Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 313 fois
  • 59 J'aime
  • 4 Commentaires

Ma vie comme dans un X des années 70

Chapitre 1

Pascale et Caroline

Avec plusieurs femmes

Les plus jeunes personnes en visite sur ce site (magnifique !) l’ignorent peut-être, mais nous, leurs aînés, avons connu une ère sacrément savoureuse, au rayon films pornographiques français. Je parle de celui des dernières années Giscard, avant l’essor de la vidéo, et plus encore avant celles du DVD et des fichiers MPEG. On disait alors "films X", et on allait les déguster en salle, y compris dans les beaux quartiers. Exactement comme on allait visionner le dernier Depardieu. A un détail près : on n’était pas tenus d’arriver en début de séance, même si le réalisateur s’appliquait à vaguement raconter une histoire à laquelle tout le casting faisait vaguement semblant de croire, récitant les répliques "en y mettant le ton"... On savait qu’on n’était pas venus là pour l’intrigue et les rebondissements.


... Ou alors il fallait être sérieusement tordu.


En revanche, on savourait les formes et talents des dames Brigitte Lahaie, Marylin Jess, Cathy Stewart... Et (ou) si l’on était attentifs aux attributs virils des messieurs, on pouvait applaudir aux exploits d’Alban Ceray ou Dominique Aveline. Du moins tels sont les noms qui me viennent à l’esprit. On applaudissait plus encore à leur liberté d’action. Car la grande magie de ces films était l’aisance avec laquelle chaque personnage pouvait s’envoyer en l’air avec son ou ses interlocuteurs, après deux minutes montre en main d’une conversation banale, portant sur n’importe quel sujet du quotidien.


S’il fallait croire les scénaristes, il était plus difficile pour un couple d’en inviter un autre à une partie de belote ou de scrabble que de lui proposer une joyeuse partie à quatre, bisexualité des dames comprise. Film après film, si on aimait y revenir, se dessinait peu à peu une société petite bourgeoise parfaitement décontractée, affamée de plaisir, où il n’y avait besoin ni de petites annonces, ni de lieux spécialisés (qu’on appelait encore "boîtes à partouze", et non clubs "échangistes" ou "libertins"). On faisait comprendre à monsieur et ou madame qu’on était dispos pour une heure de galipettes décomplexées, meilleur moyen d’oublier la montée du chômage et la hausse des prix du pétrole. Cela semblait tellement naturel qu’on mesurait ensuite, de retour à son quotidien réel, le fossé qui demeurait à franchir pour une "vraie" libération sexuelle...


J’étais jeune alors. Et si je repense à mes exploits de l’époque, je me souviens plus encore des occasions manquées, des situations anodines qui auraient pu, ou dû basculer dans l’audace, l’extase... Si seulement nous avions été un peu moins timorés, un peu plus audacieux, et si la vie avait été aussi simple, aussi spontanée, aussi chaude que dans les films X du catalogue Alpha France...


Ainsi, cette fin d’après-midi, chez Caroline. Ma petite copine. Nous avons dix-neuf ans. Elle aime faire l’amour, et je ne sais pas encore que je ne lui suffis pas toujours. Elle batifole ailleurs, sans me le dire, alors que je lui ai proposé "qu’on soit libres"... mais elle a refusé. Les filles sont parfois cruelles. Elle est saine, sportive, dynamique, bien fichue, une peau lisse et douce, des seins de taille moyenne mais qui ont fière allure. Parler de sexe ne lui fait pas peur. Il suffirait de peu de choses pour qu’elle ose bien plus qu’elle ne fait. Mais je ne le sais pas encore... et je l’apprendrai bientôt à mes dépens.


Ce jour-là, nous sommes trois dans la chambre de Caroline. Ses parents sont quelque part en province, et j’ai prévu de passer la nuit sous leur toit. Son amie Pascale est venue boire le thé. On papote. Caroline saisit sa guitare folk et s’applique à malmener quelques titres des Beatles ou de Neil Young dont elle a appris les accords. On fredonne avec elle, poliment, en fumant des Marlboro. On est en ces instants assez loin de Woodstock ou Katmandou. Pascale? C’est une fille très bien éduquée, un peu trop peut-être ; elle est très gentille mais légèrement coincée. Elle est menue, son visage, sans être ingrat, est disons-le assez quelconque. Elle pratique un humour à froid qui semble devoir beaucoup à de petits complexes, notamment par rapport à son amie... Elles sont très complices. Ont-elles déjà songé à des câlins saphiques? On ne sait pas.


A un moment, Pascale se tourne vers le meuble longeant le lit de son amie. Trônent là quelques bougies dressées, de différents calibres... Sans y toucher, elle évoque la dimension "tout de même phallique" de cette mini collection. L’allusion nous occupe vingt secondes puis nous embrayons sur autre chose. Aucun de nous trois n’a osé - ou pensé !- à ouvrir en plus grand ce début de conversation...


Dans un film X, Caroline, à ce moment, aussitôt réagit aux propos de Pascale...


— Lequel prendrais-tu si tu voulais te donner un peu de plaisir? Moi, tu vois, mon préféré... c’est ce gros bleu... Patrice (c’est moi) n’est pas toujours là ! J’aime bien son diamètre...

— Oh, je ne crois pas que je saurais l’accepter, répond Pascale en gloussant. Je n’ai pas ton expérience...


Et elle ajoute, après un temps de silence :


— J’ai tort, probablement...

