Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 562 fois
  • 64 J'aime
  • 4 Commentaires

Visite au bureau.

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Anna, Directrice Achats, est à son bureau. Elle est en train de traiter un dossier léger, c’est rare. Elle porte, comme souvent, des bottes noires, hautes, en cuir, semi-brillantes, avec talons hauts, et une jupe en cuir noir. Elle ne cesse de passer sa main dans ses longs cheveux bruns brillants.


Dans son grand bureau sont aussi affairées ses deux assistantes, la blonde, Mélanie, et la brune Mélodie.


On frappe à la porte.


— Entrez ! répond Anna.


Un homme entre. C’est Christian. C’est l’ami d’Anna. Trente-six ans, jean bleu clair slim, polo blanc, brun, yeux bruns, athlétique. Christian est un homme calme et réservé, élégant, il est serveur pour un restaurant chic.


— Ah ! Christian ! Entre ! dit Anna.

— Bonjour mesdames. Salut Anna.

— Je te présente mes assistantes Mélanie et Mélodie, les deux Mél ! sourit Anna.

— Mélanie, Mélodie, je vous présente mon ami, Christian, poursuit Anna.


Mélodie et Mélanie répondent par un « Bonjour. »


— Merci d’être passé Christian. Je voudrais que tu rapportes un colis à la maison, car il est plutôt lourd et toi tu es fort ! Mélanie, montrez-lui où est le colis s’il vous plaît.

— Oui Madame la Directrice. Le colis est ici, derrière mon bureau, par terre.

— OK, merci, répond Christian.


Christian se dirige vers le bureau de Mélanie. Mélanie se desserre. Christian s’accroupit, saisit le colis fermement tandis que Mélanie est bien placée pour voir les fesses manifestement fermes de Christian. Ce qui n’échappe pas à Anna.


— Effectivement c’est plutôt lourd. Peut-être trente kilos. Je le rapporte à la maison Anna.

— Bien ... Merci ... Attends ... Approche ...


Anna se lève de son fauteuil et s’avance jusqu’à son bureau. Christian est arrivé devant elle. Anna enfile sa paire de gants de cuir noir, mi-longs. Christian regarde Anna faire, il est visiblement ému puisqu’il déglutit et suit du regard les mouvements des gants. Et Anna accentue la scène en tendant ses doigts, puis fermant les poings, puis tendant de nouveau les doigts. Christian n’en perd pas une miette. Anna sait ce qu’il se passe ...


— Viens par ici ... Voilà ... Maintenant pose le colis ... Doucement ... Ne te blesse pas ... Accroupis-toi ...


Christian s’exécute, il dépose le colis aux bottes d’Anna, et son regard s’attarde sur ses bottes hautes et noires, et ses longues jambes gainées dans un collant noir.


— Hé bien relève-toi, sourit Anna.

— Oui, pardon Anna.

— Je ne t’ai pas assez présenté. Désolée. Je vais reprendre les présentations.

— Non, je vais rentrer Anna.

— Non non tu es mon ami et je veux te présenter à mes assistantes.


Les assistantes observent la scène depuis le début, elles ont cessé de travailler, le téléphone sonne, mais personne ne décroche.


Anna tourne Christian face aux deux assistantes qui le regardent assidument, assises. Elle glisse sa main droite gantée de cuir sur ses fesses. Elle glisse son autre main gantée de cuir noir sur la braguette de Christian.


— Depuis combien de temps sommes-nous ensemble Chéri ?

— Depuis un an et huit mois Anna.

— Exact. Vous l’avez remarqué, Christian est athlétique, il est musclé, grand, et a beaucoup de savoir-vivre. Il est galant, attentionné, dévoué. N’est-ce pas ?

— Oui Anna.


Anna n’a de cesse de déplacer l’extrémité de ses doigts le long de la braguette de Christian et elle alterne avec la paume de sa main gantée de cuir. Son gant de cuir noir mi-long contraste avec le jean bleu clair moulant de Christian.


— Oui il est très dévoué. Par exemple, je lui interdis de porter des boxers ou autre sous-vêtement... Est-ce que tu portes un sous-vêtement sous ton jean ?

— Non Anna.

— Pourquoi ?

— Parce que c’est interdit ...

— Comment ça c’est interdit Christian ?

— Euh ... Tu m’interdis de porter des sous-vêtements Anna ...


Anna sourit de satisfaction et continue à caresser la braguette de Christian ...


— Anna est-ce que je peux rentrer à la maison ?


Anna ne répond pas. Elle continue les caresses et regarde ses deux assistantes. L’une serre l’extrémité de son stylo entre ses incisives, l’autre, jambes croisées, ne cesse de resserrer ses cuisses l’une contre l’autre. Leurs regards s’attardent évidemment sur la braguette de Christian qui forme désormais une protubérance suite aux assauts d’Anna ...


— Christian a une autre qualité ...

— Non Anna s’il te plaît ...

