Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 14 360 fois
  • 131 J'aime
  • 1 Commentaire

Vacances d'hiver au Brésil

Chapitre 1

Hétéro

Février 2019...


Après avoir vécu la dernière semaine du Carnaval en pays rhénan et à Nice, j’avais, depuis un certain nombre d’années, envie de passer la semaine la plus chaude du carnaval au Brésil aussi, je me suis adressé à une agence de voyages un peu avant les fêtes de fin d’année pour m’organiser... ça ne me gênait pas d’intégrer un groupe pourvu que les participants soient de bonne fréquentation...


Outre le fait de voir défiler les diverses écoles de samba et les groupes des différents quartiers, je voulais profiter de l’été austral pour me baigner et bronzer un peu au bord de l’océan : en plein hiver, cela ne pouvait pas me faire de mal.


Après un vol sans histoire sur la compagnie brésilienne, comme le reste de notre groupe, j’avais pris mes quartiers dans un des hôtels du bord de mer où je bénéficiais d’une immense chambre face à l’océan au 10e étage : j’avais payé le supplément pour loger seul. On ne sait jamais ce qui peut se passer et je suis très attaché à mon indépendance... Je ne voyais pas partager ma chambre et la salle de bain avec un compagnon de voyage... Le vol de retour se ferait sur notre compagnie nationale...


Le vol de nuit au cours duquel j’avais regardé un film (version anglaise d’un film d’action relativement récent) et dormi la plupart du temps s’était déroulé dans le calme... Nous sommes arrivés au petit matin à l’aéroport de Rio de Janeiro-Galeao où nous avons été accueillis par notre guide qui après une rapide description des activités prévues, nous a conduits à notre hôtel...


Je passerai sur les détails de mon installation et sur une sieste matinale qui me permettrait d’être en pleine forme pour le début d’après-midi pour assister à un premier défilé des écoles de samba (venues parfois de très loin).


Vers 14 heures, l’homme qui nous avait accueillis à l’aéroport et une jeune femme parlant un français teinté d’un accent charmant sont venus nous chercher dans le loft de l’hôtel et ils nous ont guidés vers un carrefour de rues proche de notre hôtel où nous pourrions voir défiler et danser les groupes folkloriques... Une musique bruyante diffusée par des haut-parleurs résonnait un peu partout...


C’était très coloré et très bruyant, les publicités et vidéos diffusées un peu partout ne manquaient pas à leur obligation d’attirer des clients avides d’exotisme et de jolies filles... et j’avoue que j’appréciais ce que je voyais...


Mais le premier soir après le repas (genre buffet), je me suis senti fatigué... le décalage horaire et les dix heures d’avion ont eu raison de ma résistance de jeune quinquagénaire, mais le lendemain matin, je me sentais en pleine forme si bien qu’après un petit-déjeuner copieux, je me suis rendu à la piscine où j’ai enchaîné plusieurs longueurs de bassin avant de revenir m’allonger sur un des nombreux transats disposés un peu partout et parfois à l’abri des regards curieux...


Je me sentais bien et je savais que j’allais apprécier la suite du programme qui cet après-midi nous conduirait vers un des quartiers excentrés, en limite d’une favela s’étendant sur les flancs d’une colline. Mais ce que je ne savais pas en sortant de l’eau, c’est que deux jeunes femmes m’avaient observé et suivi du regard. Lorsqu’elles se sont approchées de mon transat, elles m’ont observé quelques instants puis l’une d’entre elles m’a félicité pour mon excellente forme physique, ajouté même que les Brésiliens de mon âge avaient tendance à se laisser aller et prenaient facilement de l’embonpoint... Comme elle s’était adressée à moi en anglais, je répondis dans la même langue pour la remercier :


— Et quel âge me donnez-vous ? Je n’ai plus rien d’un jeune homme !

— Oh... à peine 40 ans...

— Tu rigoles... je vais avoir 51 ans au printemps...


L’autre fille se mêla à la conversation...


— Tu es visiblement dans cet hôtel... Si tu nous montrais ta chambre ???

— Pour quoi faire ???

