Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 177 411 fois
  • 542 J'aime
  • 15 Commentaires

Vacances avec ma sur

Chapitre 1

Une vague de plaisir

Inceste

Je viens ici pour vous raconter mon histoire. Tout a commencé il y a presque huit ans, un jour ensoleillé d’août 2011. J’avais 24 ans, et ma sur, plus âgée que moi, en avait 28. J’étais célibataire depuis environ un mois, et ma sur l’était depuis environ six mois. Mais parlons de ce qui s’est produit un peu avant.


Après avoir économisé durant toute une année, j’étais très content. J’avais mis suffisamment d’argent de côté pour me payer deux semaines complètes de vacances dans les Landes avec ma copine. Nous allions pouvoir réaliser un rêve commun, celui de s’offrir des vacances en amoureux. Mais ça, c’était avant de la surprendre chez elle avec un autre homme à peine plus d’un mois avant notre départ. J’étais déçu, et alors que le camping était réservé, je me retrouvais seul pour partir en vacances. Mais mieux vaut être seul que mal accompagné. Et si je lui pardonnais, elle risquait d’être la parfaite petite-amie jusqu’aux vacances, et de retour, elle pourrait à nouveau me tromper. C’est en tout cas ce que je me suis dit pour me persuader que ne pas lui pardonner était le meilleur choix.


Environ deux semaines avant mon départ, mes parents me proposèrent d’emmener ma sur en vacances avec moi, même si cela faisait plusieurs mois qu’elle était seule, elle semblait ne pas parvenir à oublier son ex. Pour ma part, la présence de ma sur n’allait pas me déranger. En effet, tout étant déjà payé, et ne comptant pas m’amuser à draguer les filles en raison de ma récente rupture, le mobil-home n’allait donc pas être très fréquenté. De ce fait, la présence d’une personne que je connais permettra de me sentir moins seul. Et si j’arrivais à lui faire oublier cet homme qui a brisé son cur, nous passerons vraiment de bonnes vacances.


Le lendemain, je suis donc parti voir ma sur pour lui proposer de venir en vacances avec moi. Son moral étant toujours aussi bas, elle n’accepta pas immédiatement. Je dus presque jouer les agents de voyage en promouvant les bons côtés de ces vacances pour qu’elle accepte de m’accompagner. Si j’ai fait ça, c’était uniquement dans le but de lui redonner le moral et de lui faire oublier son ex. Je ne pensais vraiment pas qu’elle oublierait son ex de la façon dont cela s’est produit.


La veille du départ, afin de gagner du temps, ma sur est venue chez moi avec sa valise. N’ayant qu’un simple studio, nous avons donc dormi ensemble, dans le même lit. Cela nous permit de nous habituer, puisque pensant initialement partir en couple, le mobil-home loué ne comportait qu’un seul lit double. Ma sur et moi allions donc partager le même lit durant toute la semaine. Autant s’y habituer dès maintenant.


Le jour du départ, nous nous sommes réveillés à 4 heures du matin. À ma grande surprise, je réalisais que je dormais collé contre elle, et que j’avais son sein droit dans ma main. Probablement qu’il s’agit d’un geste automatique, puisque je dormais de cette façon avec mon ex. J’espérais juste que ma sur n’avait rien senti durant la nuit, et qu’elle n’a rien remarqué au réveil. Nous sommes partis une heure après nous être levés. Le long du trajet, nous nous relayons au volant de ma voiture. En dehors de quelques bouchons vers Bordeaux, le trajet se passa sans encombre. Une fois arrivés au camping, nous prenons place dans le mobil-home qui nous a été attribué pour les deux semaines à venir. N’étant pas encore si tard, et le soleil étant encore bien présent, je proposais à ma sur d’aller se baigner pour bien finir cette première journée de vacances. Elle accepta et partit se changer à la douche. Moi, je fermais la porte de la chambre et enfilai mon short de bain.


Nous sommes ensuite allés à la plage à pied, celle-ci se situant à quelques centaines de mètres du camping.

Tout se passa normalement. Et le soir, après être rentrés, ma sur alla se changer et revint, vêtue d’un soutien-gorge et d’une culotte assortis. Moi, je ne portais rien de plus que mon boxer. Avant de dormir, je sortis mon ordinateur sur lequel j’avais prévu une quantité importante de films pour avoir quelque chose à regarder le soir. Ma sur vint poser sa tête sur moi pour regarder le film ensemble, et elle caressa mon torse. Puis, une fois le film terminé, nous nous endormons chacun de notre côté du lit. C’est ma sur, et je ne la voyais pas autrement. Donc même si l’idée de dormir avec une femme en petite tenue à côté de moi pouvait s’avérer être une situation excitante, je n’ai pourtant eu aucune érection.


