Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Lue 1 335 fois
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

Vacances espagnoles

Chapitre 4

Hétéro

Conne moi aussi. Pourquoi je dis oui. Et puis zut ! Il aura une photo de moi en string sur la terrasse ! Avec ça ! Oui très petit string c’est vrai ! Et on ne m’a jamais répéter autant de fois en 5 minutes que j’étais jolie ! ça flatte un peu j’avoue.

Et Tonton de retour avec son appareil numérique dernier cri. Je prends ma chaise, me déçale de la table, au soleil, assise un peu en arrière, sourire radieux comme quand je pose, seins en avant, jambes à peine éçartées mais il doit bien voir le petit bout de tissus qui fait de son mieux pour çamoufler un minou humide.

Et clic ! Le Tonton m’immortalise. Moins surement que dans sa tête. Il se lèche les lèvres.


-Attends Tonton on va en prendre une de nous deux.


Je prends son appareil. Je le pose sur la table. Règle le retardateur. Approche de lui. Il met sa main sur mes épaules et moi je me serre un peu contre lui. Il n’ose pas trop. Et puis… il ose passer sa main derrière, et la poser sur ma hanche. Je suis dans ses bras presque. Son rêve depuis ce matin. Je fais de même. Je sens un tremblement sur son ventre et aussi par sa main posée sur moi. Il doit bander très fort ! On regarde l’appareil sur la table avec un sourire de touristes japonais devant la tour Eiffel.

Clic ! Tonton et Julia sur une photo !


-Ho Julia ! Tu n’imagines pas comme je suis content ! Faut je la mette de coté celle-là !


Sous entendu : pour pas que ma femme la voit.


Si si ! Je pense imaginer ! Il doit avoir chaud ! Julia nue dans ses bras ! Dali à coté de ça !!!

Merde ! Le vieux con de 61 ans avec cette jeunette de 18 ans nue dans ses bras ! Il ne pourra pas raconter à ses copains mais il aimerait bien ! Il le fera peut être.


-Bon aller Tonton, va finir ta bidouille et moi je passe a l’arrière. Quand tu as fini tu viens boire un coup. Et on fait un scrabble peut être ?


-Ah ben oui ! Oh Julia ! Je te fais un bisou je suis trop content !


Et hop un bisou sur la joue et avec une main sur l’épaule. Nue l’épaule… et du coup il s’est un peu électrocuté !

He bé Julia ! Tu deconnes ! Il va être excité après ça !

Un vrai gamin du coup ! Tout fou !

Et alors ? Il est content ! C’est le principal.


Je m’installe sur mon transat à l’arrière de la maison, là ou personne ne peut nous voir. Terrasse couverte, avec un store en toile que je descends au maximum à cette heure, protégée avec 2 arbustes d’un coté, de l’autre la haie de Tonton. 4 Transats et autant de dessus de transat à même le sol pour les bronzettes au soleil, et les siestes câlines avec Agnès. Quand ce n’est pas déjà occupé par les parents pour des siestes tout aussi coquines, de ce que l’on peut entendre de notre chambre et à voir le père revenir essoufflé et se jeter dans le frigo pour vider tout ce qu’il pouvait trouver. Je les ai entendus plus d’une fois commenter leurs exploits en écoutant de ma fenêtre. Avec Agnès même que ça nous faisait envie.


C’est arrivé d’être tous les 4 ici et que les petits câlins furtifs (ou appuyés) des uns ou des autres, provoquent une envie à tous, et d’attendre qu’un des couples parte dans sa chambre pour une sieste agitée. Ceux qui tiennent le plus longtemps ont gagné le droit de rester sur le lit de la terrasse. Plus facile pour nous avec Agnès de tenir. Papa ne peut pas çacher son envie de la même façon. Un homme est plus vite repéré dans ces moments la. Il est parti plus d’une fois avec un mal fou à çacher une belle érection, et en faisant des signes désespérés à maman qui elle, faisait mine de ne pas comprendre. Rigolage collective assurée !


Toute enduite de crème, un livre, le scrabble pour après, me voilà prête pour un après-midi tranquille. Le string posé sur un transat pour le remettre s’il arrive. Quoique maintenant ce n’est plus très utile. Il m’a vu tout aussi nue et même plus « sexy » avec ce tout petit truc qui se glisse avec plaisir entre mes lèvres et qui dessine encore plus mes fesses avec la ficelle. J’essaye de lire, mais pas trop concentrée.


Je pense aux moments que j’ai fais enduré à mon pauvre Tonton. Coquine !