— Ne nous dis pas que tu ne sais pas ce que nous cherchons...

— Et que cherchez-vous ???

— Ce que les touristes cherchent en général... Baiser quelques jolies Brésiliennes pas farouches !!!

— Et je parie que vous en êtes ???

— Oui... D’ailleurs tu risques d’avoir une surprise...

— Oh... qui vivra verra ! Suivez-moi !!!

— Oh non, ça ne se fait pas... Dis-nous ton numéro de chambre et on te rejoint...


Je regagnai ma chambre et moins d’une minute après, un discret cognement à ma porte m’indiquait l’arrivée des deux filles qui se glissèrent discrètement dans ma chambre...


— On doit faire attention, car les détectives de l’hôtel guettent les filles comme nous...


Mais avant de continuer mon histoire, laissez-moi vous décrire ces deux coquines à qui je donnais une petite trentaine d’années...

Celle qui m’avait adressé la parole en premier était relativement petite malgré des chaussures à talons très hauts qui lui faisaient une démarche chaloupée agréable à regarder... ses cheveux noirs étaient noués en queue-de-cheval qui tombait entre ses épaules... et son visage à l’ovale parfait était très beau avec des yeux noirs et une bouche aux lèvres fardées d’un rouge flamboyant...

La seconde était un peu plus banale, les traits taillés à coups de serpe, mais quand même beaux... Un peu plus grande que sa copine, elle avait une voix rauque d’une fumeuse intensive et des formes plus menues...


— Si tu veux, on peut prendre une douche vite fait... on n’a pas ce qu’il faut là où nous habitons...

— Après on s’occupera de toi !

— OK... faites ce que vous voulez... mais ne perdez pas de temps... Je sais ce que vous cherchez !!!

— Ah bon ???

— Je ne suis pas naïf... si vous m’avez abordé... c’est que vous aviez quelque chose en tête...

— Oui... s’amuser un peu avec toi et accessoirement se faire baiser !!! Tu auras une surprise...


Moins de dix minutes plus tard, les deux filles sortaient de la salle de bain, enroulées dans les grandes serviettes en éponge mises à la disposition des clients... et elles entreprirent de me déshabiller avec des caresses et des baisers très sensuels... J’étais à la fête...


Celle qui était coiffée avec la queue-de-cheval s’agenouilla devant mon bassin et après quelques baisers légers sur mon gland, elle enfourna mon sexe dans sa bouche où elle le fit aller et venir jusqu’à ce que ses lèvres soient au contact de mon pubis... Sa bouche était démoniaque d’efficacité !!! Bientôt, je bandais comme un âne en rut... Pendant ce temps-là, sa copine caressait mes bourses en ayant glissé une main entre mes cuisses alors que je sentais l’autre ouvrir mes fesses...


Je n’étais pas contre cette intrusion dans ma raie, car cela m’arrivait de temps à autre d’ouvrir mon cul à ceux qui voulaient bien jouer avec moi... Tantôt j’étais passif, tantôt j’étais actif et j’en retirais autant de plaisir qu’à baiser une femme !!! Elle a dû le sentir à mon absence de réaction négative, car cette coquine a forcé ma rondelle qui s’est ouverte à l’intrusion d’un et bientôt de deux doigts...


Le lit nous tendait les bras si on peut dire...

La fille qui venait de me pomper le sexe s’est mise à quatre pattes et m’offrait ainsi une vue charmante sur ses fesses où les orifices palpitaient doucement avant de me dire :


— Couvre-toi et baise-moi... Tu verras comme je suis chaude !!!

— OK... Je sens que je suis en super forme... On va bien s’éclater !!!

— OUI... et après... s’il te reste des forces, tu pourras me sodomiser... Le passage est fait et j’ai fait le ménage !!!

— On verra... Pour le moment, c’est ta chatte qui me fait envie...


Il ne nous a pas fallu longtemps pour arriver à la jouissance... je faisais aller et venir mon sexe dans la chatte de ma maîtresse du moment, faisant parfois claquer mon pubis contre ses rotondités bien fermes... Pendant ce temps-là, l’autre fille s’était débarrassée de son tanga et nous caressait de ses longs doigts... passant du clitoris accessible à mes couilles qui pendaient...


