Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 20 633 fois
  • 118 J'aime
  • 9 Commentaires

Ma vie d'objet sexuel

Chapitre 1

Gay

Bonsoir à tous,


Je me nomme Marc, j’ai 47 ans, divorcé et très heureux dans ma vie de tous les jours. Je réalise pourtant que ma vie sexuelle n’est pas à la hauteur de mes attentes, ou plutôt, ne l’est plus. Je suis toujours attiré par les femmes, mais comme je le dis plus avant, je sais au fond de moi que je veux aller plus loin, je veux explorer mon moi profond, me connaître davantage encore. Je commence alors à regarder des films pornos mettant en scène des dominatrices qui utilisent des godes ceinture, et pour ne rien cacher, cela est plus plaisant que je ne le pensais au départ. Ce qui est pourtant surprenant, ce n’est pas de m’imaginer à la place de ces hommes, mais de me demander si un autre homme peut susciter le même effet que lors de mes visionnages coquins.


Il ne me faut que peu de temps pour réaliser et comprendre (pourquoi se mentir à soi-même...) que plus qu’une lubie, j’ai ce désir, sans honte, sans gêne. Alors je me penche sur des films gay de fait. Mais au vu de mon âge, je ne peux concevoir de tenter une première expérience avec un jeunot, leur fougue et leur empressement ne sont clairement pas dans mes prérogatives. Au gré de mes navigations sur le Net et des sites plus spécialisés, je tombe sur des hommes mûrs, très mûrs même, et qui utilisent des plus jeunes pour assouvir leurs pulsions. Je me surprends à avoir une érection intense, et pour être parfaitement honnête, me masturbe très vite en regardant ces hommes dans la quarantaine se faire prendre encore et encore. Très vite, je deviens addict à ce genre de vidéo, mais il me manque encore une chose importante, franchir le cap et passer au réel.


En quelques minutes, je suis inscrit sur un site de rencontres gay, et après avoir sélectionné les "options" définissant mes choix et mes désirs, m’être présenté brièvement, mis une simple photo de moi nu, je valide tout cela. Quelle surprise d’ailleurs que de voir tant d’hommes rechercher des expériences du même type.


Le premier jour, il ne se passe rien, sauf des petits jeunes ne sachant probablement ni lire, ni même comprendre mes attentes. Mais dès le lendemain, un homme de 68 ans me contacte. Henri de son prénom, se montre très cordial, très poli, et fait d’abord connaissance avec moi. Et puis, ne souhaitant plus attendre, je viens moi-même à lui demander s’il est prêt à m’offrir une première expérience, tout en lui précisant que je peux très bien me dégonfler au passage à l’acte proprement dit. Nous concluons donc de nous retrouver chez moi le week-end suivant, histoire de faire connaissance. Même si trois jours nous séparent du samedi en question, nous continuons d’échanger, mais sans photos, sans vulgarité, et cela me met clairement plus à l’aise.


A quinze heures, il frappe à ma porte et pour tout dire, il est en parfait accord avec la personne dont les mots m’ont marqué. Ce n’est pas un dominant, pas un vicieux ni un pervers, juste un homme âgé tel que je le conçois. La discussion dévie rapidement sur mes attentes, je suis sans doute plus impatient que réservé, c’est clair. Henri s’adosse alors pleinement dans le canapé, croise bras et jambes et me dit sans une once d’autorité, juste d’une voix calme de me déshabiller. Ne m’étant jamais mis nu devant un homme, cela doit être un premier pas. Henri me met à l’aise en argumentant que si cela est difficile, il comprend, et que je dois avant tout me sentir en accord avec l’idée pour que tout se passe bien. Il se montre d’une élégance sans pareille dans ses propos, et mourant d’envie de le satisfaire, je me déshabille.


Henri reste stoïque, mais ne perd aucune miette. Je reste debout un peu stupidement, penaud, ne sachant plus quoi faire à cet instant. Si la nudité n’est pas un souci, je ne peux décider de la suite. Henri se lève, s’approche de moi et met sa main près de mes fesses avant de me demander la permission de les toucher, ce que à quoi j’acquiesce timidement. Il me conseille alors de fermer les yeux, argumentant que cela est un moyen pour me relaxer. Je fais comme il me le dit, et les mains d’un homme touchent pour la première fois mes fesses. La sensation est étrange, un peu honteuse d’une part, mais terriblement excitante de l’autre. Henri passe d’une fesse à l’autre de façon très douce, remontant parfois sur mes reins pour mieux redescendre. Ses doigts passent, non, effleurent doucement la raie de mes fesses, sans jamais en forcer le passage. Il me demande alors toujours aussi doucement s’il peut toucher autre chose.


Je réponds machinalement par l’affirmative, plus excité de la suite qu’inquiet.


Il plaque alors sa main sur mes fesses en posant simplement son majeur sur ma raie, et son autre main sur mon sexe. J’ai un petit sursaut, je dois l’avouer, et Henri retire aussitôt ses mains, mais reste silencieux. "Excusez ma réaction, c’est la première fois, mais j’aimerais que vous continuiez s’il vous plaît." Replaçant alors ses mains, il me caresse la raie de son majeur, et soupèse maintenant mes bourses, jouant avec mes deux orphelines délicatement, les faisant rouler entre ses doigts experts. Il saisit ensuite mon sexe et me décalotte, sans doute pour regarder mon gland. Puis il entame quelques mouvements de va-et-vient qui, malgré le côté vraiment spécial de cette situation, me donnent un début d’érection.


Henri s’arrête là, retire ses mains et se rassied sur le canapé. J’ouvre les yeux, et il me dit alors de me rasseoir à mon tour. Je pense un instant ne pas avoir été à la hauteur de ses attentes, mais il me rassure aussitôt en précisant juste que pour un premier cap de franchit, cela est suffisant. Il accepte ensuite le fait de me revoir afin de poursuivre les choses et me déflorer, certain que je vais prendre autant de plaisir qu’à lui en donner.


Il me demande toutefois, pour éclaircir certaines zones d’ombres de mes possibilités, ce que je suis prêt à faire avec un homme, prétextant à juste titre que la sodomie seule ne peut suffire. Je réponds en toute simplicité que la fellation sera bien entendu une chose faite sans soucis le moment venu. Henri va plus loin et me détaille ce qu’il attend clairement de moi si les choses doivent aller plus loin entre nous. J’entends alors les mots « pute de luxe », « homme objet », puis il rajoute le fist, avaler, insémination… En clair, il m’explique que je dois devenir sa chose sexuelle, disponible pour lui comme ses « amis » de jeu.


Je ne sais quoi lui répondre sur l’instant, ne pouvant pas prendre une telle décision sans risques de le décevoir. Cet homme qui m’a déjà mis un peu en confiance continue de me rassurer, et me demande juste de lui transmettre par message mon ressenti sur tout cela, sur ce premier contact, sur la possibilité de devenir ce qu’il veut, sur mes limites. Tout en se levant, il termine en me disant qu’il reviendra la semaine suivante et que nous pourrons ainsi passer à l’étape suivante.


Diffuse en direct !
Regarder son live