Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 426 fois
  • 46 J'aime
  • 0 Commentaire

la vangeance est un plat qui se mange chaud

Chapitre 2

Orgie / Partouze

J’envoie un texto à ma chérie pour lui dire de rentrer, deux minutes plus tard elle est là, la première chose qu’elle voit, c’est le bol de poils oublié sur la table…. – qu’avez-vous fait?? Qu’est ce que c’est?? - - C’est Omar, il avait le bouc, je lui ai dit que tu n’aimais pas alors il se l’est rasé –pas convaincue! Elle se jette dans mes bras, - tout va aller maintenant, chérie!-

Nous nous enlaçons, je lui prends amoureusement la bouche.

Encore en train de nous embrasser, je vois arriver dans son dos Omar qui a revêtus une sortie de bain à moi! Mais qui lui fait a lui un petit ‘trois quart ‘ qui ne lui cache pas la queue!!

Je lui fais signe de s’arrêter et j’en profite pour défaire doucement la fermeture de la robe, nos langues toujours mélangées, Annie, prise par le baiser se laisse faire, je dégage les épaules, le tissu tombe sur les hanches, notre ami approche doucement, et défait l’attache du soutien gorge, à peine un petit sursaut de surprise, car elle en a oublié notre invité! Et je là sent se détendre, les seins sont maintenant malaxés à pleines mains par les grosses paluches!!

Omar lui prodigue mille baisers dans le cou et le dos, il doit bander car je perçois les mouvements de ma femme pour se coller à lui, elle ne connaît toujours pas son visage!! Mais elle fait connaissance avec son membre!!!

Afin qu’elle le perçoive mieux je fais couler la robe a ses pieds, c’est seulement vêtue de son string, que je lui fais faire demi tour, elle se retrouve le nez dans les pectoraux du copain!!

Celui-ci se baisse pour prendre à son tour les lèvres, puis, il me demande ou est la chambre, il prend Annie dans ses bras, pour un déménageur, çà ne lui pose pas de problèmes!!!

Je les suis, mais leur laisse le champ libre, il là dépose délicatement au milieu du lit, tel un bijou dans son écrin, très concentré, il admire longuement le corps fluet, puis se décide à poser ses lèvres sur les seins aux téton dardés , une main pétrie le mont de vénus , ma chérie ouvre largement les genoux , le fond du string se tache rapidement , il décide de retirer le dernier rempart qui cache le fruit de sa convoitise, Annie a choisi de fermer les yeux, les bras et les jambes écartés, offerte, impudique à nos regards…

Après avoir bien détaillé la chatte blonde dont les lèvres et les poils sont déjà humides, le colosse se met à genoux, la prend sous les fesses, et plutôt que de se pencher pour poser sa bouche entre les cuisses, il là soulève pour coller ses lèvres lippues à la chatte!! Annie repose seulement sur les cervicales!!!

J’observe la bouche collée à la moule de ma femme, je ne vois plus les lèvres de la chatte, il a tout absorbé!! De l’extérieur, je ne perçois aucun mouvements, à part la tête qui va de gauche à droite de temps en temps, mais j’imagine le travail de la grosse langue sur le clitoris et au fond de la chatte, car ma chérie se tortille comme un ver sous la caresse, très vite elle explose, lâche un grand cri de jouissance en même temps qu’un flot de cyprine que son amant ne peut contenir et qui coule sur ses abdominaux!!!

Satisfait de lui, il repose le corps de ma chérie qui décompresse, son épée de chair est bandée au maximum, il s’en saisie et masse les tétons des seins avec, décrivant des cercles de plus en plus grands c’est maintenant le visage d Annie qui est caressé par la bitte noire, le gland passe et repasse sur la bouche, docile, elle tourne la tête en direction de l’intrus et ouvre à s’en déboîter la mâchoire, pour permettre au gland de la pénétrer, délicatement Omar pousse à l’intérieur, Annie attrape à deux mains la colonne, et la déguste du mieux qu’elle le peut.

