Le site de l'histoire érotique

Vacances Corse

Chapitre 1

40
5

Une histoire érotique écrite par

Histoire vraie
publiée le
Histoire lue 7 683 fois

40

11

Je suis Luc, jeune bachelier de 18 ans inscrit en fac de médecine pour la rentrée prochaine et je suis également ce que l’on appelle une erreur de jeunesse. Ma mère a trente-quatre ans et je suis né lorsqu’elle avait dix-huit ans, les premières années de mon existence je les aies passées avec mon arrière-grand-mère qui m’a élevé une bonne dizaine d’années, le temps que maman termine ses études de médecine car nous sommes tous dans ce milieu avec moi qui y rentre prochainement.

Ma famille, arrières grand parents tous deux généralistes retraités, mon grand-père neuro chirurgien et patron de clinique associé à ma grand-mère cardiologue. Ma grand-mère a donné naissance à quatre filles, Christine et Christina jumelles et Paule et Paola autres jumelles de trente-deux ans et enfin moi qui suis le fils de Christine. Aujourd’hui nous sommes dimanche et tous réunis chez mes arrière grands parents chez qui je dois passer le début de mes vacances. Ici je n’ai nul besoin de bagage, de vêtements, ni même de nécessaire de toilette, tout ce dont j’ai besoin s’y trouve déjà. A la fin du repas Christina, la jumelle de maman me demande si je veux l’accompagner à Calvi où elle a loué une villa pour un mois. Elle et maman sont cardiologue et mes deux autres tantes gastro entérologue et toutes célibataires. D’emblée j’acceptais la proposition qui m’était faite et que maman approuva en demandant si elle pouvait prendre le relais de la location ce que les jumelles réglèrent dans l’heure avec le propriétaire de la villa qui était libre en Août.

Le lendemain, nous prîmes la route direction Marseille puis le ferry pour Calvi et nous fûmes à la villa vers 20heures le proprio nous attendait pour nous remettre les clés.

— Bonsoir monsieur, madame avez-vous fait bon voyage?

— Oui répondis ma tante et nous allons bien nous reposés de cette journée de voyage.

Une fois à l’intérieur, il y faisait frais et de suite je filais me doucher. Après que Christina eut pris la sienne nous prîmes une petite collation et cou couche panier comme disait grand-maman ma nounou. Dès six heures du matin, les rayons du soleil me réveillèrent et je ne pus me rendormir, je me levais et après avoir ouvert les persiennes je me rendis compte que ma tante était en train de faire quelques brasses dans la piscine. Je la rejoignis et fis comme elle quelques allers retour. Une fois séchés, nous prîmes notre petit déjeuner toujours en maillot de bain.

-Luc, je te propose d’aller faire un tour en ville car il faut que nous fassions quelques courses pour notre survie, va te préparer je vais en faire autant. Vingt minutes plus tard nous étions prêts. Christina était la réplique de maman, grandes et élancées frôlant le mètre quatre-vingt, blondes au tour de poitrine que je connais pour avoir vu les soutien gorges de maman 90C et aussi de découvrir que Christina n’en portait pas aujourd’hui car j’en apercevais les aréoles au travers de son chemisier blanc. A peine avions nous franchis le portail nous vîmes Charles le proprio qui venait à notre rencontre.

— Bonjour monsieur, madame, je venais vous proposer une idée pour ce soir. Si vous voulez vous distraire et apprendre un peu de culture corse il y a une soirée au petit village " Lumio "au-dessus de chez nous à environ deux kilomètres, mais je vous conseille d’y aller à pieds et de prendre une lampe pour le retour, vous en trouverez une dans le garage les piles sont neuves. Allez les tourtereaux je vous laisse.

