Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 068 fois
  • 87 J'aime
  • 6 Commentaires

Venom X

Chapitre 1

Divers

Une petite suite érotique du film Venom, le film en lui-même n’est pas exceptionnel, mais je vous conseille de le regarder afin de bien connaître les personnages du film :

Venom, symbiote extraterrestre qui a besoin d’un hôte terrien pour survivre dans l’atmosphère terrestre.

Eddy Brock, reporter, hôte de Venom

Anne Weying, blondes, cheveux longs, ex-épouse d’Eddy, a été la partenaire de Venom quelques heures, s’imagine que Venom est mort avec le général Riot


Docteur Dan Lewis, nouveau petit ami d’Anne

Steeve, voisin d’en face de chez Eddy, petit ami d’une superbe métisse, Peggy, cheveux noirs longs bouclés, Steeve joue souvent de la guitare qui assourdit Eddy.

Général Riot, symbiote extraterrestre capable de créer de multiples armes, mort à la fin du film.

Eddy et Venom venaient de quitter Anne, en prédisant qu’ils allaient bientôt la reconquérir.

Eddy avait laissé Venom dévorer le braqueur de l’épicerie où il allait souvent faire ses courses, et il rentrait chez lui tranquillement en discutant avec son symbiote :


— Tu sais Eddy, j’ai bien réfléchi, et mon court passage dans le corps d’Anne, m’a permis d’étudier profondément votre anatomie et la différence entre les mâles et les femelles de ton espèce.

— Et tu as découvert quoi ?

— Eh bien le général Riot était un puissant guerrier de mon espèce, cependant, moi, j’étais plutôt destiné à la reproduction. Le général était capable de créer de nombreuses armes, moi je suis plus à l’aise avec le plaisir des femelles.

— Tu veux me faire croire que tu es un genre de mâle reproducteur de ton espèce ?

— c’est tout à fait ça

— Et donc, c’est quoi ton idée ?

— Eh bien je connais bien votre anatomie, maintenant, et je pense que je peux t’aider à faire jouir intensément une femelle, même la plus frigide de toute.

— Euh, tu comptes faire de moi, une bête de sexe ?

— C’est à peu près ça, et si j’ai bien observé votre culture, si une femelle est comblée par son mâle, elle lui est fidèle.

— Et tu veux essayer sur Anne ?

— Oui, pourquoi pas, ça te permettrait de la reconquérir et de la garder avec toi.


Eddy se remémora les nuits de plaisir avec Anne, mais à l’époque, il n’avait pas de symbiote en lui, il était un amant ordinaire, rien d’exceptionnel, il avait souvent soupçonné Anne de simuler son plaisir quand ils couchaient ensemble, mais il n’avait jamais osé aborder le sujet.

Mais maintenant, avec la présence de Venom, il ressentait une certaine puissance en lui, alors il accepta la proposition de son symbiote, et lui dit :


— OK, pourquoi pas essayer, mais tu comptes t’y prendre comment ?


Ils venaient d’arriver à l’étage de son appartement et son voisin se bécotait avec sa superbe petite amie dans le couloir, Eddy s’était toujours demandé comment Steeve, son abruti de voisin pouvait attirer de si sublime créature.

Peggy était une ravissante métisse, d’1,70m pour 55 kilos, une belle poitrine bien ferme de 90C, une taille super fine, et un cul bien galbé et bien ferme. Ses cheveux noirs, longs et frisés, la rendaient irrésistible.

Sentant l’intérêt d’Eddy pour la petite amie de son voisin, Venom lui dit :


— Si tu veux, on a qu’à tenter l’expérience sur elle, tu verras ce dont je suis capable.

— Pourquoi pas.


Eddy se rapprocha du couple et contrairement à son habitude, où il rentrait chez lui sans leur prêter attention, cette fois, il leur dit :


— Salut les amoureux, et si on se prenait un verre ensemble, ça nous permettrait de mieux nous connaître entre voisins.


Steeve avait déjà eu un aperçu de Venom et il était très mal à l’aise devant son voisin, mais Peggy trouva l’idée excellente et accepta aussitôt la proposition.

Eddy les invita dans un bar à côté de leur immeuble, et tout en marchant il mata le superbe petit cul de Peggy, parfaitement moulé dans sa minijupe qui lui arrivait à mi-cuisse, ses seins étaient mis en avant avec un sublime décolleté de son chemisier.

Steeve n’était pas très à l’aise, mais accompagna tout de même, Peggy et Eddy au bar, ils s’installèrent à une table, Peggy et Steeve sur un fauteuil, tandis qu’Eddy s’asseyait sur le fauteuil de l’autre côté de la table, ils commandèrent des boissons et commencèrent à discuter de leurs métiers respectifs.

Steeve commençait à se détendre, Eddy apprit que Peggy était infirmière dans un hôpital de San Francisco, tout en discutant, Venom n’était pas resté inactif, et profitant que Peggy soit en face d’Eddy, il envoya une protubérance entre les cuisses de la demoiselle.

Heureusement pour lui, elle n’avait pas croisé les jambes, il put se faufiler jusqu’à son string en évitant de toucher la peau de ses cuisses, et posa doucement sa protubérance au niveau de son clitoris.


Peggy était tellement prise dans la conversation qu’elle ne fit pas attention à ce qui venait de se coller à son clitoris, Venom déforma sa protubérance pour avoir une sorte de ventouse sur le clitoris de Peggy.

