Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 761 fois
  • 124 J'aime
  • 16 Commentaires

De vierge à soumise : l'année de mes dix-huit ans

Chapitre 12

Un début et deux fins

Hétéro

Ce mardi matin, rien ne peut venir troubler ma bonne humeur, pas même les regards emplis de reproches de mon frère dès le petit déjeuner. Je flotte encore sur mon petit nuage, rêvant de la fin de journée où je pourrais enfin retrouver Roman. Depuis que je l’ai quitté, il me manque à un point... Ça n’a jamais été aussi fort, ce besoin de le sentir, de l’entendre, ou même le voir. J’ai hâte d’être à ce soir ! D’ailleurs, j’ai tout prévu : de la jupe aux sous-vêtements assortis. Après une razzia dans la commode de ma mère, j’ai même trouvé des bas et porte-jarretelles. J’espère bien le faire craquer vêtue comme ça.


Ce n’est qu’une fois dans la cour du lycée que je déchante en apercevant Léo s’approcher tout souriant. Astrid voit mon visage se décomposer et je pense qu’elle comprend immédiatement ce qu’il va se passer.

Léo s’avance pour m’embrasser mais je l’en empêche, l’arrêtant d’une main.


— Qu’est-ce qu’il se passe ? m’interroge-t-il en fronçant les sourcils.

— Il faut qu’on parle Léo. Viens, on va ailleurs.

— Les cours vont commencer, tu peux me parler ici, s’impatiente-t-il

— Très bien comme tu veux. Entre nous c’est plus possible, ça ne fonctionne pas je suis désolée.

— Attends, tu es en train de me quitter là ? Mais qu’est-ce que j’ai fait ?

— Rien, rien du tout. C’est juste que ça ne colle pas c’est tout.

— C’est à cause de Chloé c’est ça ? Depuis le début tu es jalouse d’elle.

— Et j’avais pas de raisons d’y être peut-être ? m’emporté-je.

— Comment ça ?

— Et le médaillon que j’ai trouvé dans TA chambre avec ses initiales le soir du nouvel an ? Il est venu tout seul ?

— Quoi ? De quoi tu parles ? Quel médaillon ?

— Écoute, laisse tomber. Je ne vois pas du tout ce que je foutais avec toi de toute façon. Ça sonne, viens Astrid, on va en cours.


Je le laisse sur place, fulminant contre lui, Astrid sur mes talons. Quel lâche ! Je ne lui en voulais pas à la base, mais le voir nier ainsi m’a mise hors de moi. Ma pauvre amie n’ose pas dire un mot et ce n’est qu’une fois arrivée la pause qu’elle tente une approche.


— Tu veux m’en parler ?

— Il n’y a pas grand chose à dire… Je ne pouvais pas rester avec lui plus longtemps.

— Qu’est-ce qu’il s’est passé pour que tu changes si soudainement d’avis ? C’est à cause de Chloé ?

— Non, même pas. Je n’étais pas bien avec lui. En plus au lit… bof quoi.

— Qui est bof au lit ? nous questionne Aïssata d’une voix si forte qu’elle attire l’attention des élèves autour de nous.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Léo, lui répond Astrid du tac-o-tac. Clémence vient de rompre.

— Nan c’est pas vrai ! C’est à cause du message d’hier que je t’ai envoyé ?

— Non. Enfin pas vraiment. Mais sois plus discrète s’il te plaît, tout le monde nous entend.

— Ok ok… Alors comme ça, il est nul au pieu ?

— On peut arrêter de parler de ça s’il vous plaît, les supplié-je. Léo et moi c’est fini, Basta on en parle plus !

— Tu rigoles, c’est l’info du jour. Et comment il a réagi ? demande-t-elle à Astrid directement

— Assez mal, il est en colère et croit que c’est parce qu’elle est jalouse de Chloé.


Je ne les écoute plus. Leurs bavardages m’ennuient, tout comme ces fichus cours. Les heures s’égrènent si doucement que c’en est infernal. Je reste plongée dans mon monde toute la journée, m’isolant de tous ces soucis dont je me contrefiche. Ce n’est qu’une fois que retentit l’ultime sonnerie que je reprends enfin mes esprits et me rue hors de la salle à toute vitesse.


Dans les escaliers exigus, je sens une main me retenir l’épaule et me trouve face à un Léo mécontent.


— T’es vraiment qu’une salope ! D’où t’as été dire à tout le monde que j’étais un mauvais coup ? Enrage-t-il en me toisant de toute sa hauteur.

— De quoi tu parles ? Je n’ai jamais dit ça.

Une foule d’élèves commence à s’agglutiner dans l’escalier dont nous bouchons temporairement l’accès. Astrid et Aïssata s’approchent pour venir m’aider mais Léo ne semble pas décidé à bouger.