— Chhhhuuuuttt ... Oui Christian a une autre qualité ... et pas des moindres ... il est monté comme un étalon ... C’est très flatteur ce que je dis Christian, toutes les femmes voudraient un homme aussi bien monté que toi, n’est-ce pas mesdames ? Avez-vous déjà eu devant vous un homme aussi bien monté ?


Christian est très gêné. Il est rouge. Sa tête est baissée en avant. Il ne peut pas résister aux caresses d’Anna, c’est impossible, Anna l’a en quelque sorte préparé en le mettant quelques instants à ses bottes, puis en lui faisant admirer ses gants tout à l’heure...


— Non aucune d’entre vous n’a encore eu devant elle un si bel étalon ...

— S’il te plaît Anna, tu as eu ce que tu voulais, est-ce que je peux rentrer à la maison ?

— Mais je ne peux pas te laisser rentrer dans cet état Christian ... Car savez-vous mesdames quel est l’inconvénient d’un tel étalon ? ... C’est que lorsqu’il est chargé ... il faut le décharger ... N’est-ce pas Christian ?

— Oui Anna ...

— Je t’ai chargé à bloc mon bel étalon ... Je suis désolée mon beau ... Je vais te permettre de te décharger ...

— Pitié non Anna pas ça, pas ici, pitié ...

— Mets-toi à genoux ... A genoux !

— Oui Anna.


Christian s’agenouille. Il est face aux assistantes, tête baissée. Anna est sur sa gauche.


— Mains dans le dos...


Christian s’exécute.


— Anna, pitié ...


Anna sourit. Elle pose sa main gantée de cuir sur la tête de Christian. Elle lui caresse les cheveux ... Puis elle regagne son fauteuil sans regarder en arrière. Christian est toujours à genoux, face aux assistantes, tête baissée, les mains dans le dos ... Anna laisse passer trente secondes puis une minute ...


— Baisse ta braguette.

— Anna pitié, pas ça, pitié, laisse-moi rentrer.

— Ouvre ta braguette. Tu sais que tu obéiras ... Tu sais que je te ferai obéir ...


Christian exécute.


— C’est bien mon beau... Maintenant ... sors ta queue ...


Christian exécute encore, il ne proteste plus ... Les assistantes se lèvent légèrement de leur fauteuil pour mieux voir la scène ... Aucune ne dit mot ... Leurs pupilles sont dilatées ...


— Comme promis, je vais te décharger ... A mes bottes ...


Christian se déplace à genoux jusqu’aux bottes d’Anna. Pendant tout ce temps, Anna observe Christian à genoux, tête baissée, mains dans le dos ...


Arrivé aux bottes en cuir noires d’Anna, Christian s’arrête. Anna admire le spectacle. Elle est assise au fond de son fauteuil de cuir, jambes croisées. Christian est sur le côté, sa queue est très proche des bottes d’Anna. Anna se penche vers Christian, elle pose sa main gantée de cuir sur la joue de Christian puis l’autre sous sa gorge, qu’elle utilise pour relever délicatement sa tête.


— Regarde-moi mon beau ...


Elle lève doucement sa botte jusqu’à ce que le cuir entre en contact avec la queue de Christian ...


— Vous voyez mesdames ? Même le plus vigoureux des étalons a besoin d’une cavalière. Les étalons ne demandent qu’une chose : être montés ... être dressés ... être dominés ... N’est-ce pas mon super étalon ?

— Oui Anna.


Anna se plaît à frôler la queue de Christian avec sa botte ... Elle griffe délicatement sa queue avec le zip de sa botte ...


— Merci Anna ! C’est si bon de sentir tes bottes sur ma queue !

— Retire ton haut.

— Oui Anna.


Christian est torse nu. A genoux. Aux bottes d’Anna qui prend plaisir à l’attiser en frôlant sa queue avec sa botte.


— Dans cette situation, tu sais ce qui change n’est-ce pas mon beau ?

— Oui ... Dans cette situation, je dois vous vouvoyer. Quand je suis à genoux à vos bottes, torse nu, ma queue si près de vos bottes, je dois vous vouvoyer et vous appeler Maîtresse ... J’aime ça ... j’adore ça Maîtresse !

— Approchez-vous mesdames, vous ne voyez rien depuis vos bureaux ...


Les deux assistantes se rapprochent, silencieusement. Elles n’en reviennent pas de cette scène. Leur Directrice est en train de dominer un superbe mâle qu’elles ne connaissaient absolument pas il y a encore une demi-heure.

Anna immobilise ses bottes et les pose au sol.


— Glisse ta queue entre les bottes de ta Maîtresse, esclave.


Christian a toujours les mains dans le dos comme l’a voulu sa Maîtresse. Il est sur le côté de sa Maîtresse, à genoux. Il se rapproche des bottes de sa Maîtresse en se déplaçant sur ses genoux. Il glisse la queue entre les bottes en cuir noir de sa Maîtresse. Il sent enfin la chaleur des bottes de sa Maîtresse contre sa queue. Il sent les zips des bottes de sa Maîtresse contre sa queue. Il voit le cuir noir des bottes de sa Maîtresse serrer sa queue.


