Le site de l'histoire érotique

Vacances chez un couple de pervers.

Chapitre 1

87
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 16 501 fois

87

8

Mon histoire commença un mois de juillet. Je me rendais dans le sud pour rendre visite à une amie qui y avait déménagé six mois plus tôt avec son mari. N’ayant que peu de moyens financiers, j’avais demandé à ma copine si je pouvais dormir chez eux.

  

 J’arrivai donc par un beau et très chaud lundi dans la nouvelle région d’Elise et Diego. L’accueil d’Elise a été tout de suite très chaleureux tandis que celui de Diego était plus froid. J’avais en permanence l’impression de le gêner comme si ma présence le mettait mal à l’aise mais, étant venue pour ma copine, je dois reconnaître que j’en faisais fi. 

  

 L’appartement étant assez petit, je dormais sur un canapé du salon jouxtant la chambre à coucher de mes amis. J’entendais ainsi tout ce qu’il se passait et se disait de l’autre côté du mur. Le premier soir, j’entendis ce qui ressemblait à une dispute de couple. J’essayais de ne pas y faire cas mais Diego ne prenait pas la peine de chuchoter. Aussi, à la prononciation de mon nom, je me permis d’écouter plus en détail. Je n’en revenais pas : ils se disputaient sur ma présence pour une semaine dans leur maison. 

  

 Ambre, Ambre, Ambre... Mon nom revenait sans cesse et je commençais à être très gênée par la situation. Puis, au bout de quelques minutes, plus rien. Sûrement que chacun était parti à un coin du lit pour bouder.

  

 Le lendemain, je me retrouvai seul avec Elise car Diego était parti travailler. Je la sentais gênée par la situation. Elle savait que j’avais entendu leur dispute. Je lui demandai :

  

 - Tout va bien ?

 - Oui, oui. C’est juste que... J’ai un peu honte par rapport à hier soir.

 - Tu veux dire la dispute ?

 - Oui.

 - J’ai compris que je gênais. Diego ne m’aime pas trop, hein ?

 - Non, ce n’est pas ça. Ce n’est pas lié à toi.

 - Quoi, alors ? Il veut que je participe pour les courses, je t’avais dit que c’était ok et...

 - Non, il s’en fout de ça aussi... C’est juste que...

 - Que ?

 - Il n’aime pas trop avoir du monde à la maison, il dit que c’est trop petit. 

 Et il s’est énervé quand je lui ai dit non quand il a voulu me faire un câlin.

 - Pourquoi ?

 - Je ne voulais pas te gêner avec nos ébats. C’est surtout là qu’il s’est énervé.

 - Ah oui, mince. Tu sais, à choisir entre ça et une dispute... Si tu veux, tu me dis de vous laisser un moment pour que vous soyez plus à l’aise.

 - Je verrai ce soir avec lui mais, tu sais, c’est un impulsif. Il ne prévoit pas ces choses-là. Quand il a envie, il me prend.

 - Tu ne donnes pas ton avis ?

 - Si. Enfin, non, pas toujours. J’aime bien quand il a envie de moi. Mais bon, pour une semaine, on va essayer de faire comme tu le dis. J’essaierai de te le dire si jamais on a besoin d’un moment. 

  

 Le soir venu, le repas se passa très froidement. Il ne se passa que très peu de discussions à table. Diego sortit de table et regagna sa chambre. Elise me glissa alors :

  

 - Ce n’est pas ce soir que tu vas nous laisser un moment.

  

 Nous restâmes près de deux heures entre copines à rigoler de la bonne époque puis Elise partit se coucher. Une nouvelle dispute éclata alors de l’autre côté du mur. Les voix commençaient à se faire entendre et je pouvais percevoir la conversation :

  

 - Mais Ambre m’a dit que si nous voulions un moment au calme, elle pourrait...