— Non monsieur Charles, Luc n’est pas mon amoureux, il est trop jeune c’est mon neveu le fils de ma sur que vous connaitrez le mois prochain. Monsieur Charles s’excusa et nous partîmes pour découvrir Calvi et faire nos courses. La journée se passa toute en douceur et calme, nous résidions à la sortie de Calvi en direction du camp de Solenzara. Le soir venu, nous prîmes la route qui menait à Lumio, nous arrivâmes environ trente minutes plus tard, le spectacle venait de démarrer et il y avait foule, toutes les places assises étaient prises, nous dûmes rester debout et doucement nous frayer un passage pour arriver au plus près du spectacle. Enfin trouvées nous étions pratiquement aux premières loges, deux guitaristes et trois chanteurs et chanteuses nous racontait la corse en chansons. Christina manifesta le désir de passer devant moi car plus petite elle avait un peu de mal à voir la scène me dit-elle, après s’être installée il y eut un petit mouvement de foule qui nous serra un peu plus les uns contre les autres je dus saisir ma tante aux épaules, j’étais pratiquement collé à elle, derrière moi une jeune femme était elle aussi tout contre mon dos , je sentais ses seins durs et je sentis également un début d’érection démarrer dans mon boxer ce qui ne devait pas passer inaperçu à ma tante, je bandais contre sa fesse. Elle s’en rendit compte car elle bougea légèrement et ma queue se retrouva pile poil contre le sillon qui sépare ses deux globes. Je ne bougeais pas de crainte de me trahir mais c’était peine perdue Christina entreprit des petits mouvements qui ne firent qu’envenimer la situation et me faire bander plus durement, je tentais de me décoller de ce sillon fessiers en vain car derrière la fille semblait vouloir s’incruster et me masser les fesses. Plus tard j’entendis.

— Chérie rentrons demain je dois me lever de bonne heure.

— Encore cinq minutes lui répondit la personne dans mon dos. Ma main gauche quitta l’épaule de ma tante et partit vers l’arrière pour tenter de repousser celle qui semblait vouloir m’exciter. Bien mal m’en prit se saisissant de ma main elle la colla sur son bas ventre contre sa fente et m’invita à la caresser, je laissais faire tout en constatant qu’elle ne portait pas de sous vêtement, le tissu de sa robe était trempe et de légers accous me firent penser qu’elle jouissait. Elle relâcha ma main et s’en alla avec son compagnon, tandis que Christina continuait de s’occuper de mon membre. Faignant la chose, je laissais faire un moment et se fut enfin la dernière chanson, applaudissements du public qui commença à se disperser et me libéra de la situation dans laquelle je me trouvais. Qu’allait-il se passer à présent?

— Nous rentrons me demanda Christina.

— Oui regardant ma montre, je lui dis il est 23heures le temps de rentrer à 23heures quarante-cinq nous serons au lit. Nous reprîmes la route vers Calvi, quand une voiture s’arrêta pour nous proposer de nous emmener, ce que nous refusâmes poliment, tout en marchant au clair de lune nous parlions de la journée du lendemain, de ce que nous allions faire. Plage le matin et piscine l’après-midi. Arrivés à la villa et après avoir fermé le portail, la voiture dans le garage, nous étions dans la cuisine une verre d’eau gazeuse bien fraiche. Christina me dit.

— Il fait encore chaud, la température n’a pas beaucoup bouger, j’ai bien envie de faire un plouf qu’en dit tu?

— Pourquoi pas? J’allais dans ma chambre et en ressortis en maillot de bain. Lorsque j’arrivais ma tante n’y était pas encore. L’eau était super bonne, Christina se jeta aussitôt et traversa la piscine pour me rejoindre.

— On fait un pari, quatre longueurs celui ou celle qui perds préparera le petit déjeuner de demain me dit-elle.

— Ok je suis d’accord. Et nous voilà parti pour ce marathon que je lui laissais gagner en prétextant une crampe à la cuisse. Allongé sur un transat, Christina se sécha et s’agenouilla prêt de moi pour masser ma cuisse.

— Merci tatie cela va mieux.

— Un petit massage ne te fera pas de mal. Elle entreprit donc de s’occuper de ma cuisse tandis que je fermais les yeux.