Les jours suivants se ressemblaient. Plage, sorties, promenades main dans la main, et films dans le lit le soir. Je ne voyais pas ce qu’il y avait de mal à prendre la main de ma sur pour nous promener, pourtant, plusieurs commerçants nous ont pris pour un couple d’amoureux. Le quatrième jour de vacances, tout s’accéléra à une vitesse folle. Et tout cela à cause d’une vague. Nous étions en train de nous baigner. Je partais nager à quelques mètres histoire de profiter un peu. Ma sur restait là où elle avait pied. Nous étions donc un peu séparés durant cette activité, même si cela ne durait que quelques instants.

Alors que j’étais éloigné de ma sur, je n’ai rien vu de l’action. Mais en regardant machinalement de son côté, je la vis toute recroquevillée, cherchant timidement quelque chose ou quelqu’un du regard. En m’approchant d’elle, elle m’adressa un regard de détresse. Il fallait que j’aille voir ce qui se passait.


Qu’est-ce qu’il y a ? lui demandais-je.

Je me suis pris une vague et j’ai perdu mon maillot de bain, me répondit-elle un peu honteuse.


Par réflexe, je jetais un il, et je vis que même sous l’eau, elle tentait de cacher ses parties intimes. Mais en effet, ma sur était totalement nue. Je la pris par le bras et l’écarta un peu de la foule de gens. En saisissant son bras, je venais de libérer sa poitrine. Cela ne dura que quelques secondes, mais je pus constater que ma sur avait de très beaux seins.


Dis-moi, où tu l’as perdu, je vais essayer de te le retrouver.


Elle m’indiqua l’endroit approximatif, puis alla s’enfoncer un peu plus loin dans l’eau, de façon à s’isoler pour ne pas être vue nue. Pendant ce temps, je partais rechercher son deux pièces. Je ne parvins à retrouver que le haut. Soit le bas avait été amené ailleurs par l’océan, soit c’est un gars qui l’a trouvé et l’a gardé pour fantasmer sur la fille qui l’avait porté avant de le perdre, ou soit il était perdu pour une tout autre raison. Environ dix minutes plus tard, je revins vers elle.


Tu n’as pas tout perdu, j’ai retrouvé le haut.

Et comment je fais pour sortir de l’eau ? Je ne veux pas me trimbaler comme ça devant tout le monde.


Je voyais dans son regard qu’elle me suppliait de trouver une solution. Je repensais alors à une affiche qui était présente à l’accueil du camping pour aider les touristes à repérer les zones de baignade surveillées.


Il y a la zone où le naturisme est toléré si on s’éloigne d’environ quatre cents mètres. Tu peux y aller et je te ramène la serviette pour que tu la mettes sur toi.

Que ce soit ici ou là-bas, je ne veux pas sortir de l’eau nue. N’importe qui pourrait me voir. Toi ça va parce que tu es mon frère, mais je ne veux pas que les autres me voient.


Je me sacrifiai alors pour ma sur. Je retirai mon short de bain puis le mis sur elle. Elle est plus fine que moi, donc il était un peu trop large pour elle, mais au moins, elle était protégée. En posant ses mains sur mes épaules pour garder l’équilibre, elle me dévoila son épilation intégrale. Je reconnais que cette vue, bien que troublée par l’eau, était fort agréable. J’étais maintenant complètement nu dans l’eau.


Rejoins-moi là-bas avec la serviette, lui dis-je.


Elle sortit de l’eau en maintenant mon short de bain légèrement trop large pour elle, tandis que moi, je nageais en direction de la zone "libre". Après quelques minutes, je suis rejoint par ma sur. Elle avait ramené toutes nos affaires. La voir tenter de se débrouiller pour marcher avec le sac d’affaires dans une main tout en tenant le short avec son autre main pour ne pas qu’il descende était un peu comique.


