Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 27 335 fois
  • 191 J'aime
  • 9 Commentaires

Ma vie de coiffeuse à domicile

Chapitre 1

Le début de mes études

Inceste
191
5

Je m’appelle Sophia et je suis coiffeuse à domicile depuis des années. Pour faire un petit tour de moi, j’ai 28 ans, je suis fine, assez petite, 1.58m, une peau que je qualifierais de méditerranéenne, légèrement bronzée, de gros seins (pour ma corpulence) du 90D, les cheveux noirs et les yeux verts. Depuis quelques mois je me suis mise au sport (dans mes temps libres) non pas pour perdre du poids, mais pour m’affiner, et j’avoue que voir mes abdos se dessiner et mes fesses se bombaient me plaît beaucoup, mais pas autant que les hommes de la salle de sport.


J’ai passé mon C.A.P. coiffure il y a des années maintenant, j’étais en internat, car mes parents habitaient loin et je ne pouvais les voir uniquement que les week-ends. À chaque fois j’étais tellement contente de revoir ma famille, et particulièrement ma sur, car nous sommes très, très proches depuis que je suis partie à l’école de coiffure. Ma sur est, comment dire... Tout le contraire de moi, elle est grande 1.78 m, elle a 23 ans, est un peu enrobée, mais j’adore ses formes, une peau blanche à un point qu’on voit les veines à certains endroits de son corps. Elle aussi à de gros seins, du 115F, elle a les cheveux roux foncé et quelques taches de rousseur qui me font terriblement craquer ainsi que des yeux d’un bleu tellement profond qu’on s’y perdrait.


Un jour, alors que je rentrais de ma semaine d’apprentissage, mes parents sont venus me chercher à la gare, mais pas ma sur. J’ai demandé à ma mère où elle était, elle me répondit :


 Bah ! Tu connais ta p’tite sur ? Elle est encore au bord de la piscine, à essayer de bronzer » Oui, car ma sur était un peu jalouse de mon bronzage quasi naturel. Je lui répondis que ce n’était pas grave et que je lui ferais un gros câlin à mon arrivée. Au bout de deux heures de route à raconter à mes parents ce que j’ai appris, nous arrivâmes enfin à la maison. Je déposais mes affaires dans ma chambre et vida mon linge sale dans la corbeille à linge, car il fallait quand même que je reparte le lendemain avec des affaires propres. Ensuite, je me dirigeais vers la piscine pour faire un câlin à ma sur, elle n’était pas en train de bronzer, mais de se baigner.



En regardant autour de la piscine je vis qu’il y avait au sol son bikini, et pas seulement le haut...


Alors tu viens me dire bonjour ou je dois sortir pour que le voisinage me voit ?

Euh non j’arrive, le temps de mettre un maillot et j’arrive (elle m’avait sortie de ma petite rêverie)

Tu rigoles ? Je ne vais pas attendre que tu te changes pour avoir un câlin. Fais comme moi. Me fit-elle dun clin d’il.


Je fus un peu gênée, car je suis pudique bien que certaines tueraient pour avoir mon corps, mais les complexes ne s’expliquent pas. Je trouvai un petit coin à l’abri des regards indiscrets pour me mettre nue. Je courus jusqu’à la piscine et sauta dedans et faisant bien exprès d’éclabousser ma sur. Pour se venger elle enroula ses jambes autour de ma taille et les bras autour de mon cou en me criant « KOALAAAAA », c’était un truc à nous ça. Un moyen de faire des câlins jusqu’à satisfaction sans que l’autre ne puisse bouger. Sauf que là on était face à face, contrairement à d’habitude. Je la serrais dans mes bras et je ne cache pas que sentir sont sexe bien épilé contre le mien et la chaleur de son souffle dans mon cou m’émoustilla énormément. Elle me lâcha au bout de cinq minutes en regardant mes seins et fit soudain :


C’est moi qui fais pointer tes petits tétons foncés ou c’est l’eau qui est trop froide ?


Un peu honteuse je fis croire que ça venait de l’eau, mais elle vit bien que c’était elle qui me faisait cet effet. Heureusement que je n’étais pas un homme sinon elle aurait senti mon pénis caresser ses petites lèvres. Ensuite nous, nous sommes amusées et raconté nos semaines jusqu’à l’heure du repas.


Après ce dernier, nous avions l’habitude d’aider notre mère à débarrasser la table. Une fois terminé je dis à ma sur et à ma mère que je montais prendre une douche. Je pris donc l’escalier et alla, dans ma chambre pour prendre la petite nuisette qui allait passer la nuit avec moi, mais je ne la trouvais pas. J’appelle donc ma sur pour savoir, si c’est elle qui me l’avait prise. Elle me dit que oui, car elle aimait avoir mon odeur la nuit quand j’étais à l’école. Ça l’apaisait et elle arrivait mieux à s’endormir, puis elle me dit d’en prendre une dans sa penderie. Donc, Je suis aller dans sa chambre et ouvris sa penderie, mais je ne trouvait rien alors je me mis à fouiller sa penderie et je découvris sous une pile de serviettes de bain, un gode que je dirais assez classique.


Environ vingt à vingt-cinq centimètres avec des boutons dessus (certainement pour les vibrations) et un double gode, j’avoue que j’étais partagée entre l’excitation et la peur qu’elle me découvrit à genoux devant ses objets. D’un coup je l’entendis monter les escaliers, je remis vite tout en place, me leva et fis semblant de regarder au niveau de mes yeux.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Elle me dit en rentrant dans sa chambre...


Ben alors tu ne trouves pas ?