Mais bon je suis assez contente, et je ne pensais pas qu’exciter un monsieur de son âge me fasse autant plaisir. Je sais bien que l’âge n’a rien à voir, mais je suis certaine qu’avec un jeune homme de mon âge ou à peine plus, je me serais déjà faite « agressée », gentiment certes, mais je n’aurais pas joué aussi longtemps et provoquer une envie aussi forte. Il y à la un certain respect, rassurant, une retenue, qui découlent d’une certaine tendresse et qui laisse imaginer une autre façon de faire, plus douce, plus patiente et pourtant surement plus brûlante.

Sur ces pensées, je glisse un peu ma main pour sentir justement ce petit plaisir. Je me çaresse doucement en revoyant ses yeux courir sur mes fesses au port. Et à table quand j’avais mon sein a portée de bouche. Petit plaisir furtif cette çaresse, mais avec en tête l’image de Tonton m’embrassant le sein et glissant ses doigts dans mon string pour sentir ma chaleur. Je me pénètre avec 2 doigts pour sentir cette petite humidité et je me goûte avec délice.

Humm… Julia ! Arrête ! Bah quoi ? Petite envie ? Oui. Petite…


Je suis là, nue, offerte au soleil, offerte aux regards de Tonton depuis ce matin. Des pensées coquines dans la tête, des petits frissons dans les reins. Je pense aussi à tous ces regards sur le port. Regards emplis d’envie de me toucher, voire me prendre. Tous ces marins, tous ces touristes à qui j’ai procuré un certain plaisir et qui ne savent pas que moi aussi j’en ai pris, et que j’aurais peut être apprécié d’en prendre plus, sans retenues. Fantasme de la fille désireuse d’être prise devant le regard des autres. Je me vois nue sur un de ces bateaux, dans les bras d’un pêcheur, qui me prend devant d’autres pêcheurs…


çaresses plus appuyées cette fois. Et le minou de plus en plus humide. Agréable…


-Julia ?


-Oui ?


-Je peux venir ?


-Oui !


D’où j’entends sa voix, il doit être proche… Il a vu ? Possible ! Aie ! Non pas aie ! ça me plait de savoir qu’il a peut être vu. J’aimerais bien qu’il est vu. J’espère qu’il a vu.


J’entends qu’il est déjà la. J’attrape mon string. Je commence à le mettre et puis je me dis que non. Un si petit string alors que je suis quasi nue... quel intérêt. Si, quand même. Vite et ma brassière aussi ? On verra après. Et il est là… Il est debout a coté de mon transat. Il me regarde de partout. Il est assez mal en fait. Et en même temps je vois un regard pétillant !

Il passe un très bon moment. Tiens il a changé son short pour un slip de bain. Pas si moche que ça. Tout doré ! çarrure assez imposante et style baroudeur avec sa queue de cheval ! Il en impose un peu comme ça !


-Ah ben tu sais Julia te rhabilles pas pour moi ! Si on peut dire habillée d’ailleurs avec ton machin trop petit ! ça ou rien tu sais, je t’ai déjà vu. A moins que ça t’ennuie d’être comme ça avec moi ? Je peux retourner à la maison si tu préfères faire ta bronzette tranquille ? Oui ?


-T’inquiète Tonton ! Moi ça me gène pas mais c’est pour toi !


-Ha ben tu sais ! Une si jolie fille ! Je ne vais pas lui dire de se çacher ! Ce n’est pas tous les jours que je vois des jolies filles comme toi ! Et si peu vêtue !


Il se marre et du coup moi aussi !


-Installe toi Tonton je vais chercher à boire ! Prépare le scrabble si tu en as envie. Et puis tu sais si tu veux te mettre à l’aise t’en fais pas, je suis habituée tu sais !


Oui il sait, il est venu une fois.


-Tu sais Julia, je fais aussi chez moi, mais juste dans mon jardin quand je bricole, j’aime bien mais ma femme elle se fâche. Vous, je sais que vous êtes adeptes. Tu es habituée ? Ta copine aussi ? Avec tes parents ça ne la gène pas ? C’est sympa d’être comme vous !


-Non, Agnès s’est vite habituée ici, et chez nous aussi, et maintenant ça va très bien. Tu sais si tu veux tu peux avec moi. Et puis tiens fais comme moi !


Et là, me voila à descendre ma ficelle sur les pieds devant les yeux de Tonton plutôt éçarquillés. Me voilà nue. Il me regarde de haut en bas avec un peu d’émotion dans le regard. Pourtant je pense être moins sexy comme ça qu’avec ma tenue à table tout à l’heure. Mais la situation n’est pas classique, surtout pour lui. Cette situation, malgré le fait d’être habituée à me promener nue sur la plage me provoque une sensation très agréable. Le jeu que je joue depuis ce matin m’excite un peu en fait. Je suis seule avec lui. Comme avec un partenaire amoureux que je provoque et séduit de tout mon corps.


