Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 68 090 fois
  • 496 J'aime
  • 38 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Virginie enceinte et en manque...

Chapitre 1

Zoophilie

Je m’appelle Virginie, j’ai dix-neuf ans, je suis plutôt mince, grande et j’ai une poitrine normale en forme de poire. J’ai un copain Marc, âgé de vingt ans, il a une bonne situation, nous habitons une maison de campagne, nous avons deux chiens doberman mâles, moi, je suis plutôt portée sur le sexe, mon copain beaucoup moins, nous essayons d’avoir un enfant.

Au niveau professionnel, je suis représentante en lingerie fine pour une marque de luxe.


Je me présente dans les commerces de luxe ou les petites sociétés indépendantes qui ont un site internet ou non. J’ai rendez-vous ce jour à une centaine de kilomètres de chez moi, chez Magali, jeune entrepreneuse de trente-cinq ans.


— Bonjour, pas de problème sur la route ?

— Non non, pas de problème.

— Entre dans le salon. Je peux te tutoyer ?

— Oui, bien sûr.


Je sors ma nouvelle collection, pour la présentation, sur la table.


— Oui, c’est bien comme ça et sur un mannequin de papier aussi, j’aime voir sur les gens en vrai, tu sais me montrer sur toi ? Entre femmes, il ne doit pas y avoir de problème.

— Ah bon, heu oui, je me change, ici ?

— Non, dans ma chambre.

— Heu oui, d’accord.


Je passe dans sa chambre, avec mon attirail.


— Je me change où ?

— Ici, je mets un paravent, tu seras plus à l’aise.


Je me déshabille et viens la trouver en sous-vêtements. C’est un peu gênant mais bon, il faut dire qu’elle a une poitrine plantureuse et moi en comparaison, c’est un peu Laurel et Hardy...


— Ooh, beau modèle, le soutien est un push-up, je vois, je peux toucher ?

— Oui oui.


Elle me touche les seins, vérifie la texture du tissu, la fermeture, regarde mon string, touche mes fesses.


— C’est vraiment bien sur toi, faut dire que tu es belle aussi, tu as un modèle de soutif à me faire essayer si je peux ?

— Heu oui.


Je lui passe un 100 D, cela doit être sa taille.


— Ah oui, tu me trouves direct la bonne taille, oui, c’est ton métier aussi, je vais l’enfiler devant toi, ça ne te gêne pas ?

— Heu non !

— Oui, il me va bien, tu en penses quoi ?

— Oui oui.


Elle a des seins superbes, les hommes doivent être en pâmoison devant elle, malgré la taille de sa poitrine, elle défie les lois de la gravité.


— De mes seins, tu penses quoi ?

— Heu mais, ils sont superbes !

— Tu peux les toucher si tu veux ?


Je me laisse tenter par ses deux obus, ils sont fermes. Elle en profite pour toucher les miens, me débarrasse de mon soutien et me titille les tétons.


— Mais, que fais-tu ?

— Laisse-toi faire, tu es belle tu sais, j’ai envie de toi, viens !


Elle me mordille les mamelons, me lèche la poitrine, va dans mon string, touche ma vulve, je mouille, c’est fou, avec une femme... Mais, je ne suis pas lesbienne, je n’ai jamais fait l’amour à une femme.


— Non Magali, je ne peux pas, tu es superbe mais, je n’aime pas les femmes.

— Je ne le crois pas tu mouilles ma jolie !

— Je m’en vais, je ne peux pas.


Je retourne chez moi, n’en parle pas à mon copain, le soir, je suis trop excitée par ce que j’ai vécu avec Magali, je fais l’amour avec mon mec.

Deux jours après, je fais un test de grossesse. Après le premier mois, je suis enceinte, mince alors. Déjà, je n’ai fait l’amour que quatre fois après l’arrêt de ma pilule contraceptive...


— Chéri, je suis enceinte.

— Waouh ! Déjà, super !


Moi aussi je suis contente, mais cela veut dire que je ne fais plus l’amour aussi souvent à partir de maintenant...

Ma première partie de grossesse je suis plutôt mal, j’ai des nausées tout le temps, c’est vraiment moche. Après cinq mois, je suis vraiment en super forme, j’ai envie de faire l’amour tout le temps. Mais, mon copain non !!!

J’ai un petit ventre et une poitrine plus généreuse, mon envie de sexe est vraiment folle et au moins une fois par jour, je me masturbe, je n’en peux plus, il me faut un homme...

Le soir, j’insiste pour que mon homme me baise, j’ai des dessous sexy, mais, rien n’y fait... Il me faut baiser, mince je me souviens de Magali, mais, une femme pffff... C’est mieux que rien.


Le lendemain Marc est appelé au boulot et me dit qu’il y a un problème en Allemagne, il faut qu’il le résolve. Il vient chercher des affaires, fait sa valise et s’en va trois jours. Je l’embrasse et dans la tête j’ai déjà un plan pour baiser...

