Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 745 fois
  • 23 J'aime
  • 0 Commentaire

vacances à la campagne

Chapitre 1

Trash

Alors que j’étais seul chez ma tante je décidai d’aller jusqu’au village, je descendis par la route et arrivé en bas près de la rivière j’ai voulu prendre le chemin des écoliers en longeant la forêt, pourquoi, je suis passé par là, je ne sais toujours pas. Toujours est-il qu’en arrivant au détour du chemin, je découvris l’âne du voisin le long du grillage, j’aurai pu passer mon chemin et continuer ma promenade, mais mon regard fut attiré par un sexe énorme sous le ventre de l’animal, il faisait au moins 70 cm par à peu près 6 de diamètre. On aurait dit que ses yeux me demandait de l’aide. Je suis passé sous le grillage et j’ai caressé le flanc de l’animal

Je me suis mis à genou et j’ai passé ma langue sur l’énorme champignon rose qui se trouvait au bout d’un sexe dure et énorme. Il faut dire qu’à 28 ans j’ai eu énormément d’aventure d’abord avec des femmes puis rapidement je me suis rendu compte de mon attirance pour les hommes. Dès l’âge de 20 ans j’ai enchaîné les relations de plus en plus hard, des pénétrations de plus en plus énormes ainsi que des relations zoophiles avec essentiellement des chiens, mais jamais avec des chevaux ou des ânes, et là j’ai le ventre serrer tellement j’avais envie de cette bite. A force de le sucer et de le branler, je commençai à sentir l’animal qui bougeait les reins, j’avais du mal à le garder dans la bouche et tout à coup il m’a inondé le visage et le menton, ma bouche était trop petite pour ne pas en perdre, il m’échappa, tout en continuant à décharger des flots de sperme, j’en avais partout sur le visage et les cheveux.

Le goût un peu spécial du sperme de l’animal a du m’émoustiller car j’en voulais plus. Je me dévêtis complètement et je me retrouvais nu dans ce champ à coté de cet âne, dont la bite commençais déjà à reprendre vigueur, je le flattais de mes deux mains, il devenait de plus en plus dur, on aurait dit une tige d’acier. Pendant ce temps je sentais mon anus de pédé qui semblait s’ouvrir de lui-même. Je me suis plié en deux et suis passé sous le ventre de l’animal, il ne devait pas être à ses premières relation avec un humain, car je le sentais qui faisait des saccades avec son arrière train en essayant à chaque fois de me pénétrer, je m’écartais les fesses à deux mains et je sentais à chaque saccades la bite qui se rapprochait de plus en plus. Tout à coup son sexe me pénétra, même si mon cul est habitué aux grosses pénétrations je sentis une forte brûlure et en même temps je me suis avancé car j’avais peur qu’il m’éventre et rentrant la totalité de cette barre d’acier. Tout en tenant d’une main sa bite je le laissais s’enfoncer à chaque aller et retour dans mon cul, il ne fut pas long à décharger et là quel plaisir de sentir le sperme gicler au fond de mon rectum, j’avais l’impression qu’il n’allait jamais s’arrêter, puis son sexe se ramolli et en sortant je recrachais une bonne parti du liquide de l’animal, j’essayais tant bien que mal de refermer mon cul pour garder un maximum de liquide en moi.

J’ai mis de très longues minutes avant de reprendre mes esprits et vite disparaître avec le cul rempli de foutre chaud toujours qui coulait sur moi et dans moi.

Le lendemain matin, j’ai été réveillé par la sonnette de la porte d’entrée et c’était Jean mon cousin qui venait me chercher pour aller à la plage sur le lac voisin. M’étant endormi la veille en rentrant du champ ou l’âne avait largement profité de mon anus, je m’étais endormi comme une souche avec l’anus encore rempli du sperme de ce superbe étalon. Pendant que j’ouvrai la porte à Jean je m’aperçu qu’un liquide coulait le long de mes cuisses et mon cousin s’en rendit compte de suite, il faut dire que depuis notre plus tendre jeunesse nous avions des relations homosexuelles intenses.

Dis donc Pierre il me semble que tu me fait des infidélités, où as-tu passé la nuit ton anus dégorge de sperme

Ne m’en parle pas, il m’est arrivé un drôle de truc, hier, je ne sais ce qui m’a prit, et je lui raconte mon expérience avec Baril l’âne du voisin.

