Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 58 728 fois
  • 132 J'aime
  • 7 Commentaires

Vacances chez mon oncle

Chapitre 1

Inceste

Je m’appelle Élodie, je viens juste d’avoir 18 ans, je suis une jolie fille, de longues jambes, un ventre plat, brune aux cheveux longs et un joli petit minois, de grands yeux noisette. Je mesure 1m66 pour 52 kg.


Mon supplément sexy, de gros seins bien ronds, un 90F qui me va à merveille et plait beaucoup aux hommes. Mes seins se terminent par de beaux tétons sensibles qui pointent facilement et prennent alors une longueur pouvant dépasser 1 cm lorsque je suis excitée.


Voici le contexte de mon histoire. Tous les ans, je passais une semaine de vacances chez mon oncle Bertrand et ma tante Agnès, près de Narbonne. Ils ont une superbe maison avec piscine et je passais tous les étés à jouer avec mes deux cousines. C’était de très agréables vacances entre mer et piscine.


Seulement voilà, mon oncle et ma tante ont divorcés. Lors de mes dernières vacances chez eux, j’avais remarqué les regards différents de mon oncle. Ses regards m’avaient excité. Une fois à la mer, j’ai vu qu’il me regardait et que son maillot de bain faisait une bosse, je suis certaine que j’en étais la cause.


La raison de leur séparation, ma tante à découvert que son mari la trompait avec une fille rencontrée sur un site internent. Il voyait également une escorte-girl régulièrement. Mon oncle est dragueur.


Je me suis inscrite sur un site pour adultes.. Ce que j’ai découverts m’a fait fantasmer. J’ai échangé avec plusieurs hommes rencontrés sur le site.


Une sympathie et née avec un homme de 45 ans, nous avons échangé des messages tous les jours. Je lui ai envoyé des photos, dans un premier temps des parties de mon corps, puis des photos dans des tenues sexy sans mon visage. Puis au fils du temps des photos ou on voit ma tête. Nous avons même fait des webcams. C’est depuis cette époque que je suis aussi épilée intégralement.


Il me donnait des ordres pendant les séances de webcam. J’ai fini plusieurs fois nue, prenant les positions qu’il me demandait. Il me traitait de petite salope. J’adorais ça, mais j’ai été frustrée que cela reste purement virtuel. Je rêvais d’être une salope pour de vrai.




Cette année, mes cousines étant avec leur mère, mon oncle Bertrand est seul chez lui la semaine de mes vacances. Lorsque je l’ai appelé pour savoir si je pouvais venir passer la première semaine d’août chez lui, il a paru surpris, mais il a accepté rapidement. Je viens de réussir mon bac et ces vacances sont bien méritées.


Me voici donc dans le train qui arrive en gare, mon oncle vient me chercher. 43 ans, c’est un cadre dynamique, physiquement classique, aimant mater les filles, surtout les jeunes et commenter leur physique.


J’ai dans l’idée de profiter de la mer, de la piscine et de me faire baiser par mon oncle, je suis excitée par cette idée. Je descends du train et entre dans la gare avec ma valise à roulette. Je me suis préparée avant de partir, j’ai passée en revue mon épilation, je n’ai plus un poil.


Je suis vêtue normal pour la saison, d’un mini short (très mini) et d’un tee-shirt moulant (très moulant) qui arrive au-dessus du nombril. Mon oncle est là, nous nous ne sommes pas vu depuis deux ans et je vois sont regard ravis-surpris en me voyant. Nous nous faisons la bise et nous échangeons des nouvelles de la famille, nous rejoignons sa maison avec sa voiture cabriolet, un bonheur.


Mon oncle Bertrand n’en revient pas de mes changements physiques, il me complimente et me dit que je suis devenue une très jolie jeune fille en me détaillant et s’attardant sur ma poitrine. S’il savait mes intentions ! J’en mouille dans mon string. Sa maison est toujours aussi sympa, et la piscine magnifique. Je m’installe dans une chambre de mes cousines et Bertrand me propose de me baigner de suite, j’en meurs d’envie.


