Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 337 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Une vie de dominateur

Chapitre 5

Hétéro

Le lendemain matin, au réveil, Solange est venue se blottir contre moi. C’était son comportement habituel quand elle avait quelque chose d’important à me dire :

— Ysan, mon chéri, j’ai fait un rêve fou. Tu me promenais dans un immense château. J’étais entièrement nue et une cravache à la main, tu me tenais en laisse. Il y avait des hommes partout. Ils tournaient autour de moi, me caressaient, me palpaient, m’embrassaient me mordaient les seins et tu les laissais faire. Les plus hardis m’enfilaient debout, un par devant, un autre par derrière et quand ils sortaient d’autres prenaient leur place. Tous ces hommes en rut s’enculaient entre eux et tu m’obligeais à m’agenouiller pour sucer des bites couvertes d’excréments. Si j’essayais de me rebiffer tu me cravachais sévèrement pour le plus grand plaisir de tous les voyeurs. Je pleurais, je gémissais de douleur et de plaisir. Le sperme coulait de tous mes orifices. J’étais dans une sorte d’orgasme permanent. Quand je me suis réveillée, je mouillais abondamment.

— ma petite Solange je trouve ton rêve très intéressant et je vais m’occuper de satisfaire ton fantasme. Pour l’instant il faut que je rentre chez moi, après quinze jours d’absence j’ai beaucoup de choses a faire. Je te téléphone ce soir.

Quand je suis arrivé chez moi, Fatima m’attendait avec impatience. Elle voulait tout savoir sur mon voyage en Italie. Il me fallait satisfaire sa curiosité. Je lui ai tout raconté dans le détail : le dépucelage de Solange, sa première sodomie, l’épisode du sex-shop, la fellation au gondolier et bien d’autres aventures. Elle m’a asphyxié de questions sur les réactions de ? mademoiselle Solange ? : si elle n’avait pas trop souffert la première fois, si elle avait bien joui par la suite, si je n’avais pas été trop sévère avec elle....etc......etc........

Pour terminer, j’ai raconté à Fatima le dernier rêve de Solange, en lui expliquant que pour satisfaire ce fantasme j’avais besoin de son aide. Très fière de l’importance que je lui donnais, elle a eu vite trouvé la solution : faire venir quatre ou cinq de ses amis africains et leurs livrer Solange. Quelques coups de téléphone et la séance était organisée pour le lendemain dans l’après midi. J’ai jugé intéressant d’associer Katy à la fête. Je le lui avais promis depuis longtemps (voir chapitre III). Elle a été ravie par ma proposition. Tout était organisé, il ne me restait plus qu’à prévenir la principale intéressée. Je lui ai téléphoné dans la soirée :

— Solange, j’ai trouvé une opportunité pour te permettre de réaliser ton rêve. Sois demain chez moi en début d’après midi en escarpins, bas noirs et porte jarretelles assorti. Pour préparer ce qui t’attends, mets dés ce soir le gros plug que je t’ai laissé.

— mais quelle robe veux tu que je mette ? je suis inquiète, explique moi ce que tu as prévu, je t’en supplie.

— Tu n’as pas à mettre une robe, je veux que tu arrives en bas noirs et porte jarretelles sous ton manteau de fourrure, et tu devras garder le plug.

— Ysan je ne vais pas oser prendre un taxi toute seule dans cette tenue !

— c’est un ordre et ne discute pas !

— ne me gronde pas mon chéri, je vais t’obéir.

Solange est arrivée à l’heure, un peu angoissée et surprise de voir Katy avec nous. L’esthéticienne s’est empressée de lui retirer son manteau et l’a conduite vers la salle de bain pour les derniers préparatifs : retirer le plug, lavement et surtout bien lubrifier son petit trou qui allait beaucoup servir. C’est là qu’elle a expliqué à Solange le programme que nous avions prévu.

Quand elles sont ressorties de la salle de bain Solange avait le rouge aux joues et Katy arborait un sourire radieux. Elle avait du se permettre quelques privautés qui semble-t-il n’avaient pas déplu à ma petite comtesse.

Entre temps les amis de Fatima étaient arrivés. Ils étaient cinq. Elle les avait installé dans mon atelier en leurs distribuant des photos très suggestives de la charmante poupée que nous allions leurs livrer. Solange informée par Katy savait maintenant ce qui l’attendais.

Depuis fort longtemps, j’avais fait installer sur un mur de mon atelier un grand miroir sans tain. Quand une grande bourgeoise ou une actrice célèbre pausait nue, j’invitais quelques vieux messieurs vicieux. Ils s’installaient derrière le miroir et profitaient du spectacle qui se terminait souvent par une partie de jambes en l’air. Aujourd’hui c’est moi qui allais m’installer derrière le miroir en compagnie de Katy et Fatima.

