Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 15 202 fois
  • 150 J'aime
  • 9 Commentaires

De vierge à soumise : l'année de mes dix-huit ans

Chapitre 9

Fièvre de février

Hétéro

Chapitre neuf : Fièvre de février



Ce sont les derniers mots que j’ai échangé avec Roman. Plus aucune nouvelle depuis un mois et je dois l’avouer, c’est très dur.

Il me manque. Nos conversations, nos parties de jeux vidéos, notre complicité me manquent. J’essaie de faire bonne figure devant les autres, mais en fait, je vais mal. Je n’arrive pas à quitter Léo et mon frère continue de passer ses nuits dans mon lit. Aucune de ces situations ne me convient. Le sexe est intense avec Arthur, mais cela ne suffit toujours pas. Je me sens vide, incomplète.

Seules Astrid et Aïssata réussissent encore à me remonter le moral. Avec elles, je ne pense plus à rien. Les cours sont d’un ennui… Heureusement que ces deux filles sont là pour égayer un peu la triste enceinte.

Alors que nous sommes en plein cours d’informatique de gestion, Aïssata nous parle de ses projets pour la soirée :


— Il faut absolument que vous veniez avec moi ce soir les filles. Je ne veux pas me pointer là-bas toute seule.

— Encore une fête ? s’étonne Astrid.

— Oui, mais cette fois c’est avec un autre genre de gens.

— Laisse-moi deviner, des dealers et des drogués ?

— Mais non... Enfin pas tous. Ils sont plus âgés que nous mais ils savent s’amuser. Allez les filles , s’il vous plaît !

— Mais pourquoi tu veux nous emmener là-bas ? la questionné-je

— Il y a un mec qui me plaît et c’est ma seule chance de tenter mon coup. Je vous en prie… fait-elle en battant exagérément des cils.

— Bon, ok, mais à une condition : pas de coco ce soir.

— Aïe t’es dure… Les joints c’est bon au moins ?

— Ouais, mais il est hors de question qu’on ramasse ton vomi ou quoique ce soit d’autre ce soir. Tu restes en état. C’est OK pour toi Astrid ?

— Non, désolée les filles, ce soir ce n’est pas possible. Une autre fois.

— Mais on est vendredi soir ! Qu’est-ce que tu as de mieux à faire un vendredi soir ? s’étonne Aïssata.

— Je suis occupée, c’est tout, dit-elle en plongeant le nez dans son écran.

— Bon, ben on sera que toutes les deux… lâcheuse ! rit Aïssata


Cette soirée va peut-être me changer les idées. Léo est un peu déçu de ne pas me voir ce soir, mais je lui promets de venir chez lui le lendemain. Après les cours, je rentre chez moi et prends une bonne douche pour me préparer pour la soirée. L’eau qui dégouline sur ma peau semble comme laver mes tourments et je me sens brièvement apaisée.

C’est alors que je sens un corps venir se coller contre moi , deux mains venant englober mes seins .

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


— Arthur ! Si Maman arrive…

— J’ai fermé la porte. Tu m’as trop manqué, j’ai envie de toi.

— Je n’ai pas le temps pour ça. ..

— Allez, tu en meurs d’envie. Ta petite chatte m’appelle…

— Arthur…

Il frotte son sexe sur mes fesses, se masturbant dans mon sillon et son contact me déclenche des frissons. Mon traître de corps se laisse complètement aller et mes cuisses s’écartent d’elle-même pour l’accueillir. Stupides pulsions !

Je l’entends enfiler une capote et le sens revenir s’immiscer dans mes replis trempés. Sa verge gonflée est aux portes de mon antre et quand enfin, il entre en moi, je sens comme une barre de fer qui s’insinue dans ma chair. Il est presque brutal, ses à-coups sont implacables et alors qu’il me pénètre de plus en plus vite, je ne peux m’empêcher de pousser des gémissements. Impossible de ne pas chavirer, sa fougue me transporte loin de tout. Le sexe avec lui est animal, primal.

