Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 992 fois
  • 123 J'aime
  • 3 Commentaires

Une télécommande { fantastique }

Chapitre 1

Introduction

Divers

Je suis seul comme chaque samedi soir devant ma télé à surfer entre les programmes les plus débiles qui soient... Je ne sais pas trop quoi regarder et les chaînes défilent sous mes yeux. Enfin je dis un samedi... Tous les soirs de ma semaine se ressemblaient. En effet, je viens d’arriver dans une nouvelle ville que je ne connais pas du tout après sept ans d’expatriation. Pour ne rien arranger à mon intégration dans cette nouvelle vie, je travaille dans une toute petite structure avec seulement deux employés en plus de moi, tous deux ayant 20 ans de plus que moi. Difficile dans ces conditions de créer des liens.

Il est 20h00 quand ma télécommande tombe en panne. Etant donné que dimanche, c’est fermé, je décide de partir rapidement en quête de sa remplaçante... sinon avec le dimanche pluvieux qui s’annonce, je risque de passer un week-end encore plus détestable que d’habitude.


Je me dépêche de monter dans ma voiture et file direct au grand centre commercial. Malheureusement je suis recalé car ils ne font plus entrer de clients, j’arrive trop tard. Je passe devant toutes les enseignes classiques et toutes baissent leur rideau. Je reprends la route direction mon domicile quand je repère un petit bazar que je n’ai jamais vu. La lumière y est encore allumée ce qui me laisse penser que c’est peut-être encore ouvert.

Je me gare le long du trottoir et me dirige vers l’étrange bâtisse. Elle est très étroite et semble s’être glissée entre deux bâtiments déjà existants. Son architecture est plutôt gothique et paraît venir d’un autre temps.

Je pousse la porte et entre dans le magasin. Un carillon poussiéreux tinte pour signaler mon arrivée. Malgré l’alerte, personne ne semble arrivé. Je commence alors à circuler dans les rayons cherchant ma fameuse zappette mais je ne trouve rien. J’ai rarement vu des rayons aussi sales et aussi mal rangés. Il n’y a aucune logique de classement des produits et ils ont une telle couche de poussières qu’on pourrait croire qu’il n’y a pas eu de clients dans le magasin depuis plus de dix ans.


Je me rapproche de la vieille caisse enregistreuse, le genre de caisse que l’on ne voit plus que dans les vieux films, à croire que le propriétaire des lieux est allergique à tout ce qui est écran ou nouvelles technologies. Je décide de partir discrètement en me demandant vraiment qui peut fréquenter ce genre de boutique.

Arrivant devant la porte, la main à quelques centimètres de la poignée, une voix grave et rauque m’interpelle :


— Vous êtes bien venu chercher quelque chose Monsieur.


Je me retourne, salue l’homme dans l’obscurité qui m’a parlé en me disant que ce n’est pas étonnant le niveau de poussière sur les produits si le vendeur accueille chaque client comme cela. Je fais un pas vers l’homme en lui disant que je ne pense pas qu’il ait ce que je cherche.

Le propriétaire de la boutique avance vers son comptoir. Il est tout de noir vêtu. Ses cheveux blancs sont tellement plaqués en arrière qu’on distingue parfaitement la forme de son crâne. Beaucoup de rides barrent son visage. Ses lèvres sont minces et d’un rouge vif. Derrière ses lunettes rondes, deux yeux jaunes enfoncés dans leurs globes me détaillent. Il se rapproche de moi. Il se rapproche de moi. Elancé et maigre, ses mouvements n’en sont pas moins élégants.


— Une télécommande, me dit-il.

— Comment le savez-vous, lui répondis-je totalement surpris et un poil effrayé. Vous êtes médium ou quelque chose comme ça ?

— Je connais simplement mon métier et j’ai un modèle qui va vous convenir parfaitement.

— C’est-à-dire

— C’est une télécommande un peu particulière qui vous permettra de découvrir de nouveaux horizons.

— Je ne comprends pas bien ce que vous voulez dire...

— Vous la voulez ou pas ?

— Et bien si c’est une télécommande multifonction qui est adaptée à ma télé oui. Après il y a le prix.

— C’est cadeau me dit-il en la tendant vers moi. Son large sourire montrant ses dents pourries ne me rassura pas. N’ayez pas peur. Je vous la laisse gratuitement. Je sens bien que vous en avez besoin. C’est ma bonne action. Allez oust ! Je dois fermer. Prenez-la et partez.


Tout en disant cela, il me met la télécommande et me pousse vers la sortie. A peine dehors, j’entends le loquet se refermer. Quel étrange personnage et quel magasin surprenant.

Je rentre dans ma maison et pars vers ma maison. Arrivé chez moi je vais dans mon salon et m’assois dans le canapé, la télécommande en main. C’est à ce moment que je me suis dit que j’étais un idiot. J’ai juste la télécommande, pas de livret ou de boîte. Je ne dispose d’aucun mode d’emploi pour la paramétrer... Tu m’étonnes que la télécommande est gratuite. J’essaie tout de même le bouton rouge voir si la télé s’allume.

