Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 407 fois
  • 13 J'aime
  • 3 Commentaires

Vincent, poli, drôle, spirituel et machiavélique

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

L’histoire qui suit est le premier jet de ma première histoire, aussi j’espère que cela vous plaira tout de même.

Je tiens à préciser, de plus, que tout ceci n’est que fantasme.



— Salut ! Comment vas-tu ? Tu as fais bon voyage ?

— Salut, oui, je te remercie. Et je te remercie surtout de m’accueillir !


Vincent et Nadia quittent la gare et se rendent en voiture chez cette dernière, qui habite un immeuble du centre-ville non loin de la gare.

Vincent est le fils d’un ancien collègue de Nadia. Ayant déménagé trois mois avant la fin d’année scolaire, Vincent, inscrit pour son baccalauréat dans son ancienne académie n’a pas d’autre choix que de revenir le passer sur place. Il arrive avec trois semaines d’avances, pour réviser tranquille avec ses anciens camarades, et doit rester une semaine après les épreuves.

Vincent à redoublé une fois, il a donc dix-neuf ans. Sportif mais en léger surpoids, il n’a jamais réussi à faire disparaître un petit ventre, mais reste tout de même très costaud. 1m85, 90 kilos, châtain de cheveux, il est rugbyman et a un physique puissant.

Vincent est très, très, heureux de venir passer du temps chez Sonia pour de nombreuses raisons.


La première raison est qu’il va pouvoir revoir ses ami(e)s. Ils lui manquent un peu quand même.


La deuxième, Leïla. C est la fille de Nadia. Elle et Vincent étaient en classe ensemble et Vincent à toujours trouvé Leïla terriblement excitante ! 1M65, 55 kilos, cheveux noirs, yeux noirs, teint bronzé découlant de ses origines marocaine, seins ronds et fermes de fin d’adolescence, 85B sûrement, galbe de jambe parfait, fesses rondes… Bandante, en un mot.


La troisième raison est évidemment Nadia. Identique à sa fille à peu de choses près. A 38 ans, elle à eu Nora à 20 ans et n’en a subit aucune séquelle physique. 5 cm de plus que sa fille, une poitrine légèrement plus grosse, et un visage presque jumeau, l’âge donnant tout de même ce côté sensuel et expérimenté que n’a pas la jeunesse. Bref, bandante, elle aussi.


Et Vincent, lui, tout cela l’excite au plus haut point ! Car Vincent, sous son attitude toujours irréprochable, poli, drôle et spirituel, est un véritable pervers. Nombreuses sont les fois où il est venu chez Nadia, et jamais il n’est reparti sans s’être masturbé dans les toilettes, un string de l’une ou l’autre de ses deux fantasmatiques salopes, comme il les appel de par lui-même lorsqu’il s’imagine en train de les défoncer violemment, jamais donc il n’est reparti sans s’être astiquer avec un string sur le nez, l’odeur de chatte lui emplissant le cerveau, et la bite fermement secouée dans un soutien-gorge, propre de préférence, car il aime se dire qu’elle se sont peut-être déjà aperçu de quelque chose.


Et donc, le gentil Vincent à bien l’intention de profiter de ces quatre semaines à venir. Dans ses bagages, une petite boite renferme trois petites caméras, Il a décidé de les cacher dans l’appartement : une dans la salle de bain-toilette, et une dans la chambre de chacune de ses deux petites putains.

Arrivé à l’appartement, Vincent pose son sac dans le salon. Il dormira sur le canapé-lit.


— Je vais aller faire des courses. Je n’ai pas eu le temps avant. Je te laisse, si ça ne te dérange pas, ou alors tu peux venir avec moi, comme tu veux, lui dit Nadia depuis la cuisine.

— Si tu veux bien je vais rester, prendre une douche et tout ça, le voyage m’a vanné, lui répond Vincent, et je vais pouvoir en profiter pour installer le matos, et renifler l’odeur de ta chatte de salope aussi, se dit-il silencieusement.

— Ok, fais-toi plaisir, tu peux prendre un bain même, si tu préfères.

Là-dessus Nadia reprend ses clés de voiture et s’en va.