Solange a fait une entrée très digne dans l’atelier, maîtrisant parfaitement son angoisse profonde. Elle me faisait penser aux jeunes vierges livrées aux fauves dans les arènes de la Rome antique. Perchée sur ses talons aiguilles, les bas noirs sous tendus par le porte jarretelles affinaient ses jambes en fuseaux, pubis parfaitement épilé, petits seins arrogants, les reins bien cambrés, en ondulant de la croupe elle est venue provoquer les cinq males en rut. Cinq colosses noirs entièrement nus, montés comme des taureaux et fascinés par le morceau de choix que nous venions de leurs livrer.

Le plus hardi, un gaillard de deux mètres, s’est levé pour serrer Solange dans ses bras. Il a plaqué ses grosses lèvres pulpeuses sur sa petite bouche ouverte qui semblait apprécier ce baiser fougueux. Soulevée comme une plume, cuisse écartées, Solange c’est retrouvée empalée sur une queue énorme. Un comparse c’est alors empressé de venir la prendre par derrière. Ses pieds ne touchaient plus le sol, elle était maintenue en l’air, embrochée entre ses deux amants qui la besognaient en cadence. Pour la première fois, elle subissait une double pénétration. A travers la mince cloison j’attendais ses petits cris et ses gémissements de plaisir quand sa voix n’était pas couverte par les vociférations des trois spectateurs ou les rugissements des baiseurs. Ils ont su faire durer leur plaisir un bon quart d’heure. Au final, ils ont joui en même temps abandonnant Solange retombée au sol.

Epuisée, elle n’a eu droit à aucun répit. Immédiatement les deux suivants l’ont prise en main et leur plan était prévu d’avance. L’un s’est étendu sur le canapé, obligeant Solange à le chevaucher pour s’empaler sur sa bite turgescente. Il l’a ensuite attirée vers lui, ainsi la croupe dressée de ma petite comtesse était offerte à la sodomie de l’autre. Pour la seconde fois en moins d’une heure elle subissait une double pénétration.

Le cinquième larron était le plus fortement membré de tous. Patiemment il attendait son tour en sirotant un whisky. Dès que Solange a été disponible il ne lui a même pas laissé le temps de reprendre ses esprits. Docilement elle a pris la position en levrette qu’il lui imposait. Les reins bien cambrés, elle s’attendait à subir une nouvelle sodomie. C’est dans la chatte qu’il lui a enfoncé son énorme queue. Après quelques coups de butoir puissants il est ressorti pour cette fois l’enculer, elle a poussé un cri de surprise. Mais là aussi, il ne s’est pas attardé. Quand le gland turgescent a franchi en sens inverse le petit oeillet fragile de Solange elle a hurlé de douleur. Sans pitié le monstre c’est alors lancé dans une succession de pénétrations en alternant le cul et le con. Les quatre spectateurs applaudissaient à ces prouesses et Solange subissait en gémissant ; enfin soulagée quand il a déchargé sur ses reins.

Mais le supplice de ma petite comtesse n’était pas terminé pour autant. Ces hommes jeunes et vigoureux ont vite retrouvé toute leur virilité. A quatre pattes elle devait aller de l’un à l’autre pour les sucer. Elle a encore été prise maintes fois par devant, par derrière, pour les satisfaire. Il lui a fallu plus d’une heure pour les rassasier. Ils l’ont enfin délaissée, préférant s’intéresser au whisky.

Fatima est alors rentrée dans l’atelier et avec son autorité habituelle leurs a signifié la fin des réjouissances. Ils se sont rhabillé et sont partis. Quand je suis entré à mon tour, Solange était assise sur le canapé, épuisée, meurtrie mais fière d’avoir pu réaliser son fantasme. Katy s’est assise auprès d’elle pour la caresser doucement tout en essuyant le sperme qui souillait son visage et son corps. Et puis, spontanément, les deux jeunes femmes se sont allongées tête bêche pour s’adonner au plaisir saphique. Le spectacle était excitant, Fatima l’a bien compris, a genoux devant moi elle m’a sucé goulûment et j’ai vite joui. Nous avons terminé dignement cette après midi mémorable en buvant du champagne.

Que de chemin parcouru par Solange depuis notre première rencontre. Elle était maintenant une jeune femme parfaitement épanouie, ouverte à tous les plaisirs de l’amour et prête pour de nouvelle aventures avec moi ou sans moi. J’avais terminé mon rôle de Pygmalion dominateur.


    FIN


Diffuse en direct !
Regarder son live