— Il te suffit d’essayer, invite Caroline en reposant la guitare, et c’est toujours cela de gagné.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Elle rejoint sa copine sur le lit.


— Mais si tu veux, Patrice et moi pouvons t’aider.


A compter de cet instant, ma vie passée devient plus heureuse et plus débridée qu’un film X de cette époque bénie...


Caroline embrasse Pascale sur la bouche. Pascale rougit. Je m’approche d’elle et l’embrasse à mon tour. Elle ne dit pas non. Elle roule des patins du bout des lèvres, doucement, pas dévoreuse, à la fois timide et languide, mais décidée. Caroline lui déboutonne le chemisier. Pascale a peut-être de petits seins, mais elle a du goût pour choisir ses soutiens-gorge. Noir. Avec dentelles. Les filles de son âge portent rarement du noir. Caroline caresse les petites rondeurs de son amie. Sans le dégrafer, elle libère les deux seins de l’étoffe. Suce les mamelons avec des mots tendres et doux : « Laisse-toi faire, nous sommes là pour toi. »


Nos deux langues s’oublient un instant.


— Mais, réagit Pascale, on est en pleine débauche, là! Qu’est-ce que vous me faites faire ?

— Détends-toi, répond Caroline, tu vas voir, tu es trop timide.


Elle l’aide à se défaire du jeans. La culotte apparaît, assortie au soutien-gorge. Pascale dévoile une intimité bien plus érotisante que ses attitudes le laisseraient espérer. Caroline me roule une pelle, elle sort ma bite de mon pantalon. Puis elle-même retire son T-Shirt. Seins nus. Bouts tendus. Retire son Levi’s. Culotte rose. Elle la retire. Petite toison naturelle. La voilà à poil. Elle se saisit de la bougie bleue, et la passe entre ses cuisses, qu’elle serre fermement. Elle aime se montrer. Elle fait sa "libérée". Je passe ma main sur la culotte de Pascale, je sens une toison nettement plus fournie que celle de mon amie. Cela renforce mon excitation. Caroline prend une autre bougie et suggère que je m’occupe de Pascale pendant qu’elle fera connaissance avec ce simili godemiché. Mais Pascale avoue :


— Je ne suis pas habituée. Je suis assez étroite... pas pucelle, mais étroite...

— Je sais, on en a déjà parlé, répond Caroline. Si tu veux, Patrice et moi allons de détendre un peu...


Caroline vient entre les cuisses de son amie et commence à embrasser le haut de ses cuisses, puis le minou que je caresse aussi, en m’appliquant : à cet âge, on n’est pas toujours des plus habiles... Pascale pousse de petits gémissements, se laisse embrasser. Passive. Timide. Mais consentante. Caroline la lèche en faisant « Hmmm, j’aime bien le faire, c’est salé... ça sent bon, dis-donc. » Et elle ajoute « Je vais te mettre un doigt. »


Je sens une petite crispation du corps de notre copine, un peu tendue... mais ça ne dure pas. Je prends sa main gauche et la pose sur ma queue. Elle dit :


— Je n’ai jamais masturbé un garçon. Le seul que j’ai connu m’a sautée quasiment sans préliminaires.


Il faut se souvenir que nous sommes vers la fin des années 70 ; les garçons n’ont pas tous appris la sexualité dans les livres et les films !


Caroline a cessé ses jeux de langue et de doigt, mais la bougie verte se retrouve en action à l’entrée de la vulve. Elle la fait entrer un tout petit peu ; Pascale réagit en riant, sur un mode un peu hystérique :


— C’est froid !

— Si tu veux, je peux prendre la place ; moi, je me sens brûlant... lui dis-je.


Pascale demande à Caroline :


— Au point où nous en sommes... tu me le prêtes ?


Ce n’est plus de la bougie qu’il est question, mais de moi, si j’ai bien tout suivi. Je n’ai jamais fait les scouts, mais suis toujours prêt, disponible. En route pour une fin d’après-midi bien plus agréable qu’écouter une copine de fac massacrer les succès des Beatles ou des Rolling Stones...


Quand j’entre dans Pascale, elle allongée sur le lit, moi à genoux. Elle est trempée. Et Caroline caresse son clitoris, tout en se branlant de l’autre main.


— Vas-y, mon chéri, m’encourage-t-elle. Baise Pascale devant moi. Je parie que tu en avais envie.

— Oui, c’est vrai, mais encore plus depuis que je t’ai vue te déshabiller. Tu caches bien tes charmes de jeune fille sage... Tu es super sexy...


On fera l’amour sans plus parler. A cette époque, on ne s’imagine pas partant pour une séance de "parler cochon". On n’ose pas se lâcher totalement. J’éjaculerai sur le ventre de Caroline qui aura pris la place de son amie, pendant que celle-ci l’embrassera. Elle n’ira pas beaucoup plus loin dans l’audace, mais ce sera tout de même suffisant pour en reparler plus tard...


Dans la vraie vie, au cœur des années 70, il y avait une chance sur cent que pareille aventure aboutisse. Trop peu de jeunes gens allaient trouver leur inspiration sexuelle dans les salles obscures où Brigitte Lahaie – merveilleuse scandaleuse – vivait au grand jour sa sexualité.


Dans un monde idéal, le ciné X des années 70 aurait dicté sa loi. Et j’aurais bien plus d’expériences à me raconter, quarante ans plus tard !

Diffuse en direct !
Regarder son live