Il se met alors à rire à gorge déployé, en me regardant et me dit, alors c’était bon, parce que tu sais moi, il m’encule au moins deux fois par semaine, il faudrait qu’on fasse un truc à trois avec lui.

Tout en me disant cela, il me retourne, me plaque contre le mur et m’écarte les fesses à deux mains. Je sens sa langue me titiller l’anus et rentrer le plus loin qu’elle peut, il me lèche et me suce et récupère le sperme qui reste encore en moi. Il faut dire que j’ai l’impression que mon anus ne sait pas refermé depuis hier. Après m’avoir bien sucé et barbouillé l’anus d’un mélange de sperme et de salive, il s’applique à me doigté profondément d’abord doucement avec un puis deux doigts. Puis je le sens qui s’existe de plus en plus et rapidement je me retrouve avec les cinq doigts qui me pistonnent, avec de violents aller et retour. Ayant une grande habitude des pénétrations anales hors normes, il pourrait largement m’enfoncer la main dans le cul, mais j’ai l’impression qu’il le fait exprès pour m’exciter. C’est ce qui arrive car je bouge de plus en plus mon cul, il retire ses doigts et me laisse là impatient. Il revient ensuite avec un pot de crisco, je comprends tout à fait où il veut en venir et je m’applique à lui faciliter la tache. Il m’enduit l’anus de graisse et s’en met également sur les avants bras.

Une fois le pot refermer, je sens sa mains contre mon anus, mais en fait il a le poing fermé et d’une seule poussée il rentre son poing dans mon cul. Ce dernier rentre comme dans du beurre, à la suite de cela je subit pendant au moins un quart d’heure des va et vient de son poing qui ressort complètement et rerentre dans mon cul. A chaque fois qu’il ressort mon anus est de plus en plus dilaté, il se fait un malin plaisir à commenter ce qu’il voit.

Tu sais cousin ton cul est tellement ouvert que l’on pourrait t’enfoncer une bouteille de champagne par le cul de la bouteille.

Qu’est ce que tu attends il y en a une dans le frigo.

Tout de suite monsieur est gourmand, écoute j’ai prévu autre chose pour toi.

Il m’amène dans la chambre et me positionne sur le lit de telle sorte que je vois mon anus dans la glace de l’armoire. Effectivement il est très large, comme à chaque fois qu’il me dilate, je me demande s’il va se refermer. Il rentre à nouveau sa main en ayant ses doigts joint, autant dire que je ne sens absolument rien. Je vois les doigts puis le poignet enfoncé.

Détends toi me dit-il, je vais te fister en profondeur si tu en as envie.

Au oui Jean cela fait tellement longtemps que j’en ai envie.

Nous avons déjà été jusqu’à mis avant bras assez souvent, mais nous avons jamais osé aller plus loin. Il me pistonne doucement et je sens ses doigts qui cherchent un passage, son poignet se tord dans mon cul et la progression se fait doucement, puis il ressort et rentre à nouveau et gagne quelques centimètres. Arrivé au niveau du coude, j’ai le souffle légèrement coupé et il arrête sa progression, j’en profite pour regarder, j’ai son avant bras entier dans le cul, à se moment je décharge mon foutre sur mon ventre, en voyant cela il prend ma bite de son autre main et le met dans sa bouche pour avaler ma semence.

Il ressort son avant bras remets de la graisse et rentre à nouveau, il refait la même opération une dizaine de fois lentement. Il se retire complètement et je sens un vide dans mon cul, il est dilaté comme jamais. Il se badigeonne les avants bras de graisse, présente ses deux mains en cône à l’entrée de mon cul, il force ma rondelle, j’ai l’impression de me déchirer, une voix me dit d’arrêter mais je ne peux pas, je veux m’ouvrir encore plus. Les deux mains sont entrées, la douleur fait place à une douce sensation de bien être. Il pistonne des deux mains mon anus, en les sortant tantôt l’une tantôt l’autre tout en gagnant quelques centimètres à chaque fois.

J’avais déjà vu sur un site porno, un type se faire fister jusqu’à pratiquement l’épaule, mais pour aujourd’hui, j’ai déjà pratiquement deux avant bras dans le fion et je ne peux plus aller plus loin, je décharge à nouveau. Il se retire. Mon cul reste ouvert, je suis sur qu’il fait au moins 12 à 15 centimètres de diamètre. Il présente sa bite à l’entrée et lui qui a pourtant un sexe énorme, je ne le sens pas bien qu’il s’enfonce entièrement en moi, il pourrait presque également rentrer ses couilles. Il reste bien au fond et décharge une quantité incroyable de sperme dans mon cul.

