Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 977 fois
  • 35 J'aime
  • 1 Commentaire

La vie et les aventures d'une professionnelle très particulière

Chapitre 6

Viva Las Vegas !

Avec plusieurs femmes

Résumé ; je finalise un contrat à Aspen puis je m’offre des congés à Las Vegas.



Si vous voulez directement passer à autre chose ********************


— Saloperie de Succube !


Je souris. Sans toutefois discourir ni même discuter avec la vieille vampire. J’ai vu tous les James Bond et je ne ferais pas la même erreur que ses adversaires en lui laissant le temps de se reprendre. Dieu sait d’ailleurs que si je laisse un peu de temps à cette engeance, elle reviendra et cette fois, plus d’effet de surprise. Aussi je m’empresse de sortir mon pieu en frêne et sans cesser de sourire, le lui plante en plein cœur. Elle a un dernier sursaut puis se flétrit quasi instantanément. Je laisse le pieu en place, attrape mon sac et en sors un couteau suffisamment aiguisé pour lui trancher la tête sans difficulté, surtout que je me sens forte comme jamais. Je fais de même avec Chet puis balance tout ce beau monde dans le foyer de la grande cheminée. Je reste un long moment à bien vérifier que tout se consume avant de faire une vérification des pièces de leur espèce de manoir.


La seule chose que je trouve est le cadavre de leur serviteur humain qui n’était maintenu en vie que par son lien avec elle.

Tout étant en ordre, je quitte les lieux (non sans avoir récupéré quelques liasses de dollars pour mes menus frais de transport) en empruntant ce qui me semble être la plus quelconque de leur voiture que j’abandonne sur un grand parking. Un changement d’apparence plus tard, une dame âgée prend le bus pour Denver. Encore plus tard, c’est une jolie cougar qui prend l’avion pour Las Vegas.


Si j’aime bien les musées et les monuments, j’aime aussi l’atmosphère de Las Vegas, ses multiples spectacles, ses couleurs nocturnes (la journée, c’est moins clinquant et surtout moins amusant), les jeux, les décors. Oui, cela fait un peu toc, mais c’est toujours amusant. Il y a du monde, des touristes, et la fête est continuelle. En plus quand je suis bourrée d’énergie, la chance me sourit toujours.


Un passage dans un premier casino pour avoir du liquide, quelques achats puis un passage dans un autre dont j’ai déjà apprécié le confort sous diverses identités au cours des années et je m’installe pour une semaine. J’ai aussi choisi l’hôtel, car il accueille un grand nombre de touristes et je trouve toujours de quoi m’amuser en toute discrétion. Hé, ce qui se passe à Vegas reste à Vegas, dit l’adage !


Dans la peau d’une trentenaire blonde aux cheveux courts, corpulence normale, taille normale, des yeux bruns avec de petites lunettes rondes, je suis presque l’archétype de la bonne copine un peu boute-en-train dans un groupe de filles. Mais évidemment, je n’accompagne personne. La malédiction d’une succube est d’être seule, désespérément seule. Comment faire autrement, d’ailleurs, nous changeons d’apparence régulièrement, il n’y a pas de signe particulier, de vibration mystique ou de lueur cachée qui nous permet de nous reconnaître entre nous et quant à une vie avec un humain, il faudrait toujours faire attention pour ne pas le vider de son énergie vitale, passer une vie sur le qui-vive sans jamais vraiment se livrer. Alors je navigue entre rencontres de hasard où je ne peux jamais me livrer à 100 % et contrats où je peux me laisser aller sans crainte. Bref quasiment le désert de l’Atacama pour ce qui est de ma vie sentimentale.


Ma mère m’a toujours dit qu’un jour, je le rencontrerais, mais cela fait déjà pas mal d’années que j’erre sur cette terre et depuis la mort de mes parents des mains d’un Autre, alors que j’étais toute jeune, je n’ai rencontré personne, et puis de toute façon, nous sommes si peu ! J’imagine pourtant avoir déjà croisé des Autres de mon espèce au fil du temps, même si évidemment, je ne peux le savoir !