Surprise ! Elle fonctionne tout de même. Je suis satisfait et je zappe de chaîne en chaîne. C’est bon. J’essaie ensuite le volume. Super, tout à l’air bon. Direction les vidéos à la demande. La dernière saison de Game of Thrones arrivant, je décide de me refaire la saison précédente pour me remettre dans le bain. Je navigue avec les flèches qui fonctionnent comme tous les autres boutons de la télécommande.


Et hop ! L’épisode se lance... Parti pour l’aventure. Je pose ma nouvelle meilleure amie à côté de moi quand je vois un bouton qui m’intrigue. Il est vert et c’est marqué « live »dessus.

Je prends mon ancienne télécommande pour comparer et je ne trouve pas le même bouton. Sur l’ancienne il y avait un bouton « sport » et « cinéma » qui permettait de régler rapidement l’éclairage et le volume de la télé... genre de pré-paramétrage... mais « live » pas du tout. Après réflexion je pense que c’est probablement pour les concerts... Après tout je ne risque rien en appuyant sur le bouton d’une télécommande...


Je la pointe vers le téléviseur et appuie.

Rien.

Je tapote la télécommande et recommence. Je ne vois pas la différence. Soudain, j’ai l’impression que l’écran de ma télé est plus grand. En fait non, il n’est pas plus grand. Je me suis rapproché de l’écran mais contre ma volonté. Je suis comme aspiré. J’essaye de lutter mais je n’y arrive pas. Je suis à quelques centimètres de l’écran quand une lueur vive et blanche m’éblouit.

Mes yeux n’y voient plus rien. Je suis allongé et j’ai froid. Le fait de ressentir de l’humidité me fait dire que je ne suis pas sur mon carrelage. Ma vision revient progressivement et je m’aperçois que je suis allongé dans la neige. Je me relève en m’essuyant un peu quand quelqu’un me percute dans le dos.

Surpris et désorienté, je fais un tour sur moi-même. Je ne suis plus au chaud dans mon salon. Mais ce lieu je le connais sans y être jamais allé pourtant. Ce n’est pas possible. Je commence à croire que je suis devenu complètement fou...

Je suis à Winterfell ! Je suis dans la série Game of Thrones, exactement au moment de la dernière scène dont je me souvenais avant de toucher ce foutu bouton. Aria Stark et Brienne de Torth ayant un petit affrontement amical à l’épée sous le regard du perfide Littlefinger.


Impossible, qu’est-ce que je fais là. Je regarde mes bras et je ne m’étais même pas rendu compte, je suis habillé comme un garde de la princesse Sansa, bien loin de mon jogging en molleton du samedi soir...

Je regarde autour de moi. Personne ne prête la moindre attention à mon arrivée. Je suis également à la recherche d’un portail me ramenant éventuellement chez moi. Rien. Tout à l’air normal si je puis dire.

J’avance dans la cour extérieure et ose rentrer dans un des bâtiments de la maison Stark. Je croise des habitants, des soldats ou des serviteurs... Rien de particulier. En progressant dans les couloirs et les salles, je reconnais parfaitement les décors que je vois d’habitude à la télé. Mais une chose est sûre, après avoir touché plusieurs fois les murs et autres objets, rien n’est en carton-pâte ici. Tout est réel.

A un carrefour, je tombe nez à nez avec une femme superbe. Sa chevelure rousse tombe dans son dos. Elle porte un manteau comme avec un col en fourrure. Il n’y a aucun doute... c’est Sansa Stark. Je reconnais l’actrice. Mais ce n’est pas l’actrice... c’est vraiment Sansa. Je ne suis pas sur le plateau de tournage... Je suis réellement dans la série.


— Qui êtes-vous et que faîtes-vous dans mes quartiers ? me demande-t-elle alors que je vois sa main se rapprocher de sa dague.

— Je suis envoyé par votre frère John Snow pour vous protéger.


Heureusement que je suis bon menteur et que je connais la série. Ce subterfuge me permettra peut-être de gagner assez de temps pour me sortir de ce mauvais pas. Elle me pose quelques questions très particulières sur son frère pour voir si je ne suis pas un imposteur. Tout en lui répondant, je me dis que j’ai bien fait d’être attentif quand je regardais cette série.

Littlefinger arrive alors dans le corridor. Il me regarde avec son air suspicieux. Jouant la carte de l’innocence, je lui demande si le corbeau prévenant de mon arrivée est bien arrivé. Quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’il me répondit que oui, avec un sourire narquois. Je comprends alors tout de suite que ce fouineur a encore un plan derrière la tête. S’il me croit être un proche de John Snow, il va sûrement essayer de savoir tout de moi et tenter de se placer en position favorable par rapport au nouveau Roi de Westeros.

Me voilà dans de beaux draps. Des serviteurs sont chargés de me préparer la chambre à côté de celle de Sansa vu que je suis censé la protéger.

Comment vais-je me sortir de ce mauvais pas...

Diffuse en direct !
Regarder son live