Eddy savait ce qu’était en train de faire Venom entre les cuisses de Peggy, et il bandait dans son pantalon, il avait un peu de mal à se concentrer sur la conversation.

Lorsque Venom commença à suçoter le clitoris de Peggy, il vit qu’il n’était pas le seul à être perturbé.

Sa voisine sentit une étrange vibration entre ses cuisses, elle n’osa pas regarder ce qui se passait sous la table, de peur d’attirer l’attention sur elle, mais elle avait de plus en plus de mal à suivre la conversation.

Elle voulut croiser les jambes, mais Venom l’en empêcha avec deux autres protubérances, et lui écarta un peu plus les cuisses.

Peggy était de plus en plus troublée, mais elle ne lutta pas, et laissa ses cuisses s’ouvrir d’elles-mêmes, en sentant sa chatte s’humidifier de plus en plus.


Venom tira sur le string de Peggy pour glisser une autre excroissance en dessous, et plaqua une autre ventouse directement sur son clito.

Celle-ci ne put retenir un petit cri de surprise et de plaisir mélangé, mais elle mouillait de plus en plus, et ses cuisses s’ouvraient également de plus en plus.

Elle sentait ses tétons devenir durs et pointer à travers son corsage.

Steeve lui demanda :


— Ça va ma chérie, tu n’as pas l’air bien.


Elle avait maintenant les cuisses grandes ouvertes sous la table, sa minijupe était remontée jusqu’en haut de ses cuisses.

Elle était tellement trempée, qu’elle sentit à peine une chose étrange lui glisser dans la chatte, et alors que Venom s’enfonçait en elle, Eddy bandait comme un fou, c’était une sensation étrange pour lui aussi, c’était presque comme si c’était lui qui s’enfonçait en elle.

Peggy prit une profonde inspiration et en sentant sa chatte trempée se faire envahir, et réussit à dire à Steeve :


— Il faut que j’aille aux toilettes.


Steeve se leva pour la laisser passer, Venom se retira de sa chatte, faisant ressentir un grand manque chez Peggy, elle eut du mal à se lever et ne fit pas attention à l’état de sa minijupe qui lui couvrait tout juste ses superbes fesses.

Eddy se leva aussi et dit à Steeve :


— Il faut que j’y aille aussi, je vais l’accompagner.


Steeve était un peu troublé, et ne remarqua l’état de la minijupe de Peggy qu’une fois qu’Eddy lui a posé sa main sur la taille et l’accompagnait aux toilettes.

Il les regarda s’éloigner sous les regards appuyés des hommes sur les fesses de sa copine, dès qu’ils furent hors de vue, il se rassit en attendant sagement leur retour.

Eddy tenait fermement Peggy par la hanche, et dès qu’ils furent seuls dans le couloir menant aux toilettes, il entendit Venom lui dire :

— Maintenant le coup de grâce.


Il sentit Venom envoyer une excroissance entre les jambes de Peggy, une fois devant la porte des toilettes, il regarda s’ils étaient seuls, et Venom glissa de nouveau son excroissance sous le string trempé de Peggy pour reprendre possession de sa chatte en feu.


Elle poussa un cri de plaisir en s’agrippant à Eddy, elle sentait cette chose gonfler rapidement dans sa chatte, elle ne put faire autrement que d’écarter les cuisses et de se cambrer pour laisser cette chose prendre possession de son corps.

Tandis que Venom commençait à faire coulisser sa protubérance dans la chatte de Peggy, Eddy s’attaquait aux boutons de son corsage et libérait ses superbes nichons.

Peggy se laissait totalement faire, elle gémissait de plus en plus fort, et lorsque Eddy lui empoigna ses deux superbes seins, elle l’attrapa par le cou et lui roula une pelle passionnée.

Venom continuait de faire gonfler sa protubérance, remplissant la chatte de Peggy, comme jamais, elle gémissait comme une folle dans la bouche d’Eddy, se faisant baiser par une chose qu’elle n’avait même pas vue, mais qui la faisait jouir comme une folle.

Eddy l’entraîna dans les toilettes, et referma la porte derrière eux, tandis qu’il sentait maintenant de nouvelles excroissances de Venom venir soulever complètement la minijupe de Peggy et ensuite lui écarter les fesses pour venir lui titiller l’anus.

D’autres excroissances avaient soulevé Peggy du sol et avaient défait la braguette d’Eddy pour qu’il puisse enfoncer sa bite d’une taille impressionnante, dans la chatte brûlante de Peggy.


Il entendit Venom lui dire :

— On va lui faire la totale à cette petite salope.


Alors que les protubérances de Venom faisaient monter et descendre Peggy sur son énorme queue, il sentit que celui-ci en enfonçait une autre dans le cul de celle-ci.

Elle ouvrit en grand les yeux, quand elle sentit deux grosses queues s’enfoncer en elle, mais elle était totalement ivre de plaisir, et lorsque la langue d’Eddy se transforma aussi en bite, elle se mit aussitôt à la pomper comme elle l’aurait fait avec n’importe quelle queue.

Elle était remplie par tous les trous, elle était complètement folle de plaisir, elle sentait son cul s’ouvrir de plus en plus avec cette bite qu’elle avait dans l’anus.

Elle était le jouet de ses choses qu’elle avait dans le corps et elle eut plusieurs orgasmes sous les coups de queues qu’elle recevait dans la chatte et dans le cul.