Je fais donc la tournée de quelques spectacles tout en étant attentive à d’éventuelles rencontres. C’est ainsi que je croise un couple de Français, Axel et Aline, que je renseigne sur différents endroits et avec qui je sympathise. Vegas est une étape de leur grand voyage dans l’Ouest américain, ils ont l’intention de se refaire un mariage « comme dans les films « avec faux Elvis et tout et de profiter de tout ici. Quand ils me racontent cela, je comprends qu’ils sont très ouverts d’esprit et qu’une fiesta avec moi ou du moins mon apparence de petite Américaine typique leur plairait beaucoup.


Pour en rajouter, je me suis rapidement présenté comme Brenda Smooth venant d’une petite ville et recherchant du piquant à Vegas. Ils ont la trentaine comme mon apparence, ils sont beaux, visiblement sportifs, le visage avenant, les cheveux bruns... Elle est vive, très attirante, de jolis seins, toute bronzée, et je sens un couple qui a un passé et qui s’est trouvé. Nous discutons en regardant un show aquatique, ils me racontent un peu leurs vacances aux Canaries, des îles espagnoles que je ne connais pas et quelques aventures françaises où je ne suis plus allée depuis un bon moment. Nous nous baladons un peu sur le strip, ce long boulevard central avec sa fausse tour Eiffel, des canaux vénitiens, des éclairages partout et puis après un verre, puis deux, je les suis dans leur chambre.


*******************************


La porte fermée, nous nous regardons, souriants et complices, nous savons ce qui va se passer. Je joue un peu la fille timide, effarouchée prête à découvrir l’amour à la française et je sens que je vais adorer m’amuser avec eux.


Ils me prennent chacun par un bras et lentement, m’amènent près du lit king-size. Debout devant moi, ils me sourient puis s’embrassent langoureusement ; je gage que ce n’est pas la première fois qu’ils agissent ainsi, même si à vrai dire, je m’en fiche. Ils sont beaux, attirants et cela m’émeut.


Puis elle se tourne vers et me caresse doucement le visage pendant qu’il vient derrière moi, j’incline ma joue contre la paume de sa main, j’ai juste envie de me laisser câliner et si c’est leur envie, cela me va très bien...


Je le sens qui défait ma robe légère, dégage mes épaules et la fait tomber à mes pieds en un petit informe. Je suis en dessous devant eux, simples et de bon goût, un peu de dentelle, un peu de broderies.


Lui me masse délicatement les épaules et cela me détend très agréablement. Elle frôle mes lèvres d’un index léger, presque comme si son doigt était une plume. Puis elle se recule et fait tomber à son tour sa robe; nous dévoilant des dessous ocre très échancrés et très transparents fort agréables à contempler. Nous restons d’ailleurs une bonne minute à nous contempler l’un l’autre, les uns les autres plutôt, puisque je sens le souffle chaud de son époux dans mon cou.


Puis elle vient délicatement effleurer mes lèvres avec les siennes, comme un frémissement très doux. Nos bouches restent jointes juste à sentir la chaleur de notre désir. Elle recule à nouveau et enlève son soutien-gorge tout en me fixant dans les yeux. Comme un écho, Axel dégrafe le mien et en quasi synchronisation, les deux tombent.


Nos seins sont presque similaires en forme et en taille et nos yeux qui pétillent font comprendre que nous apprécions toutes deux la vue. Elle vient à nouveau poser sa bouche sur la mienne, mais cette fois, une petite langue mutine vient s’enfoncer entre mes lèvres et nous échangeons un doux baiser. Dans mon dos, je sens quelques mouvements, puis son homme vient se coller contre moi. Il a juste gardé son boxer, mais je sens une impressionnante érection contre mes fesses. J’adore leur façon d’agir, si en concordance, cela me changeait du duo de dents pointues d’Aspen.


Elle se recule encore une fois et fait glisser sa petite culotte à ses pieds, dévoilant un long rectangle de poils courts et bruns qui curieusement la fait paraître plus nue que si elle était imberbe. Je laisse faire son époux qui descend la mienne, dévoilant lentement mon triangle blond qui ne cache que peu le début de mes grandes lèvres où perle déjà une certaine humidité.


Elle me regarde, s’emplissant les yeux de ma blondeur pendant que j’admire son corps fin et musclé. Je sens dans mon dos qu’il a fait tomber son boxer et une barre de chair bien volumineuse vient se nicher contre mon sillon fessier pendant qu’on se roule une pelle.