— Tu plaisantes j’espère ? Tout le lycée ne parle que de ça. Quelqu’un t’a entendu en parler à la pause.

— J’ai jamais dit un truc pareil, ce ne sont que des ragots.

— Des ragots ? Et ma réputation alors ? clame-t-il d’une voix tonitruante. T’en as rien à foutre toi de toute façon. Tu t’en fous d’avoir une réputation de fille tellement nulle au lit que son mec est obligé d’aller voir ailleurs ? Pas plus tard qu’hier si tu veux tout savoir, avec la belle Chloé. Elle, elle sait y faire avec les mecs.

— Espèce de pauvre type, craché-je avec mépris avant de me dégager de son étreinte.


Sur ces derniers mots, il libère enfin l’accès et descend les marches quatre à quatre, disparaissant de mon champ de vision. Aïssata me prend par le bras mais Astrid quant à elle, semble étrangement affectée. Elle ne nous attend pas, bizarre… Que lui arrive-t-il ?


J’avoue, être humiliée ainsi en public n’était pas vraiment une partie de plaisir. Même si son aveu ne me chagrine pas tant que cela, savoir que j’ai été le dindon de la farce terni un peu cette journée que je pensais idyllique. Et pourquoi Astrid semble si affectée par la nouvelle ? Est-ce qu’elle aussi couche avec Léo ? Ça expliquerait bien des choses…


Je salue Aïssata et prends enfin le chemin du garage. J’ai tellement hâte de le retrouver, c’est simple je ne marche pas, je cours. A mon arrivée, je suis un peu déconcertée par la présence d’un inconnu, en train de discuter avec Roman. Dès que ce dernier m’aperçoit, il prend congé de son invité aussi vite que la politesse le permet et le pousse presque dehors.


— Je te la répare pour demain sans faute, précise-t-il avant de refermer la porte sur lui.

— Tu mets dehors tes clients toi ?

— Seulement quand une jolie fille vient me rendre visite.



Il se tourne vers moi et sans crier gare, me soulève par la taille et m’embrasse avec passion. Comme ses lèvres m’avaient manqué ! Mes mains se nouent autour de son cou et j’essaie de me fondre contre lui. Mon corps vibre au même rythme que mon cœur, emporté dans un torrent d’émotions.

C’est donc cela faire l’amour ? Quand les sentiments sont si forts qu’ils amplifient chaque frisson, chaque caresse ? Roman me dévore tandis que ses mains se promènent sous mes vêtements. Il me porte jusqu’à l’établi, m’y dépose avant de descendre jusqu’à mon entrejambe. Il se perd sous ma jupe et quand sa bouche vient embrasser mes lèvres enflées à travers le tissu, mes jambes se crispent et se referment instinctivement. D’une main puissante il m’oblige à rester immobile pendant que sa langue glisse sur ma vulve.


Qu’il en finisse, je n’en peux plus ! J’ai beau me tortiller, il me maintient sous son emprise et alors qu’il suce avec avidité mon bourgeon, je sens un violent spasme s’emparer de moi.


— Oh mon Dieu, Roman arrête...


Mes jambes tremblent et sous le plaisir, je me liquéfie littéralement. Ma cyprine abonde, dégouline sur son menton et lui, continue de me torturer, mordant cette fois ma chair gonflée. J’ai tenté de retenir ma jouissance mais c’était peine perdue, il voulait que je jouisse entre ses lèvres.


Lorsqu’il se relève, le sourire satisfait qu’il affiche me fait complètement craquer. L’envie de lui faire la même chose me taraude mais apparemment, Roman a d’autres projets pour moi.


— Retourne toi, m’ordonne-t-il d’une voix grave et sans appel.


Sans hésitation j’obéis, lui présentant ma croupe qu’il prend un malin plaisir à caresser. Doucement d’abord, puis soudain, sa main vient s’écraser avec force en un claquement sonore. De surprise, un cri m’échappe, mais je n’ai pas mal. Pire, j’en veux encore et tente de lui faire comprendre en roulant des hanches.

Une deuxième claque s’abat, plus forte cette fois. Entre chaque fessée, il glisse ses doigts sur ma vulve, y plonge jusqu’à ce que mes plaintes s’amplifient. Mais quand va-t-il enfin me prendre ? Il me fait grimper au sommet, tantôt de ses doigts, tantôt de sa langue, me pousse jusqu’au précipice puis s’arrête soudainement, juste avant le grand saut. Quelle torture… C’est fou.


Enfin je sens son membre pointer à l’entrée de ma grotte et d’une poussée, il me pénètre lentement, écartelant ma chair centimètre par centimètre. S’arrimant à mes hanches, il se propulse au fond de moi et commence à me pilonner de plus en plus fort. Mes mains me servent d’appui pour encaisser ses coups de reins, chacun plus puissant que le précédent, mais il y met tant d’ardeur que je faiblis et m’affale au milieu des outils.