Sa main vient me bâillonner pour faire taire mes gémissements, qui s’amplifient à mesure que ses coups de rein deviennent plus intenses. Il me plaque contre le mur et la fraîcheur du carrelage sur mes seins décuple mes sens. Je sens l’orgasme arriver alors qu’il continue de s’enfoncer en moi. Son rythme est bestial, trop intense pour que je puisse résister et enfin, la jouissance me submerge, envoyant valser tout ce qui nous entoure.

Lui, n’a pas terminé. Il sort de son fourreau et appose son gland sur mon anus. Je me raidis et m’affole. Tous mes muscles se contractent pour l’empêcher d’entrer.


— Non! Pas ça s’il te plaît. ..

— Tu es sûre ? C’est très bon tu sais, quand on sait bien s’y prendre.

— Non, je ne veux pas.

— C’est dommage, tu ne sais pas ce que tu rates. Allez, viens me finir avec ta bouche.


J’obéis et m’agenouille à ses pieds, enlevant la capote avant de le prendre entre mes lèvres. Il prend vite les commandes et investit ma bouche comme il adore le faire. Bientôt, me voilà la tête collée au mur, ses mains me bloquant contre sa toison pubienne pendant qu’il donne les coups de reins qui le font chavirer. Dans un grondement, il se répand dans ma gorge. Je m’étouffe, tousse, mais reste immobile jusqu’à sentir la dernière giclée de semence couler dans ma gorge.


— Merci… c’était divin comme d’habitude.

— Dépêche-toi de sortir sans que maman ne te voie.

— Tu sors ce soir ?

— Oui avec Aïssa. Entre filles, mentis-je pour ne pas qu’il lui vienne l’idée de m’accompagner.

— Si tu as le moindre souci, appelle-moi . Je viendrais te chercher.

— Merci, ça devrait aller.

— Amuses-toi bien alors…


    ***************************************************************************


Alors qu’Aïssata et moi arrivons à la fameuse fête, je me demande pour la vingtième fois ce que je fous là. Le quartier des Mesnils n’est pas réputé pour son calme et la sérénité de ses habitants, et c’est justement dans l’une de ces petites maisons mitoyennes que la soirée se déroule. Des accords entraînants de guitare se font entendre à travers les murs, c’est bien la seule chose qui me rassure un peu. Au moins il y a de la bonne musique. Il faut quand même qu’elle me tire par le bras pour que nous entrions enfin dans cette fichue maison remplie de jeunes tous plus bourrés les uns que les autres.



Durant toute la soirée, je colle littéralement mon amie. Elle m’a présenté à Nicolas, le fameux mec qu’elle convoite, qui se trouve être quelqu’un de drôle et sympathique, mais carrément dragueur. Malgré sa main agrippée à la fesse d’Aïssata, ce dernier ne cesse de reluquer mon décolleté. La robe que je porte est loin d’être vulgaire, pourtant je ne peux m’empêcher de me sentir indécente. Nicolas me déshabille tellement du regard, sous les yeux d’une Aïssata qui semble s’en moquer, que pour la première fois de la soirée, j’ai besoin de m’ isoler un peu.


Je me perds un peu parmi la foule, cherchant un coin tranquille dans cette si petite maison. Même la cuisine est occupée. Quatre types y font un concours de cap’s pendant qu’un couple se roule une pelle monumentale derrière eux. Je vois une porte et m’y engouffre, espérant tomber dans le garage. Et là, mon cœur s’arrête.


Une boule vient se domicilier dans ma gorge tandis qu’un poids s’abat sur mon estomac. Je n’ai pas envie d’en voir plus, ni même d’en entendre davantage mais je suis paralysée devant cette scène qui me glace d’effroi.