— A quoi penses-tu?

— A rien. Ses mains étaient douces et après une dizaine de minutes elle arrêta et s’allongea sur le transat à ma gauche.

Luc tu n’as pas de petite copine?

— Non, des amies oui mais pas de petite copine.

— Pourtant à ton âge, les garçons ne pensent qu’à cela avoir une petite copine. De plus tu es un beau jeune homme dont je suis fière.

— Merci tu es gentille, je pense que je vais rentrer je commence à être fatigué.

— Tu as raison rentrons. Une fois à l’intérieur, j’allais me brosser les dents avant de mettre au lit quand elle me rejoint dans la salle de bains pour y faire la même chose, je me rinçais la bouche et lui lançais.

— Bonne nuit tatie et j’allais quitter la pièce quand.

— Alors pas de bisou ? Ce que je fis aussitôt en m’excusant. Une fois dans ma chambre je me mis complètement nu et m’allongeais ainsi sur le lit et ce jusqu’à 7heures trente du matin, je me levais aussitôt car j’avais le petit déjeuner à préparer. Ne voulant pas le faire seul , je décidais d’aller chercher ma tante, elle était toujours sur la serviette, ne m’ayant entendue je m’agenouillais et l’embrassais sur le front ce qui la fit bondir pour Au moment d’ouvrir les persiennes je vis au travers des lattes Christina complètement nue au soleil sur sa serviette de bain, je regardais durant un long moment ce corps qui comme je l’ai dit au début de mon récit identique à celui de maman, je laissais donc les volets clos pour regagner la cuisine, une fois sur place je constatai que le petit Luc avait été devancé tout était prêt il n’y avait qu’à s’installer. Ne voulant le faire seul je décidais d’aller chercher ma tante, arrivé près d’elle je m’agenouillais et l’embrassais sur le front ce qui la fit sursauter et surprise elle s’empressa de cacher sa nudité.

— Tu aurais pu t’annoncer.

— Excuse-moi tatie et de toute manière je connais ton corps, il est tout pareil que celui de maman.

— Oui peut-être mais celui-ci et le mien.

— D’accord, je venais te chercher pour le petit déjeuner et merci de l’avoir préparer à ma place et je me levais pour rejoindre la villa. Lorsqu’elle arriva dans la cuisine, j’étais assis et commençais à me servir.

— Tu n’es pas fâché?

— Non absolument pas. Drapée de sa serviette elle s’assit et se servit du café sans lait.

— Luc je t’ai un peu taquiné tout à l’heure, mais tu as tort car ta mère et moi avons deux petites différences qui ne peuvent se voir que lorsque nous sommes nues, je vais te montrer mais tu garderas cela pour toi. Elle se leva et se défit de sa serviette de bain.

— Que remarques-tu? Des yeux je parcourais son corps de haut en bas.

— Non tatie je ne vois pas. Levant légèrement son sein gauche je découvrais un petit grain de beauté près de l’aréole, puis levant sa jambe gauche pour poser le pied sur la chaise elle me montra l’autre petit grain dans le pli de l’aine.

— Tu as vu nous ne sommes pas identiques Christine et moi et il y en a un troisième mal placé que je ne peux te montrer. Voilà tu garderas ce secret pour toi.

— Moi aussi j’en ai un placé au même endroit que celui de ton entre jambe.

-Montre voir

— Non je ne peux pas car je dois retirer mon short et mon slip.

— Et alors tu m’as bien maté à poil, allez montre-moi ça. Je baissais l’ensemble et montrais mon anatomie.

— Mon dieu, c’est quoi ce membre. Hier au soir j’ai bien senti que tu bandais ce qui était fort agréable mais je ne pensais pas découvrir cette chose. J’en ai déjà vu quelques différents calibre mais aucun comme le tien, attends non vient avec moi elle me prit par la main et m’emmena dans sa chambre pour prendre un mètre de couture, puis se saisissant de ma queue elle la soupesa et lui imprima quelques caresses qui amplifièrent la bandaison, elle mesura la longueur 27 centimètres puis le diamètre 18centimètre.

