Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 46 126 fois
  • 148 J'aime
  • 2 Commentaires

Ma vie à la ferme

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Je viens d’avoir vingt ans, je m’appelle Véronique et je vis à la campagne chez mes parents qui sont fermiers, ils ont une petite exploitation, mais un peu grande pour que mon père s’en occupe seul, nous avons donc un employé, un peu homme à tout faire, qui s’occupe des vaches, des travaux des champs, de rentrer le fourrage.

Nous habitons à une trentaine de kilomètres d’une grande ville et dans le petit village où je suis, il n’y a pas beaucoup de garçons, je les connais tous depuis l’école et aucun ne m’intéresse.

En pension, j’avais des copines, toutes plus vieilles que moi, qui m’ont appris à flirter et me masturber, je suis depuis cette époque un peu portée sur l’amour entre femmes, mais un homme ne me fait pas peur.

Je suis toujours vierge à mon grand regret, l’homme qui me caressera pourra prendre mon pucelage.

Je me masturbe presque tous les soirs, mes seins deviennent très durs, quand je jouis ma chatte est trempée et mon jus coule sur mes jambes.


Dans la cuisine, j’ai pris un concombre de bonne taille pour me le mettre dans le sexe, mais je n’ai jamais dépassé l’entrée de ma grotte pour ne pas me dépuceler, j’aimerais que ce soit avec un homme.

Ma chambre est mitoyenne avec celle de mes parents et souvent, alors que je me caresse, j’entends maman qui jouit en faisant beaucoup de bruit, papa doit bien la baiser, j’aimerais être à sa place.

Quelquefois, je vais regarder par le trou de la serrure de leur chambre, mais je ne vois pas grand-chose, maman à califourchon sur le lit ferme les yeux quand elle jouit, je ne vois jamais papa en train de la baiser, je ne peux pas me retenir, ma main plonge dans ma petite culotte (quand j’en ai une) et caresse mon petit bouton, souvent je jouis en même temps que maman mais j’essaye de ne pas faire de bruit pour ne pas me faire repérer.

Ma mère, qui ne connait rien au métier de fermière, va plusieurs fois par semaine dans la grange alors qu’elle n’a rien à y faire, un jour je la suis pour comprendre.

Maman entre dans la grange, il n’y personne, elle s’installe sur une botte de paille, relève sa robe et commence à masturber sa chatte bien épilée, je fais bien attention qu’elle ne me repère pas.

Je regarde maman se masturber, je relève ma jupe pour en faire autant.


A peine la main dans ma culotte, que j’entends quelqu’un arriver, toujours sans me faire remarquer ma présence, je vois notre homme à tous faire, sans hésiter il se dirige vers maman l’embrasse sur la bouche, elle glisse sa main sur son pantalon, alors que lui a déjà la main sur la chatte épilée de ma mère qui avait remonté sa robe.

Ma mère, sans attendre, ouvre la braguette pour en extraire une belle bite bien raide, elle baise aussi avec lui.

Maman s’accroupit pour pouvoir prendre ce gros sexe dans sa bouche, puis avant même qu’il lui ait tout envoyé dans la bouche, retire le pieu de sa bouche, se retourne et se fait baiser en levrette sur une balle de paille.

De mon poste d’observation, je ne perds rien de la scène, ma main s’agite de plus en plus rapidement sur mon bouton, je jouis rapidement sans faire de bruit.

Je voudrais être à la place de maman pour en prendre une grosse entre mes jambes.

A chaque fois que je vois partir maman vers la grange (pratiquement tous les jours) je la suis sans me faire voir.


Ses petites après-midi coquines ne l’empêchent pas de se faire honorer par papa le soir, maman aime la queue et je tiens d’elle, hélas je n’y ai pas encore goûté.

Ce petit manège dure depuis près d’un mois. Un jour alors que je les mâtais avec la main entre mes jambes (je ne mets plus de culotte) quelqu’un derrière moi soulève ma robe pour me caresser mes fesses, il y a que deux hommes à la maison, alors cela ne peut être que mon père.

Je pousse un cri d’étonnement qui coupe maman et son compagnon dans leur baise, voyant que c’est moi, reprennent leur activité comme si rien ne c’était passé.

Papa se colle à moi, je sens sa respiration dans mon cou, ses mains sur mes fesses.