J’enfile vite mon maillot, un petit deux pièces avec de petits nœuds au slip et un haut un peu trop petit pour mes gros seins. Je rejoints mon oncle au bord de la piscine, serviette et crème solaire en mains. Mon oncle à la tête du loup de tex Avery en me voyant. Je lui fais un beau sourire et il se remet suffisamment pour nous servir à boire. Je m’installe sur un transat pour me tartiner de crème, mon oncle n’en perd pas une miette.


Nous rentrons tous les deux dans la piscine, c’est très agréable, l’eau est à température idéale. Dans l’eau nous nous frôlons, je le fais exprès. Je m’amuse à me coller et décoller de lui innocemment. Je m’aperçois que son slip fait une belle bosse, c’est encourageant pour mes projets.


Je décide alors de ne pas perdre de temps et de commencer à montrer mes atouts. Nous sortons de la piscine et séchons un peu sur les transats. Je demande alors à mon oncle s’il veut bien faire me prendre en photos pour mes souvenirs de vacances. Je vois que j’ai fait mouche, Bertrand est enchanté et cours vite chercher son appareil.


Je fais de jolis sourires à l’objectif de mon oncle. Je me lève, entre dans l’eau, nage un peu et ressort, sous l’objectif de mon oncle qui me mitraille. "Attend", lui dis-je.


Je passe mes mains dans le dos et fait sauter le haut de mon maillot de bain. Mes seins libérés du soutient gorge sautillent et bougent à chacun de mes mouvements. J’ai droit à un "ouaahhh qu’elle poitrine" de la part de mon oncle qui me photographie. Maintenant son maillot est tendu.


Mon oncle photographie mes seins sous tous les angles. "Quels gros nichons tu as ! Magnifique". Je prends des positions devant lui, mes seins lourds ondulent à chacun de mes mouvements. La situation m’excite et mes tétons pointent devant l’objectif de tonton Bertrand.


Je lui tends mon tube de crème solaire, "Tu veux me mettre de la crème sur les seins ? Il faut en mettre une bonne couche et bien étaler.". Il pose l’appareil photo et saisit le tube "Avec plaisir !". Mon oncle dépose un peu de crème sur mes seins. "Tu es super bien foutu, c’est rare des gros lolos naturels et des tétines comme ça".


Bertrand met pour la première fois ses mains sur mes seins pour étaler la crème solaire. Ses mains massent la peau sensible de mes seins et passent sur les tétons tendus. Mon oncle passe une main à la base de chaque seins et les soupèse "Ils sont bien fermes, et lourds".


Il remet de la crème et passe dans mon dos, une de ses mains sur chaque sein. Bertrand me fait un massage des seins de plus en plus vigoureux, mes seins sont si gros que ses mains et doigts ne couvrent pas la totalité. Je réagis et pousse de petit gémissement. Il s’attarde sur mes tétons qu’il tire et faire rouler entre deux doigts, je pousse des "huuuuuuum, aaahhhhh, c’est bon".


Mon oncle me malaxe la poitrine, "tu es très réceptive, tu as les nibars et les tétines sensibles". Il prouve ses dires en m’arrachant de nouveaux gémissements de plaisir. "Bon ça suffit" dit-il " la crème est assez étalée, à l’eau !", il termine ses mots en me mettant une petite claque sur les fesses. Je me retourne en lui faisant un beau sourire.


Nous nous baignons tous les deux. Tonton Bertrand me touche dans l’eau maintenant sans aucune retenu. Évidement je ne fais rien pour le repousser, au contraire, je suis ravie. Au hasard de nos mouvements, ses mains se posent sur mes cuisses, sur mon ventre, ma taille et bien sûr mes seins.