— Quelle surprise mon garçon et dis-moi as-tu déjà eu l’occasion de te servir de ton gourdin quelle tenait en main.

— Non tatie. Elle soupesa également les bourses qui étaient elles aussi bien dures et certainement bien pleines car je ne m’étais pas masturbé depuis quelques quatre ou cinq jours. Tout en me parlant Christina se mit à me branler lentement, me décalotta et le gland apparu tel un brugnon.

— Mon dieu que c’est magnifique dit-elle en s’agenouillant, elle me prit dans sa bouche pour me sucer. Après quelques succions elle se releva et m’entraina sur le lit et me plaça entre ses cuisses largement ouvertes. Le gland positionné à l’entrée de sa fente elle maintenait ma queue pour la guider dans sa chatte en gardant la maitrise de l’action. A présent le bout de mon gland était entre ses grandes lèvres et moi j’essayais de pousser pour y pénétrer, là il y avait un problème, pas assez lubrifiée ma verge pouvait lui faire mal et à moi également, je me retirais tandis qu’elle entreprit de se caresser pour humidifier le site je me penchais vers sa fente et repoussant les doigts de Christina je me mis à lécher sa fente et sucer son clitoris, afin à point j’abandonnais la place pour m’y replacer mon gourdin après l’avoir bien enduit de salive, me saisissant aux hanches elle freinait mon envie de la prendre brutalement, lentement j’investissais sa grotte d’amour tandis qu’elle se forçait à ne pas hurler ce qu’elle fit lorsqu’elle me libéra pour la prendre entièrement, bouche grande ouverte et les yeux écarquillés. J’étais en elle jusqu’à la garde, et l’un comme l’autre nous nous mîmes en mouvement, j’allais et venais dans cette grotte à présent trempée et lorsque je redoublais d’ardeur elle me bloqua pour m’obliger à me retirer et elle me termina par une fellation au terme de laquelle elle faillit s’étouffer n’arrivant pas à déglutir tant le contenu de mes couilles était abondant. Après une toilette sommaire de ma bite, je me plaçais pour la faire jouir avec ma langue ce qui ne fut pas long à venir tant elle était à point.

— Viens là et elle me prit dans ses bras. Voilà une chose que nous avons faite qui devra rester entre nous. Nous étions encore là quinze minutes plus tard tous les deux nus sur le lit quand le téléphone sonna. C’était Christine ma mère qui venait aux nouvelles.

Tout va bien, ton fils est adorable, c’est un amour il prépare le petit déjeuner, mets les couverts, débarrasse, m’aide à la vaisselle enfin bref nous passons d’agréables vacances et à la maison comment va la famille. Tout allait pour le mieux sauf que maman avait le bourdon et nous informait qu’elle viendrait passer le week-end avec nous et elle nous appelait pour que nous allions la récupérer à l’aéroport.

— C’est entendu ma chérie nous y serons, je réserve un restaurant pour le soir bisous je te passe ton petit Luc. Après les éternels comment vas-tu, qu’avez-vous fait depuis votre arrivé. Je lui racontais tout depuis notre arrivée. Durant ma conversation Christina s’amusait avec ma queue qui était à nouveau raide comme les militaires au garde à vous.

— Bon maman je te dis à samedi. Gros bisous et nous nous sommes ainsi séparés.

— Tu n’as pas l’air d’être content que ta mère vienne nous voir

— Ce n’est pas cela, elle ne peut pas me voir éloigné d’elle et pour la seule fois que je m’éloigne de plus de cent Kilomètres, il faut qu’elle débarque. Après tout ce n’est pas grave.

— C’est cela ou plutôt cela dit-elle en me secouant la bite pour mieux me branler et enfin se mettre à califourchon et s’empaler sur cette hampe, puis partir au galop pour enfin se désarçonner pour ne pas être remplie de mon foutre.