 - Elle pourrait quoi ? Partir ? Comme si c’était facile de prévoir ! Tu vas faire quoi ? Lui envoyer un texto ou sortir ta tête pour lui dire : « désolée, on va niquer donc, s’il te plaît, tu peux partir ? Madame Ambre est trop généreuse, madame Ambre est trop chaste pour entendre sa copine jouir de l’autre côté du mur ».

 - Mais, Diego, ce n’est pas sa faute. C’est moi qui lui ai dit de venir et...

 - Et bien, maintenant, tu assumes tes conneries...

  

 Je n’entendis plus rien puis une petite voix reprit :

  

 - Non, je t’ai déjà dit qu’on entendait tout. Arrête ! Enlève tes mains !

  

 Les clameurs des voix s’estompèrent en échange de bruits et de petits cris. J’entendais toujours la voix d’Elise dire :

  

 - Mais attends, il y a Ambre. S’il te plaît, laisse ma jupe.

  

 Mais sa voix était de moins en moins convaincue par ce qu’elle disait, puis :

  

 - Vas-y, alors. Prends-moi. De toute façon, tu as toujours ce que tu veux de moi.

 - T’es ma salope.

 - Oui, je suis ta salope.

  

 J’entendis Elise commencer à haleter de plus en plus vite. Je ne savais plus trop quoi faire. Je n’osais presque pas bouger pour ne pas les déranger.

 J’entendis alors Diego :

  

 - Tu vois ? Ça ne la dérange pas, ta copine.

 - Oui, oui, humm...

  

 La réponse d’Elise ne voulait dire qu’une chose : elle prenait son pied et ne pensait plus du tout à moi. Pourtant Diego en remit une couche :

  

 - Ta copine est en train de nous écouter et est sûrement excitée d’entendre une si belle salope jouir.

  

 Ce salaud était en train de fantasmer sur moi les écoutants. Il est vrai qu’il n’avait pas tout à fait tort. Mon sexe était chaud et je commençais à mouiller. J’imaginais tout à fait Elise se faire prendre et dominer par son homme. Je les entendais comme s’ils étaient là, devant moi : le claquement de leurs corps, les gémissements d’Elise jusqu’à son orgasme non contenu.

  

 J’étais totalement en feu et je dus, pour me calmer, me masturber. Je me mis à penser à Elise et à ses petits cris. Je m’imaginai à sa place. Mon sexe était de plus en plus trempé et mes doigts continuèrent de glisser sur mon clitoris. Après quelques minutes, je jouis et je pus enfin m’endormir.

  

 Le lendemain, Diego était déjà parti au travail lorsque que je retrouvai Elise au petit-déjeuner. Elle semblait un peu gênée :

  

 - Tout va bien, Elise ?

 - Oui, tu sais, hier soir, je …

 - Ne t’inquiète pas. Oui, j’ai entendu mais c’est normal : vous êtes chez vous et vous n’allez pas vous retenir pendant tout mon séjour…

 - Oui, c’est vrai, mais tu as tout entendu ?

  

 Je rougis un peu en lui répondant :

  

 - Quand il a parlé de moi, c’est ça ?

 - Ah oui, tu as entendu. Mais ne t’inquiète pas : c’est juste comme ça, dans le feu de l’action.

 - Ce n’est pas grave, mais ça lui arrive souvent ?

 - Tu sais, il assez dominateur. Quand il veut quelque chose, je m’exécute. Je n’ose pas toujours lui dire non et, la plupart du temps, ça m’excite tellement quand il me prend par surprise.

 - Si cela te va, moi, je t’avoue que si un mec se comportait comme cela, je l’emmènerais promener.

  

 La journée passa et nous nous retrouvâmes le soir tous les trois pour dîner. Pour une fois, Diego eut le sourire et l’atmosphère était détendue. Pour ma part, je mis cela sur le compte qu’enfin, il se sentait à l’aise en ma présence. Cependant, en cours de repas, je sentis Elise de moins en moins à l’aise. Elle grimaçait un peu et ne tenait pas sur sa chaise. Elle se leva brusquement et je la vis réajuster sa robe puis partir dans la salle de bain. Diego la doigtait, comme ça, en plein milieu du repas.