Si bien que lorsque Venom dit à Eddy :


— C’est le moment.


Il envoya de puissantes giclées d’un sperme étrange, chaud et piquant à la fois, au fond de la chatte, du cul et de la bouche de Peggy.

Celle-ci eut un orgasme extrême en sentant ce liquide étrange lui remplir le corps, elle avala tout ce qu’elle put, mais il lui en arrivait tellement, que ça lui ressortit par le nez et par la bouche.

Son cul et sa chatte débordaient, ça coulait sur le sol, et lorsque Venom arrêta de lui remplir ses orifices, elle s’évanouit de plaisir.

Il retira ses protubérances du corps de Peggy, et dit à Eddy :


— Je pense qu’elle s’en souviendra et risque d’en redemander.


Eddy était lui aussi, très troublé de cette jouissance extrême, jamais il n’avait ressenti une telle puissance, il avait rempli tous les orifices de Peggy avec des queues hors normes, il la voyait maintenant affaler sur le sol dans une mare de sperme visqueux, qui suintait de ses orifices encore bien ouverts.

Il la regarda un bon moment, en s’imaginant Anne, son ex-femme, à sa place, il dit à Venom :


— OK, pour tenter sur Anne, elle n’aurait pas dû me remplacer par Dan si rapidement.

— Très bien patron, mais attends peut-être de voir comment va devenir la salope qu’on vient de baiser.

— Non, je m’en tape de celle-là


Il sortit des toilettes et laissa Peggy dans sa mare de sperme, il passa devant Steeve, qui lui demanda comment allait Peggy.

Il lui répondit :


— Je l’ai laissé dans les toilettes, c’est une sacrée salope


Il sortit du bar, en voyant Steeve se précipiter dans les toilettes.

Lorsqu’il découvrit sa petite amie pratiquement à poil, gisant dans une mare de sperme visqueux, il hésita à mettre les pieds dedans pour aller l’aider.

Elle en avait partout sur le visage, sur les seins, ses jambes étaient complètement couvertes de sperme, Steeve essaya de lui tapoter les joues pour la réveiller, et lorsque les hommes affluèrent pour voir ce qu’il se passait dans les toilettes, il remit un peu d’ordre dans sa tenue.

Peggy mit un moment avant de redescendre sur terre, elle venait de jouir comme jamais, et lorsqu’elle revint à elle, elle se rendit compte de l’état dans lequel elle était, Steeve lui demanda si elle allait bien.

Elle se rappela la jouissance extrême qu’elle venait de vivre et sans prendre le temps de refermer son corsage, elle se releva et dit à Steeve :


— Où est Eddy ?, il faut que je le revoie.

— Il est parti, c’est lui qui t’a fait ça ?

— Oui et j’ai adoré ce qu’il m’a fait, j’en veux encore.


Sans même refermer son corsage ou rabaisser correctement sa minijupe, elle sortit en trombe des toilettes et chercha Eddy dans la salle du bar.

Steeve la suivit, un peu stupéfait, et lui dit :


— Il est parti, en te traitant de salope.

— Si c’est ce qu’il veut, je serais une salope.


Elle continuait de chercher Eddy, les seins et la chatte à l’air, mais deux hommes avaient entendu sa conversation et se rapprochèrent d’elle en lui mettant la main entre les cuisses et sur ses seins, et l’un d’eux lui dit :


— C’est vrai que tu m’as l’air d’une sacrée salope, vu comment tu te trimballes.


Peggy les laissa faire, et leur dit :


— Si vous m’aidez à trouver Eddy, je ferai tout ce que vous voulez.


Ils sortirent aussitôt leurs queues et lui dirent :


— Suce-nous déjà la bite, salope, on s’occupera d’Eddy après.


Sans pouvoir se contrôler, Peggy s’agenouilla devant les deux hommes et se mit à pomper leurs bites comme la dernière des salopes.

Bientôt d’autres hommes se rapprochèrent, bousculant Steeve, qui n’en croyait pas ses yeux, il vit sa petite amie se faire prendre par une dizaine d’hommes, les uns derrière les autres, il la vit se prendre leurs bites, aussi bien dans la chatte que dans le cul, ils allèrent jusqu’à l’emmener sur la table de billard pour la remplir par tous les trous.

Elle vida les couilles de tous les clients du bar, et elle jouit de nouveau comme une folle, avec du sperme des pieds à la tête.

Mais lorsqu’elle se remit de ses émotions, elle leur dit :


— Aidez-moi à trouver Eddy maintenant.


Un vieux poivrot qui s’était vidé les couilles dans son cul, lui répondit :


— Trouve-le toute seule, salope, et reviens nous vider les couilles.


Alors qu’elle s’apprêtait à sortir dehors complètement nue, couverte de sperme, Steeve l’attrapa par le bras, et lui dit :


— Calme-toi, et rhabille-toi, il doit être chez lui, on va y aller ensemble.


Steeve ne reconnaissait pas sa petite amie, elle avait toujours eu un tempérament un peu chaud, mais jamais aussi dépravé.

Il l’aida à se rhabiller, et l’accompagna jusque chez lui, elle sentait le sperme à plein nez, et en avait plein les cheveux, les gens dans la rue les regardaient avec dégoût.

Une fois arrivé devant la porte de l’appartement d’Eddy, ils frappèrent et attendirent.