Une femme est allongée sur le capot d’une voiture, à plat ventre, les bras noués dans son dos par une chaîne, son visage dissimulé par un bandeau noir de fortune et par sa longue crinière brune. Derrière elle, Roman se tient, arrimé à ses hanches et lui donne de vigoureux coups de reins. Je suis subjuguée par la force de ses mouvements et la beauté de ses muscles qui se crispent sous l’effort. Il semble y mettre toute sa rage et la pauvre fille pousse des cris plaintifs, partiellement étouffés par le bâillon qui semble être un chiffon sale. Pendant une seconde, je m’imagine à la place de cette fille, ce qui suffit à déclencher une terrible vague de chaleur partant de mon entrejambe.

Jalousie et Envie viennent s’affronter dans ma tête et je reste là, à les regarder pendant quelques secondes. Soudain, Roman lève les yeux et son regard rencontre enfin le mien. Une lueur de stupeur s’allume dans ses yeux, mais elle est bien vite remplacée par autre chose.

Du désir. Je le sens. Pourtant, il continue son martelage, y allant encore plus fort, sans jamais me lâcher des yeux. Entre mes cuisses, c’est l’inondation, surtout lorsque je le vois basculer vers l’orgasme en poussant un grondement rauque. Il ferme les yeux, rompant le lien qui me tenait encore prisonnière de ces lieux. Enfin je reprends le contrôle de mes jambes et sort de la maison aussi vite que je peux.


Mais qu’est-ce que j’ai fait ? Mon cœur va exploser dans ma poitrine. Il martèle tellement fort, que je suis contrainte de m’asseoir contre un arbre au fond du jardin pour reprendre mes esprits. Ça doit bien faire une bonne demi-heure que je suis assise dans l’herbe humide, camouflée par l’obscurité quand enfin, j’entends des bruits de pas qui s’approchent.


— Roman ?

— Putain Clem je t’ai cherché partout ! dit-il d’un ton furieux en avançant vers moi.

— Laisses-moi tranquille ! l’invectivé-je

— Clémence, je suis désolé. T’aurais jamais dû voir ça. Tu dois me prendre pour un monstre.

— Je ne veux pas en parler, fais-je en détournant les yeux. Tu fais ce que tu veux, ça ne me regarde pas. Je veux juste rester un peu seule maintenant.

— Clem s’il te plaît, ne te referme pas comme ça. Parle-moi.

— Je te parle là et je te demande de me laisser .


Il me contemple l’air désolé mais ses mots sonnent amèrement à mes oreilles. La colère et la jalousie sont encore bien trop présentes pour que je puisse lui parler, lui dire tout ce que j’ai sur le cœur. La température chute un peu. Au loin on entend un grondement, signe que l’orage approche. Je suis fatiguée et j’ai besoin de rentrer. Mais je reste là, immobile, les nerfs à vif jusqu’à ce qu’il abdique enfin.


— Je ne peux pas te laisser comme ça.

— Tu as fait ton choix Roman. Nous ne sommes plus amis.

Au-dessus de nous le tonnerre éclate à nouveau et cette fois, il est bien plus proche que la dernière fois. Un grand fracas retentit dans le ciel de plomb quand les trombes d’eau se mettent à couler. Bien vite, la pluie déferle sur nous. Roman saisit ma main pour m’aider à me relever et m’encercle de ses bras, mon dos contre l’arbre, tandis qu’un éclair zèbre à nouveau l’horizon.

Je suis trempée. Lui aussi. Il est juste à quelques centimètres de moi et j’essaie de me concentrer sur la goutte qui perle au-dessus de sa mâchoire pour refluer les souvenirs trop récents et trop douloureux. Lui, ne cesse de me dévisager, aussi troublé que moi par cette proximité.


— J’aurais dû te dire de dégager quand je t’ai vu, dit-il simplement.

— Arrête. N’en parlons plus je t’ai dis.

— Si on doit parler. J’ai besoin de savoir ce que tu penses de moi. Tu es ma meilleure amie Clem. Quoique tu en penses.