Mais ce que je n’avais pas vu, c’est que cette fille était munie d’un sexe mâle pas très gros, mais d’une longueur que je qualifierais d’exceptionnelle... qu’elle a fait entrer dans mon sphincter qu’elle avait déjà fouillé quelques instants auparavant...


J’acceptai cette intrusion... Je baisais une fille et l’« autre » me sodomisait !!! Je sentais son sexe remonter dans mes entrailles et elle (il) m’avait saisi par la taille et allait et venait dans mon boyau étroit qui s’était humidifié pour faciliter cette sodomie à laquelle je ne m’attendis pas... Quant à elle (il) collait son ventre contre mes fesses, j’étais comme projeté en avant et j’entrais au plus profond du sexe de mon autre partenaire...


Je savais qu’au Brésil, il est fréquent de trouver des personnes transgenres, mais je n’étais évidemment pas préparé à en rencontrer une et me faire sodomiser, mais j’éprouvais un tel plaisir que je me laissais faire, savourant les sensations d’être bien ‘’ enfilé ‘’ pendant que je baisais une autre fille... Bientôt, la jouissance monta dans mes reins, une jouissance provoquée par la situation, qui me fit éjaculer abondamment au fond de la capote pendant que mes deux partenaires jouissaient également à peu de temps d’intervalle, celle (celui) qui me sodomisait, déchargeant d’abondantes giclées de foutre dans la capote...

Waouh... que c’était bon !!!


Nous avons bavardé quelque temps jusqu’à ce que la fille que j’avais baisée s’est tournée vers moi en disant :


— T’es toujours intéressée par mon cul ? J’ai bien vu comment tu me regardais quand je marchais devant toi au bord de la piscine... En plus, je roulais des hanches pour mieux t’aguicher...

— Et ta copine... Elle va regarder ???

— Ma copine ??? NON, c’est mon homme... On a trouvé ce stratagème pour se faire un peu plus de fric... et la période du Carnaval est propice avec tous ces touristes...

— On sait ce qu’ils viennent chercher... Mater les filles des écoles de samba et accessoirement lever une jolie Brésilienne pas farouche pour la baiser dans un coin...

— Et pour l’instant, j’en ai bénéficié... mais en fait, c’est vous qui m’avez dragué !!!

— Oui... on te guettait discrètement depuis presque une demi-heure et on s’est dit qu’il fallait tenter notre chance avec toi...


Pendant ce temps, ce couple original m’excitait en se partageant mon sexe qu’il suçait en alternance jusqu’à ce que je bande à nouveau et j’étais prêt à sodomiser la femme...


— Viens... je te couvre et ensuite... tu sodomises ma femme... et je la baise en même temps...

— Si je te comprends bien, tu veux qu’elle soit prise en double...

— OUI... Ta bite est plus grosse que la mienne... elle va bien la sentir...


Ce n’était pas la première fois que cette option m’était présentée... Je me suis allongé sur le dos pour que ma bite soit couverte et entre bien au fond du sphincter de la femme qui vint me chevaucher en me tournant le dos. Puis elle s’allongea sur mon buste et son homme est venu l’embrocher dès que j’ai posé mes mains sur les seins de la femme pour maintenir son équilibre...

Je sentais à peine le poids de mes deux partenaires qui ont trouvé rapidement le rythme et je me sentais bien dans ce cul qui m’avait été offert. La jouissance est venue assez rapidement et je me suis une nouvelle fois copieusement épanché au fond du préservatif...

Malgré la climatisation de la chambre, nous étions tous les trois en transpiration... une douche prise en commun a été la bienvenue et ce couple improbable s’est esquivé rapidement en me disant qu’il y avait encore du gibier à chasser !!!


Quant à moi, je me suis endormi pour me réveiller juste à temps pour l’excursion de l’après-midi...

Je garde de cet intermède coquin un souvenir ému : ça faisait presque trois ans que je n’avais pas sodomisé une femme ou un homme (et ça, c’était encore plus ancien).

Diffuse en direct !
Regarder son live