  

biostfoo

 Après le départ de table de la part d’Elise, Diego resta me fixer longuement puis il prit la parole :

  

 - Pourquoi tu me regardes comme cela ?

 - Pour rien. Vous faites ce que vous voulez mais Elise n’est pas un jouet. Tu ne devrais pas la traiter comme cela. Devant moi, en plus. Tu n’as pas de respect pour elle.

 - Je sais qu’elle adore. Tu sais, Elise est plus vicieuse que tu ne le penses.

 - Elle fait tout ça parce qu’elle tient à toi.

 - Non, pas que. Elle adore ça, je te dis. Toutes les femmes aiment se sentir désirées…

 - Oui, mais pas ainsi.

 - Tu veux dire que si je m’approche de toi et que, délicatement, je te serre contre moi, tu ne vas pas aimer ?

  

 Joignant les gestes à la parole, il me fit me lever et me serra contre lui.  J’essayai de me dégager de son étreinte mais il avait beaucoup de force. Sa main passa sur mon ventre et elle passa sous ma jupe pour arriver sur mon sexe brulant.

  

 - Tu vois ? Tu es toute excitée.

  

 Je n’en revenais pas : ce con me faisait mouiller avec ses avances malsaines. Le pire, c’est qu’effectivement, je n’avais pas vraiment envie de le repousser mais, pour Elise, j’essayai de m’extirper.

  

 - Lâche-moi, espèce de porc ! Je n’ai pas envie d’avoir tes sales pattes de pervers sur moi et Elise va te voir.

 - Si c’est Elise qui te dérange ma belle, regarde bien comment ta copine est une vraie salope soumise.

  

 Toujours dans la même position, une main me tripotant le sexe et l’autre sur ma poitrine malaxant mes seins à travers mon chemisier, il appela Elise.

  

 - Elise, viens ici.

  

 Elise sortit de la chambre et tomba sur Diego et moi.

  

 - Ambre ne veut pas me croire quand je lui dis que tu es une petite vicieuse. Enlève ton string et va t’allonger sur le canapé. Tu vas te toucher pendant que je vais m’occuper de ta copine.

  

 Aussitôt, Elise s’exécuta. Elle commença à se masturber devant moi et me regarda, moi, me faire tripoter par son mec. À nouveau, j’essayai de le repousser mais sa pression sur moi était trop forte. J’essayai avec ma main libre de le repousser mais il passa sa main autour de mon ventre et me serra fort contre lui. Ce salaud bandait en me maintenant contre lui.

  

 Je ne savais pas comment réagir. Je voulais crier mais, bizarrement, je ne le faisais pas et je dois avouer qu’au fond de moi, cette situation commençait à me faire de l’effet...

  

 Il recula un peu et posa ses mains sur mes fesses. Il me caressa les fesses et me les malaxa avec ses mains. J’étais troublée par le désir qui montait. Ne voyant aucune réaction ni résistance de ma part, il s’adressa à Elise :

  

 - Tu vois ? Ta copine en avait envie.  Elle se laisse faire, cette petite salope.

  

 Ce salaud m’excitait maintenant de plus en plus. Mes bouts de seins pointèrent et je sentis mon sexe réagir également. Il était déjà bien humide. Il arriva au bout de ma jupe et remonta maintenant sa main entre mes jambes. Sans vraiment m’en rendre compte, je me cambrai un peu et, d’un geste vigoureux, il m’écarta un peu les jambes. Sa main arriva sur ma chatte brûlante et je gémis doucement.

  

 Diego me retourna face à lui et il se plaqua à nouveau contre moi, ouvrit mon chemisier, décrocha mon soutif et me prit les seins à pleines mains. Il me serra fort les seins et pinça les tétons.