Eddy leur ouvrit, et aussitôt Peggy s’agenouilla devant lui pour lui ouvrir le pantalon et lui sortir sa queue.

Eddy fut un peu surpris, et dit à Venom :

— Mais qu’est-ce qu’elle fait ?

— Elle est accro, j’aurais dû y aller plus doucement avec elle, j’ai senti qu’elle avait du potentiel, et j’ai peut-être voulu t’impressionner, en tout cas, maintenant, elle veut sa dose encore une fois.

— Mais...


Eddy ne put continuer sa phrase, sa bite, de taille moyenne cette fois, était avalée par la bouche vorace de Peggy, elle lui pompait la queue, espérant avoir encore une fois sa dose de sperme.

Eddy la regarda pomper sa queue, tandis que Venom lui disait :


— Il va falloir t’y habituer, une fois que je saillis une femelle, elle devient accro et en redemande souvent.


Mais Steeve qui regardait, lui aussi, Peggy sucer la bite de son voisin, avec un féroce appétit, lui demanda :


— Qu’est-ce que tu lui as fait ? Je ne l’ai jamais vu comme ça.


Eddy se rendit compte de la présence de Steeve, et eut une idée vicieuse, pour se venger de tous ces mois où il l’avait assourdi avec sa guitare électrique.

Venom qui avait un accès direct à l’esprit d’Eddy, lui dit :


— Oui, très bonne idée.


Il fit relever Peggy, en lui disant :


— Lève-toi, salope, on va continuer à l’intérieur.


Elle obéit, et alors qu’Eddy s’installait sur son canapé, il dit à Steeve :


— Installe-toi dans le fauteuil, je vais te montrer ce qu’est devenue ta petite amie.


Et en s’adressant à Peggy, il lui dit :


— Fous-toi à poil, salope, et reviens me pomper la queue.


Elle commença aussitôt à enlever son corsage, la minijupe suivit rapidement, et comme ses sous-vêtements étaient perdus dans le bar, elle se retrouva vite à poil, elle s’agenouilla ensuite entre les cuisses d’Eddy et reprit sa queue en bouche, mais cette fois, Venom la fit gonfler, et bientôt Peggy se retrouva avec une bite énorme dans la bouche, elle dut bientôt avoir la bouche grande ouverte pour continuer à la pomper.

Eddy regardait Steeve et lui dit :


— Ta copine est une grosse salope, je lui ai fait goûter à mon sperme dans les toilettes du bar, et maintenant elle est accro.


Steeve, qui regardait la bouche de Peggy déformée par l’énorme queue qu’elle suçait, était complètement abasourdi, et lui dit :


— Mais comment c’est possible ?


Eddy, qui avait une idée derrière la tête, lui demanda :


— Dis-moi, je me suis toujours demandé, comment un abruti comme toi, pouvait se taper des superbes salopes comme elle.


Steeve lui dit :


— Je l’ai dragué à l’hôpital où j’avais emmené un ami, elle n’était pas très farouche, et je l’ai vite mise dans mon lit.

— OK donc elle aime la queue, enfin tu me diras, ça se voit bien, vu comment elle me pompe la bite.


Eddy remarqua que Steeve matait le superbe cul de Peggy qui se balançait au rythme de ses pompages de bite.

Il dit à Steeve :


— Si tu as envie de l’enculer, te gêne pas


Steeve ne résista pas et commença à sortir sa queue bien raide, et alors qu’il se plaçait derrière les fesses de Peggy, Eddy mit une petite tape sur la tête de celle-ci et lui dit :


— Allez, sale pute, ouvre-toi bien les fesses, tu vas te prendre une bite dans le cul.


Peggy plaça ses mains sur chacune de ses fesses et se les écarta, sans pour autant s’arrêter de pomper la bite énorme qu’elle avait dans la bouche.

Steeve plaça sa queue contre l’anus de sa copine, et fut surpris de la facilité avec laquelle il lui enfonça dans le cul, Eddy perçut sa surprise et lui dit :


— Vu ce qu’elle s’est pris dans les toilettes, elle a maintenant un cul capable de se prendre les plus grosses bites.


Steeve s’agrippa aux fines hanches de sa copine et commença à lui défoncer le cul.

Pendant ce temps, Venom avait fait glisser plusieurs protubérances sous Peggy, et avait collé deux petites ventouses sur ses tétons durs comme de la pierre et les lui pinçait, la rendant folle de plaisir.

Une autre protubérance glissait entre ses seins, et était venue s’enfoncer dans sa chatte brûlante, elle se faisait prendre la chatte et le cul en même temps, pendant qu’elle pompait l’énorme queue qu’elle avait en bouche.

Elle était, de nouveau, complètement folle de plaisir.

Steeve sentait une autre queue dans la chatte de Peggy, mais il ne s’en préoccupa pas, il prenait un plaisir fou à enculer cette belle salope, mais lorsque Venom glissa une dernière protubérance entre ses cuisses pour tenter de l’enfoncer dans son cul, il voulut savoir ce qu’il se passait derrière lui.


Mais il fut bloqué avec sa bite au fond du cul de Peggy, tandis qu’il sentait quelque chose lui écarter les fesses et s’insinuer doucement dans son cul, au début, cette chose était fine, et même s’il trouvait ça étrange, il ne trouva pas cela désagréable.

Puis la chose qu’il sentait dans son cul, se mit à grossir doucement, il se rendit compte qu’il se faisait enculer alors qu’il enculait Peggy.