De sa main, il vient caresser ma taille puis remonte jusqu’à mon sein, qu’il pince avec force. La douleur agit comme un frisson et dans mon cri, on peut aisément deviner que j’adore ça. La main remonte encore, effleure mon cou puis s’y enroule. Il lui suffit d’une pression pour me remonter contre lui, mon dos contre son torse, toujours empalée sur son membre.

Il prend un rythme plus lent mais plus profond et sa prise sur ma gorge est la seule chose qui me maintient encore contre lui, tellement je suis à bout. Je sens qu’il se retient, qu’il en veut plus. Les mots sortent tout seuls :


— Plus fort…

— Je peux pas, gronde-t-il contre mon oreille, je vais te faire mal.

— Je m’en fous, j’aime trop. S’il te plaît…

— Putain…


Il m’assène un puissant coup de bassin et resserre sa prise sur ma gorge. Sa grande main calleuse oppresse ma trachée tandis qu’il poursuit ses à-coups frénétiques. Plus il y va fort, plus je commence à manquer d’air et à voir ma vue se troubler. Son autre main se crispe sur ma hanche si fort, que j’en aurais sûrement des marques plus tard. Mais peu importe. Rien ne compte à part lui et moi, là, maintenant. Rien, à part ce plaisir si insensé, si inouï.


Je suffoque quand soudain, partant du plus profond de moi, une vague intense déferle sur mon être, bouleversant tout sur son passage. Je n’entends plus que ses râles rauques annonçant sa jouissance, avant de sombrer dans cet abîme où je me noie avec délice.


Roman reste encore plongé en moi, reprenant doucement son souffle en caressant ma gorge endolorie. C’est lentement qu’il se retire et s’éloigne, à mon plus grand regret.


— Je t’ai dis que j’allais te faire mal…

— Et moi je t’ai dis que j’allais adorer.

— C’est ce que tu veux ? Vraiment ?

— Je n’ai jamais été aussi sûre de moi.

— Je ne suis pas sûr que tu comprennes tout ce dont je suis capable.

— Au contraire, j’ai très bien compris.

— Tu es prête à obéir à tous mes ordres, sans exception ? A ce que je te traite comme un objet, que je t’insulte pendant que je te ruine totalement ? Je veux que tu réalises bien dans quoi tu t’embarques Clémence.

— Si tu fais ce que tu dis, que tu me malmènes et me traite comme une chienne, tu le feras dans quel but ? M’humilier ou m’apporter un maximum de plaisir ?

— C’est une vraie question ça ?

— Évidemment…

— Pour qu’on prenne notre pied tous les deux.

— Alors je ne vois pas pourquoi je ne serais pas d’accord.

— Des années que je te connais et tu arrives encore à m’étonner.

— Qu’est-ce qui t’étonne  ? Que je puisse aimer le sexe sauvage ?

— Que tu puisses aimer le sexe sauvage, avec moi.

— Et que j’aie très envie de recommencer, là, tout de suite, ça t’étonne aussi ?

— Ça tombe bien, parce que je suis loin d’en avoir fini avec toi...dit-il en me portant par-dessus son épaule pour me mener jusqu’à sa chambre.



    ************


Quand je rentre chez moi, je ne tiens presque plus debout. J’aurais tellement aimé rester toute la nuit auprès de lui, hélas, demain il y a cours et ma mère tient à ce que je dorme à la maison la semaine. Elle m’accueille à sa façon, en me mitraillant de questions, auxquelles je réponds le plus vaguement possible. Pour lui dire quoi ? Que je suis en couple avec Roman et que j’ai passé la soirée à gémir sous ses coups de reins ? Je ne sais même pas si je suis en couple avec lui d’ailleurs, on a pas vraiment eu le temps d’en parler.


Dès que je parviens à me défaire de l’inspecteur Louisa, je me rue dans la douche et admire avec fierté les premières marques sur mon corps. La plus grosse s’étale sur ma hanche où je peux presque deviner les phalanges de Roman qui s’y sont imprimées. Rien que d’y repenser, j’en ai des frissons.


— C’est ce crétin de Léo qui t’a fait ça ? tonne la voix d’Arthur dans mon dos.

— Arthur ! Arrête de surgir dans mon dos comme ça, tu me fais flipper. Et non, ce n’est pas Léo. J’ai rompu avec lui ce matin.

— Tu romps avec ton mec et tu vas te faire tringler par le premier mec qui passe ? S’emporte-t-il. Et moi alors dans tout ça, je suis quoi hein ?

