Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 3 338 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Village Africaine trop hospitalier

Chapitre 1

Divers

L’histoire que je vais vous contez se passe dans un village au sud-est d’une capitale croisé des chemins du Monde Africain, je suis en mission dans ce village dans le cadre d’une mission de développement.


J’arrive dans le village avec un véhicule 4x4 et un équipement sans précédent pour une durée de 7 jours/semaine à compter de la date d’arriver, je suis accueillie par le chef de village et les membres de la communauté qui nous reçoivent à bras ouvert par des tam-tam et les femmes en joie de fête, moi et mes deux collègues qui m’accompagne. Les présentations faites nous allons prendre place au sein du village dans une case préparé pour l’occasion, le chef nous guide dans les ruelles du village pour nous présentés aux villageois (es), de retour dans notre case, moi et mes deux compagnons, nous sommes accueillies par trois jeunes filles très mignonnes la vingtaine d’année à moitié nue, je dis à mes amis peut être nous nous sommes trompés de case cherchons la notre, il commence à faire nuit et nous sommes fatigués, le chef de village nous envoie un jeune homme âgé à peine de 20 ans pour nous dire que le chef de village nous offres les filles en guise de bienvenue et qu’elle peuvent passées la nuit sans crainte, et si nous voulons elles resterons durant toute la mission à notre disposition, je dis merci et rentre voir ses créatures toutes belles et mal habiller, cette chaire humaine qu’on nous offres sans demander quoi que se soit en retour m’étonne, et me surprend d’avantage, dans la mesure ou nous sommes venues en mission d’une semaine cette accueilles est sans précèdent faute de quoi il faut faire attention à cela.


Je me rend chez le chef de village et le remercie, il me dit qu’un dîner à notre honneur est préparé pour l’occasion, je redis merci et prend congé du chef de village, retourne à la case et trouve mes collègues debout dehors en attendant les résultats de mon entretien avec le chef du village.