Il se remit en mouvement dans le cul de celle-ci, et bientôt il sentit la chose entre ses fesses coulisser dans son cul, il fut presque surpris d’aimer ça, il sentit la chose grossir davantage, et ce fut bientôt une bite d’une bonne taille qu’il se prenait dans le cul.

Alors que la bouche de Peggy était pleine, l’empêchant d’exprimer sa jouissance, Steeve se mit à gémir de plaisir, il découvrait qu’il aimait se faire enculer, et il se mit bientôt à envoyer son cul sur la queue qu’il avait derrière lui, juste avant d’enfoncer la sienne dans celui de sa petite amie.

Il ne résista pas longtemps et envoya de longues giclées de sperme dans le cul de Peggy, Venom s’était parfaitement synchronisé avec lui, et remplit la chatte et la bouche de Peggy en même temps, la faisant de nouveau jouir comme une folle.

Mais Venom remplit le cul de Steeve avec son sperme spécial, celui-ci découvrit à ce moment précis, pourquoi sa petite amie était accro, ce liquide chaud qui se répandait dans son cul, le rendait fou.


Quand il se fut vidé complètement dans le cul de Peggy, il s’écroula sur elle, et celle-ci s’effondra à son tour sur le sol.

Eddy dit à Venom :


— Va falloir les ramener chez eux, si on veut un peu de repos.

— Oui, ou alors on garde juste la salope, pour la nuit, de toute manière, il y a des chances qu’elle revienne dès qu’elle se réveillera

— OK on ramène l’autre et garde la belle salope.


Ils ramenèrent Steeve chez lui, et mirent Peggy à poil dans la baignoire.

Eddy était en train de manger comme un goinfre, pour récupérer de cette dépense d’énergie, lorsque Peggy se réveilla dégoulinante de sperme.

Elle ouvrit l’eau de la douchette et se lava pour se présenter toute propre à son amant, en se lavant, elle se rendit compte qu’elle devenait accro à cette chose qui lui procurait de multiples orgasmes, mais elle prenait tellement son pied, qu’elle ne ressentit aucune honte à se présenter complètement nue devant Eddy en lui disant :


— Je suis prête pour recommencer,

— Doucement ma belle, on va manger tranquillement et je m’occuperais de toi encore une fois avant de dormir.

— Bien,


Il y avait à manger pour dix sur la table, mais Eddy avait une consommation très importante de nourriture depuis qu’il avait un symbiote en lui.

Venom dit à Eddy en mangeant :


— Ne sois pas trop inquiet pour cette salope, je lui ai injecté un sperme un peu spécial tout à l’heure, elle a mon rejeton en elle.

— Ah bon, tu lui as fait un gosse !

— Si on peut dire, ça va grandir en elle, et si je ne le récupère pas dans moins d’un mois, il sera complètement indépendant sinon je l’intégrerais à mon organisme et je serais un peu plus puissant, c’est comme ça que nos guerriers deviennent invincibles.

— OK et en attendant ?

— Il va grandir doucement en elle, dans une semaine, il sera capable de lui baiser la chatte, dans deux semaines, il pourra s’occuper de son cul et de sa chatte en même temps, et continuera à se développer en elle, jusqu’à ce que je doive lui retirer.

— OK donc faut qu’on s’occupe d’elle pendant quelques jours avant d’être un peu tranquille.

— Oui c’est à peu près ça, mais vu comment elle est chaude, on peut la faire baiser avec d’autres hommes, elle acceptera tout ce qu’on lui demande.


Eddy regarda Peggy des pieds à la tête, c’était vraiment une superbe fille, ravissante, et apparemment accroc à sa bite, ou plutôt à celle de Venom, mais il s’en moquait, c’était quand même un peu de lui qui s’enfonçait en elle.

Elle était en train de manger, complètement ignorante, qu’un appendice extraterrestre grandissait dans son utérus.

En la regardant, Eddy repensa à la proposition de Venom de la faire baiser par d’autres hommes et lui demanda :


— Dis-moi Peggy, tu as beaucoup de patients masculins à l’hôpital ?

— Quelques-uns, pourquoi ?

— Quand ils voient une jolie fille comme toi, ils n’essaient pas de glisser leur main entre tes cuisses ?

— Des fois, j’ai quelques mains aux fesses, mais je les calme rapidement.

— Si je te demandais de les laisser te peloter, et de leur offrir ta chatte et ton cul, tu dirais quoi ?


Peggy prit quelques secondes pour y réfléchir et s’imagina en train de se faire baiser par tous ses patients, elle répondit sans honte :


— D’accord, je les laisserais profiter de moi, et m’offrirais à eux sans résister.


A ce moment, là, elle sentit ses jambes s’ouvrir sous la table, elle regarda et ne fut pas le moins du monde effrayée de voir la tête de Venom entre ses cuisses, et sa grande langue commencer à lui lécher la chatte.

Elle ouvrit les cuisses encore plus et lui dit :


— Ouiii, vas-yyyy, bouffe-moi la chatte.


Elle sentit la grande langue s’enfoncer dans sa chatte et elle poussa un long râle de plaisir, elle vit deux longs tentacules venir se poser sur ses tétons durs d’excitation et lui téter les seins, elle gémissait de plaisir.

Eddy se déplaça derrière elle, et la mit à plat ventre sur la table, il lui écarta les fesses et vit sa queue transformée par Venom, venir lui ouvrir l’anus.