L’après-midi passe vite entre baignade rire et moments sur les transats et séances photos. Mon oncle a déjà pris au moins 200 photos de moi. Il est presque 20h et Tonton Bertrand va préparer le dîner.


Je vais prendre une douche. Je décide de mettre juste une nuisette. Elle est en mailles jaunes, transparente, très décolletée en dentelles sur les seins. La nuisette moule mon corps et couvre tout juste mes jolies fesses rebondies. Je reste un peu dans ma chambre pour lire mes mails. Mon oncle m’appelle à table.


J’ai droit à un ’ouuuhaaaaa !" lorsqu’il me voit, il s’est changé aussi, short et tee-shirt. Nous prenons l’apéro dans les fauteuils du salon de jardin. Je suis assise en face de lui, et vu ma nuisette ne cache rien de ma chatte épilée. Je vois que mon oncle n’en perd pas une miette, je ne fais rien pour me cacher, au contraire, j’écarte un peu plus les cuisses pour me servir sur la table basse.


Le short de mon oncle fait une bosse impressionnante. La conversation s’engage sur le sexe et les jeunes. Mon oncle me dit que les filles sont des allumeuses de nos jours. Je ne le contredit pas en lui disant que comme toutes les filles de mon âge j’adore jouer les petites salopes.


J’en profite pour le chauffer, "Je sais aussi m’occuper d’un homme et j’adore qu’on me baise !". Mon oncle me dit qu’effectivement je dois avoir beaucoup de succès avec les garçons. "Oui", dis-je en jetant un regard à sa bosse, "j’ai un peu d’expérience, j’adore sucer les bites aussi".


"Ton copain doit adorer, ce doit être très agréable, j’ai bien besoin qu’on me soulage aussi !" me dit tonton Bertrand.


"Bien sûr" lui dis-je "Je peux te sucer maintenant si tu veux".


Mon oncle me regarde interrogatif, "Mais ce n’est pas possible, tu es ma nièce !".


Je suis convaincante, "On est tous les deux, se serait dommage de ne pas en profiter, non ? Personne n’en saura rien...", je prends mon regard de tueuse en disant cela. "C’est normal que je te remercie pour ces vacances !"


En disant cela, je me lève et vient me mettre à genoux entre les jambes de tonton Bertrand. "Tu vas voir je suis une petite salope", lui dis-je. Il ne me repousse pas, ses arguments n’étaient que pour la forme je pense. Je dégrafe son short, et le baisse à ses pieds, libère son sexe qui sort raide de son slip devant mon visage. Il est gros et long, je l’attrape à pleine main, et commence à sucer le bout. Le gland se décalotte entre mes lèvres et je le lèche comme une glace.


Mon oncle appuis sur ma tête et son sexe s’enfonce dans ma bouche. Je le pompe par des vas et vient, petit à petit son sexe pénètre un peu plus au fond de ma gorge. Je me détends et maintenant mon nez touche la toison de Bertrand à chaque fois. Mon oncle me saisit la tête et m’oblige à garder son sexe entièrement dans sa bouche quelques secondes.


" C’est vrai que tu es une petite salope" me dit-il.


Je place sa bite entre mes seins pour la masser puis je recommence à le sucer.


Avec tout ce que je lui ai infligée depuis le début de la journée, tonton Bertrand ne tient pas longtemps. "Je vais lâcher la sauce" dit-il pour me prévenir au cas où je ne voudrais pas avoir son sperme dans la bouche, mais je continue à le sucer encore plus vigoureusement.


Mon oncle envoie un premier jet au fond de ma gorge, j’en avale un peu, un second jet se dépose sur ma langue, puis un autre empli ma bouche de son sperme.


J’avale tout en poursuivant ma fellation, je ne termine que lorsque la bite de mon oncle et parfaitement propre. "Tu vois je te l’avais dit !".

"Oui", dit Bertrand, "tu es un vrai salope, parfaite pour vides les couilles de ton oncle !". Je retourne à mon fauteuil, contente de ma prestation pour finir mon verre, offrant à nouveau à tonton Bertrand une vue sur ma chatte.


