Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 396 fois
  • 13 J'aime
  • 1 Commentaire

Vie Active

Chapitre 3

Trash

Nous prîmes le périphérique et lorsque nous arrivâmes à la porte d’Orléans, Fabrice était à deux doigts d’exploser, il me le dit « arrêtes s’il te plaît, si tu continus je vais jouir », je stoppais ma caresse à regret et je lui dis « si tu jouis tu vas salir ton pantalon, et Élisabeth ne sera pas contente, de plus, j’ai envie que tu te vides les couilles dans ma bouche et de sentir ton sperme glisser au fond de ma gorge » quelques minutes plus tard, il se garait sur le parking du premier dépôt, je tapotais son gland en lui disant « aller ranges là qu’elle se repose un peu » il eu du mal à la remettre dans son pantalon et à fermer sa braguette, quand il sortit de la voiture, on ne voyait que l’énorme bosse qui déformait le devant de son pantalon, Fabrice me dit « ça se voit comme le nez au milieu de la figure, tout le monde va remarquer que je bande » je lui répondis « j’aime bien moi, et de savoir que je vais l’avaler entièrement tout à l’heure me plaît encore plus, mais si tu veux pour que ça se voit moins, je peux te sucer ici, tout de suite », Fabrice roula des yeux effarés et dit « mais tu es fou, non pas ici, je préfère essayer de camoufler ça avec ma veste » et il enfila son veston en faisant en sorte qu’il cache son érection.


La visite du dépôt fut assez rapide, Fabrice était pressé et je reconnais que moi aussi, le patron nous fit visiter et nous présenta à son équipe terminant par sa femme qui était secrétaire, une jolie petite boulotte dont je vis le regard poser sur la bosse que personne n’avait vu, mais qu’elle avait immédiatement décelé, puis me regardant elle vit que j’avais vu et se mit à rougir, je lui fis mon plus beau sourire en lui disant « votre bureau est très bien agencé et décoré, il y a de belles choses à regarder », elle rougit encore plus en me répondit « merci, beaucoup, j’aime les choses qui attirent le regard ».

Lorsque nous quittâmes le dépôt, je dis au patron que nous nous reverrions bientôt, il me répondit en grimaçant « mais avec plaisir », je ne compris pas cette réaction, et la rangeais dans un coin de ma mémoire ».


A peine dans la voiture et alors que Fabrice allait démarrer, je lui dis « tu n’oublies rien ? », il baissa la tête et ouvrant sa braguette sortit l’objet de ma convoitise que je pris immédiatement en main pour la caresser, décidemment, j’adorais sa grosseur, mais aussi sa douceur, et c’est en continuant de l’exciter que nous prîmes l’autoroute pour nous rendre au second dépôt qui se trouvait être à seulement quelques kilomètres de chez lui, avec plaisir je voyais se rapprocher le moment ou j’allais retrouver Élisabeth, une seule question, son accueil serait-il aussi chaleureux que celui de son époux ? Nous reprîmes le périphérique puis l’autoroute qui devait nous conduire au dépôt de Drancy, celui-ci-était en même temps un magasin de second choix, lorsque nous y arrivâmes, Fabrice était dans une forme sensationnelle et je tenais cette forme à pleine main quand nous rentrâmes sur le parking.


La visite fut très rapide, Fabrice était pressé de rentrer tout comme moi d’ailleurs et alors que je disais au patron que nous reverrions bientôt je remarquais qu’il faisait la moue tout comme l’autre. Nous remontâmes en voiture pour rentrer chez Élisabeth et Fabrice.


Il était à peine 16h et Fabrice fit remarquer que nous arriverions chez lui plus tôt que prévu puisque nous en étions à ½ de route, il venait de dire ça alors que nous avions repris l’autoroute et que j’avais à nouveau sa bite au creux de au creux de ma main. Alors qu’il terminait sa phrase, je vis un panneau indiquant un relais, je lui dis « arrêtes toi là j’ai envie de pisser, il me dit « ben ça ne peut pas attendre, on est presque arrivés » je serrais assez fort sa queue, ce qui lui arracha un gémissement et je lui dis « tu fais ce que je te dis et c’est tout », quelques kilomètres plus loin il pris la bretelle d’accès au relais, pas une seule voiture sur le parking, il est vrai que nous étions en milieu d’après-midi, je lui dis « allez on descend » il me regarda et me répondis « je vais t’attendre là, je n’ai pas envie moi », je le regardais et lui répondis « et alors, tu vas m’accompagner quand même » et alors qu’il prenais sa queue pour la ranger, je lui dis sèchement « non, sors comme ça » il me regarda puis ouvrant sa portière sortit de la voiture, avant qu’il ne ferme la portière, je lui dis « tu viens m’ouvrir bien sur »


Fabricel fit le tour de la voiture en passant par devant, sa queue droite comme un I, il ouvrit ma portière et comme il était juste à bonne hauteur, je passais un petit coup de langue sur son gland, il gémit alors que sa bite tressautait de plaisir, je sortis de la voiture et le prenant par la queue, lui dis « viens » nous fîmes une cinquantaine de mètres de cette manière pour atteindre le bloc des toilettes, nous rentrâmes dans celles des hommes et je rentrais dans un cabinet fermé plutôt que de me diriger vers un urinoir, là, je le lâchais, ouvrais ma braguette et sortait mon sexe bien dur et lui dis « pas facile de pisser dans cet état, allez fais moi plaisir, montres moi que tu sais toujours bien sucer » il me regarda et dit « je n’ai sucé que la tienne, quand nous sommes rentrés il y a deux ans, j’ai dit à Élisabeth qu’elle pouvait me demander n’importe quoi sauf de sucer une autre bite ou de me donner à un autre homme »

Diffuse en direct !
Regarder son live