Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 18 219 fois
  • 19 J'aime
  • 0 Commentaire

Vie de famille

Chapitre 2

Inceste
19
5

CHRISTINE LA GROSSE


Nous sommes rentrons tard ce jeudi soir aussi je vais au lit assez vite car j?ai cours à la fac demain matin à 8 heures et je m?endors rapidement, trop fatigué par le travail et le sexe pour entendre si mes parents baisent ou dorment de suite?


Le lendemain mon père est déjà parti quand je me lève et ma mère s?apprête à aller au bureau aussi nous ne parlons que de choses brèves et banales ; pas de Chantale au menu !


Par contre mon père est déjà là le soir lorsque j?arrive à la maison vers 19 heures car j?ai du bosser des partielles avec un collègue et je les trouve tous les deux vautrés sur le salon en train de frotter amoureusement?


J?embrasse mon père et ma mère sur les joues.



et bien, papa me dit que tu fais des progrès !’me dit maman,



’ tu crois ? ’ je réponds.


Vas donc prendre une douche nous verrons cela après.


Comme chaque jour, je prends ma douche sauf que là, je ne me branle pas car j?imagine que je vais avoir besoin d?énergie ce soir.


Lorsque je sors de la salle de bain en peignoir, je constate que Christine B. et assise sur un fauteuil et que mon père est en train de servir l?apéro.


Christine est une femme d?une cinquantaine d?années, une ’vieille ’ pour moi mais elle ne me laisse pas indifférent par son regard vicieux, ses gros nichons lourds et ses fessiers imposants qui font sembler ma mère à une puce à côté d?elle.


Il émane de cette femme une puissance et une volonté qui me donne des idées salaces chaque fois que je la vois, c?est une voisine du quartier, elle est veuve et vient souvent chez nous.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


J?ai remarqué qu?à chaque fois qu?elle venait manger, mes parents la raccompagnaient chez elle et que je m?endormais souvent avant leur retour?


Elle se fait servir un Ricard bien tassé et me fait signe de m?asseoir sur l?accoudoir à côté d?elle.



’ Alors, Bob t?as des trucs à me raconter ? ’


Je dois rougir, car elle se fend la pêche immédiatement en me rassurant :



’ tes parents n?ont pas de secret pour moi, du moins pas pour tout ce qui est cul ’


Son langage est toujours assez cru et ’vulgaire ’ même si je ne trouve pas ces mots désobligeant à son égard, en effet, je l?aime beaucoup car elle me rend souvent service pour mes études par ses connaissances en droit et son expérience professionnelle.


Elle passe sa main sous mon peignoir en me disant qu?elle en avait envie depuis très longtemps.


— ’ putain, mon grand, tu as une sacrée belle bitte pour tes 19 ans et je vais vite la goûter ’



Elle se jette sur ma queue et l?avale goulûment avec un bruit de succion qui m?excite au plus haut point ; elle me guide afin que je me positionne debout devant elle, instinctivement je pose mes mains sur sa tête et accompagne ses mouvements avec main mains et je vois ma mère qui se lève et se déplace vers elle.


Pendant que Christine continue de me manger la bitte, je vois ma mère qui lui dégrafe le chemisier et le soutien-gorge.



’ regarde ces belles mamelles ’ me dit-elle


Une paire de seins gigantesques jaillit et ma mère commence à les sucer, je vois cela d?en haut ; c?est la première fois que je vois deux femmes entre-elles (en dehors des photos qui jusqu?à présent m?instruisaient).


Ma mère s?est mise à genoux pour sucer les grosses mamelle de Christine et la vue que j?en ai m ?excite, je caresse la tête de ma mère, qui par instant rejoint Christine sur ma queue.


A ce rythme, je ne peux me retenir très longtemps : j?envoie toute ma sauce dans la bouche de Christine qui respire violemment par le nez, étouffée par ma queue et son jus?


Elle me lâche et prend la bouche de ma mère histoire de partager mon sperme et je les regarde s?embrasser et se peloter tour à tour.



’ deux belles salopes ’ dit mon père



’ regarde-les ces deux gouines elles se passeraient de nous si on les laissait faire !



Elles se couchent sur le sol en position 69 ma mère dessus (vu le gabarit de Christine, il vaut mieux être dessus, bien que la suite me prouvera que non)


Je vois Christine écarter les fesses de ma mère pour lui bouffer la chatte et ma mère relever les grosses cuisses de Christine et les placer sous ses bras afin de lui dévorer son énorme vulve.