— Tu veux parler ? Alors explique-moi ce qui te pousse à aider un type qui a gâché sa vie et qui est en train de gâcher aussi celle de son fils ?

— C’est absolument pas le sujet, ne détourne pas la conversation ! se rembrunit-il

— Bien sûr, comme par hasard, là tu ne veux plus parler.

— Putain Clémence ! T’es une vraie tête de mule. Tu me tues…

— Et tu vas faire quoi ? Me coller une droite ? M’enchaîner peut-être? Le provoqué-je impunément


Un éclair de fureur brille dans ses yeux alors qu’il franchit le dernier espace qui nous sépare encore. Son corps vient se heurter au mien, plaquant mon dos avec violence contre l’écorce rugueuse. Le choc me coupe le souffle une seconde, si bien que je ne réalise pas immédiatement ce qui se produit. Sa bouche s’écrase sur la mienne et ce n’est que lorsque je sens la pointe de sa langue entre mes lèvres que je me réveille enfin. Je noue mes bras autour de son cou pour le rapprocher encore plus et entrouvre les lèvres pour aller à la rencontre de sa langue. Emportée par cette pure passion, je me laisse couler contre lui, savourant la douceur de ses lèvres et la rudesse de son baiser. Il me mord la lèvre, l’embrasse à nouveau, m’incrustant contre cet arbre, seul témoin de notre fougueuse étreinte.

Je sens entre mes cuisses la dureté de son désir et je n’ai qu’une envie, c’est qu’il me prenne ici-même, tout de suite, sans perdre de temps. C’est comme si chaque baiser était le dernier, je ne saurais l’expliquer. Je l’emprisonne entre mes bras pour ne pas qu’il fuit, tandis que sa main vient caresser mon cou et monte jusqu’à ma chevelure. Ses doigts se perdent dans ma crinière et soudain, il l’empoigne et la tire brutalement, écrasant son bassin contre le mien avec force. Tout mon corps est en transe, je suis fébrile. Ses baisers me rendent dingue et la douleur qui vrille mon cuir chevelu ne fait que la décupler.

Pourtant, brusquement, il me relâche et recule de quelques pas.


— Putain… Merde ! hurle-t-il dans le bruit assourdissant de l’orage qui gronde encore au-dessus de nous.

— Roman…

— Je suis désolé Clémence. On ne peut pas faire ça. Je suis allé trop loin… On est amis, je ne veux pas gâcher ça.


Son rejet fait si mal que j’ai l’impression de me pétrifier sur place. Je ne vois plus rien et n’entends qu’un vrombissement qui s’amplifie. C’est ça qui se passe quand un cœur se brise ? Après avoir expérimenté la douce euphorie des premiers instants, la dure réalité vient s’abattre sur moi. Il ne m’aime pas. Pas comme je l’aime en tout cas. Car oui, je l’aime. Je m’en rend compte maintenant, alors que ma bouche brûle encore de ses tendres morsures. Alors que mon cœur, qui n’avait jamais battu aussi vite, s’est pris le mur de son indifférence en pleine face, pour venir y finir sa course. Jamais je n’ai eu aussi mal. Je ne peux retenir mes larmes, qui se mélangent vite aux gouttes de pluies dégringolant sur mon visage meurtri.


L’averse se calme enfin et j’essaie de reprendre une contenance tant bien que mal.


— Je vais rejoindre Aïssata, dis-je de la voix la plus sèche possible.

— Ok, Crache-t-il après une seconde d’hésitation.


Mon corps brûle de frustration, une voix hurle dans ma tête et mon cœur ne semble pas vouloir s’en remettre. Mon esprit quant à lui, a sombré dans une tristesse si profonde qu’il a laissé la colère prendre les rênes. Je ne peux retenir cette ultime réplique cinglante :


— Tu devrais te dépêcher d’aller retrouver ta poupée. J’espère que tu l’as au moins libérée avant de partir.