Arrivé au point de non retour il essaie de se retirer mais celle-ci en a décidé autrement et bloque le mandrin afin qu’il se libère dans sa bouche gourmande! Il était temps car aussitôt il pousse un grognement, elle avale bien, mais ne peut empêcher le surplus de foutre de couler hors de la bouche, il lui caresse la figure en signe de reconnaissance!! Et lui lèche même les lèvres et la joue pour la débarrasser ses traces de sperme; de regarder tout çà, je bande a en avoir mal!! Mais je sais que mon tour viendra!!!

Et comme c’est un gaillard impatient, qui ne débande pas comme çà, il me demande en douce si Annie est prête à se faire prendre!!! Quand il disait qu’il raffolait d’une blonde! je ne croyais pas que c’était à ce point!!!

La position qu’il choisi m’étonne un peu, mais peut être a-t-il raison!!!!!

Debout dans l’allée du lit, adossé au mur, il demande à Annie de s’accrocher à son cou, il pose ses mains sous les fesses, et les remontent au dessus de son nombril, la vue que j’ai de ma chérie est sublime!!! Les deux trous palpitent, comme deux bouches affamées!!

Par contre, il demande mon intervention!! Et oui, car le poids de la ‘bête’ ne lui permet pas de remonter si haut!!

Alors bon enfant! J’ouvre de mes doigts la chatte inondée, je ne pense pas qu’il ait besoin de lubrifiant ….je prend le chibre de l’autre main par la moitié, je l’enduit quand même de salive c est vrai qu’il pèse ce machin!!

Je la remonte, vise le trou à bitte bien dégagé de ma femme, voilà, elle n’a plus qu’à se laisser glisser sur la hampe!! Ce qu’elle fait dés qu’elle a sentis la chaleur du gland, je lâche les lèvres qui recollent à la queue, et lentement la colonne noire entre dans le ventre de ma chérie.

Celle-ci décrit avec ses fesses des petits cercles afin de permettre plus facilement la pénétration.

L’homme pousse des grognements de plaisir, il baise une petite blonde au vagin étroit, son rêve! sa queue est serrée dans ce conduit brûlant et Annie geint de bonheur, toutes les parties innervées de sa matrice sont sollicitées, elle prend tout son temps pour absorber ce monstre.

Moi, aux premières loges, je mate la colonne luisante de mouille, noire, qui contraste avec la peau blanche de la chatte…je me branle, le mâle, commence à donner plus d’ampleurs, il soulève de plus en plus haut les fesses de mon épouse pour les laisser retomber sur le pic raide, estimant qu’elle peut supporter maintenant un vrai coït ,il là repose sur le lit sans se désaccoupler, les jambes sur ses seins, Annie est écartelée, des jets de liquide incolore jaillissent à chaque fois que le pénis se retire, elle joui, et pourtant les couilles de son amant ne tapent pas encore sur ses fesses.

Elle se fait baiser à un rythme incroyable, ses jambes viennent de ceinturer la taille de l’homme afin de l’attirer plus profondément en elle, les cris ininterrompus prouvent que la jouissance est continuelle, il va me la fendre en deux!!!!

Enfin j’entends les claquements des deux corps qui se percutent, les vingt cinq centimètres de chair sont en elle, soudain Omar se soulève entraînant avec lui Annie, elle se retrouve en position assise sur le membre qui joui en elle, à chaque contraction il lui enfonce encore plus profondément son sabre, j’imagine le plaisir qu’elle éprouve de sentir le sperme gonfler son ventre, lentement le sexe ramolli se retire du vagin exsangue, déformé, au dernier moment avant que la queue ne se retire complètement, il là retourne sur le dos afin qu’elle garde dans la chatte le maximum de foutre épais.

C’est comme s’il lisait dans mes pensées car dès qu’il n’est plus entre ses cuisses je me précipite afin de voir le vagin recracher lentement, une rivière de sperme qui coule entre ses fesses, tant pis pour les draps!!!