Tout d’abord un fin tentacule se glissait dans son cul, et finissait par grossir de plus en plus, quand son anus fut suffisamment ouvert, Eddy lui envoya de grands coups de queue dans le cul, faisant crier Peggy de plaisir.

Bientôt la langue de Venom dans sa chatte se transforma en bite et elle se fit prendre des deux côtés, lui provoquant de nombreux orgasmes, en la faisant hurler de plaisir.

Ils lui remplirent de nouveau le cul et la chatte avec une bonne dose de sperme visqueux, elle s’écroula sur la table, complètement épuisée par tous ces orgasmes.


Eddy partit se coucher laissant Peggy à poil sur la table, le cul et la chatte débordant de sperme.

Il commençait à prendre goût à cette puissance sexuelle, il avait hâte de voir comment allait réagir Anne.

Peggy se réveilla quelques minutes après et rejoignit Eddy dans son lit, même si elle avait encore envie de sa grosse bite, elle était tellement épuisée, qu’elle s’écroula comme une masse et s’endormit profondément.

Le lendemain matin, Eddy se réveilla à côté de Peggy, qui dormait toujours, il admira son corps magnifique quelques minutes et la réveilla pour lui dire :


— Tu ne dois pas aller bosser aujourd’hui ?


Peggy émergea doucement de son sommeil réparateur, et répondit :


— Si, il faut que je me prépare.


Mais elle attrapa la queue d’Eddy, et lui dit :


— Mais j’aimerais bien un bon coup de queue, avant d’aller bosser.


Mais Eddy avait une autre idée, il lui retira sa bite des mains, et lui dit :


— Tu verras ça avec tes patients, petite salope


A contrecœur, Peggy se leva du lit et partit chercher ses affaires dans le salon.

Eddy prépara le petit-déjeuner, toujours avec une quantité astronomique, Peggy prit un café et un pancake, puis se prépara à partir.

Eddy la raccompagna à l’entrée, et alors qu’elle lui roulait une pelle avant de partir, Venom ne résista pas à l’envie de lui fourrer deux protubérances dans le cul et dans la chatte, elle écarta les cuisses sans lâcher la bouche d’Eddy, elle poussa un long gémissement de plaisir.

Eddy mit fin à leur baiser fougueux, et tandis qu’elle gémissait de plaisir avec les deux énormes tentacules qu’elle avait dans la chatte et dans le cul, il lui dit :


— N’oublie pas, tu dois satisfaire le moindre désir de tes patients, petite pute.

— Ouiiii, encoreeee, continuuueeeee, défonceee-moiiiii


Mais Venom retira ses protubérances des orifices de Peggy, la laissant en pleine extase, la chatte ruisselante. Elle sortit et prit la direction de l’hôpital, elle était encore excitée par les queues qu’elle venait de se prendre et sentir l’air frais sur sa chatte trempée et entre ses fesses ne faisait qu’accentuer son excitation.

Elle arriva à l’hôpital et partit se changer dans les vestiaires, comme elle n’avait plus aucun sous-vêtement, elle resta complètement nue sous sa blouse.

Pour son premier patient de la journée, elle tomba sur un vieux grabataire de 60 ans, qui avait l’habitude de lui mettre la main aux fesses, comme tous les jours, elle commença sa toilette, et comme d’habitude, elle vit sa main glisser en dehors du lit et la sentit bientôt se poser sur sa cuisse.

En général, elle le laissait remonter un peu plus haut sur sa cuisse avant de l’envoyer promener, mais cette fois la main du vieux continua de progresser doucement sous sa blouse, et lorsqu’elle arriva au pli de ses fesses, elle vit une belle bosse sous le drap du vieux.

Elle continua comme si de rien n’était, mais elle sentait sa chatte frétiller d’impatience, elle baissa le drap du vieux pour lui nettoyer le torse et le ventre, et alors que la main remontait doucement sur sa fesse.


La sienne frôla la bite du vieux, encore cachée par le drap, elle sentit que le vieux lui empoignait la fesse, et elle était tellement excitée, qu’elle se déplaça un peu vers lui et écarta les jambes pour qu’il lui glisse la main entre les cuisses.

Lorsqu’elle sentit la main du vieux se glisser entre ses cuisses et caresser sa chatte trempée, il lui dit :


— Eh bien, vous êtes toute chaude, va falloir s’occuper de ça.


Il baissa complètement le drap et dévoila sa belle queue, bien raide.

Sans qu’il n’ait à le lui demander, Peggy se pencha sur sa vieille bite et commença à la sucer, comme une bonne salope.

Alors qu’elle avalait cette vieille queue, elle sentait les doigts du vieux s’enfoncer dans sa chatte en feu, elle leva une jambe pour la poser sur le lit et offrir un accès total à son intimité.

Mais le vieux était un peu handicapé, alors il lui dit :


— Monte sur le lit, salope, je vais te bouffer la chatte.


Peggy obéit et se retrouva en 69 sur le lit de son patient, elle lui pompait sa vieille queue, pendant qu’elle sentait sa langue vicieuse lui titiller le clitoris, elle gémissait de plaisir sur la belle queue du vieux.

Tout en lui bouffant la chatte, le vieux s’amusa à lui enfoncer un puis deux, et enfin trois doigts dans le cul, Peggy se déchaînait sur la bite du vieux pendant qu’il lui fouillait le cul.

