Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 856 fois
  • 104 J'aime
  • 3 Commentaires

Une voisine très compréhensive

Chapitre 2

L’attirance

Orgie / Partouze

— Tu fréquentes le quartier parfois ?

— Oui, cela m’est arrivé, ce serait dommage de passer à côté d’occasions qui se présentent aussi facilement.

— Je suis parfaitement de ton avis, et comme je te comprends, ce serait dommage en effet... Et tu le fréquentes encore ?

— Quoi donc ?

— Le quartier Damien, le quartier...


Sur cette question pleine de sous-entendus, elle rechange de position. Cette fois elle met ses petits pieds nus par terre, le buste bien en avant, les coudes sur ses cuisses avec ses deux mains jointes, ce qui a pour effet immédiat de dévoiler presque entièrement ses deux petits seins, me laissant admirer ses tétons bien grossis. Elle écarte légèrement ses jambes, tout en me regardant droit dans les yeux.


— Heu oui, j’avoue que cela m’arrive encore, j’aime les bonnes choses.

— Tu as bien raison Damien, on ne vit qu’une fois, n’est-ce pas.


C’est une invitation ou je n’y connais plus rien...


— Tu me sembles bien troublé Damien. Je comprends que je ne te laisse pas indifférent, surtout que j’aperçois quelque chose qui me le confirme, sans aucun doute possible.


Son regard s’est baissé sur la bosse de mon pantalon qui trahit sans équivoque mon émoi.


— Ne sois pas timide, approche-toi.

— Mais, et Batiste...

— Ne pense pas à lui. Il ne te vient pas à l’idée qu’il ne sera pas jaloux en nous voyant ?...


C’en est trop, je n’en peux plus. Tout se trouble dans ma tête. Je me lève, et m’approche de cet admirable démon plein de désirs.


— Accroupis-toi, dit-elle doucement, avec tendresse.


Je m’exécute en m’approchant de ses cuisses, je me mets à genoux devant elle. Attiré par ses jolies mains sur ma nuque, mon visage est maintenant entre ses jambes qui s’ouvrent pour m’accueillir. Je me sens libéré, je lâche prise. Elle est si belle. De toute évidence, elle réclame des caresses. J’attrape ses petites fesses en les pelotant un peu. Elle prend ma tête entre ses mains et la plaque directement sur son petit minou, au travers de sa culotte trempée de sa cyprine. Elle avance ses hanches, tend son corps en avant, exerçant des mouvements de bascule avec ses reins. J’entends ses petits gémissements de désirs. Les dés sont jetés ! Nous sommes écarlates en nous laissant aller à nos désirs.


Mes joues frottent ses cuisses brûlantes. Ma bouche touche sa culotte mouillée que j’embrasse à pleine bouche. Je m’empresse de l’écarter pour sentir son sexe chaud sur mes lèvres. Son odeur m’enivre. Tout n’est plus que désirs. Je lèche sa chatte dégoulinante, titillant son clitoris gonflé, rentrant entre ses grandes lèvres, lui faisant sentir ma langue remplie de ma salive se mélangeant avec sa mouille chaude. Ma bouche écrasée contre son sexe, je quitte son bouton d’amour pour la rentrer loin dans son vagin. Je bouge ma tête de bas en haut, amplifiant mes mouvements. Elle presse fort mon visage contre son intimité. Elle gémit, les yeux mi-clos.


— Ohhh Damien, oui comme ça. Aspire-moi, lèche-moi, rentre ta langue, j’adore ça. Ouiiiiiiiiiiiiiiiii...


Elle aide mes mouvements en se soulevant, puis en se reculant. Nous sommes aux anges, devenant des démons de luxure. Ceci dure longtemps, elle aime ça et moi aussi. Elle remue de plus en plus vite, se soulevant à chaque coup de langue, gémissant à chaque mouvement.


Je n’ai rien entendu, rien vu non plus. Claire stoppe net ses mouvements, éloigne ma tête de sa chatte ouverte. Batiste, enfin je suppose que c’est lui, nous regarde manifestement excité de nous voir ainsi. Je me doute que c’est lui, pourtant il est presque méconnaissable, maquillé outrageusement, avec des bas résille maintenus par des portes-jarretelles. Sa petite robe moulante verte, relevée au raz des fesses, est gonflée à son entrejambe par son sexe en érection. Je peux voir que sa robe est tachée par sa mouille abondante. Il porte une perruque rousse entourant son visage émincé. Son petit chemisier est prêt à craquer par ses faux seins revêtus d’un soutien-gorge assorti. Je suis surpris bien sûr, mais aussi très troublé devant Batiste qui caresse sa verge par-dessus sa robe mouillée.


— Tania, tu peux te joindre à nous, viens. Tu veux bien Damien ?

—...