-Je vais chercher un plateau !


Il est resté complètement paralysé le pauvre. Il aurait voulu avoir des yeux supplémentaires pour tout regarder en même temps.


Ben Julia ! Te voila nue avec un Tonton de 61 ans, certes pas trop inconnu, mais pas intime tout de même. Tu déconnes Julia ! Il va exploser ton Tonton ! Rooo pas grave il passe un bon moment et moi aussi après tout. Tiens je suis encore humide !


Retour au jardin.

Hé bé ! Houa !!! Mon Tonton en train de quitter son slip de bain…


-Je peux Julia ? Je n’ose pas trop mais si tu ne veux pas je reste avec…


-Ho la ! Tonton ! T’inquiète ! Je t’ai déjà vu et sur la plage demain il y en aura des tas ! On est tellement mieux comme ça ! Non ?


Fébrile quand il jette son maillot sur un transat et qu’il s’installe presque en face de moi. Je sers à boire et a mon tour d’observer. Bah à vrai dire, il est pas mal dans cette tenue. Mieux qu’avec son bermuda qui fait mollets de coq. Du ventre un peu mais pas tant, fesses un peu tombantes mais pas trop, et son sexe, surement une petite érection très légère, ce qui fait qu’il a un bel outil, moins doré que le reste, mais le fait de faire du nu aussi chez lui en Charente, quand même un peu. Il semble assez long, sans trop, mais pas petit en tout ças. Je vois une veine qui court en spirale tout autour. Je l’imagine assez épais dans les moments ou il est tendu. Grosses boules, mais pas trop flétris. Je ne sais pas pourquoi je pensais ça d’ailleurs. Peut être souvenirs de plage. Et surtout un très beau gland complètement déçalotté… Plus large que son sexe. Rond, rouge, une petite tache brune juste au milieu. Très beau. Si il bande il doit être même assez gros ce gland…

Et gagné ! Pas un poil autour ! Ou si peu. Et ça moi…

Humm Julia ! A quoi tu penses ? Ah ben oui ! J’y pense !

Il me ferait presque envie comme ça mon Tonton ! ça doit être ça, parce que je sens un peu d’humidité descendre sur ma cuisse… J’ai des fois fantasmer sur la plage (avec Agnès aussi) sur des mecs qui passaient avec des corps d’athlètes et de beaux outils entre les jambes, mais jamais vraiment sur un papy de cet âge. Et là, me voilà à le regarder avec une certaine excitation… Pas mal du tout en fait ! Pas Apollon mais un coté sexy du à cette peau çaramélisée et son style « baroudeur ». Et son côté intimidé qui le rend fragile. ça ajoute un plus.


-Je n’ai pas préparé le scrabble Julia. Tu veux jouer ?


-Bof. C’est comme tu veux.


-Bah je n’arrive pas à me concentrer je crois. Tu dois me troubler en fait (rire). Je ne sais pas si je dois rester.


-Aller Tonton ! Ne t’inquiète pas ! Je suis a l’aise moi alors reste et on boit un coup. Apres on bronze ! T’es pas trop habitué c’est normal ça va venir tu sais.


Là il a commencé à se détendre un peu mais il ne me quittait pas des yeux sous ses lunettes. Il est allongé sur son transat, torse relevé, comme moi. Son sexe posé sur ses cuisses, au soleil, pas complètement détendu. Moi dans la même position, tête à l’ombre, et le corps au soleil. Mon sexe un peu humide luit avec le soleil.


-Au fait ? Avec ta copine ? C’est comment ? Je veux dire : vous êtes ensemble ? Je ne sais pas comment dire…


-Oui ! Ensembles ! Comme un garçon et une fille Tonton ! Mais 2 filles quoi ! Tu vois ?


-Ah ben oui je vois ! Mais tu sais a mon âge je vois ça dans des films ou sur le net… mais la ! Et… comment dire… je n’ose pas…


-Oui Tonton ! On est ensemble et on fait l’amour comme on peut faire l’amour entre nous !


Oh le Tonton il rougit…


-Mais tu… enfin… les garçons ? Heu…


-Oui Tonton ! Les garçons aussi on connait si c’est ça que tu veux savoir.


-Ah ben ! Toi alors ! T’es vachement… je ne sais pas ! Tu à une copine ! Tu connais les garçons ! Tu vis nue ! T’es vachement à l’aise ! Dis donc ! De mon temps…


Et la le sexe de Tonton il commence à relever la tête sans même qu’il s’en aperçoive.


A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live