Après explication, nous rentrons ensemble et chacun de nous à coté d’une fille, la deuxième plus belle dit que le chef du village a dit qu’elle doit être avec moi, ce qui ne pose pas de problème pourvu que j’étais le chef de mission, elles étaient toutes en pagnes qui couvraient juste leurs seins vers les genoux, la case est très grande 32 m? à peu près, je me mets à l’écart avec ma copine improvisée, elle sentait une odeur de lait de vache avec les tresses pleines de beurre de karité, le crépuscule commence à faire noir, et je ne crois pas que la lumière était prévu, je pose ma main sur ses cuisses pour voir sa réaction, elle ne bouge pas, je glisse ma main vers sa chatte pour voir est ce qu’elle porte une culotte, peine perdu rien, mais par contre un joli jardin poilu certainement jamais raser, des poils qui sont trop long, je sentais sa tête se posée sur mon épaule, je continue pour toucher son clitoris elle tressaute et se couche sur le dos au lit, je me courbe sur elle dans le noir et cherche ses lèvres pour l’embrasser, là c’était une bouche toute humide qui n’a jamais embrasser un homme, n’est à moins je rentre ma langue dans sa bouche et essaie de saisir la sienne, ma main droite enveloppe ses deux seins bien ferme et jamais malmener par quelqu’un, je sens mon excitation et ma bite qui se gonfle, mais sous l’effet de la surprise que le chef de village nous a offert, je ne me sens pas à l’aise, je mets mes doigts dans sa chatte, elle commence à mouiller, j’essaie d’enfoncer mon index surprise ma copine est vierge et elle saute en faisant ah, aaah, voila je me sens investie d’une autre mission que je dois accomplir et qui m’attend de ce coté, je retire mon doigt que je nettoie sur ces poils avant de sentir l’odeur du pisse très forte, je lui demande de faire un entretien vaginal, avec du savon, elle me dit qu’elle ne sait pas faire ça, je lui demande d’aller chercher de l’eau dans un bouillard avec du savon, quelques minutes elle reviens avec la demande, je l’amène derrière la case, retire le pagne, j’avais amené mon trousseau pour lui raser dans l’obscurité la chatte avant de nettoyer, elle reste debout je mets de l’eau sur ses poils, une couche de mousse à raser et le rasoir, en lui demandant de ne pas bouger pour ne pas se couper, elle s’assoit sur une pierre à coté en écartant les jambes, j’avais une petite torche à stylo que j’allumais pour voir le sens de rotation de mon rasoir, ce qui ma permis de voir cette joli chatte avec une clitoris jamais toucher, chaque fois que mes doigts passés dessus elle poussé un crie de plaisir et ça me faisait moi aussi plaisir, une fois bien raser et propre, je commence le travail de l’hygiène , mouille la chatte avec de l’eau, du savon et rince le pourtour de la chatte avec ma main droite en essayant d’introduire un doigt dans sa chatte vierge, ma main doit se prolonger dans son trou de cul pour nettoyer, de son minou à son trou de cul elle se tordait de plaisir en parlant une langue que je ne comprenais pas, mais elle avait une main posé sur mon épaule qui me pincer de plaisir pour me faire comprendre que c’est bon, si je m’arrête, elle me dit de continuer, avec le savon, je caressé ses lèvres et son clitoris avec un professionnalisme sans précèdent, je réussis à introduire un doigt dans son trou de cul, pour nettoyer, et là, elle a poussé un crie plus ou moins fort, je finis ce travail de genyco, et on reviens à la case, ou mes amis sont entrain de finir le travail avec les autres filles je pouvais entendre le bruit des va et vient qui faisait, ploof, ploof, et des petits cris des filles. Toujours dans la continuité de l’hygiène, je lui donne une brosse à dent et montre comment s’en servir avec de la pâte en lui disant de ne pas manger la pâte que c’est de l’acide, lui donne de l’eau pour qu’elle se gargarise la bouche, j’attend mes amis soufflaient de fatigue et de joie, moi je prenais mon temps, assise sur le lit en bois traditionnelle couverte d’une couverture, je reste debout dans l’obscurité pour faire sortir ma bite et chercher à lui mettre mon engin dans sa bouche si elle va comprendre c’est quoi, je sais que j’ai affaire à une vraie beauté sauvage qu’il faudra tout montrer et dire, je prend sa tête dans ma main gauche et dirige ma bite dans sa bouche en pointant l’index vers l’avant, pour diriger et ouvrir tout d’abord, mon doigt caresse ses lèvres elle ouvre sa bouche, j’introduis le grand homme dans l’orifice, elle tente de rejeter je la demande de sucer, elle me demande comment on fait je lui montre, en lui disant de mettre en retrait ses dents pour ne pas me blesser, elle a comprise tout de suite, mes deux mains sur sa tête guidée le va et vient soutenu, de sa bouche, j’essayé d’aller en profondeur de sa gorge, mais elle suffoqué, je détache le pagne qui couvrait ses seins, seul habit qu’elle avait sur elle, je prend ses bouts de seins que je tortille, elle ne pouvait pas parler mais je constate l’abondance de ses salives qui se verser sur à mes pieds, je la couche sur le lit enlève mon pantalon retire ma chemise, en ce moment mes amis se préparent pour sortir de la case et raccompagner les filles de bienvenues, je me positionne entre ses cuisses et commence le travail de chef, je prend ma bite, lui frotte le clitoris elle émet des signes de plaisirs, je place mon sexe à l’entrée de sa chatte, m’agrippe sur ses épaules et pousse d’un coup sec et violent, elle lâche un crie de douleur en débattant les jambes, ses deux mains sur mon dos, me griffé avec ses ongles, arriver au fond de sa chatte, elle se débattait pour échapper à cette douleur, mais après quelques va et vient j’ai déchargé mon sperme en elle, elle se calme et commence me dire, dans sa langue maternelle, encore, encore, ouiiii, ouii, et me dit, je te sens cela me fait mal, et qu’elle sens du sang se verser de son vagin et moi je continue jusqu’à épuisement de toutes mes forces, je me lève et utilise ma torche à stylo pour constater les dégâts, du sang mélangé à du sperme sur la couverture, elle se lève et disparaît comme les autres dans l’obscurité, je prend un bain de fatigue, de plaisir et de surprise à la fois, nous sommes arrivé à peine 3 heures de temps voila ce qui sait passé, on vient nous appelés au dîner, arriver chez le chef de village, au tour d’un feu le repas est servit par des jeunes filles toutes habillées par des pagnes aux dessus des seins et arrivant aux genoux, après le dîner une soirée de danse traditionnelle devait suivre, on s’installe à coté du chef de village et les danses commencent après deux répertoires, le chef de village prend congé en donnant des consignes aux griots chargés de l’animation de n’arrêté que si nous voulons allé dormir, ce qui fut respecter, les filles dansaient en remuant les fesses, et soulevant à nos visages les pagnes, s’il y’avait beaucoup de lumière, on pourrait certainement voir leurs chattes mal raser ou jamais raser du tout, on commence à somnoler, on retourne dans notre case accompagnaient des filles de tout l’heure, à l’arriver ma copine souriait croyant que je vais recommencé, peine perdu j’étais au Kao, vu la fatigue on s’endormit très vite.