Ces deux putes s?en donnent à c?ur joie sous le regard de mon père qui se caresse la queue.


Cette dernière est devenue énorme et son gland violet semble prêt à exploser?


Quant à moi je regarde curieux et excité mais sage car je viens juste d?éjaculer et je dois me recharger ; de plus je sais que l?on va manger sans doute avant d?en aller plus loin.


En effet, les deux gouines déchaînées, une fois rassasiée de chattes, se redressent, le visage luisant de foutre, en s?embrassant sur la bouche et enfilent un peignoir.


Nous préparons la table pendant que chacun son tour passe à la douche.



Le repas se passe normalement et discutons de Chantale que j?ai baisée jeudi. Christine la connaît et semble l?apprécier beaucoup vu les descriptions qu?elle nous en fait ; bref on ne parle que de baise.



Passé le dîner, nous allons au salon et Christine nous propose de regarder un film porno qui provient d?Allemagne (seule origine à l?époque)


C?est du super huit et mon père est équipé. Nous voilà donc les deux femmes au milieu et les hommes de chaque côté. Ma mère est de mon côté et dès le début du film, elle dégage ma queue de mon peignoir et commence à me branler lentement et me caresse les couilles en les malaxant avec tendresse.


Je constate que Christine en fait de même avec mon père ; les deux femmes ont l?air très excité par le film dans lequel un groupe de grands blacks sodomise deux blondes décolorées ; les filles sont très bien foutues et chatte et anus sont dilatés au gré de pénétrations intenses. Les pauvres s?en prennent plein le cul avec des bittes gigantesques et vraiment hors normes.


Nos deux blanches à nous sont très humides semblent-il, du moins je le constate chez ma mère en lui glissant ma main droite entre les cuisses.


Immédiatement elle les écarte afin de ma faciliter la tache et lorsque le film assez court, comme c?était le cas à l?époque, se termine, Christine est à genoux dos à l?écran entre les cuisses de mon père et lui suce la queue pendant que ma mère penchée sur moi suce la mienne.


Ces deux salopes gémissent comme des chiennes car elles se caressent la chatte en même temps?


Puis ma mère se met à genoux sur le canapé et tout en continuant de me sucer demande à mon père de s?occuper de son cul pendant que je lui caresse les nichons.


Cela dure un petit moment, jusqu?à ce que Christine n?en pouvant plus se met à quatre pattes sur le sol et demande à mon père de l?enculer.



Ma mère alors délaissée du cul lâche ma bitte et se couche sur le canapé en me faisant signe de lui bouffer la chatte ce que je fais avec plaisir.


La chatte de ma mère, si l?on m?avait dit, il y a une dizaine de jours, que je lui ferais cela à sa demande, j?aurais pris la personne pour une folle?


Et la je lui dévore sa belle chatte velue et son magnifique clitoris très sorti.


Sa chatte dégouline de plaisir et mon visage se couvre de son foutre ; une vraie fontaine, ma mère, elle fort sa joie et son bonheur d?être ainsi léché, pendant que je vois Christine se trémousser sous les coups de boutoir puissant de mon père.


Il adore l?anus et cela se voit?


Je me dis que j?aimerais bien lui amener une copine à moi avec qui je n?ai jamais osé et qui parle tout le temps de cul devant tout le monde ; nous pourrions la prendre en sandwich?


Ma mère me saisit les épaules et me tire au-dessus d?elle puis guide ma queue vers sa chatte. Cette chatte que j?ai visité il y a 20 ans dans l?autre sens en la faisant souffrir, aujourd?hui, je lui procure du plaisir car elle ferme les yeux et cambre les reins alors que je la pénètre doucement. Ses seins blancs ballottent légèrement au gré de mes coups de queue sur son pubis velu.


Mes mouvements de va et vient dans sa chatte lui frottent le clito et déclenche des gémissements et des ’oui ’ qu?elle hurle bientôt quand le plaisir la submerge.



Elle me fixe intensément avec ses yeux trouble de jouissance et m?embrasse à pleine bouche ; nos deux corps sont soudés par la même jouissance alors que je lui éjacule violemment ma sauce dans le vagin tout en continuant de la limer comme une pute. Elle aime ma défonce ma pute de mère et notre partie de baise se termine par des cris de jouissances qui résonne dans toute la maison et mon père arrose le visage de Christine pendant que ma mère continue de me sucer la langue en remerciement de cet arrosage vaginal.



(à suivre)

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder