantalon, le nouveau fut pris de spasmes que je reconnus assez facilement pour l’avoir déjà connu. Il venait d’éjaculer dans son pantalon. Un peu honteux, il commença à partir pour ne pas que quelqu’un s’aperçoive de ce qui venait de se passer.


— Tu peux rester, dit Delphine en le retenant par le bras.

— Ne t’inquiète pas, dit Florence. Tu es pile au bon endroit pour ce qui vient de t’arriver.


Une autre habituée alla le voir et l’embrassa avec la langue tout en glissant sa main dans le pantalon du nouveau participant.


— Si tu veux aller plus loin ce soir, tu peux rester. Sinon, tu peux rentrer chez toi.


Je ne sais pas trop s’il était déjà convaincu de rester avant cela, mais la main dans son pantalon l’a clairement fait rester pour la soirée.

Un rapide rappel du règlement puis, contrairement aux fois précédentes où il avait été coutume de commencer sobrement lors d’une nouvelle arrivée, vu ce qu’il avait déjà pu apercevoir, il fut décidé de commencer le jeu normalement.


— Qui veut commencer ? demanda mon collègue.

— Moi, fit Florence. Action hors du pot.

— Très bien. Débarrasse notre nouvel arrivant de ses habits souillés.

— Avec joie.


Elle s’approcha de Michael qui était encore un peu timide et hésita à se laisser déshabiller. Pour le rassurer, Florence n’hésita pas à retirer ses vêtements et à se montrer nue devant lui.


— Tu vois, ça va aller, lui dit-elle.


Il chercha la bouche de Florence qu’il trouva assez facilement. Elle entreprit ensuite de le déshabiller. Cette fois, il ne chercha pas à lutter et se retrouva bientôt débarrassé de ses vêtements. Il tenta de cacher sa nouvelle érection mais Florence lui écarta les mains.


— N’aies pas peur de montrer ton état, lui dit-elle en douceur. À moi de désigner quelqu’un et c’est donc à toi de choisir une action ou une vérité.

— Si je choisis une action, est-ce que je vais devoir faire un truc sexuel ?

— Ça dépendra de moi ou de ce qu’il y aura dans le pot, lui fit savoir Florence.

— Action. Je ne sais pas ce qu’il y a dans le pot donc je ne vais pas prendre une action du pot.

— Très bien. Désigne la fille qui te plaît le plus et propose-lui de perdre ta virginité avec elle.

— Sérieux ?

— Oui.

— Mais si la fille ne veut pas ? Je ne veux pas imposer un rapport forcé à une fille.

— C’est tout à ton honneur, dit Florence. Dans ce cas, que toutes celles qui ne se sentiraient pas forcées lèvent la main.


Florence fit partie du lot de celles qui levèrent la main. Toutes en faisaient partie, sauf Mélanie.


— Tu as l’embarras du choix. Est-ce que parmi celles qui ont levé la main, il y a celle qui te plaît le plus ?

— Oui.

— Pour ma part, je n’ai jamais dépucelé de mec, dit Chloé.

— N’oublie pas ton action. Choisis une fille et propose-lui de perdre ta virginité avec elle.

— Toi, dit-il à Chloé. Tu es vraiment très belle. Tu es sûre que ça ne te dérange pas de coucher avec moi ?

— Bien sûr !

— Il y a des chambres où on peut être plus tranquilles ?

— Désolé Michael, mais tu devras faire ça ici, dit Delphine. Mais rassure-toi, que tu tiennes dix secondes ou dix minutes, personne ne te jugera.

— D’accord.

— Tu pourras jouir en moi, je prends la pilule, l’informa ma sœur.


Chloé retira ses habits et allongea Michael sur le dos.


— Je peux te lécher avant ? demanda-t-il.

— Bien sûr, répondit ma sœur.


Elle mit son visage sur la tête de celui qui allait bientôt ne plus être puceau et celui-ci entreprit de lécher l’intimité de Chloé. Elle ne réagit pas beaucoup pendant une ou deux minutes, puis vinrent les premiers gémissements de plaisir. Elle n’hésita pas à lui donner des conseils qu’il sembla appliquer rigoureusement. Après une dizaine de minutes, Chloé fut prise d’un réel orgasme qu’elle ne simulait pas. Après s’être détendue, elle s’empala sur la tige de Michael qui perdit ainsi sa virginité à l’intérieur d’une fille qui lui plaisait. Chloé fit quelques va-et-vient sur l’organe du jeune homme puis en quelques secondes, celui-ci ne put se contrôler davantage et remplit l’antre humide de Chloé. Elle l’embrassa pour le congratuler.


— Déjà de nouveau d’attaque à ce que je sens, dit-elle alors qu’il venait de jouir moins de trente secondes plus tôt.