Il est midi, je téléphone à Magali qui est ravie de me rendre visite, je lui annonce que je suis prête maintenant pour faire l’amour avec elle. Rendez-vous est pris pour ce soir.

Mais, je ne tiens plus, je crois que mes chiens le sentent, car, ils me tournent autour... Ah oui, c’est deux mâles...


Le soir arrive et j’entends quelqu’un qui frappe à ma porte.


— Ooh Virginie, tu es enceinte, je ne le savais pas !

— Oui, Magali, ça ne te dérange pas ?

— Non, non que du contraire tu es encore plus jolie.

— Aaah, quels beaux toutous tu as !

— Merci, c’est Max et Alan.

— Ils sont accueillants en tout cas.


Bin oui, elle doit être excitée tout comme moi, ils reniflent l’entrejambe de Magali...

Faut dire qu’elle porte une petite jupette au ras de la touffe (si elle en a une), un bustier magnifique qui laisse une vue imprenable sur sa poitrine avec un décolleté pigeonnant...


— Viens dans le salon Magali.

— Je viens.


Les chiens ne nous lâchent pas d’une semelle. Je les mets dans le couloir.


— Virginie, tu es trop jolie, la grossesse te va à merveille !!


Magali prend de suite l’initiative, elle m’embrasse, nos langues se mélangent, je touche ses nichons, hummmmmm, ils sont fermes, je les presse de toutes mes mains, ses tétons pointent, je vais les téter, j’en ai trop envie.....

Nous enlevons nos vêtements, elle est épilée au plus près, comme moi d’ailleurs.

Elle me lèche le ventre, me couche dans le fauteuil et commence à me lécher la chatte. Elle me lèche la cyprine qui coule et me doigte en même temps, un doigt puis deux, elle est douce, pour une première avec une femme, je suis gâtée.


— Han c’est bon, je veux prendre ta poitrine Magali.


Elle s’exécute et met ses seins sur ma bouche, hummmmmm, je les lèche, mordille ses tétons, je les tète comme un bébé.


— Hummmmmm, je suis comme mon enfant dans quelques mois, je me nourris !!!

— Haha, je n’ai pas de lait, mais continue, j’aime bien ta bouche, han han oui...


Je caresse en même temps sa vulve, ses lèvres vaginales sont charnues, hummmmmm, je vais bouffer une chatte pour la première fois.

Je renverse Magali, pour descendre ma langue sur sa chatte, elle est chaude, mouillée, j’y vais, hummmmmm, j’adore, je mordille, lèche, doigte, branle son sexe et maintenant je m’attaque à son cul, ma langue le lèche, pénètre, elle gémit.


— Ho ho, oui, continue !!


Après, c’est à mon tour de jouir de ses doigts, sa langue, sur mes seins, ma chatte, mon anus, tout y passe, hummmmmm, je suis aux anges...

Tout à coup, j’aperçois les chiens, ils sont parvenus à ouvrir la porte du couloir.


— Qu’est-ce que vous faites là ? Filez !


Ils n’écoutent pas, ils ont une érection de ce que je vois.


— Laisse-les, Virginie, ils vont nous observer.


Magali, écartent les jambes dans le fauteuil et je continue un cunnilingus à mon amante, lorsqu’un de mes chiens me lèche le cul et la chatte, ho c’est bon, sa langue râpeuse me fait jouir instantanément.


— Han han, mais, enfin arrête...


Il me saute sur le dos, j’ai toujours la langue dans le vagin de Magali qui gémit. Il commence des mouvements de va-et-vient. Je l’écarte de mon dos, au lieu de ça, il trouve mon sexe.


— Hey non non, arrête Max, non !!


Il me pénètre comme un fou, ses mouvements sont rapides, je sens sa pine gonfler dans mon vagin. Magali, couchée à côté de moi est occupée avec Alan, elle a son braquemart en bouche...


— Hummmmmm, Alan tu es bien monté.


Je vois que Magali aime bien les " mâles " aussi !!

De mon côté, je deviens folle un chien me baise, j’attends un enfant...... Qu’est-ce qu’il m’arrive ? Et en plus j’aime ça.

Max me défonce le minou, j’ai les seins qui balancent je suis excitée comme jamais,


— Oui, vas-y déglingue-moi, oui oui han...


J’ai encore un orgasme, il me coince avec sa boule à la base de sa pine, je ne peux plus bouger... J’aime ça, il déverse sa semence en moi...


— Oui Virginie, tu es coincée maintenant, j’aime les chiens aussi, pas les hommes, tu vas voir aussi, tu vas aimer les chiens...


Elle me présente Alan, plutôt son sexe qu’elle a astiqué avant et me le met dans la bouche.


— Tiens suce tu verras c’est bon.

— Non non Magali, non.


Suite au prochain chapitre, si vous le voulez ?

Diffuse en direct !
Regarder son live