  

 Il me porta alors pour me faire m’assoir sur la table et ordonna à Elise de venir près de nous :

  

 - Elise, bouffe-lui la chatte, à cette garce.

 - Non, non, Elise. Ne fais pas ça.

  

 Mais Elise se pencha en avant et vint me lécher délicatement. Sa langue était bonne. Elle passa sur mes lèvres, rentra un peu dans ma chatte puis remonta sur mon clitoris. Je mouillais de plus en plus et j’avais du mal à retenir mes gémissements.

  

 - Tu vois comme ta copine aime te lécher ? Je t’avais dit qu’Elise était une salope.

 - Hum, oui, c’est trop bon. Laissai-je échapper.

  

 J’avais, à ce moment-là, totalement pété un câble et j’étais en train de jouir sous les coups de langue d’Elise.

  

 - Stop, Elise ! Retourne sur le canapé. C’est à moi de faire jouir notre invitée.

  

 Elise s’en retourna sur le canapé mais elle ne perdit aucunement une miette du spectacle. Elle recommença à se masturber en nous regardant.

  

 Diego plaça sa queue à l’entrée de mon sexe et, d’un coup sec, y pénétra sans difficulté. L’excitation en moi était telle que mon sexe était trempé. Il avait réussi à retourner la situation, arrivant à me faire passer de la colère d’avoir été traitée comme une chose facile à une folle envie qu’il continue à me défoncer. Je n’y pouvais rien. La haine que je ressentais ne faisait que renforcer mon envie qu’il me prenne férocement.

  

 Ses assauts se firent de plus en plus brutaux. Je regardai sur la droite et vis Elise se masturber sur le canapé, ne ratant rien de ce que son mec me faisait. Bientôt, je ne pus plus retenir mes cris de jouissance. Chaque muscle de mon corps se mit à se raidir. Diego me fit jouir alors comme jamais auparavant. Je ressentis comme une explosion et mon corps tout entier était tremblant.

  

 Diego ne me permit même pas de me remettre de cet orgasme. Il me fit descendre de la table pour me faire mettre à quatre pattes devant le canapé où se trouvait Elise. 

  

 - Tiens, c’est à ton tour de lécher ta copine.

  

 J’essayai de vaguement protester mais Elise prit ma tête pour coller ma bouche à son sexe en disant :

  

 - S’il te plaît, Ambre, lèche-moi. J’en peux plus de vous regarder.

  

 Je me mis à lui fourrer ma langue partout sur son sexe encore plus trempé que le mien. Plus je la léchais et plus cette petite vicieuse mouillait. Mon visage était ruisselant de cyprine.

  

 Je sentis, sans crier gare, Diego me pénétrer par derrière et recommencer son va-et-vient. Il recommença à s’adresser à Elise :

  

 - Tu vois qu’elle avait envie de se faire prendre, ta copine ?

 - Oui, dit Elise entre deux gémissements.

 - Et tu vois que tu aimes te faire lécher la chatte par cette garce ? T’es vraiment une salope. Hein, t’es une salope ?

 - Hummm, oui, oui, je suis ta salope.

  

 Ces deux-là se servaient clairement de moi comme d’un objet sexuel mais tout ce qu’ils me faisaient était trop bon.

  

 Je sentis Elise remuer de plus en plus son bas-ventre et le flux de cyprine se fit encore plus abondant. Elle replia ses jambes sur ma tête et je la senti se raidir. Peu après, Diego, à son tour, devint de plus en plus vigoureux et finit par éjaculer en moi.

  

 Une fois le rapport fini, Diego et Elise s’embrassèrent comme si je n’existais à peine. Diego partit se coucher et Elise resta avec moi mais semblait embarrassée et bredouilla quelque peu des excuses.

  

 Perdue par ce qui était arrivé, je partis le lendemain et mis fin à mes vacances.