Au réveil le matin les filles étaient déjà parties cherchés de l’eau aux puits comme toutes les autres filles du village, le chef dispose d’une grande cour avec 4 femmes et un chier d’enfants, il est de tradition Africaine de saluer le père de famille chaque matin avant le lever du soleil, on indique au chef de village les premiers taches que doit faire la mission avant le milieu de la journée a fin d’éviter la chaleur du jour, dans l’après midi, vers 17 heure je me rend chez le chef de village pour lui rendre compte de ma journée et tenir une réunion de travail avec lui, arriver on m’indique la case ou il se trouve, je viens rentre dans la case sans taper à la porte ni appeler, je trouve le chef est entrain de satisfaire une femme qui ne doit être sa femme, parce que les vrais se trouve toutes dans une seule concession, en voulant sortir de vitesse il me dit non ce qui sont dehors vont comprendre reste, nous sommes des hommes, je reste debout sur la porte d’entrée en voyant les fesses du chef de village dehors, et rapidement il se lève, remet son pantalon et la femme le pagne au dessus des seins et reste à coté du chef de village sans bouger, il m’invite à m’asseoir, je m’assis sur un banc en bois qui traîner par là, et lui demande excuse, il dit c’est pas grave et on sourit ensemble, la femme sourit aussi avec nous en disant que c’est naturelle, elle lui demande d’aller chercher une fille dans la cour voisine, entre temps j’ai pu lui expliquer la raison de ma visite, et ce que je dois faire demain, ce que j’attend de lui, et du village, quelques instant plus tard la femme revient avec la fille bien habillé, elle doit venir de la ville ses jours -ci, vu les cheveux bien tressés, sa peau très claire, reflétant la crème de la ville, le chef me dit voila un autre cadeau pour toi, j’essaie de refuser mais c’est trop tard, le chef de village m’indique que les filles de hier soir ne reviendront plus, elle sont devenues des femmes c’est ce qui leurs manquaient pour aller en ville chercher du travail et qu’elles doivent partir au milieu de la nuit dans un car qui passera comme d’habitude.

