Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 647 fois
  • 49 J'aime
  • 1 Commentaire

Vanessa Aurélie et Marc

Chapitre 1

Divers

Un client a obtenu rendez-vous à la banque où je suis employée, et c’est moi qui suis chargée de le recevoir, bien éduqué, il est à l’heure. C’est un homme bien charpenté, au visage souriant, le charme qu’il dégage ne me laisse pas de marbre. Je me présente, Aurélie, lui Marc. Je le fais asseoir, et nous parlons de ce qui l’amène. Au bout d’un moment, je lui demande s’il veut boire un café. Poliment, il accepte, par l’interphone, je demande à Vanessa si elle peut nous amener les cafés.


Vanessa est une femme séduisante qui ne me laisse pas indifférente, nous sommes bisexuelles toutes deux et nous faisons souvent l’amour ensemble. Elle n’est pas trop grande, avec de petits seins bien fermes qui m’affolent. Dès son entrée, elle ne cesse de dévisager Marc, et lui sourit constamment. Le coquin aussi lui lance des sourires ravageurs, il est vrai que Vanessa a un charme fou. Je suis obligé de tousser pour les ramener sur terre. Derrière son dos, Vanessa me fait de signes qui veulent en dire long. Très complices, je sais où elle veut en venir. Elle se place juste à côté du bureau, dans un profond fauteuil avec un dossier dans les mains, elle fait mine de s’en intéresser, mais c’est n’est pas le but. La coquine s’amuse à croiser et décroiser les jambes, en prenant soin de faire remonter sa robe sur ses cuisses.


Marc ne peut détacher son regard des jambes bien galbées de la provocatrice. Il commence à transpirer, et ne cesse de déglutir, il devient nerveux. Je croise son regard, et lui sourit, je me lève et passe derrière Vanessa. Je fais un clin d’œil au voyeur, et pose mes mains sur ses épaules menues, de mon amie, passe mes doigts sous les fines bretelles de sa robe d’été et les glisser. La robe n’est retenue que par les seins. Marc ne quitte pas du regard Vanessa, ses yeux sont presque exorbités, il s’agite sur son siège. Je tire sur le fin tissu de la robe de Vanessa et la baisse jusqu’à la taille. Les seins jaillissent comme deux petits obus, la coquine ne porte pas de soutien-gorge. Marc est perturbé, il ne cesse de remuer. Je m’amuse à soupeser les seins de mon amie, en fixant l’homme droit dans les yeux.


Je me place face à Vanessa, m’accroupis et remonte au maximum sa robe sur ses cuisses. Je retire lentement sa culotte, en prenant soin de ne pas cacher la vue à Marc. Le bougre marmonne en béguant :


— Mais, mais qu’est-ce que vous faites ?


Pour toutes réponses, j’écarte les cuisses de Vanessa, regarde l’homme qui est fortement déstabilisé, je lui fais un signe. Il se lève et s’approche :


— Vas-y bouffe-lui la chatte ! Que je dis en souriant.



Un peu hébété par ma proposition, il fronce les sourcils et s’agenouille, me regarde puis plaque sa bouche sur la chatte rasée de Vanessa. Sa langue monte et descend sur la fente qui commence à suinter, l’engin râpeux cherche le clito, et habilement l’agace. Vanessa pousse d’innombrables soupirs, elle mouille de plus en plus. Moi je dégrafe la chemise de Marc, mes doigts s’accrochent sur ses tétons, les bougres grossissent effrontément. Je remarque une énorme bosse qui déforme son pantalon, je passe ma main dessus et presse le mandrin emprisonné dans son carcan de tissu.


Marc se cabre sous la pression de ma main sur son manche de chair. Je fais glisser délicatement le zip de la braguette et sors l’engin gorgé de sang. Je m’écarte, m’assois sur le bord du bureau et contemple le duo. La langue de Marc fouille profondément le conduit brulant de Vanessa qui ne cesse de geindre. Il dévore férocement la chatte en ébullition, et suce avidement le bouton de chair qui ne cesse d’enfler. Vanessa grogne comme un animal en rut, soudain elle se cabre et gicle avec force en poussant un râle terrible. Marc avale tant bien que mal l’énorme quantité de jus qu’envoie la jouisseuse. Il se redresse, s’essuie la bouche d’un revers de la main et s’approche de moi.

Il me regarde droit dans les yeux, et me dit :


— à tout ton tour maintenant !



Il remonte ma jupe et arrache ma culotte sans ménagement, me bascule sur le bureau en faisant tomber mes dossiers. Il regarde en souriant ma fine toison, passe sa main plusieurs fois dessus. Il fait glisser ses doigts sur ma fente, en insère deux dans le sillon de chair qui sépare les grandes lèvres, et saisit ma perle sensible. Le coquin joue avec en ne me quittant pas des yeux. Vanessa reprend ses esprits, elle retire le peu de vêtements qui lui reste sur le dos, et s’approche de nous. Elle relève mon top, passe ses mains difficilement sous mon corps et dégrafe mon soutien-gorge. Mes seins généreux s’affaissent sur mon torse. De sa main libre, Marc prend entre son pouce et son index un de mes mamelons, et le roule longuement. Vanessa gobe l’autre téton, et le tète comme le ferait un bébé pour s’alimenter.


Les doigts agiles de Marc branlent doucement mon clito, la pression monte de plus en plus dans mon corps. Le coquin sait me faire gémir de plaisir, je halète de plus en plus fort, je remue mon bassin, au rythme du branlage que pratique Marc sur mon bouton d’amour. Vanessa délaisse mes seins et baisse le pantalon et le slip du branleur. Elle s’agenouille, saisit la bite tendue, décalotte le gland et le gobe. Les nombreuses sussions qu’elle fait sur la verge veineuse, font gémir Marc. La garce lui triture les couilles pendant qu’elle le suce, il pousse des râles rauques. Soudain, il la repousse, me tire avec force sur le bord du bureau, et plante en moi son glaive large et épais. Je serre les dents et subis avec bonheur la pénétration brutale.

Diffuse en direct !
Regarder son live