Ensuite, ils me conduisent sur le lit où je suis allongée toute en douceur sans qu’elle ne cesse de m’embrasser. Comme ils m’ont un peu tournée, je suis sur le dos, elle en diagonale et de sa main droite, elle va m’ouvrir les jambes puis revient me caresser les seins.


Lui, parcourt de sa langue mon pied, ma cheville et remonte encore, traçant un sillon légèrement humide avec sa langue pour enfin arriver sur ma petite chatte où l’attend une humidité bien plus avancée.


Mes mains sont venues caresser ses seins à elle, dont les tétons sont bien tendus. Elle se laissait glisser un peu et aspire un téton dans sa bouche, le mordille même un peu, puis je la tire un peu et je lui rends la pareille. C’est très doux ; ils accélèrent à peine quand ils me sentent plus chaude, toujours dans mon rôle de femme découvrant le libertinage en trio. Parfois, Axel remonte et vient nous faire goûter mon jus dans un délicieux ballet de langue à trois.


Ces deux-là sont doués, cela faisait un moment que je n’avais plus eu de complices de ce niveau.

Au bout d’un long moment de préliminaires, elle glisse un oreiller sous mes fesses pour les surélever un peu et devant mon regard complice, saisit la grosse queue de son chéri, caresse ma chatte trempée avec son gland avant de le placer juste devant l’entrée de ma chaleur. Je le saisis


aux fesses et l’attire vers moi. Mmm il me pénètre tout doucement, centimètre par centimètre, sous les encouragements d’Aline. J’adore être leur complice. Quand je lance des encore, encore avec un petit accent local, il bouge plus vite et plus fort. Elle et moi continuons à échanger baisers et caresses, pelotage en règle des seins, petites griffures d’ongle sur les tétons. Il vient échanger des baisers avec sa femme quand je mordille ses pointes de seins et avec moi quand ma bouche est libre. Nos corps sont en harmonie et c’est très plaisant, même si je dois commencer un peu à faire attention de ne pas aspirer leurs énergies.


Elle l’encourage à me prendre et j’en rajoute aussi. Je suis bien remplie et je sens le plaisir qui monte encore et encore.

Je la saisis alors aux hanches et sous son regard lubrique et charmé, la place à califourchon sur mes seins avant de lui sourire de façon coquine. Elle comprend et vient avancer son bassin, posant sa chatte sur ma bouche. Je m’empresse de la déguster, appréciant sa saveur délicate d’abricot.


Je la lape délicatement puis plus fort, plus profondément, au rythme des pénétrations plus fortes de son mari. Celui-ci sait y faire et sous nos encouragements conjoints, se lâche et commence franchement à y aller. J’adore cela et viens aspirer ses lèvres dans ma bouche, puis passe à son clitoris délicat, tout sorti de son petit entourage de chair rose et que je suçote avec plaisir.


Mon sens de succube me prévient comme toujours de l’avancée de mon et de leur plaisir. Comme je suis encore pleine de l’énergie des deux buveurs de sang, comme une batterie en fait, je peux me lâcher un peu plus, car il n’y a pas de risque pour eux à part une grosse fatigue, rien qu’un bon gros dodo ne puisse soigner en tout cas.


J’entends les bruits un peu obscènes que fait sa queue quand il plonge dans ma chatte trempée, ce clapotis si excitant qui fait écho aux bruits que je produis avec ma bouche et ma langue. Je déguste sa cyprine avec plaisir tant j’adore sa saveur et son odeur, ce parfum entêtant de l’amour. Je lance mon bassin en avant, à la rencontre des coups de boutoir d’Axel et je les sens vibrer. Je les entends aussi, elle qui gémit et qui lâche des « oh putain, comme elle me lèche bien, je vais prendre un pied putaiin « et lui qui répète et répète encore « oh, c’est bon mes chéries, oh c’est bon mes chéries ».


Je monte mes mains, saisis ses tétons et les tiraille comme je sens qu’elle aime et quand elle crie ‘ "oh je pars !" je sens son mari qui se lâche en moi, ses jets puissants qui me font partir à mon tour.


Nous nous rejoignons dans l’orgasme, un premier orgasme qui je le sais n’est que le prélude à une longue, une très longue nuit...

Diffuse en direct !
Regarder son live