J’accepte au bout des lèvres tout en sachant que ce village est en manque d’hommes parce que tout les hommes sont des immigrés, il ne reste que des vieillards, des mariés avec quatre femmes, des enfants scolarisés, des filles encore vierges qui entendent d’être dé vierge pour pouvoir aller en ville, des enfants qui courent encore nu entre les cases, ses filles qu’ont offrent au premier venu est une façon pour chaque mère de famille, de libérer sa fille vers la recherche d’un travail, et il parait que juste après avoir déflorer une fille, les vieilles la coudent de tel sorte qu’elles ne peuvent plus tombés enceintes, ce qui veut dire que les hommes ne pourront jamais les pénétrés, et qu’en cas de mariage, il faudrait pour fêter sa nuit de miel revenir obligatoirement au village pour enlever le cousu qui se garde au niveau de la famille par la mère, et le secret partager avec une autre étrangère proche de la famille pour en cas de disparition ou de maladie grave ne pas condamner la fille à rester ainsi toute sa vie, ce qui est contraire à ce que l’on connaissait pour ne pas tomber enceinte avant le mariage, le chef de village m’indique le prolongement de la case à l’intérieur se trouve un anti-chambre avec un lit couvert d’une couverture avec un rideau à la porte, le chef de village me dit que cette anti-chambre est réservé aux filles de la maison qui doivent en général dormir avant leur parent pour la sécurité des filles, et chaque famille en dispose, seulement de l’extérieur l’anti-chambre est invisible, il me recommande de me reposer avec la nouvelle venue à l’intérieur en attendant que la fraîcheur du soir arrive, je rentre avec la fille qui n’est pas mal physiquement, mince, 1 ,70 m une belle dentition, un joli sourire, une poitrine 80 D, bien hanchue, de très joli seins, on s’assoit ensemble sur le lit, se regarde sans prononcer un mot elle souriait, je lui demande son nom, son age, est qu’elle a fait l’école, elle me dit oui en français premier mot qu’elle prononce avec moi, je caresse ses lèvres, son bout de nez pas mal, ma main sur ses seins en forme avec des tétons pointus, je lui demande est ce qu’elle est vierge, elle me dit oui, j’étais un peu déçu, parce que je ne veux pas recommencer une autre défloration, cela épuise et use le rebord du sexe, et je ne suis pas sur de ne pas me trouver devant un piège de fille qui veulent toutes se faire déflorer par des inconnus, ce qui sera pénible pour moi, ma santé peu en pâtir, je la couche sur le lit pour ne pas la décevoir, et de jurer que le soir je ne prendrai pas une autre fille, même s’il faut que je sorte du village ou que je dise au chef de village merci, et je refuse, j’embrasse ma nouvelle venue sur la bouche elle connaît l’amour déjà, nos langues se mélangent, je caresse les seins, mets ma main sous le tissu pour toucher la chair des seins, je veux juste flirter avec elle et non la coucher comme elle s’attend à cela, je continue à l’embrasser partout, elle est vraiment douce comme fille, je la déshabille regarde ce corps sublime et bien faite pour un homme qui veut juste s’amuser, je caresse ses poils, touche son clitoris et introduis mon index dans son minou, pour vérifier sa virginité qui était intact, elle me dit qu’elle voulait se raser mais qu’elle ne sait pas s’emprendre parce que ses poils se trouvent en dessous et entre ses jambes, je lui demande d’aller me chercher un peu d’eau, et de continuer vers notre case on lui donnera quelque chose qu’elle m’apporte en même temps, elle sort de la case, je téléphone à mon collègue pour lui donner le trousseau, nos portable ne s’allument que pendant les heures de travail les charges peuvent tenir pendant 4 jours, le temps de les rechargés avec la voiture, elle revient avec le nécessaire, j’utilise l’eau puis la mousse à raser, et je commence à la débarrasser de sa foret noire, je le faisais avec professionnalisme avec pleine vue sur la chatte, après avoir nettoyer le dessus, j’écarte les jambes pour mieux voir le reste des poils autour de son trou de cul, avec ma main gauche j’écarte ses fesses pour raser son trou de cul, après avoir finit, un peu de déodorant elle saute en demandant c’est quoi cette bonne odeur, j’ouvre encore ses jambes et place ma tête entre les cuisses lèche sa chatte, en la baisant avec ma langue, mes mains tenaient ses seins en les malaxant, je pince avec mes dents son clitoris, elle pousse des aaaaaah, aaaaaaaaaaaaaaaah, aaaaah, elle mouille de toute sa force, l’odeur et le goût de sa semence qui commence à me parvenir sur ma langue, comme au départ j’avais écarté l’idée de la pénétrer, j’utilise mon doigt pour la déflorer, la copine du chef de village était tout ce temps dans la case à coté, et le chef de village est partie depuis une vingtaine de minutes, entendant ces cris, elle s’avance vers l’anti-chambre pour regarder dans un trou des morceaux de bois qui composent la case, elle finit par entrer, je constate sa présence dans mon dos, je continue à lécher ma copine comme si rien n’était, je me lève la fait coucher sur le lit à coté de sa copine, retire le pagne et introduit un doigt dans sa chatte, son vagin n’est pas raser, après les avoir faites jouir toutes les deux, je me lève et me sauve, le crépuscule commencer son éclipse, je retourne dans notre local ou je trouve mes collègues très occupaient par d’autres filles, je décide de ne pas faire l’amour ce soir pour être en forme demain, la journée sera chargé et j’ai besoin de mes forces pour conduire et travailler.


Dans la prochaine épisode, la suite avec la fille qui se baignait au fleuve avec sa tante


Houseïn

Diffuse en direct !
Regarder son live