Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 42 390 fois
  • 47 J'aime
  • 5 Commentaires

Viol organisé

Chapitre 1

Gay

J’ai toujours eu énormément de boulot dans mon job au sein d’une banque et ça n’était pas toujours facile de trouver des bons plans culs rapides et sans prise de tête sans perdre trop de temps à détecter les mecs qui fantasment derrière leur écran uniquement.


Ce jour-là, je fais une pause et vais chatter un peu sur un site de rencontres entre hommes et en quelques minutes, je trouve un nouveau profil dont le pseudo était lope_a_defoncer. Pas de photos, une courte description, je suis perplexe que ça soit un branleur de plus mais j’ai quand même envie de tenter le coup. Je lui envoie un message qui disait :


_ "Salut, profil réel ou un fake de plus ?"


_ "Il ne tient qu’à toi de le vérifier", me répond-t-il aussitôt en m’envoyant une photo de son cul à tomber par terre. Un vrai bon cul tout blanc, imberbe, pas un gramme de graisse, il avait tout d’un endroit pour y passer du bon temps !


Souvent les branleurs rentrent directement dans un flot de justifications pour tenter de faire croire qu’ils existent mais sa réponse si directe me laissait croire qu’il était différent. Je lui réponds tout aussi vite :


_ "OK, je ne demande que ça mais ça sera à mes conditions petite lope"


_ "Bien entendu, mon corps t’appartient"


Soit il simulait bien sa soumission grâce à la virtualité de nos contacts, soit ce mec était vraiment décidé à devenir ma chose.


_ "Parfait ! tu vas commencer par me donner ton numéro de téléphone, ton mail et ton adresse"


Il me les transmit tout aussi vite, ce qui était pour moi le gage d’une vraie envie de se faire défoncer.


_ "Désormais, tu m’appartiens, tu vas supprimer ce profil à la fin des consignes que je vais te donner et tu seras récompensé par de bonnes baises régulières où je vais épuiser ton cul. Je pourrai emmener autant de gens que je désire pour venir te rendre visite ou même te les envoyer quand je veux pour qu’ils entretiennent ton cul"


_ "OK, dois je t’appeler d’une certaine manière ? ou même vous vouvoyer ?"


_ "Tu n’auras pas besoin de m’appeler, tu n’auras qu’à m’obéir. Je veux baiser, pas discuter"


_ "D’accord"


_ "Désormais je pourrai venir quand je veux chez toi faire de toi ce que je veux, tu recevras un message 1 heure avant, tu feras ce qu’il faut pour être prêt et dispo pour quand j’arrive !"


_ "Pas de problèmes !"


_ "Par contre pour la première baise, voilà comment ça va se passer. Toutes les nuits qui vont arriver, tu ne fermeras pas ta porte d’entrée à clé, et à 22h30 maximum tu seras dans ton lit prêt pour m’accueillir si j’ai le temps de venir te baiser. Tu ne connaîtras ni le jour, ni l’heure, tu auras la surprise de ma venue quand je le déciderai. Attends-toi un subir un vrai viol"


_ "Je n’attends que ça !"


_ "Parfait, tu en sais désormais assez, tu vas supprimer ce profil et attendre ton viol en bonne et due forme"


_ "D’accord, je ne te décevrai pas"


Je me doutais que si je venais le soir même il resterait éveillé le plus tard possible pour guetter mon arrivée secrètement. Le 4e jour qui a suivi, je me suis dit qu’il ne devait plus s’y attendre et ai décidé de me rendre chez lui vers minuit. De la rue, je voyais qu’il faisait noir dans son appartement et je suis donc rentré chez lui discrètement. Pas un bruit, pas une lueur. Je retire déjà ma veste et mes chaussures. Je me dirige vers la chambre. Il est là couché, dormant profondément, complètement nu comme je l’avais exigé. Doucement, je prends ses mains et les amène l’une sur l’autre dans son dos et les attache l’une à l’autre avec des Colson que j’avais emmené. Il ne bouge toujours pas. Je prends alors l’écharpe que j’ai amenée pour lui bander les yeux. Au moment de serrer autour de son visage, je sens qu’il ne dort plus complètement. Je baisse alors mon pantalon et lui dit à l’oreille "Voilà petite pute, l’heure de ton viol est arrivée". Il s’éveilla tout à coup, s’agita, je mis directement ma main sur sa bouche pour l’empêcher de crier. Il est revenu à lui et a compris que son heure était arrivée. J’ai desserré ma main et lui ai mis directement ma queue en bouche. Il a commencé à me pomper plutôt correctement, on sentait malgré tout une peur dans son attitude mais était plutôt appliqué. Je lui enfonçais ma queue bien profondément jusqu’à ce qu’il s’étouffe. Pendant ce temps, je m’occupais déjà de dilater son cul avec mes doigts bien appliqués. J’ai vite compris qu’en effet c’était une bonne lope parce qu’il n’a pas fallu longtemps avant que ce trou ne réclame que je le baise. Ni une ni deux, j’ai transféré ma queue de sa bouche vers son cul et d’un grand coup sec, je lui ai enfoncé ma bite bien profondément, il a crié de douleur. J’ai ensuite commencé à lui pilonner le cul dans un va et vient de plus en plus puissant et vigoureux. Il gémissait de plus en plus fort. On sentait qu’il aimait ça. Je dois bien reconnaître que cette situation m’excitait beaucoup et je sentais la sauce monter bien trop vite. Je me suis retiré, ai enlevé la capote rapidement et lui ai déversé tout mon jus bien chaud au fond de sa gorge. Il a avalé d’une traite.


Déçu d’être venu si vite, je lui dis qu’il va maintenant se lever, garder les yeux bandés et ses mains attachées et que je vais l’emmener au salon. Je m’installe dans son divan et le pousse à côté de moi. Je lui dis d’utiliser sa bouche pour me faire bander à nouveau. Il s’est mis en position pour y accéder aisément. Il a fallu un quart d’heure pour que ses efforts ne fassent leur effet. Je lui fais remarquer qu’il est sur la bonne voie pour remettre le couvert. A entendre ça, il s’applique de plus en plus pour bien pomper mon gros dard redevenu tendu et bien dur. On sent que cette lope a de l’expertise en la matière, putain ! Je décide de le positionner à quatre pattes sur le divan et de le prendre en levrette. Son cul est resté béant de la précédente baise et il accueille ma queue directement sans le moindre mal. Je commence à le baiser à nouveau. Cette fois, la baise a quand même duré près d’une demi-heure, il a eu droit à une dizaine de positions et aucune ne le dérangeait, il savait encaisser en toutes circonstances. Tout à coup, j’ai senti son corps se contracter et il s’est mis à jouir sur lui vu la position dans laquelle nous étions à ce moment-là. J’avais ses pieds sur mes épaules et je le limais encore et encore. J’ai à nouveau senti le jus monter, me suis retiré, n’ayant même pas conscience que je n’avais pas mis de capote cette fois et j’ai déchargé tout mon foutre en 4 jets puissants qui se sont déversés de son nez à son nombril.


Sa bouche esquissait un sourire de contentement. Je lui fis remarquer qu’on aurait dit que ça lui plaisait de se faire violer. Il me répondit juste que son corps était le mien.


Je me suis rhabillé en le laissant les yeux bandés et les mains attachées. Je suis retourné près de lui pour lui dire qu’il avait bien mérité de futures bonnes baises, il a affiché un grand sourire et n’a rien dit. Je suis parti et n’ai pas mis longtemps à venir à nouveau profiter de lui, croyez-moi !


Diffuse en direct !
Regarder son live