Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 191 J'aime
  • 4 Commentaires

Vacances en Egypte

Chapitre 1

Hétéro
Je ne suis jamais allé à Sharm-el-cheikh... Nora y est allée seule avec les enfants, qui préféraient passer les journées dans le club pour jeunes.Nora m’a raconté qu’elle s’était fait piquer par un insecte et qu’elle avait dû aller à l’infirmerie où un médecin l’a soignée ! Ils ont discuté un moment en arabe et le médecin lui a demandé si elle acceptait de prendre quelque chose avec lui au salon de thé, lui disant qu’il était rare de trouver des femmes qui parlent arabe, surtout maghrébines... dans ce genre d’endroit où la majorité des gens sont européens.
Nora lui dit que ce serait un plaisir et ils se retrouvèrent dans l’après-midi déguster un bon thé et des pâtisseries...Ils discutèrent un long moment de tout et de rien, Nora lui expliqua qu’elle était là en vacances avec ses enfants, son mari travaillant, qu’elle trouvait l’endroit magnifique, il lui dit qu’il était marié avec quatre enfants, que sa famille vivait au Caire et qu’il ne les voyait que tous les quinze jours...
De fil en aiguille, il commença à la draguer, lui disant combien il trouvait que les femmes maghrébines étaient les plus belles du monde arabe, avec le plus de caractère, que l’Algérie était un très beau pays, etc.
Nora m’avoua qu’elle le trouvait beau, assez grand, mince un air viril qui ne la laissait pas insensible...Au moment de se quitter, il lui fit la bise, et passant sa main sur le visage de ma chérie, l’attira à lui pour déposer un petit baiser sur ses lèvres, Nora répondit par un sourire...Il lui demanda alors s’ils pouvaient se retrouver le lendemain au même endroit. Le lendemain ce fut le même cérémonial, le même genre de discussion jusqu’au moment où le docteur posa sa main sur celle de Nora... qui ne retira pas la sienne ! S’assurant que personne ne regardait, le salon était vide en plein après-midi, il posa ses lèvres sur celles de ma chérie pour un baiser qui n’avait rien de chaste ! Ma douce lui rendit son baiser mélangeant sa langue à la sienne, tandis que lui faisait remonter ses mains le long des ses cuisses, ce qui faisait échauffait sa chatte, comme elle me le raconta ! Ils se caressèrent, il lui pelota les nichons, posa sa main entre ses cuisses, tandis qu’elle faisait aller et venir ses doigts sur son sexe à travers son bermuda...
Et n’en pouvant plus, il lui dit de le rejoindre discrètement à l’infirmerie, où il l’attendrait dans une des chambres !
Dix minutes après son départ, elle le suivit jusqu’à son bureau et le trouva dans le couloir vide à l’attendre. Il l’a prise aussitôt par la main et la fit entrer dans une chambre d’auscultation, en fait de chambre d’auscultation, il s’agissait plutôt d’une chambre de repos avec des matelas recouverts de couvre-lits de couleurs. Il ferma la porte à clé et se jeta sur elle l’embrassant goulûment, la pelotant sans ménagement. Debout il fit tomber la robe légère de Nora se ruant sur les nichons qu’il sortit du maillot, tout en portant la main à la culotte qu’il écarta, se mettant à farfouiller dans le sexe grand ouvert de ma chérie. Ils se déshabillèrent complètement et s’allongèrent sur un matelas. Il recommença, allongé à côté de Nora, à «baratter» le vagin inondé tout en lui mangeant littéralement la bouche.
Cela faisait cinq jours que ma douce n’avait pas baisé, alors le manque, l’envie et la brutalité du docteur dans sa fente la firent jouir en moins de cinq minutes, sous le regard étonné de son amant, qui n’avait pas dû voir souvent une femme «décoller» aussi vite...
Ayant repris ses esprits, ma femme entreprit de s’occuper de ce qui, quelques minutes auparavant, se cachait dans le short du docteur, elle ne fut pas déçue, elle se retrouva nez à nez avec une belle et grande bite d’une incroyable longueur, le tenant à deux mains l’une au-dessus de l’autre, la bite dépassait encore... Elle me dit cependant qu’elle l’aurait préférée peut-être moins longue, mais un peu plus épaisse...
Elle le masturba des deux mains, passant sa langue sur le gland, sa bite ressemblait à une barre de fer, elle le prit entre ses nichons, ce qui arracha des soupirs au toubib, elle plongea ensuite sa bouche pour le sucer, mais il la repoussa sur le matelas, lui disant qu’il avait trop envie d’elle, qu’il bandait depuis la veille et était trop impatient de la prendre...
Il l’a mise sur le dos et la pénétra dans la position du missionnaire, il commença d’abord par lui faire l’amour, avec douceur et tendresse, ce que Nora apprécia énormément, son sexe allait profondément dans celui de Nora, il accélérait progressivement la cadence, ce qui faisait gémir ma tendre, mais devait ralentir, voire s’arrêter pour ne pas jouir trop vite, ce dont profitait Nora pour passer la main entre ses cuisses et lui caresser les couilles !
Puis changeant de position, il mit son amante en levrette et la prit par derrière pour cette fois bien la niquer ! Il la bourra ainsi un moment, puis sans crier gare sortit son zeb du vagin pour l’enfiler d’une traite dans le cul, ce qui fit chavirer Nora qui se mit à couler de la fente qu’elle tripotait de ses doigts...Il la besogna ainsi jusqu’à ce qu’il se retire et jouisse en aspergeant les fesses...C’était la première ère baise d’une semaine qui allait s’avérer torride...Après avoir bien tringlé Nora, il la remercia lui disant qu’il n’avait jamais eu autant de plaisir avec une femme...

