Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 518 fois
  • 175 J'aime
  • 2 Commentaires

Une soubrette bien délurée.

Chapitre 3

La soubrette et sa patronne règlent leurs comptes

Divers

Ce matin là, comme à son habitude, Inès fait le ménage de la cuisine habillée avec sa jupe courte, un top moulant blanc. Concentrée sur sa tâche, elle n’a pas vu arriver sa patronne qui la regarde depuis la porte de la cuisine. Elle est superbe, vêtue d’un chemisier vert pomme et d’une jupe moulante noire. Inès finit par sentir une présence..

-Ah vous êtes là, bonjour Madame!

Olga ne répond pas mais s’approche de la soubrette. Elle montre un smartphone et le tend à Inès.

-Mon mari a oublié son téléphone et regardez ce que je trouve dessus..

Inès saisit l’appareil et voit la vidéo qui est enclenchée. Elle se voit en train de sucer le patron! Impossible de nier..

-Vous pouvez m’expliquer Inès?

Celle-ci ne se démonte pas:

-Eh bien je crois qu’on peut dire que votre mari vous trompe..

-Sans blague? Elle est gonflée celle-là! Oh je sais qu’il est cavaleur mais je n’accepte pas que ça se passe sous mon toit...et avec une bonniche en plus!

Inès encaisse l’insulte. "Vraiment quel mépris!" se dit-elle "Mais attends un peu vieille peau!"

Elle pose le smartphone d’Hubert et sort le sien. Elle cherche dans les vidéos..

-Je vous montre votre comportement inqualifiable et vous ne trouvez rien de mieux à faire que de consulter votre téléphone?

-Attendez Madame, moi aussi j’ai des vidéos intéressantes...Ah voilà! Regardez Madame..

Elle montre l’écran à Olga. Celle-ci sent immédiatement le rouge lui monter aux joues. Elle se voit sur l’écran superbement enculée par le livreur. On entend distinctement les mots crus échangés par les amants.

-Eh bien Madame? On dirait que ça ne vous gêne pas de tromper Monsieur sous son propre toit..

-Euh...je..

-On vous reconnaît bien là hein? Je dois dire que Madame est plutôt bien foutue..

Elle ajoute, perfide:

-Enfin pour son âge bien sûr..

Olga blêmit! La soubrette enfonce le clou:

-Ca doit vous coûter cher en chirurgie esthétique...Hi hi hi!

Mais son rire lui reste coincé dans la gorge. Elle vient de recevoir une gifle magistrale!

-Tu ne l’as pas volée celle là petite salope!

Patronne ou pas, Inès n’est pas du genre à se laisser faire: Elle gifle à son tour Olga! Les deux femmes se fusillent du regard..

-Je suppose que tu vas me donner mes huit jours? Puisque tu as commencé à me tutoyer j’en profite..

-La logique voudrait que tu sois renvoyée, effectivement!

-En ce cas ton mari recevra cette vidéo instructive..

-Du chantage en plus!

-Eh! Je me défends hein!

Elle soutient le regard haineux de sa patronne. Celle-ci demande:

-Tu t’es déjà battue avec une femme?

-Ca m’est arrivé oui.

-Moi aussi, plusieurs fois. Quand on me provoque, je ne me laisse pas faire! Et là, je me sens provoquée..

-Je vois, tu veux qu’on se batte?

-Oui un bonne explication, de femme à femme. J’ai vraiment envie de t’humilier!

-Je relève le défi! Ca fait longtemps que je rêve de te rabattre le caquet..

-Allons dans le salon, nous serons plus à l’aise..

Les deux femmes se dirigent vers le salon tapissé d’une moquette épaisse. Elles se font face, se toisant du regard. Leurs poitrines soulevées par l’excitation se touchent presque. Olga rompt le silence:

-Si je gagne, tu quittes cette maison sans demander ton reste d’accord?

-D’accord. Mais si je gagne, je reste et je me tape ton homme quand je veux!

-Ca tombe sous le sens. Mais ça n’arrivera pas!

-On verra...Je suis redoutable tu sais! Tu as eu tort de me défier..

Le silence retombe. Les deux rivales se tournent autour. La tension est à son comble. Sans quitter son adversaire du regard, Inès lance:

-A toi l’honneur, c’est toi la cocue!

Vexée, Olga gifle de nouveau la soubrette. Elle n’a pas retenu son coup et Inès accuse le coup. Piquée au vif, elle saisit Olga par les cheveux d’une main et le col de son chemisier de l’autre. L’épouse en fait de même. Elles se secouent violemment, chacune tente de prendre le dessus. Elles tombent au sol. Le top d’Inès se déchire. Les boutons du chemisier d’Olga sautent un à un. Les deux femmes se battent au sol sauvagement. Inès finit par prendre le dessus au prix d’un gros effort. Mais ça ne dure pas, la blonde la repousse violemment et se jette sur la brune qui s’est retrouvée les quatre fers en l’air. Elle tente de l’immobiliser au sol mais Inès l’en empêche en se trémoussant dans tous les sens. La brune fait tant et si bien qu’elle renverse son adversaire. Pendant de longue minutes, les deux furies se bagarrent âprement sans qu’aucune n’arrive à prendre le dessus. A bout de force enfin, elles éprouvent le besoin de souffler..

Elles se relèvent péniblement. Leurs vêtements sont en haillons. Le chemisier d’Olga n’a plus de boutons, il est déchiré à différents endroits. Sa jupe présente une large déchirure sur le côté. Le top d’Inès est lacéré de toutes parts.

Olga enlève jupe et chemisier ainsi que sa culotte et son soutif. Inès en fait de même. Tout en se dévêtant, elles ne cessent de se dévisager.

-Tu te défends bien petite salope! lance Olga

-Qu’est ce que tu crois poufiasse? Et t’as pas encore tout vu!

Les deux rivales s’avancent l’une sur l’autre. Olga gifle Inès qui riposte par une claque sur les seins. Alors, elles se claquent à tour de rôle, sur le visage, les seins, les fesses. Elles sont enragées. Bientôt, c’est un nouveau corps à corps qui commence. Les deux rivales s’empoignent seins contre seins, joue contre joue. C’est une épreuve de force...Laquelle fera plier l’autre?

Olga fait un croque en jambe à Inès qui tombe lourdement entraînant la blonde dans sa chute. Elles roulent au sol et recommencent à se frapper. Elles prennent le dessus à tour de rôle..

Insensiblement, Inès prend le dessus. Plus jeune, plus sportive, elle finit par coincer Olga au sol. Ses bras bloquent les bras de celle-ci, idem avec les jambes. Elle appuie sa grosse poitrine sur le visage de sa patronne. Celle-ci étouffe.

-C’est bon arrête!

-Tu abandonnes?

-Oui!

-Je reste donc et me tape le patron autant que je veux?

-Oui! Mais lâche-moi..

Enfin Inès relâche la pression et se relève. A ce moment, Hubert rentre et, sidéré, il voit sa femme nue gisant au sol et sa bonne, nue également, debout, triomphante!

-Eh bien mais que se passe-t-il ici?

-Oh trois fois rien Monsieur: Madame et moi avions un différend mais Madame s’est rangée à mes arguments finalement. N’est ce pas Madame?

-Va te faire voir petite pute!

Elle se relève, prend ses vêtements et s’en va..

Inès ricane:

-Madame n’est pas très fair-play, je trouve! Hi hi!

Diffuse en direct !
Regarder son live