— Déjà, avec qui je couche ça ne te regarde pas. Et tu savais bien que ça arriverait. Arthur sois raisonnable une seconde, c’était notre deal, juste des leçons.

— Hors de question que j’accepte ça, toi et moi c’est pas un truc anodin que tu peux balancer aux oubliettes en un claquement de doigts…

— Ce n’était que du sexe, Arthur, juste du sexe..

— Tu peux te mentir si tu veux, je sais que tu reviendras vers moi comme la dernière fois.

— Sors d’ici Arthur. A partir de maintenant, je veux que tu restes loin de moi.

— Ouais, tu craqueras, comme toujours.



Son ton menaçant me file des frissons. Contrairement à tout à l’heure, ceux-ci sont d’effroi et alors qu’il quitte la pièce, je commence à me dire que ces leçons sont peut-être la pire décision que j’aie prise cette année…


Je m’enferme dans ma chambre, de peur qu’il ne me rende visite cette nuit et m’allonge sur mon lit. Mes pensées reviennent automatiquement vers Roman et nos ébats si exquis. Il a parlé de soumission, totale et consentie, de maître et sa soumise, du plaisir que l’abandon de l’un procure à l’autre…


J’ai besoin d’en savoir plus, d’avoir plus de détails et nous n’avons pas vraiment pu en parler. Il vaut mieux que je me renseigne avant la prochaine fois, je veux qu’il sache que je suis capable d’être sa soumise.



Le premier site internet explique brièvement ce que je savais déjà : le Maître a les pouvoirs complets sur sa soumise, qui lui doit dévotion et respect, en échange de quoi le Maître lui garantie un plaisir total en toute sécurité et confiance. Ils instaurent un mot d’arrêt durant leurs jeux, permettant ainsi de stopper toute situation qui dégénèrerait. Il va nous en falloir un, ce sera la première chose que je lui demanderai demain. J’espère que mon implication lui fera plaisir et que je ne vais pas passer pour une gourde.


La soumission fait partie du BDSM, rien que ce mot me fait frémir. Je continue ma lecture et découvre les douze règles de la soumise.


Première règle : Les yeux baissés en ma présence, tu conserveras.

Ouais. C’est bizarre. Apparemment cela montre mon humilité. Pourquoi pas après tout ? On verra bien s’il l’exige. Quoique avec mon foutu caractère, ça risque d’être compliqué…


Voyons la suite, deuxième règle : Jamais mes décisions tu ne contesteras.

Ça devrait être facile, je pense lui faire assez confiance pour ça. Purée, ça sonne comme les commandements de la Bible ce truc...


Troisième, Jamais les jambes tu ne croiseras.

Euh, ok. Faudra que je reste attentive. Cela prouve l’effort de séduction de la soumise selon l’article.


Une attitude humble et respectueuse tu conserveras.

Facile, passons à la suite.


A chaque infraction, ta punition toi-même tu fixeras.

Être punie pour avoir désobéi, d’accord, mais pourquoi exiger de fixer soi-même la punition ?Ou alors j’ai mal compris. J’ai l’impression que cette lecture m’embrouille plus qu’elle ne m’aide finalement… Bon continuons.


Ton temps libre à mon plaisir et mon bien-être tu consacreras.

Alors là, ce n’est pas un souci. Son plaisir c’est tout ce que je désire.

Irréprochable et parée toujours tu seras.

Respecter les règles, être toujours apprêtée… je devrais pouvoir y parvenir aisément.


Par mensonge ou omission, la vérité tu ne travestiras.

L’honnêteté c’est la base dans un couple. Et si lui et moi sommes en couple, jamais je ne lui mentirai, BDSM ou non.


Toutes tes tenues imposées avec fierté tu porteras.

Un code vestimentaire… Pourquoi pas. Je me souviens d’ailleurs du collier que la femme portait hier soir. Un collier de chien, en cuir avec une laisse. Je n’avais pas fait le lien… Est-ce que je suis prête à porter ce genre de truc ?


Avec quiconque dans nos jeux, même comportement tu adopteras.

Ah. J’avais omis ce détail. Je ne suis pas sûre d’être prête à ça. Je suis du genre exclusive alors le partage c’est pas quelque chose qui me fait rêver. Imaginer une autre femme poser ses mains sur lui m’irrite déjà alors que ce n’est qu’une pensée. Quant à ce qu’un autre me touche… Non, je ne suis pas prête.


Inutile de lire la suite. Mes espoirs s’effritent tandis que je réalise que je serai incapable de suivre cette règle. Même si ce ne sont que des suggestions et que les règles doivent être établies entre nous, je sais déjà que celle-ci je n’y couperais pas.

Il patientera, c’est sûr. Mais combien de temps ? Est-ce que je vais finir par le perdre à cause de ça ? C’est plus que probable…

Diffuse en direct !
Regarder son live