Heureusement ses gémissements de plaisir étaient étouffés par la queue du vieux, sinon tout l’étage l’aurait entendu jouir comme une folle.

Après plusieurs minutes de léchage et pompage intensif, le vieux lui dit :


— Monte-moi sur la queue, sale pute, mes couilles ont besoin de se vider dans une chatte de salope.


Peggy obéit de nouveau et avança son bassin en tenant la vieille bite bien droite pour la placer à l’entrée de sa chatte, elle s’empala elle-même sur cette bonne bite, en poussant un long râle de plaisir.

Elle commença à monter et descendre sur cette vieille queue, tandis qu’elle sentait de nouveau les doigts du vieux s’enfoncer dans son cul, elle se pencha en avant et dit au vieux :


— Ouiiii, allez-yyyy, fouillez-moiii biennnn le cuuullll


Peggy avait accéléré les pénétrations et s’était mise à gémir de plus en plus fort, mais heureusement pour elle, le vieux avait les couilles tellement pleines, qu’il ne résista pas très longtemps et lui envoya de puissantes giclées au fond de la chatte.

Peggy eut un orgasme quand elle sentit sa chatte se faire remplir par le sperme du vieux, et elle jouit en s’écroulant au pied du lit.

Elle mit quelques minutes à reprendre ses esprits et finit par descendre du lit, la chatte pleine de sperme.

Elle finit son travail en se faisant peloter les seins par le vieux qui lui dit :


— Demain, je te la mets dans le cul, tu m’as l’air d’avoir l’habitude de te faire enculer, salope.


Quand elle eut fini, elle remit sa blouse en place et sortit de la chambre, en entendant le vieux lui dire :


— A demain, salope, et reviens encore à poil sous ta blouse, j’adore ça.

— Bien, Monsieur, je ferais selon vos désirs.


Elle passa au patient suivant.

Tout au long de la journée elle se fit baiser et enculer par la moitié de ses patients, qui furent très contents de la sentir plus docile qu’habituellement et beaucoup plus ouverte des orifices.

Elle avait du sperme dans le cul et dans la chatte, la plupart du temps, ses jambes luisaient tellement ça lui coulait des orifices.

Elle sentait le sperme à plein nez, lorsqu’elle déjeuna avec ses collègues, elles lui demandèrent ce qu’il lui arrivait. Elles avaient facilement deviné ce que faisait Peggy avec les patients, certaines l’avaient même surprise en train de se faire défoncer le cul par un patient.

Elle était éreintée de s’être fait baiser toute la matinée, mais elle n’arrivait plus à contrôler ses pulsions, la larve qu’avait semée en elle, Venom, n’y était pas pour rien, il la maintenait dans un état d’excitation avancé, alors elle répondit à ses collègues :


— Je ne sais pas, je n’arrive pas à leur dire non, et j’adore sentir leurs queues en moi.


Une de ses collègues lui dit :


— Tu devrais faire attention quand même, tu baises avec eux, sans protection, tu risques de choper une MST, et si un docteur te surprend, tu pourrais te faire virer.


Peggy s’en moquait complètement, elle lui répondit :


— Je suis sûre que si un docteur me surprend, il aura très envie de me fourrer sa bite dans le cul


Elle dit ça, en soulevant sa blouse et dévoila ses superbes fesses nues à ses collègues, elles constatèrent les filets de sperme blanchâtres qui s’écoulaient de son cul et de sa chatte. Ça contrastait fortement sur sa peau marron clair, et Peggy vit une de ses collègues, Chloé, se lécher les lèvres en regardant ses fesses.

Elle se rapprocha d’elle, en gardant ses fesses à l’air et lui dit :


— Tu veux y goûter ?


Bien qu’elle en mourait d’envie, elle réussit à se contenir, et lui répondit :


— Non, non, c’est bon, merci,


Peggy insista :


— Allez, je suis sûre que tu en meurs d’envie, pose ta langue sur mes fesses, n’aie pas peur.


Ses autres collègues avaient également remarqué le trouble que provoquaient les fesses de Peggy chez Chloé, et au moment où elle s’apprêtait à se pencher sur les fesses de celle-ci et à succomber à son désir, elles entendirent des pas dans le couloir de l’étage.

Chloé baissa la blousse de Peggy sur ses fesses, et l’air était chargé d’une certaine tension lubrique, elles reprirent une attitude normale.

Peggy fut toute joyeuse en voyant apparaître Eddy à l’entrée de leur réfectoire, elle se jeta à son cou et lui roula une pelle passionnée.

Chloé un peu surprise, lui demanda :


— Euh, tu n’es plus avec Steeve ?


Peggy relâcha la bouche d’Eddy et lui dit :


— Non, et je vous présente Eddy, c’est lui qui a fait de moi, la salope que je suis.


Les collègues de Peggy le regardèrent d’un œil, à la fois intéressé et choqué, Peggy l’installa à la table de Chloé et Marcella, elle fit les présentations.

Tandis qu’Eddy faisait connaissance des collègues de Peggy, Venom envoyait déjà des excroissances entre leurs cuisses.

Et alors qu’un de ses tentacules s’enfonçait dans la chatte de Peggy, la faisant gémir de plaisir, les autres furent un peu surpris de l’entendre jouir, aucunes d’elles ne s’étaient encore rendu compte qu’une excroissance de Venom s’était glissée sous leur blouse, et sous leur jupe.