— Quand je te le permettrai, tu pourras aller et venir entre mes bottes, esclave ... Interdiction de bouger avant cette permission, tu as compris esclave ?

— Oui Maîtresse.


Les minutes passent longuement ... Christian gémit de plus en plus ... Il reste tête baissée et mains dans le dos toujours ... Mais de temps à autre il tente de lever la tête pour s’adresser à sa Maîtresse qui ne le quitte pas des yeux ...

Mélanie et Mélodie n’en reviennent pas de ce spectacle.


— Pitié Maîtresse ... Pitié Maîtresse est-ce que je peux ... Maîtresse ... Pitié ...

— Est-ce que tu peux quoi esclave ?

— Pitié Maîtresse est-ce que je peux me masturber entre vos bottes Maîtresse ? Pitié ...


Anna sourit.


— Tu sais ce qu’il se passe esclave si tu te masturbes entre les bottes de ta Maîtresse sans permission n’est-ce pas ?

— Oui Maîtresse.

— Explique à Mélodie et Mélanie ce qu’il s’est passé la dernière fois que tu t’es masturbé sans permission ... La situation était la même que maintenant sauf que ta Maîtresse était au téléphone, et tu as profité d’un moment d’inattention de ta Maîtresse pour te masturber. Que s’est-il passé ensuite esclave ? Explique-leur ...

— Ma Maîtresse m’a puni ... Ma Maîtresse a immédiatement tiré violemment sur ma laisse génitale ...


Les assistantes sont abasourdies ! « Une laisse génitale » ! murmurent-elles.


— Ensuite ? dit Anna.

— Ma Maîtresse m’a traîné dans le salon en tirant sur ma laisse génitale. Elle a saisi sa canne noire, celle d’un mètre vingt ...

— Il faut dire que je revenais de ma séance d’équitation. Je portais un pantalon blanc moulant, une paire de bottes hautes marron à talons hauts, une veste noire, et des gants en cuir marron ... Oui les écuyers aiment la séance du mardi soir ... sourit Anna.

— Les écuyers se pressent tous pour m’aider à monter et descendre de cheval ... Les chevaux ne sont pas les seules créatures qui veulent être montées là-bas ... Mais c’est une autre histoire ... continue de sourire Anna.

— Poursuis esclave ...

— J’étais à quatre pattes. Nu. Dans le salon. La laisse toujours attachée à mes parties. Et la Maîtresse a commencé à m’asséner des coups de canne ... Trente coups ... Elle n’a pas dit un mot du début à la fin ... Dès le début, j’ai supplié son pardon, j’ai imploré son pardon ... Mais ma Maîtresse a continué à me battre, lentement, pour que la douleur de chaque coup de canne se diffuse complètement ...

— Je déteste qu’un homme prenne du plaisir sans ma permission. Je l’interdis. Cette punition a duré seulement un quart d’heure. Un quart d’heure à supplier, régulièrement interrompu par les coups de canne ... Voyez-vous mesdames comme la taille de sa queue a encore augmenté ? Est-ce le fait de raconter cette histoire ? Ou sentir les bottes de sa Maîtresse sur sa queue ? ... Permission de te masturber esclave !

— Merci Maîtresse ! Merci Maîtresse !


Christian commence à ramener ses mains devant pour saisir les bottes de sa Maîtresse ...


— Sans les mains ! Mains dans le dos ! Crie Anna.


Anna desserre ses bottes.


— Oui Maîtresse !

— Veux-tu vraiment désobéir ?!

— Non Maîtresse. Pitié Maîtresse.

— As-tu décidé d’être vilain ?!

— Non Maîtresse. Pitié Maîtresse.

— Veux-tu être puni de nouveau esclave ?! En public ?! Devant ces dames ?!

— Non Maîtresse. Pitié Maîtresse.

— Tu sais que je peux te punir en public n’est-ce pas esclave ?!

— Oui Maîtresse. Je le sais Maîtresse. Je suis à votre merci Maîtresse. Je suis totalement en votre pouvoir Maîtresse. Pitié Maîtresse.


Un long moment d’observation se passe. Christian reste à genoux devant les bottes toujours desserrées de sa Maîtresse. Les mains dans le dos. La tête baissée. Humilié. Terrorisé. Excité.

Anna serre de nouveau ses bottes.


— Glisse ta queue entre les bottes de ta Maîtresse, esclave.


Christian s’exécute avec ferveur.


— Merci Maîtresse.


Il sent le regard de sa Maîtresse.


— Masturbe-toi esclave.

— Merci Maîtresse.



Christian commence à aller et venir entre les bottes de sa Maîtresse ... Les assistantes sont hypnotisées.

Diffuse en direct !
Regarder son live