— Et ça te choquerait si je te disais le contraire ? répond-il du tac-o-tac


Je suis soufflée en imaginant une seconde qu’il dit vrai. Il profite de mon hébétude pour disparaître à l’intérieur. Je rejoins la bâtisse, encore sonnée par toutes ces émotions et empoigne une canette de bière avant de la descendre d’un coup sec. L’alcool, il n’y a rien de mieux pour oublier…

J’enchaîne bouteille sur bouteille, accompagnée par un mec avec des dreadlocks et une blonde complètement ivre qui ne cesse de rire pour rien. Et dire que j’avais prévu de ne rien boire … Me voilà maintenant complètement saoule. Bravo…

Je me relève et titube en quête de mon amie, sans doute en train de s’éclater dans un coin. Au bout de ce qui me semble être une éternité, j’entends son rire et le suis, guidée par ses notes cristallines. Je la trouve enfin, agenouillée aux pieds d’un Nicolas avachi sur un fauteuil de bureau, le jean en bas des jambes.

Elle ne me remarque pas ma présence, mais moi, je comprends immédiatement ce qu’elle est en train de faire. Sa tête s’active entre les cuisses de l’homme qui savoure ce délicieux traitement, tout en vidant sa bouteille de bière. J’ai honte mais la voir sucer ce type m’excite et je ne peux pas décrocher mes yeux de la scène.

Le visage de Roman s’impose à mes yeux et mon esprit arrange lui-même les images qu’il perçoit. Plus d’Aïssata, c’est moi qui me tient maintenant accroupie entre des cuisses fermes et musclées. C’est ma main qui entoure la vigoureuse verge dont le propriétaire grogne de satisfaction. Ce sont mes lèvres qui s’enroulent autour de ce vit gorgé de sang, qui l’enserrent et l’aspirent pour en extraire tout son nectar. Mon désir le plus fou, le faire mourir de plaisir, m’offrir à lui. Lui, mon meilleur ami.


Je navigue entre fantasme et réalité, perdue dans un monde onirique et pourtant, je suis toujours immobile devant la scène, une voyeuse dans la brume.

Mon amie semble prendre un réel plaisir à ce qu’elle fait, glissant sa main sous sa robe pour se faire du bien. Nicolas, quant à lui, ferme les yeux en grondant, tandis que la jouissance s’empare de lui. J’observe Aissata avaler la semence chaude qui déborde de ses lèvres avec une pointe de jalousie. Comme j’aimerais aussi me repaître de ce liquide…

Encore sur mon petit nuage, je ne réagis pas assez rapidement et Aïssa détecte ma présence avant que je n’aie eu le temps de sortir de la pièce. Son sourire mutin rassure mon pauvre coeur qui s’est emballé encore une fois un peu trop. Je n’ai rien besoin de dire, cette dernière comprend tout de suite que quelque chose ne va pas et s’excuse auprès de son amant d’un soir.


— Clémence, petite coquine ! Je crois que tu as un peu trop bu. On va rentrer, c’est mieux je pense, dit-elle en me prenant par le bras.

— Nan ça va… On peut rester.


Le ton de ma voix n’a pas l’air de la convaincre, si bien que je suis vite entraînée, que dis-je ? Traînée de force à ma voiture. Bon tant pis. Elle a raison et de toute façon, je n’ai pas le choix. Finalement c’est peut-être même une bonne chose. J’ai très envie de sexe depuis que ce salop de Roman a failli me baiser contre cet arbre. Trop. Rien que d’y penser, ça me file des frissons. Si seulement il ne s’était pas arrêté…

Je dois rentrer assouvir ce besoin pressant et je suis sûre qu’Arthur sera ravi de m’aider…

C’est dans ses draps que je m’endors enfin, dans ses bras que je comble ma faim.

Diffuse en direct !
Regarder son live