Papa ou un autre, cela ne me dérange pas, enfin je vais me faire caresser par un homme, je glisse ma main entre nos deux corps pour saisir en sentir une bite dans ma main, papa l’a déjà sorti de son pantalon je n’ai plus qu’a la branler, je l’ai vu faire par maman et dans les films que je regarde le soir.

Je n’en peu plus je vais jouir, le fait de sentir cette main caresser ma chatte et mon petit bouton, papa bande bien sa queue est très dure, j’écarte les jambes pour lui laisser la place pour bien me prendre, aujourd’hui, je vais prendre mon pucelage et certainement sucer ma première bite.


Papa voyant mon excitation me dit :


— Va te mettre à côté de ta mère à califourchon sur une botte de paille pour que je puisse bien te baiser, puis ce sera le tour de notre homme de ferme, qui te prendra pendant que je baiserais ta mère, ne t’inquiètes pas, elle sait que tu n’attends que cela.


Je rejoins maman et son copain, je m’accroupis sur une botte de paille, la robe retroussée en attendant la bite de papa dans ma fente.

Papa entre doucement pour ne pas me faire trop mal, malgré le fait que j’attends depuis longtemps ce moment la pénétration me fait un peu mal, papa bute un peu et arrête sa progression, maman lui dit :


— Force un peu, ça va lui faire mal, mais après ce sera merveilleux.


Papa enfonce sa bite au fond de ma chatte, mon pucelage est parti, ça m’a fait un peu mal mais je m’attendais à pire, papa fait quelques aller-retours en moi, je sens ma jouissance revenir comme quand je me masturbe.

Maman m’encourage en me caressant mes petits seins et me dit :


— Ils vont devenir beaucoup plus gros.


S’adressant à son mari, elle dit :


— Ne reste pas en elle, elle ne se protège pas.

— Trop tard, tu l’emmèneras demain chez le gynéco pour qu’elle prenne la pilule du lendemain et surtout qu’il lui prescrive la pilule, tu l’emmèneras aussi à l’institut de beauté pour la faire épiler, je n’aime pas les poils.


Je me doute que mon père va me prendre assez souvent, il se retire de mon sexe pour être remplacé par celui de l’amant de mère, il a joui dans ma mère mais cela ne le gêne pas pour m’envoyer le restant de sa semence.

Ma mère et moi nous avons bien joui quand nous rentrons à la maison pour prendre une bonne douche et diner.

Je quitte mes parents pour aller me coucher, surtout pour me masturber et baiser avec mon concombre, le prendre bien au fond de ma chatte maintenant que je suis dépucelée.

Je me couche toute nue et prépare le concombre pou l’avoir à portée de main et me l’enfiler le plus loin possible, il est trop long pour le prendre en entier.

Quelqu’un frappe à la porte de ma chambre, je me couvre vite avant de dire « entrez », dans ma précipitation j’oublie de cacher le concombre qui reste bien en vue.


Ma mère entre et dit en apercevant le concombre :


— Tu t’apprêtais à te faire du bien, nous allons le faire ensemble je suis venu pour cela.


Papa suis maman et entre-lui aussi dans ma chambre en disant :


— Tu as aimé cela cet après-midi et tu es encore en manque.


Pourtant nous n’avons pas tout fait.

Maman retire le drap et découvre ma nudité, sans préliminaire elle se saisit du concombre et le rentre le plus loin possible dans ma chatte qui était déjà toute mouillée, papa sort sa queue déjà elle aussi bien raide, maman a du la branler un peu avant de venir, la présente devant ma bouche.

Sans réfléchir, je la prends dans ma bouche et la suce comme si je l’avais toujours fait.

Papa dit à maman :


— Comme tu n’as pas pu entrer entièrement le concombre dans sa chatte, entre le reste dans la tienne.


C’est la première fois que je partage mon concombre avec une autre femme, je sens la chatte de ma mère sur mes poils.

Il ne nous faut pas beaucoup de temps pour jouir, seule maman n’a pas eu son compte, mais papa va arranger cela quand ils auront rejoint leur chambre.

Le lendemain, maman m’emmène à la ville pour aller à l’institut de beauté pour me faire épiler, papa aime bien sucer et embrasser un petit bouton mais n’aime pas les poils.

Une fois bien épilée, nous allons chez le docteur, nous n’avons pas rendez-vous, mais maman qui a l’air de bien connaître l’assistante du docteur (qui n’est autre que sa femme) nous fait attendre.

Le docteur nous reçoit après quelques minutes d’attente, maman lui explique la situation en lui précisant que j’ai perdu mon pucelage hier et par qui.


Le docteur me demande de me déshabiller pour m’examiner et m’assoir sur la chaise les pieds dans les étriers c’est-à-dire les jambes bien écartées, il commence à me palper les seins, mes tétons durcissent un peu, je n’ai pas l’habitude de ce genre d’examen. Il écarte bien mon sexe pour voir à l’intérieur et dit à ma mère :


— Elle vient de se faire dépuceler mais sa chatte est très large, elle a dû beaucoup se caresser avant et s’introduire de gros godes.

— Seulement un concombre de bonne taille depuis quelques mois, mon mari et moi l’entendons jouir souvent dans la chambre à côté.


Les cloisons sont si fines, que si je les entends jouir, ils m’entendent aussi j’aurai du y penser.

Le docteur s’accroupit pour voir mieux ma chatte, son visage est à la hauteur de mon sexe, je sens une caresse que je ne connais pas, le docteur ne pouvant résister à une belle chatte sans poil a mis sa langue sur mon petit bouton.

Maman le regarde faire, se lève, s’accroupit à son tour devant le docteur et sort sa belle bite pour la sucer.

Le docteur suce ma chatte et se fait sucer la bite par ma mère, la porte du cabinet de consultation s’ouvre, la femme du docteur entre et dit :


— Vous avez commencé sans moi.


Je comprends à présent les relations du docteur de sa femme et ma mère et les visites très rapprochées chez son gynéco.

Le docteur, tout en se faisant sucer par maman, me caresse mon petit trou qui ne m’a pas encore connu de bite et demande à maman si de ce côté-là, malgré le fait que je sois bien serré du cul contrairement à ma chatte, j’y ai déjà gouté, comme maman répond que non le docteur lui dit :


— Vous me le réservez, je veux lui casser son cul.


Maman prend ma place sur la chaise pour se faire ausculter, mais le docteur se relève et lui enfonce sa bite dans la chatte.

La femme du docteur, qui est restée avec moi, m’explique qu’elle paie toujours ses consultations de la même manière et que cela ne la dérange pas, bien au contraire, après la visite de ta mère il me prend et reste en moi.

De retour à la maison, maman me dit :


— Cet après-midi je vais dans la grange, veux-tu m’accompagner, ton père sera là lui aussi.


J’ai pris deux bites dans ma bouche et dans ma chatte sous le regard de maman, papa dit que je suis aussi salope que ma mère, je le prends comme un compliment.

Maman me demande de partager leur chambre et me dit :


— Il y aura une surprise.


Le soir je rejoins ma chambre pour me déshabiller et je rejoins mes ^parents dans leur chambre, il fait sombre elle est éclairée seulement par une lampe de chevet, maman a déjà la bite de papa dans la bouche et me fait signe pour que je vienne à côté d’elle pour la prendre aussi.

Papa a une autre envie, de me sucer la chatte bien épilée comme il les aime.

Maman s’occupe bien de ma poitrine, il ne me faut pas longtemps pour jouir et lâcher toute ma cyprine sur le visage de papa.

Maman c’est mise à califourchon sur le bord du lit, agenouillée par terre, le pense que papa va me prendre en levrette comme il l’a fait hier et aujourd’hui dans la grange, mais il prend d’abord maman, je suis à côté d’elle en attendant mon tour, mais je sens une langue, ce n’est pas celle de mon père il baise maman, un peu râpeuse mais elle me fait du bien sur mon petit bouton, je me retourne pour voir qui me suce si bien, c’est alors que j’aperçois notre chien.

Je veux arrêter, mais c’est un peu tard et maman me dit :


— Continue, c’est un meilleur suceur et baiseur que n’importe quel homme et puis c’est la surprise, quand tu nous regardes par la serrure nous nous en sommes aperçu et que je jouis, c’est lui qui me monte.


Papa aime regarder ses femmes se faire monter et pas seulement par d’autres hommes.

Le problème, si cela en est un, c’est que maintenant je ne peux plus me passer de queues humaines ou canines.

Diffuse en direct !
Regarder son live