Pas le temps de rêvasser, il faut faire vite. Sitôt la porte fermée, Vincent sort son matériel de son sac et fonce à la salle de bain. Il connaît les lieux, sait où il va poser la caméra : dans le conduit de ventilation, derrière la grille.

Située en hauteur et juste au-dessus de la porte de la salle de bain, la ventilation offrira l’angle parfait. Il démonte à l’aide d’un couteau la grille, pose la caméra, l’active grâce à la télécommande, la récupère et va vérifier sur son ordinateur si la vue est bonne.

Parfaite. Il installe définitivement l’objet et passe à la chambre de Leila, à droite de la salle de bain.

Il entre et cherche du regard un endroit qui n’attire pas l’œil et qui serait un bon point de vue. Un meuble fourretout lui donne satisfaction. Situé plus ou moins au centre de la pièce, avec l’angle de la caméra, il aura vue à la fois sur le lit et le centre de la pièce. Si Leïla doit se déshabiller et se coucher nue, il le verra ! Il place la caméra juste derrière le meuble, à l’endroit où un tiroir aurait du se trouver. Avec l’ombre du meuble qui noirci cet espace, jamais Nora ne verra l’objet.

Dans la chambre à Nadia, c’est un vieux magnétoscope qui sera son affaire. Il le démonte et place l’objectif à la place d’un bouton manquant, vérifie l’image et voilà, le tour est joué ! Dès qu’il sera de nouveau seul dans la baraque, il ne pourra pas manqué d’avoir les deux petites chiennes à poil, peut-être même qu’elles se caresseront !


Deux jours !

Deux longues journées se sont écoulées depuis qu’il à placé les caméras, et jamais il n’a été seul, à part dans la salle de bain où il défoule assez souvent son excitation. Être au contacte de ces deux fantasmes sur pattes est on ne peut plus éprouvant pour ses nerfs, surtout qu’il le sait, maintenant il a forcément des images d’elles nues ! Et il désespère de les voir !

Jusqu’à ce dimanche, où Nadia et Leïla sont sorti voir de la famille. Elles lui ont bien proposé, presque insisté, ’ont-elles enfin remarqué mon sperme dans leurs sous-vêtements ? ’, se demande Vincent, toujours est-il qu’il faut qu’il révise, et qu’il mal à la tête en plus…


Enfin seul, il va vite vite vite cherche les vidéos. La première qu’il visionne est bien-sûr celle de la salle de bain ! Et, bonté divine, quel miracle ! Deux fois chacune elles se douches, deux fois chacune elles lui font un strip-tease magnifique, deux fois chacune elles se balades nues, leur corps de rêve allant et venant dans la salle de bain, face caméra, de dos, de profil gauche et droit, et penchées en avant, se rasant les jambes, et Nadia, ce bain de samedi matin, c’est bien, caresses-toi, oui, comme ça ma belle ! Et il jouit Vincent, il inonde un, deux, trois strings, deux soutien-gorge, il n’arrête plus de se branler devant ses vidéos, jusqu’à… jusqu’à ce qu’il voit…

Samedi après-midi, Nadia et lui sont partis faire des courses. Juste avant de sortir, Vincent à activer les caméras, au cas où.


Et qu’a donc fait Leïla pendant ce temps ?

Elle est gentiment allée chercher son voisin de dix ans plus vieux qu’elle et, nue comme un ver, dans la chambre de sa mère la garce, lui à sucé la bite, lui à léché les couilles, lui à grimpé dessus, s’empalant la chatte sur son énorme queue, à baisé, baisé, baisé ! En levrette, en missionnaire, branlette espagnole entre ses petits seins, portée, lui debout, elle, accrochée à son cou, l’énorme barre de chair du voisin plantée jusqu’aux couilles dans sa minuscule petite chatte adolescente…


"Mon Dieu, qu’ai-je là ? La vidéo ultime, le Graal !"


Mais, très vite, Vincent met en marche son esprit pratique.


"Non, cela n’est pas le but, cela n’est qu’un substitut. Le vrai but, celui de toujours, c’est de niquer ces deux salopes, d’en faire mes chiennes à moi, et, maintenant, j’ai ce qu’il faut…"


A SUIVRE, SI CE PREMIER JET VOUS PLAIT !

Diffuse en direct !
Regarder son live