J’ai bien entendu. Il, ou plutôt elle maintenant, se fait appeler Tania... Je suis très excité par cette situation, surtout que Tania s’accroupit près de moi et entreprend de caresser mon dos. Mes vêtements ont volé depuis longtemps dans la précipitation de nos ébats. Je suis nu comme un ver au grand plaisir de Claire, mais à la merci des mains fouineuses de Tania.


Je suis encore accroupi devant les cuisses de Claire, bandant comme un cerf. Tania, puisqu’il faut bien l’appeler ainsi maintenant, s’assoit contre moi, il... elle en profite pour me pétrir les seins, ce qui m’excite beaucoup, ils sont très sensibles. Je me surprends à aimer sentir ce corps chaud dans mon dos, tout contre moi, ses bras autour de mon torse, ses mains me pelotant la poitrine. Je sens son sexe bandant, contre mes reins, qui se frottent de bas en haut pour bien me faire sentir son envie. Rassurée, Claire reprend ma tête et la replace sur sa chatte brûlante, tout en reprenant ses mouvements de désirs et d’envie, bougeant mon visage pour que ma bouche dévore son minou ouvert à toutes les pénétrations que ma langue gourmande lui inflige.


Je bande très fort, cette situation m’excite, Tania y est maintenant pour quelque chose aussi, en prenant l’initiative de prendre ma bite dans ses mains douces qui s’avèrent très expertes. Elle me masturbe avec lenteur en me décalottant à chaque mouvement. Je suis trempé. Je m’étonne d’apprécier de me faire branler de la sorte, en léchant la chatte de Claire. Je me surprends à faire des mouvements de bascule avec mes hanches, réclamant d’autres caresses plus intimes de cette salope de Batiste qui se fait appelé Tania. J’ai la conviction d’être tombé dans un piège, et j’avoue en être très, très heureux. Je ne suis plus que sexe. Tout mon corps n’est plus que sexe !


Le silence est troublé par les gémissements de Claire, et maintenant par les miens aussi. Tania, heureuse de me plaire, aventure une main sur mes fesses, les malaxant avec envie, me disant de petits mots doux qui me donnent des frissons dans mes reins. Quelques doigts inquisiteurs s’aventurent à présent vers mon anus. Cela réveille en moi le désir que j’éprouve assez souvent avec Julie. Elle adore pénétrer ses doigts dans ma chatte anale. Je tends mon cul vers ses doigts fouineurs, amplifiant mes mouvements de va-et-vient, stimulant mon envie d’aller plus loin dans la recherche de mon plaisir. Tania le sent bien évidemment, cela lui donne le feu vert pour les pénétrer sans pudeur, pour mon plus grand plaisir. Il n’y a plus de Batiste, je ne sens plus que le plaisir de m’offrir à Tania, à mes instincts les plus fous.


Claire se masturbe intensément, les jambes maintenant relevées pour mieux me sentir, mettant ses petits pieds sur le bord du fauteuil. Ma langue, ma bouche dégustent avidement son liquide intime si délicieux. Je le bois réellement, appréciant son goût, son odeur. Elle pelote ses seins, dans un besoin de sexes et de plaisirs. J’effleure l’intérieur de ses cuisses qui s’écartent de plus en plus, autant que cela est possible, en s’offrant à mes caresses.


Ma langue se permet de descendre sur son petit trou, et essaye d’y pénétrer. Avec ma salive et sa mouille j’y parviens, au grand plaisir de Claire qui amplifie ses mouvements. Elle doigte son cul maintenant, entrant légèrement un doigt, puis deux dans son anus, se mélangeant avec ma langue qui goûte l’odeur de son cul.


Tania, sentant mon excitation, pénètre plus loin ses doigts dans mon cul, fouillant mon trou qui se dilate. Elle plie ses doigts pour mieux me sentir, elle branle mon cul qui devient une chatte offerte. J’en éprouve une jouissance infinie. Plus elle enfonce ses doigts, plus je lèche la chatte de Claire qui n’est plus que plaisir. Je me cambre plus pour m’offrir à Tania et profiter de ces instants magiques. Elle m’excite de plus en plus et me donne une envie folle de me faire enculer par elle. Tania le comprend assez vite et approche sa bite de mon trou. Je veux la sentir au plus profond de mes entrailles.


Elle finit par entrer sa bite énorme dans mon cul ouvert qui est devenu très accueillant. Je n’ai aucun mal à la recevoir, tellement je suis mouillé et dilaté d’envie. Tania me baise, encore et encore, me faisant sentir sa grosse queue contre mes parois sensibles. Je remue de la croupe, sentant ses couilles frapper contre mes fesses écartées. Plus Tania accélère sa pénétration, plus Claire s’agite contre ma bouche qui la dévore littéralement.



A suivre...


—--------------------------


Post scriptum : Si je n’ai pas décrit d’usage de préservatif dans mon texte, il est bien évident qu’une telle protection est malgré tout indispensable pour le bien de toutes et de tous...

Diffuse en direct !
Regarder son live