Le lendemain matin, et comme il lui avait demandé, Nora revint à l’infirmerie pour vérifier la piqûre d’insecte. Elle avait tellement apprécié la séance de baise de la veille, que sa chatte coulait rien que d’y penser... et elle espérait que le docteur serait encore dans de bonnes dispositions et qu’il lui ferait encore goûter sa bite qu’elle voulait lécher et faire pénétrer sa chatte.
Aussitôt arrivée dans son bureau, il ferma la porte à clé et se jeta sur elle comme la veille, l’embrassant sauvagement, la pelotant violemment, il la mangeait littéralement lui arrachant le paréo qui cachait le string et soutien-gorge qu’elle avait sur elle tout en se débarrassant de sa blouse sous laquelle il était nu, devinant ce qui allait se passer... Il mordillait ses seins, se frottait contre elle, fourrageait son sexe, elle sentait sa bite raide et dure contre son ventre...
Ayant trop envie de goûter ce beau zeb, Nora se laissa couler le long de son corps et attrapa la bite qu’elle embrassa de bas en haut, puis elle sortit sa langue pour la promener le long de la queue bien rigide, elle descendit plus bas pour «suçoter» la belle paire de couilles qu’elle fit rouler sous ses lèvres, puis remonta, léchant et salivant bien le sexe droit comme un I jusqu’au gland qu’elle mordilla tendrement ! Là le toubib voulut faire pénétrer sa bite dans la bouche de Nora qui refusa, lui faisant comprendre que c’était elle qui dirigeait les opérations ! Il la laissa faire et ne dut pas le regretter...
Elle continua un long moment à déguster cette belle verge, allant et venant avec sa langue ou ses lèvres, puis soudain ouvrit la bouche pour engouffrer la bite qu’elle se mit à sucer avidement, elle lui prodiguait une pipe royale, travaillant avec sa bouche et maintenant ses mains sur les fesses du docteur, comme pour mieux le faire pénétrer, s’interrompant pour glisser la queue entre ses magnifiques mamelles qu’elle faisait monter et descendre sur la bite...
Le pauvre n’y tenait plus, il lui dit que si elle continuait il allait jouir...Sachant le peu de temps qu’ils avaient, Nora se mit en levrette et lui tirant la bite, elle écarta le string pour se la fourrer jusqu’à ce qu’elle sente ses couilles contre elle... Il se mit alors à la besogner la traitant de pute, de chaudasse, lui demandant si elle aimait être niquée, la prenant par les cheveux pour mieux la perforer jusqu’à ce qu’il inonde le vagin de ma chérie d’un sperme brûlant et abondant...
Ils restèrent un moment immobiles se caressant et bécotant comme deux amoureux, puis il s’excusa, il y avait des patients qui allaient arriver bientôt, non sans lui demander si elle pouvait venir au salon de thé dans l’après-midi...
Diffuse en direct !
Regarder son live