Euh non, je n’aime pas trop fouiller dans les affaires des autres. D’un air gêné, je donnais des petits coups de regard où il y avait les godes, pour voir si j’avais tout bien remis à sa place.

Quelle couleur tu veux ? Elle avait capté où mon regard se portait un cours instant, mais n’en dit pas un mot.

Euh... Noire ou blanche si tu as. En la regardant à nouveau.

J’ai une blanche qui devait faire ressortir ton bronzage. Me fit-elle d’un air agacé, car elle n’arrivait pas elle-même à bronzer. À chaque fois elle prenait juste des coups de soleil.

Merci, je file à la douche et après je te rejoins dans le lit. (oui, car nous avions pris l’habitude de dormir ensemble les week-ends quand je revenais de l’école, ça renforçait nos liens et nous aidait à tenir la semaine éloignées l’une de l’autre).


Je traversai donc le couloir, direction la salle de bain et à mon habitude, je ne fermais pas la porte, car si j’étais pudique, je ne l’étais pas avec ma famille. C’était aussi le moment que j’utilisais pour m’occuper de moi, alors je me déshabillais et me dis que c’était peut-être le moment pour une épilation rapide. Je mis de la crème dépilatoire sur les jambes, le sexe et sous les bras. Ah j’étais belle à attendre seul dans la salle de bain en mode étoile de mer, en attendant que la crème fasse effet, les jambes écartées, les bras tout autant...


Au bout de quelques minutes, je commençais à enlever tout ça avec ma petite spatule. En commençant par les dessous-de-bras puis le sexe et je finis par les jambes, maintenant j’étais toute douce et toute lisse comme j’aimais. Il faut dire que la semaine je ne peux pas le faire et c’est assez frustrant. Je filais donc sous la douche, allumais l’eau et commençait à me laver, d’un coup je repensais au câlin dans la piscine et la peau de ma sur contre la mienne. Le souvenir de sa petite chatte épilée contre la mienne touffue, sans oublier ses gros seins contre les miens et les godes trouvés dans la penderie commençaient sérieusement à me chauffer l’entrejambe. Ma main droite descendis le long de mon ventre et je commençai à me caresser, quelques minutes, mais je décidais de rester sage pour cette fois. Je finis ma douche sans orgasme et sortit, me sécha et mis de la crème qui sentait bon la fraise sur tout le corps pour m’hydrater.


Puis je filai dans la chambre de ma sur, pour aller me coucher. Elle était déjà au lit sous le drap légèrement transparent. Je m’aperçus qu’elle ne portait absolument rien pour dormir.


Je me glissai dans le lit et on commença à discuter de nos semaines respectives, mais pas de boulot, on va dire qu’on parlait plus des relations humaines. Des petites aventures qu’on a vécues dans la semaine, on pouvait tout se dire tellement on était proche ma sur et moi. Ça en devenait terriblement excitant et la savoir complètement nue à côté de moi commençait à m’émoustiller sévèrement. Il se fit tard, car à force de parler on n’avait pas vu l’heure. On éteignait les lumières et fit un gros câlin, l’une contre l’autre en petite cuillère, elle dans mon dos, collait sa chatte à mes fesses, ses seins contre mes omoplates, et ses bras autour de ma taille. Bien serrée, je sentais la chaleur de son souffle dans ma nuque, de ses jambes contre les miennes...



Je commençais à m’endormir quand je sentis une de ses mains glisser lentement pour remonter sur l’un de mes seins, tandis que l’autre main descendit vers ma chatte tout épilée. Je tournais ma tête en lui disant...


Mais qu’est-ce que tu fais ?

J’ai vu, comment tu me regardais, je t’ai observée sous la douche et j’ai vu les petits regards tout à l’heure devant la penderie, je sais que tu as vu mes jouets. Je vais te montrer comment on les utilise. Elle ralluma la chambre, mais tamisée, puis elle sortit de sa table de nuit un tube de lubrifiant et le double gode. Elle me dit de me redresser et de m’asseoir avec les jambes écartées de chaque côté d’elle, et me dit « surtout ne te crispe pas et détends-toi ». Ça y est j’étais soumise, avec des sentiments partagés d’excitation et de honte. C’était la première fois pour moi que j’allais me faire goder, et par ma sur en plus. Je sentis le gel froid qu’elle appliqua généreusement sur ma chatte et sur le gode puis l’introduit doucement dans ma petite fleur, c’était agréable, doux, mais froid. Elle mit l’autre côté dans sa chatte et commença les va-et-vient, lentement. C’était plutôt agréable, c’est elle qui contrôlait absolument tout... De l’autre main elle me caressait les seins puis elle attrapa ma nuque et me rapprocha d’elle pour m’embrasser tendrement. C’était tellement bon, je sentis qu’elle accélérait les mouvements et je sentais la chaleur envahir peu à peu mon bassin. À un moment elle décida de me pincer le téton gauche tellement fort que ça me fit mal, mais en même temps je sentis une chaleur qui m’envahit tout le corps. Je partis en arrière avec des spasmes qui me traversaient le corps, allongée sur le dos les jambes écartées, avec le gode qui continuait lentement dans ma chatte et une douleur au téton gauche. Je venais d’avoir mon premier orgasme lesbien et c’était avec la personne que j’aimais le plus sur cette terre... Ma sur... Quelques instants et trois orgasmes plus tard, nous nous sommes endormies l’une contre l’autre, pour faire de jolis rêves.


J’ai encore plein de choses à vous raconter avec ma sur et ma clientèle.

À bientôt pour la suite.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder