Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 348 fois
  • 50 J'aime
  • 0 Commentaire

La vie et les aventures d'une professionnelle très particulière

Chapitre 4

Le repos de la guerrière

Lesbienne

Résumé : Après un contrat sur un elfe sombre à Chicago je prolonge mon séjour dans cette ville, attirée par une jolie rousse.



Quoi de mieux donc que de rester au Peninsula finalement ? Le service est top, la piscine fabuleuse et le restaurant Shangai Terrace propose une succulente cuisine asiatique. ( nota si le patron veut me proposer un séjour pour la pub merci d’avance) et surtout, ce qui est plus important c’est que même si par extraordinaire on recherchait une blonde, on n’imaginera pas qu’elle a pu se transformer en une brune si différente !

Ainsi je me détends sur un des transats tout en observant du coin de l’œil la jolie rousse en train de regarder les buildings du centre à travers les grandes vitres renforcées. Elle est en peignoir mais comme je l’ai vue dans l’eau je sais que le tissu éponge cache un corps splendide aux courbes que je trouve très harmonieuses. C’est par une pure coïncidence évidemment que j’ai choisi de m’asseoir sur le transat contigu au sien. Ceci me permet de noter que, lorsque qu’elle passe commande au serveur c’est avec un accent français tout à fait charmant. Comme elle bute sur un mot je vole à son secours puisque je parle aussi sa langue.

Et voilà comment on amorce une conversation !

Une demi-heure plus tard, j’ai appris que la jolie rouquine se prénomme Laura, est effectivement française et doit son séjour à un concours littéraire. Une heure plus tard je lui ai donnée plusieurs tuyaux à rajouter à son listing des choses à faire à Chicago et nous convenons d’aller prendre un verre en ville. Deux heures plus tard nous sirotons un cocktail dans un des typiques et nombreux bars irlandais de la ville. Comme c’est bientôt la St-Patrick , le pub est déjà orné de calicots , banderoles et autres guirlandes dans différents camaïeux de verts. Nous buvons quelques pintes et on parle de nos vies même si évidemment, et rançon de ma condition, je m’invente une vie en adaptant quelques histoires choisies de mon passé.

Je sens des ondes positives entre elle et moi et au fur et à mesure que la soirée ( et les bières) avance et elle se confie davantage, me racontant ses dernières vacances avec ses deux amies Céline et Cat si j’ai bien compris vu que j’ai déjà un certain degré d’alcool dans le sang.

Enfin, quand même pas assez pour ne pas avoir compris qu’elle partageait les mêmes orientations sexuelles que moi.

Après une pause pipi, quelques chansons à boire dans une ambiance de folie avec moult rires et même une partie de billard endiablée nous finissons par un dernier whisky irlandais hors d’âge

Une heure plus tard nous sommes dans ma chambre. Le seuil a peine franchi, nous nous jetons toutes les deux l’une sur l’autre, prises d’une véritable frénésie, d’une envie irrépressible de nous donner du plaisir. Et zut pour ceux qui pensaient que les femmes n’avaient aucune pulsion.

Laura est douce et sauvage a la fois, un véritable cocktail sensuel qui est terriblement excitant. Nous nous embrassons à perdre haleine, nos mains courent sur nos corps et je sens l’énergie là, juste au bord. Je bloque tout, je n’ai aucune envie de lui faire du mal, bien au contraire. Je la plaque contre le mur, passe ma cuisse entre ses jambes et elle se frotte dessus, attisant le feu entre entre nous. Encore un baiser sauvage et on stoppe un instant pour se contempler. Je me recule, fait tomber ma robe et dévoile la lingerie sexy que j’ai mise avant de sortir. Dentelle noire agrémentée de guipures rouges et de tulle transparent assorti à un délicat tanga remontant haut sur les côtés. Elle me regarde jouant les voyeuses un instant puis fait tomber elle aussi sa robe, dévoilant une lingerie vert clair qui fait merveille sur sa peau claire de rousse en suggérant plus qu’elle ne dévoile. Nous nous admirons, et, à son sourire, jumeau du mien, je comprends qu’elle me trouve aussi à son goût. Je dois dire que je me suis faite un corps sculptural qui est apte à éveiller l’envie de n’importe quel homme ou femme.

Celui de Laura est tout aussi splendide à mon goût, surtout quand elle dégrafe son soutien-gorge en me fixant dans les yeux, dévoilant une poitrine superbe, ferme, pâle aux tétons déjà érigés et durs. Je dévoile mes seins la laissant regarder tout son soul mes deux globes jumeaux et fermes aux tétons dans le même état que les siens.

Elle passe à l’étape suivante en faisant glisser sa petite culotte, dévoilant un long trait roux qui renforce encore la beauté de sa petite chatte si attirante.

A mon tour, je fais glisser mon tanga en me tortillant un peu dévoilant le triangle brun et moussu qui pointe vers mon intimité ; une intimité déjà bien chaude. De quelques mots je lance une compil slow parfaite pour ce que nous avons en tête et c’est en dansant langoureusement, nues l’une contre l’autre que nous arrivons au lit où nous nous laissons tomber comme au ralenti.

Ensuite je goûte son corps et elle me regarde faire, allongée sur le dos, la tête sur le coussin , les yeux pétillants. A cheval sur elle, je parcours ses courbes avec mes mains , savourant la chaleur et le grain de sa peau, frôlant ses seins puis les empoignant avec délicatesse avant de les peloter plus fortement, lui arrachant de petits soupirs d’extase qui sont comme une musique à mes oreilles. J’effleure ensuite le trait roux de son pubis qui conduit à ses jolies lèvres bien humides. Ensuite c’est mes lèvres, ma langue qui refont le même parcours sensuel.

Je la fais monter, monter puis c’est elle qui se redresse et vient me rendre la pareille. Ses mains sont chaudes et font monter la température de mon corps. Mais à mon parcours, elle rajoute une étape absolument délicieuse en dégustant mon miel d’une langue pointue et agile.

Au bout d’un instant je n’en puis plus et je l’attire pour partager mon goût avant de basculer dans un délicieux soixante-neuf.

Je déguste enfin son intimité et son goût de mangue et de framboise est encore plus enivrant que le whisky que nous avons bu toutes les deux. Il en va de même pour elle car je l’entends gémir et se tendre sur moi. Je sens son poids, le poids de son désir et j’adore cela.

Nos doigts viennent s’additionner à nos langues et son habilité à trouver les points auxquels ce corps réagit le mieux est presque diabolique. Ma langue sur son clitoris dardé, deux doigts qui font des allers et retours dans sa chattoune brûlante et une autre main qui caresse ses jolies fesses et le creux de son dos. Elle agit presque de la même façon sauf que pendant que deux doigts de sa main droite plongent en moi, les doigts de sa main gauche jouent sur les terminaisons nerveuses de la eau si délicate de l’intérieur de mes cuisses. Nous jouons à garder l’autre sur le fil du rasoir le plus longtemps possible, à faire couler le miel en abondance, à faire vibrer et se tordre de plaisir, à faire grimper l’extase, encore et encore avant de culminer en un orgasme qui nous laisse après un long cri presque sans voix de longues minutes.

Nous reposons ensuite ; allongées sur le dos, l’une près de l’autre , main dans la main partageant une aventure au coeur de Chicago.

Enfin je me lève, tout à fait consciente de son regard lourd sur mon corps nu et vais au mini-bar de la chambre. Je me baisse en amplifiant exprès mon mouvement, lui offrant un spectacle impudent sur mon fessier dévoilé.

Ensuite je reviens près d’elle tenant dans mon dos un accessoire que je ne dévoile qu’en arrivant devant elle. Quand elle voit la bouteille de champagne que j’exhibe, quand je lui dis d’une voix rauque : - J’ai très soif et j’ai envie de boire en toi

Elle sourit, empaume ses seins avec ses mains et m’offre sa somptueuse poitrine en me disant :

— Pour commencer tu pourrais boire dans cette coupe.

— Pour commencer oui, après ....

Diffuse en direct !
Regarder son live