Les autres collègues partirent choquées par le comportement impudique de Peggy, et ils se retrouvèrent que tous les quatre au moment où Venom posa ses tentacules sur les strings de Chloé et Marcella.

Elles sentirent leur clitoris se faire suçoter, et elles s’apprêtaient à regarder ce qui se passait entre leurs cuisses, mais Eddy leur dit :


— Détendez-vous, Mesdames, je ne vais vous apporter que du plaisir.


Alors qu’elles sentaient leur chatte s’humidifier rapidement, leurs cuisses s’ouvrirent sans qu’elles ne les contrôlent.

Elles sentirent une chose chaude et humide se glisser sous leur string, et venir continuer à leur suçoter le clitoris.

Elles se mirent à gémir de plaisir, et alors que Peggy soulevait ses cuisses pour offrir à Venom un accès total à son cul et à sa chatte, qui lui enfonçait maintenant une énorme queue dans chacun de ses orifices.

Chloé et Marcella sentirent quelque chose remonter sur leur ventre, et se glisser sous leur soutien-gorge, et lorsque Venom vint prendre possession de leurs tétons bien durs, il leur enfonça également une bonne queue dans leur chatte.

Eddy avait maintenant trois superbes jeunes femmes en train de se faire défoncer la chatte, il se mit à genoux sur la table et sortit sa queue, en leur disant :


— Allez, mes salopes, bouffez-moi la queue.


Chloé, Marcella s’occupèrent aussitôt de son énorme queue que Venom avait bien gonflé, pendant que l’une s’occupait de ses couilles l’autre lui pompait la bite comme une affamée.

Eddy leur ouvrit leur blouse et les déshabilla pour qu’elles voient les seins de leur collègue en train de se faire peloter par deux énormes tentacules noirs, mais elles jouissaient comme des folles, et s’abandonnèrent au plaisir.

Lorsque Venom insinua une excroissance entre leurs fesses, et vint titiller leur anus, elles regardèrent chacune leur cul et dirent en chœur :


— Ouiiii, allez-y, mettez-la-nous dans le cul, enculez-nous bien profond.


Venom enfonça une belle queue dans leur cul offert, et elles se mirent à crier de plaisir, elles s’accrochaient à la grosse bite d’Eddy, et jouissaient comme des folles.

Celui-ci les prit par les cheveux et colla leur bouche contre sa bite, d’un seul coup, sa bite se sépara en deux afin que Chloé et Marcella lui pompent en même ses deux énormes bites.

Eddy prenait un plaisir extraordinaire, il se sentait posséder tous les orifices de ses trois salopes, et alors qu’elles avaient toutes les trois un orgasme dévastateur, il leur gicla dans tous leurs orifices.

Elles avalèrent toutes les trois, tout le sperme qu’il leur envoya dans la bouche, tandis que leurs culs et leurs chattes débordaient.

Lorsque Venom retira toutes ses excroissances de leurs orifices, elles s’écroulèrent sur les banquettes, avec leurs chattes et leurs culs suintants de sperme.


Venom dit à Eddy :


— J’ai implanté ces deux autres salopes aussi, si tu veux vraiment avoir des putes à ton service, il faut les rendre accroc.

— Très bien, il faut encore recruter si on veut gagner assez de fric.

— Combien tu veux de putes à ton service ?

— Autant qu’il en faudra pour éviter de manquer de fric.

— OK et Anne, tu comptes en faire une pute aussi ?

— On verra, selon comment elle se comporte, je sais qu’elle aime les hommes avec du fric, donc il nous faut encore recruter des putes pour avoir une bonne situation.


Eddy s’en alla, laissant Chloé, Marcella et Peggy à moitié nue dans le réfectoire.

La fin de journée fut très agitée pour les trois infirmières, tout comme Peggy, Chloé et Marcella se mirent à laisser les mains de leurs patients parcourir leurs corps, et tout comme Peggy, elles se retrouvèrent à se faire baiser et enculer par leurs patients jusqu’à la fin de leur garde.

Lorsqu’elles rentrèrent chez elles, retrouver leur petite famille, elles ne pensaient qu’à une chose, les longues excroissances d’Eddy qui leur avait fouillé le cul et la chatte, et les avaient transformées en grosse salope, même si elles avaient un petit faible pour le sexe avant cette expérience, depuis elles ne pensaient plus qu’à ça, et laissaient n’importe quel homme user et abuser de leurs orifices.

Alors quand elles rentrèrent chez elles, elles prirent une douche pour se nettoyer de tout le sperme qui leur collait à la peau, et essayèrent de paraître le plus normales possible à leurs maris et à leurs enfants.

Peggy retourna chez Eddy, et alors qu’elle était de nouveau à poil en train de lui pomper sa grosse queue, il lui demanda :


— Dis-moi tu as des copines aussi chaudes que toi ?


Elle lui fit oui de la tête sans lâcher sa bite.


— Et peut-être même une sœur ?


De nouveau, elle lui fit oui de la tête.


— Bien sûr, ça ne te poserait pas de problème que je les baise elles aussi


Cette fois, elle fit non de la tête.


— Très bien, demain, tu vas me présenter à tes copines et si possible à ta sœur.


Et alors que Venom prenait possession de son cul et de sa chatte, elle s’imaginait déjà ses amies et sa sœur se faire défoncer comme elle se faisait défoncer à ce moment précis, et elle jouit comme une folle.

A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live