Nous installions donc nos serviettes dans cette nouvelle zone. Il n’y avait personne autour de nous à moins de cent mètres, car j’apercevais au loin d’autres naturistes qui se doraient au soleil. Mais ma sur conservait ses vêtements, ne voulant pas prendre le risque d’être vue nue par un naturiste qui irait rejoindre la plage où les gens sont habillés. Sur la plage, nous parlons un peu de tout et de rien, de la suite du programme durant les vacances, nous retournons un peu dans l’eau et ma sur fait attention à ne pas perdre mon short qui descend souvent. Le temps passait, et sans nous en rendre compte, nous venions de passer près d’une heure loin des autres, une heure pendant laquelle ma nudité ne semblait pas déranger ma sur.


En ressortant, je m’allongeai sur le dos, sur ma serviette, et ma sur fit de même. Là encore, nous parlons de différentes choses, tout en fermant les yeux en raison du soleil. À un moment, je sentis ma sur venir poser sa tête sur moi et caresser mon torse tout en continuant à discuter comme si de rien n’était. Je ne m’en étonnais pas puisqu’elle a l’habitude de faire ça quand nous regardons un film le soir. Mais cette fois, les choses ont été bien différentes.


Était-ce l’effet de la plage ou le fait d’être nu, ou peut-être les deux en même temps ou tout simplement parce que je l’ai vue nue dans l’eau, mais cette fois, ses caresses sur mon torse me firent un effet différent. J’étais en train d’avoir une érection. Difficile de cacher cela dans cette tenue. La seule façon pour que ma sur ne s’en rende pas compte aurait été qu’elle tourne la tête de l’autre côté. Mais à la façon dont je sentais sa chevelure, elle avait forcément une vue directe sur mon anatomie depuis le début.


Après cinq ou dix minutes dans cette position, ma sur commença à déposer des baisers sur mon torse, tout en accentuant ses caresses, et en descendant de plus en plus bas.


Tu fais quoi ? lui demandais-je.


Elle m’embrassa alors sur la bouche, et j’ouvris aussitôt les yeux. C’est alors qu’elle saisit mon sexe sans se soucier que je sois son frère.


J’ai envie de te remercier pour ce que tu as fait pour moi. Jamais un homme ne s’est littéralement mis à poil pour me donner ses vêtements.

Tu peux me remercier en m’offrant une glace ou un resto, mais tu n’es pas obligée de faire ça.


J’ignore qui je tentais le plus de convaincre de ne pas continuer en disant ça, car je n’ai jamais tenté de retirer sa main.


Je sais, mais j’ai envie de t’offrir ça. Et vu ce que je constate depuis tout à l’heure, tu sembles en avoir envie aussi.


Elle me masturbait, et j’étais incapable de refuser bien que ce soit ma sur. Je me laissais aller dans cette main qui m’offrait un soin particulier. Je cherchais à imaginer des images dans la tête pour tenter de me calmer, mais les seules qui me vinrent à ce moment-là furent celles où elle était nue dans l’eau quelques minutes plus tôt, ce qui m’excitait davantage. Emporté par le plaisir, je pris sa tête entre mes mains, et ma bouche allait chercher la sienne. Cette fois, ma langue allait à la rencontre de la sienne, et ma sur ne chercha pas à s’éloigner un seul instant. Ses lèvres étaient douces, et sa langue était savoureuse. À cet instant, plus rien n’existait, ni les gens susceptibles de nous surprendre, ni le lien familial qui nous unissait. Je ne souhaitais plus qu’une chose, profiter au maximum de ce moment avec cette femme qui me procurait du plaisir.


Après plusieurs minutes de ce traitement, je finis par éjaculer. Je sentais mon liquide retomber sur moi, et vu qu’elle n’avait pas relâché mon bâton, certaines giclées retombaient aussi sur sa main. Malgré ça, ma langue était toujours dans sa bouche, et ni mon sperme qui retombait sur sa main ni ce baiser ne semblaient pas déranger ma sur. Le baiser dura encore quelques minutes après qu’elle ait relâché mon sexe.


Après ce savoureux moment, ma sur et moi sommes retournés dans l’eau quelques minutes pour rincer les traces de ce qui venait de se produire. Moi, forcément nu, elle, toujours vêtue malgré ce moment partagé. J’étais un peu perdu à propos de ce que nous venions de faire, tandis que ma sur me souriait en me regardant. Elle était si belle que je ne pus m’empêcher de l’embrasser une fois de plus. Et une fois de plus, ma langue dans sa bouche ne semblait pas la déranger. Puis avant de repartir, j’attachai la serviette autour de ma taille, et nous rentrons au camping.

Diffuse en direct !
Regarder son live