Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 10 836 fois
  • 82 J'aime
  • 0 Commentaire

veuve joyeuse

Chapitre 1

Divers

A 52ans je suis ce que certains appellent une belle plante.

Assez grande 1m72, toujours mince 54kg, avec une poitrine 90C qui se tient encore bien.

je travail dans un gros cabinet d’audit depuis plus de 15 ans dans une ville de province, il y a 4 ans j’ai perdu mon mari dans un accident de la route, me laissant seul avec nos deux grand enfants.

Ce veuvage soudain fut une dure épreuve, déprime, arrêt de travail de 6 mois.

Lorsque je repris le travail je demandais à changer de service, je me retrouvais au service paye.

J’y fis la connaissance de Daniel, un comptable de la société, le feeling est tout de suite passé entre nous. Il ne connaissait rien de ma vie, moi un peu de la sienne via son dossier administratif.

je savais qu’il était marié, avec lui aussi deux grands enfants, de temps en temps lorsqu’il était à la société nous partagions notre pause déjeuner, il était charmant, très avenant à mon égard, mais jamais il ne tenta un geste déplacé.

Un matin ou nous nous étions croisés à l’embauche et avions prévu de déjeuner ensemble je reçu un email.

"marre de la nourriture de la cantine, que dirais tu de déjeuner dehors? j’ai une bonne adresse"

j’acceptais l’invitation.

Ce repas me troubla beaucoup depuis le décès de mon mari s’était la première fois que je me retrouvai ainsi en tête à tête avec un homme, je me surpris à imaginer aller plus loin avec Daniel.

Nos petites sorties se renouvelèrent et nous rapprochèrent encore plus, jusqu’au jours au n’y tenant plus j’embrassai Daniel à la fin du repas. Ce premier baiser fut tendre et passionné à la fois, j’en oubliai que j’avais affaire à un homme marié.

Le mois qui suivit nous nous retrouvions quelques soir après le travail pour flirter.

Un vendredi matin je reçu ce email.

"Daniel B je vous informe que je prends un demi RTT pour passer mon vendredi après-midi avec une ravissante femme que je désire depuis des mois,je serais joignable au bar de l’hôtel du parc ou je l’attendrai à 13h"

Je connaissais l’endroit.

j’avisai mon chef de service de mon absence cette après-midi là, toute la matinée j’eus du mal à me concentrer.

Je pensais tour à tour à ma tenue qui n’était pas très sexy, à mes dessous, je portais une culotte blanche et un soutient gorge noir, à mon sexe que je n’épilais plus depuis bien longtemps.

je faillis à deux reprise répondre négativement à sa proposition. Mais je le retrouvai qu’en même à l’heure dite. Il m’attendait au bar, je suis venue l’embrasser me calant au creux de ses jambes, il me prit la main la glissa dans la poche de sa veste. Je sentis le porte clé caractéristique des chambres d’hôtel, sans plus attendre nous sommes montés dans la chambre et sitôt la porte fermée nous nous sommes jetés sur le lit, maladroitement nous nous sommes déshabillés tout en nous embrassant.

J’avais une folle envie de le sentir en moi, aussi ne lui ai je pas laisser le temps de me caresser.

je l’ai chevaucher frottant mon pubis, mes lèvres humides sur son sexe dur, j’ai bien cru que cela allait me faire jouir. J’ai saisi son sexe gonflé pour me l’introduire dans ma chatte déjà dégoulinante de désir.

j’entamais des va et vient en ondulant du bassin, poitrine écrasée sur son torse, la tête au creux de son épaule.

qu’il était bon de sentir ce pieu en moi, les deux mains de Daniel posés sur mes fesses essayaient d’accompagner mes mouvements, je jouis très vite il m’accompagna quelques instants plus tard dégagent son sexe pour éjaculer entre nous deux. Je me faisais glisser le long de son corps, prit son sexe encore à demi gonflé dans ma main et le caressais doucement.

il était encore très sensible, je déposais quelques baisers sur le gland, recueillant quelques gouttes de sa semence salée. Je le pris mou en bouche.

Daniel me parlait mais je ne l’entendais pas, j’étais dans mes songes, je pensais à mon mari défunt et réalisais à quel point il aurait été heureux que je continu de vivre.

Nous sommes restés allonger l’un à coté de l’autre et avons longuement discuter tout en nous caressant.

Lui m’avouant la morosité de sa vie sexuel, moi les regrets que l’on peut avoir lorsque l’être aimer nous quitte prématurément.

La conclusion fut qu’il nous fallait vivre la vie comme elle venait et sans trop attendre.

Daniel commanda du champagne au room service, nous trinquions à notre nouvelle vie.

"qu’es ce qui te ferait plaisir? de quoi a tu envies? dis moi tout, je ne veux aucun secrets entre nous"

"j’aimerai que tu te rase, et que tu ne mettes pas de culotte quand on se voit, c’est un de mes fantasmes et toi?"

"si tu veux mon chéri, moi j’ai envie de te sucer et que tu me prenne fort"

Daniel approcha son sexe de ma bouche, et alors que je venais à peine d’ouvrir la bouche il s’enfonça presque en entier, Je faillis vomir. Il s’excusa.

Je trouvais son regard et essayais d’avaler son sexe complètement, il me sourit en me caressant la nuque, je prenais plaisir à le satisfaire à genoux, lui coupe de champagne à la main, tantôt nos regard se croisaient directement tantôt par le biais du grand miroir de la salle de bain.

Il me saisit sous le menton, me fit boire au goulot une gorgée qui faillit m’étouffer. A peine ai je eu le temps de retrouver mon souffle qu’il me prit en levrette à même le sol. Il me pistonnait avec énergie, ses doigts plantés dans la chair de mes fesses, il faisait coulisser ma chatte sur son dard m’arrachant des gémissements et des cris incontrôlables, je n’étais entre ses mains qu’une poupée.

"tu aimes que je te baise fort"

"ahhh humm oui baise moi fort encore, encore.."

"depuis que j’en rêvais de ton petit cul"

"continu il est a toi,fais toi plaisir"

Je faisais tournoyer mes doigts sur mon clitoris,pour accompagner son plaisir et le mien.

"ohhhh putain je vais jouirrrrr"

A ces mots je me retournais,Daniel compris de suite ce que je cherchais,et il m’éjacula sur le visage et dans la bouche se son foutre épais que je m’empressais d’avaler.

Je ne pouvais ouvrir les yeux tellement j’en avais partout,il me releva et me guida vers la douche que nous prirent ensembles.

Nous savonnant et caressant mutuellement,il me fit jouir encore plusieurs fois.

Puis est venu le temps de la séparation.je suis rentrée chez moi éreinter et j’ai filée direct au lit en prenant soin de débrancher le téléphone.

j’attendis le lundi avec impatience.

a suivre..

Diffuse en direct !
Regarder son live