Il s’allonge à coté de moi et nous nous endormons dans le bras l’un de l’autre.

Quelques heures après nous refaisons surface, il est 14 heures, nous descendons dans la cuisine manger un morceau, bien que j’ai quelques difficultés à marcher tant je me suis fais défoncé, j’ai même du mal à m’asseoir. Je me relève je me penche sur la table et lui dis de me dire comment est mon anus.

— Tu sais mon grand, pour une fois il ne sait pas refermé, il est encore ouvert à 5 ou 6 centimètre avec une rose anale qui déborde.

— Je ne peux rester comme cela si nous sortons, va me chercher le plug qui est dans la table de nuit. Il revient avec un petit plug de 8 cm qu’il s’empresse de m’enfiler, je me s’en tout de suite mieux.

Pendant les deux ou trois jours qui suivent à part quelques gâteries et branlettes entre nous aucune pénétration afin de laisser se reposer ma rondelle.

Par contre nous parlons beaucoup et il faut dire que la dilatation que j’ai subit, m’a comblée, mais comme toutes les pénétrations anales, on en veut toujours plus. Ainsi trois jours plus tard, nous nous retrouvons ensemble dans la buanderie pour faire sécher notre linge, et comme ça je commence à m’exciter tout seul et à avoir des propos qui ne laissent aucun doute sur la suite des évènements.

Crois tu que tu pourrais m’enfoncer complètement un bras jusqu’à l’épaule comme dans le film que nous avions vu dimanche.

Je ne sais pas me répond t’il car il me semblait que j’étais au fond, il faudrait que mon bras se plie plus, car à priori je suis arrivé au colon transversal. Je sens que tu a envies à nouveau de te faire défoncer, tu es gentil mais moi je fais quoi, j’ai également envie d’avoir le cul aussi dilaté que le tiens.

Suite à ces paroles, je le prends dans mes bras et l’enlace tendrement, nos langues et nos salives se mêlent dans un baiser profond et langoureux. J’en profite pour lui prendre la bite au travers de son pantalon. Je le sens gonfler et devenir de plus en plus gros, j’ouvre sa braguette et défait sa ceinture pour le libérer. Je suis amoureux de sa bite car elle est énorme, bien que je ne sois pas à ma première relation homosexuelle, je constate à chaque fois que mon cousin a réellement un sexe superbe, c’est une vrai bite de black, je n’ai jamais vu un européen avec un sexe pareil. Une fois pour nous faire plaisir nous l’avons mesuré, elle faisait 26 cm de long et 5 cm de diamètre. Je peux vous dire qu’aujourd’hui, j’ai l’impression qu’elle est encore plus grosse.

Je ne peux résister plus longtemps et je laisse sa bouche, pour m’agenouiller devant lui et gober son sexe le plus profondément dans ma bouche, je le lèche, le suce et l’enfonce au fond de ma gorge tout en lui enfonçant mes doigts dans le cul. Je les sors de temps et temps et les mouillent dans ma bouche, pour lui renfoncer encore plus loin. A se moment je perçois que son corps se crispe et d’un seul coup un flot de sperme m’inonde la bouche, je n’en perd pas un goutte et j’avale tout, son sperme est un véritable nectar.

Au moment ou je me relève, la porte de la buanderie s’ouvre, c’est la sœur de Jean, elle nous regarde d’un drôle d’air, et nous dit alors les petits PD on s’amuse sans la petite sœur.

_ Les gars, il fait beau c’est dommage de rester enfermé. Si nous allions faire un tour.

Monique c’est sa sœur cadette, elle a 20 ans alors que Jean en a 29, il faut dire que c’est une belle femme, 1,71 m 60 kg des seins énormes, au moins 95 D et des fesses à damner des homos comme nous. Elle sait que nous sommes gays, mais cela ne la gène pas et si elle pouvait je crois qu’elle se ferait bien sauté par nous. D’ailleurs je la trouve bizarre aujourd’hui.

Nous la suivons dehors et partons nous promener en forêt, je suis juste derrière elle et je m’aperçois à contre jour qu’elle semble nue sous sa robe légère.

A suivre !!!!

Diffuse en direct !
Regarder son live