Il ne chercha pas à savoir s’il allait trop loin en le faisant une seconde fois. Il prit le bassin de Chloé qu’il commença à faire aller et venir sur lui de nouveau. Après quelques secondes, ma sœur reprit les commandes et se déhancha jusqu’à ce qu’elle reçoive une seconde fois la jouissance de Michael en elle. Cette fois, il était vraiment vidé et ne pouvait pas enchaîner de troisième round.


— C’était génial, fit-il savoir en essayant de reprendre sa respiration.

— Tant mieux, répondit Chloé. Même si je ne peux pas comparer, je trouve que pour une première fois, tu t’es plutôt bien débrouillé. Enfin, c’était plutôt deux premières fois en une, mais c’était bien quand même.

— À toi de désigner quelqu’un, l’informa mon collègue après quelques secondes supplémentaires de récupération.

— Ah oui, c’est vrai. À toi alors, dit-il à mon collègue.

— Action du pot.


Le récemment dépucelé tira un papier au hasard et lit l’intitulé.


— Branle-toi sur la personne de ton choix.


Sans surprise, il se leva et se masturba sous le regard de Delphine qui ne ratait pas une miette de spectacle. Et sans lui demander, probablement parce qu’il la connaissait suffisamment pour ça, il inonda le visage de sa sœur qui parut ravie de paraître ainsi aux yeux de tous.


Tour à tour, chacun fut désigné et la plupart des hommes furent menés jusqu’à l’éjaculation tandis que la plupart des femmes eurent également droit à un ou plusieurs orgasmes.


— Le jeu s’arrête ? demanda logiquement Michael en constatant l’état de la plupart des participants.

— Il faut un peu de temps à chacun pour retrouver de la vitalité, fit savoir mon collègue. Mais si tu veux vraiment partir, tu es libre de rentrer chez toi.

— Ça veut dire qu’on continue ?

— Oui, on peut continuer avec des vérités le temps que tout le monde récupère.


Les premiers eurent droit à une vérité le temps de récupérer un peu. Vint ensuite logiquement le tour de Michael.


— Quel est ton genre de films de cul préféré ? lui fut-il demandé.

— Les films hétéros, répondit-il.

— Oui, mais quel genre ? Avec des asiatiques ? SM ? Avec de la sodomie ? Des cougars ?

— Ah ça ? Plutôt classique. Mais de préférence avec des brunes à petits seins. Je ne suis pas trop fan des gros seins refaits ou des gros seins naturels qui retombent. À toi, me dit-il.

— Vérité.

— Quel âge tu avais et qu’est-ce qui t’a donné envie de te branler lors de ta toute première fois ? C’était un film ? Une personne ?

— J’avais douze ans et c’était après avoir vu ma grande sœur se changer. Elle était de dos mais je voyais aussi son reflet dans le miroir. Heureusement, elle ne m’a pas vu.

— J’imagine que c’est un truc que tu ne lui diras jamais.

— Il m’en avait déjà parlé, dit alors Mélanie.

— Tu veux dire que... tu es sa sœur ? Vous avez couché ensemble tout à l’heure...

— Ça te choque ? demanda Chloé.

— C’est juste que je ne m’attendais pas à ça. Toi tu coucherais avec ton frère ?

— Demande-lui, il est là, dit-elle en empoignant mon dard qui reprenait un peu de vigueur.

— C’est une blague ? Vous allez vraiment me faire croire que vous êtes tous les trois frères et sœurs et que vous couchez ensemble ?

— Nous sommes dans "action ou vérité" donc nous te disons la vérité. Et pour être totalement transparents, avec Mélanie, nous couchons ensemble de temps en temps. Mais Chloé et moi sommes ensemble. Nous faisons l’amour quasiment tous les jours.


Comme il fallait s’en douter après de tels aveux, lorsque nous fûmes tous suffisamment en forme pour un deuxième tour, Michael proposa à Chloé de s’empaler sur moi. Ce qu’elle fit sans aucune hésitation jusqu’à ce qu’elle soit remplie.


Une fois le jeu terminé, nous rentrâmes chez nous.


— Tu viens dormir chez nous Mélanie ? demanda Chloé.

— Je ne sais pas. On a essayé la dernière fois, mais votre lit est moins large que celui qu’ils nous ont prêté la première fois que nous avons participé à la soirée.

— Au pire, tu pourras te coller contre Maxime. Je pense qu’aucun de vous deux ne serait dérangé par ça.

— S’il te plaît Mélanie, insistai-je.

— D’accord, accepta-t-elle.


Et effectivement, Mélanie et moi étions l’un contre l’autre pour dormir. Mais j’aimais bien cette situation.

Diffuse en direct !
Regarder son live