Nous passons à table sur la terrasse. Mon oncle nous a préparé une salade mélangée délicieuse. Le rosé bien frais aidant, nous rions beaucoup pendant le repas, je suis très fier de moi. Mon oncle me complimente sur ma fellation. Je lui lance "Je recommence quand tu veux !" toute contente et demande "Tu n’as pas envie de me baiser aussi ? »


"Mais si, je suis une petite salope toute chaude qui attend d’être baisée ! Tu devrais t’occuper de moi ! "


"Une pouliche bien foutu comme toi me fait bander raide, ma bite a bien besoin de se vider !" Concède tonton Bertrand. Je lui lance mon regard de braise, provocante, "Alors ne te gêne pas, tu me baises quand tu veux pendant toute le semaine ! Tu aurais tort de ne pas en profiter, je suis une petite pute en chaleur ! ". J’ai gagné, les dernières réticences de Tonton Bertrand sont tombées, "ah! Tu es une petite pute en chaleur, tu vas goûter ma bite alors !"


Nous terminons par une glace et nous débarrassons tous les deux la table. Je décide de ranger les couverts sales dans le lave-vaisselle. Je me penche pour ranger la vaisselle, dans ma position mes fesses ne sont complètements découvertes. Je sais que Bertrand est dernière moi, et je lui offre une vue sur mon cul et mon sexe. La main de mon oncle se pose et caresse mes fesses nues.


"Tu es complètement épilé, c’est bien !, j’ai envie de te foutre un doigt dans ta chatte !".

Je retourne rapidement la tête et fais un beau sourire à mon oncle. Cela l’encourage est ses doigts passe des fesses à mes grandes lèvres.


Je suis toujours penchée sur le lave-vaisselle, de la main gauche les doigts de mon oncle explore l’entrée de ma chatte, la main droite est passée sous le décolleté de ma nuisette et remue mon sein gauche. "Tu es lisse, c’est bien, reste bien penchée". Bertrand introduit un doigt et farfouille mon intimité pendant que ces doigts de son autre main tourne et pince mon téton, "En plus de gros nichons, tu as un beau cul !"


Bertrand sort un doigt trempé de ma fente et le met devant mon visage "mais tu mouilles ma salope !". J’attrape son doigt et me met à le sucer avec entrain. Bertrand me donne une tape sur les fesses, "Bon ça suffit, dans la chambre de tonton, toute nue à quatre pattes sur le lit !".


Je le précède dans sa chambre, il me donne des tapes sur les fesses "Aller plus vite que ça ma salope, tu vas te faire baiser petite pute !".


Dans sa chambre je me débarrasse de ma nuisette et me met à quatre sur le lit, mes gros seins pendants dans cette position. Tonton Bertrand se met nue aussi, je commence à le sucer alors qu’il est debout et moi à quatre pattes sur le lit. Il s’amuse à faire ballotter mes seins "Avec d’aussi grosses mamelles, pas étonnant que tu sois un salope !"


"Retourne-toi !", j’arrête ma fellation et lui présente mon cul. Tonton Bertrand me prend par dernière en s’enfonçant d’un coup sec à fond dans ma chatte. Je pousse un cri de douleur, son gros sexe force mon intimité. Il me pilonne m’arrachant un cri et gémissements. Mes seins ballottent sous ses coups. Le plaisir monte vite mêlé à la douleur et j’ai un orgasme.


Tonton Bertrand prend son plaisir, il a le souffle de plus en plus court, mon orgasme l’achève et je sens le sperme couler depuis mon sexe le long de mes jambes. Il se retire et je me retourne et lèche son sexe pour le nettoyer, "tu aimes ça petite salope !". Pour lui donner raison je lèche consciencieusement sa bite et je récupère du doigt du sperme qui a coulé sur mes cuisses et avale.

Diffuse en direct !
Regarder son live