Amoureusement je m’allonge entre ses cuisses, ma queue entre sans guides, dans la fournaise de ce volcan qui crache sa lave… rapidement, mes couilles et mes poils sont trempés, de mouille et de foutre, depuis le temps que je me retiens, je ne cherche pas la performance ! Très vite je mélange ma semence à celle du copain…

Émergée, Annie demande à passer à la salle de bain, d’un seul cri, nous lui disons - NON –

Tu remets le même string, un soutien gorge si tu veux, mais tu vas faire le service comme çà!! Car nous avons faim, et la soirée n’est pas terminée … !-

Le repas a été vite expédié! Pizzas et champagne! Le tout servis par notre salope de serveuse! La culotte trempée, des coulées douteuses sur le haut des cuisses, souvent sollicitée par nos mains qui sentent…le cul !! Même nos queues ne sont pas passées à la toilette, des croûtes blanches se sont formées!!! Ce n’est pas sale! Ce sont les restes de nos preuves d’amour envers Annie.

Sans même débarrasser la table, nous revoilà dans le lit, Annie retire toute seule sa petite culotte amidonnée par les sécrétions, et nous la donne, nous nous ‘shootons’ un moment avec, rien que l’odeur nous redonne la forme!! Grisé je me couche entre ses cuisses et me met en devoir de lui nettoyer la moule, j’en ai vite jusqu’au nez!! Omar, lui se fait faire une toilette avec la langue de notre chienne, dont l’envie de baiser se fait à nouveau sentir….

De la bitte elle va en avoir…..je roule sur le dos, - chérie, tu viens sur moi?? -

Docile et avide, elle m’enjambe, la chaleur de son vagin qui ne s’est pas encore refermé enveloppe mon sexe, je reste immobile car je sent a travers la fine paroi, que ‘quelqu’un s’amuse ‘avec son petit trou….un doigt? une langue? je ne sais pas! toujours est il que l’intéressée apprécie! car elle se cambre pour mieux s’offrir….. va-t-elle accepter, un si gros machin?? Omar quitte la chambre…pour revenir avec la bouteille d’huile d’olive….

Pendant son absence, j’ai demandé à Annie si elle se sent prête à cela - oui…chéri…- m’a-t-elle dit dans un souffle.

Je sent nettement un doigt pénétrer de plus en plus profond, puis deux….maintenant, c’est une boule qui pousse, je me retire du vagin afin de lui donner plus d’aisance, ma salope pousse son cul en arrière, elle se crispe sur moi lorsque le gland a trouvé son passage, son tourmenteur ne bouge plus, il laisse la douleur s’estomper. Dés que ma femme se remet à bouger, j’estime que je peux remettre ma bitte dans sa moule, ce n’est pas chose aisée, car le locataire du dessus a pris ses aises!!!

Enfin, presque brutalement, ma queue trouve une faille, prise entre nous deux la belle se raidie en poussant un grand cri, et très vite c’est elle qui pousse en direction de nos queues.

Celle du black laboure la mienne, à chaque aller retour, s’enfonçant toujours plus loin, dans les intestins de ma femme, qui laisse éclater sa joie d’être prise en sandwiche .dommage que je n’ai pas installé de glaces!! La vue par derrière doit être superbe ….

Omar grogne de bonheur, il n’imaginait pas enculer une petite salope de blonde!

Annie pousse de longues plaintes, elle aussi ne pensait pas se prendre deux belles queues, en même temps!! Ses ongles son plantés dans ma chair, une fois de plus je vais porter sur moi les preuves de sa jouissance!!!!

Et moi je suis aux anges, mais je fais de gros efforts pour ne pas jouir!!!!

Je n’ai aucun efforts à faire! Omar tire à lui les fesses d’Annie à chaque coup de boutoirs, et quand il les laisses retomber c’est sur ma bitte qu’elle s’enfile.

Le grand a beau être costaud, l’excitation prend le dessus, les soubresauts de la mantule, ne trompe pas, il joui par saccades au font des reins de mon épouse, çà n’en finit pas… Annie se crispe une ultime fois, là aussi, les jets brûlants que je reçois sur mes couilles sont la preuve qu’elle part aussi, je n’ai plus à me retenir…mon foutre épais lui remplie la matrice….

Cinq minutes sont nécessaires pour que je puisse m’extraire de dessous la mêlée!!!

Annie s’est endormie, souillée, dans les draps eux mêmes pas nets!!!!!

Omar est partit le lendemain matin, non sans avoir honoré une dernière fois mon épouse, cette fois je les ai laissés seuls….j’ai constaté les ‘dégâts’ une fois son départ…..je n’ai pus qu’en rajouter……!

Diffuse en direct !
Regarder son live