Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 8 761 fois
  • 21 J'aime
  • 0 Commentaire

Vive les autoroutes

Chapitre 1

Trash

Bonjour à tous.

Cela doit bientôt faire 3ans que je me régale avec les histoires des uns et des autres. Je me suis dit qu’il était tant que je vous raconte quelques une des miennes qui je l’espère feront le plaisir de certain.


Je me présente je m’appelle Luc, je suis originaire de Nouvelle Calédonie. J’ai 27ans (22 à l’époque de cette histoire), je suis brun au yeux marrons clair. Je mesure 1m73 pour 72kg tout en muscle. Pour mes autres mensurations je suis assez bien pourvu, une banane de 19cm par 5,5 de diamètre qui ne sert qu’aux femmes puisqu’avec les hommes je deviens passif (chose que j’ai découvert ce soir là).


Cette histoire s’est déroulée lors de mes études en métropole, sur la Côte d’Azur pour être plus précis. Je revenais d’Aix, d’une convention à laquelle j’avais assisté en tant que représentant de ma formation. Je précise que aussi rocambolesque qu’elle puisse paraître, elle est entièrement vraie. La réalité souvent dépasse la fiction, rien que d’y repenser je bande comme un dingue.


J’avais fait forte impression ce jour là, ce qui fait que je suis resté assez tard à discuter avec les différents intervenants. Je me suis mis en route vers 20h30 direction Nice. Où j’habitais à l’époque.

Au bout d’une heure et demi de route, la fatigue et une énorme envie de faire pipi me font sortir de l’autoroute afin de me soulager et me détendre. Je rentre dans le parking et me gare assez près du parking des camions (sans avoir de quelconques intentions).


Mes origines refaisant surface je décide de me changer dans la voiture n’en pouvant plus du costume (j’avais déjà fait sauter les mocassins et la cravate). J’avais tout prévu un short, des claquettes, et un débardeur.

Je commencer donc à me changer dans la voiture sans vraiment penser qu’on pouvait me voir. Je me suis donc entièrement déshabillé, même mon slip et j’ai enfilé mon short sans remettre de slip j’aime sentir l’air frais sur mon paquet (en y repensant je me suis tendu comme un arc en enfilant mon short dévoilant mon sexe à la vue de tous mais après cette longue journée je ne faisais plus vraiment attention à ce que je faisais).


Je me suis ensuite dirigé vers les toilettes, dans ma tenue assez relax et décontracte (je me rends compte à présent que ça pouvait ressembler à une invitation à la débauche...). Une fois à l’intérieur je suis agréablement surpris par la propreté de l’endroit (ce n’est pas vraiment ce à quoi on s’attend en rentrant dans des toilettes d’autoroute). Je vais directement vers les urinoirs, baisse mon short en dessous des fesses (j’ai toujours fait comme ça) et commence à mon affaire.


Peu après un homme, entre et viens se positionner juste à côté de moi. C’est un homme légèrement grisonnant, assez grand au moins 1m95 et assez costaud, jusque-là rien de spéciale. C’est au moment où cette homme a sorti son sexe que tout à commencer. En effet il débraguette son jean, baisse son boxer et commence à uriner. Ma stupeur quand du coin de l’œil j’aperçois un engin hors du commun. Il est aussi long et large que moi en érection cependant lui est au repos.

Je tourne alors discrètement la tête pensant que "ce n’est pas possible je n’ai pas du bien voir". Et si ! Sa bite est magnifique, une large veine parcours sa verge, son prépuce recouvre son énorme gland tout lisse et bien rouge jusqu’à la moitié. Il est tondu assez court ce qui dévoile une paire de couille tout aussi impressionnante que le reste.

Je suis ébahi devant un tel monstre (pas spécialement excité comme je l’ai dit je n’avais pas encore découvert toute ma sexualité), la bouche et les yeux grands ouverts. C’est alors qu’il me voit et je retourne la tête gêné par cette situation.

Il finit avant moi et disparait derrière moi vers les lavabos. C’est au moment où je finis Que je sens un un doigt humide sur ma rondelle tandis qu’une main droite vient me maintenir la gorge.


Il me glisse alors à l’oreille un : "Alors ma p’tite salope elle te plaît ma grosse queue !?".


Je suis complètement perdu, je ne sais plus où je suis, c’est la première fois que l’on me tripote le petit trou et surtout sans y avoir été invité. Je m’étais déjà godé pour découvrir l’orgasme prostatique et j’avoue que ça m’a toujours donné bcp de plaisir mais je faisais toujours ça seul.


Mon silence et ma détresse mentale sont interrompus par une deuxième intervention de mon « agresseur » qui me dit : "Tu vas répondre p’tit PD".


Je lui dis alors que je ne suis pas gay et que si j’ai regardé son sexe c’est uniquement que c’est la première fois que j’en vois une aussi grosse. Il rit à pleine gorge et m’enfonce son doigt bien profondément dans le cul.


Il m’ordonna ensuite de lui attraper la bite. Je m’exécuté sans bronché toujours effrayé et glissant de plus en plus sous son emprise morale. Je me suis sentis complètement soumis, cet homme dégagé une autorité impressionnante.

Son manche été réellement impressionnant, doux et chaud. J’ai commencé à le branler par réflexe. Je sentais son cœur battre au travers de sa grosse veine et son membre gonflé doucement. J’étais malgré moi de plus en plus excité par son doigt expert qui me fouiller les entrailles. Il appuyé pile au bon endroit et des décharges électriques et chaudes me parcourraient. Mon corps me trahissait à chaque spasme ma rondelle se refermée sur son doigt qui glisser de plus en plus facilement.


Il s’est ensuite retiré d’un coup et m’a libéré de son étranglement. Il pose sa main sur ma tête et appuya. J’ai vite compris ce qu’il attendait de moi. J’étais de plus en plus docile et me suis accroupis devant lui. J’avais son monstre devant le visage, je sentais son odeur. Cette dernière finit de me séduire (les effluves sexuelles m’ont toujours bcp excités). Je décalottais doucement son gland et le masturbé doucement devant mes yeux.


"Alors tu veux y goûté !?", son ton avait complètement changé, il était plus doux, sans doute me savais-t-il déjà complètement soumit.


J’ai approché ma langue de son frein et j’ai lapé son gland un peu timidement. Il lâcha un grand râle de plaisir, ce qui m’encouragea à continuer. Je commencé à apprécier ce que je faisais (j’en étais le premier surpris). Je suis descendu vers ses grosses couilles que j’ai gobé doucement puis relâché une à une avec un léger bruit de succion à chaque fois. Je sentais son sexe gonfler entre mes mains.


Je suis ensuite remonté le long de sa verge avec ma langue pour finir par engloutir son gland dans ma bouche. C’était bon, j’adorer le goût de sa queue, je sentais tout son pré-sperme, je devenais fou.

J’étais en train de lui prodiguer ma fellation idéale. Et je l’entendais gémir de plaisir. ca queue étais dure comme du bois, j’avais mal à la mâchoire il devait bien fait 6,5cm de diamètre.

Son souffle se faisait de plus en plus fort, quand soudain je le sentis se raidir, il appuya sur ma tête pour m’obliger à avaler sa semence. Une énorme quantité il m’a lâché 3 gros jet dans la gorge puis s’est retiré, il maintenait ma tête et finis d’éjaculer sur mon visage. Son jus était assez épais et un goût assez agréable.

Je pensais mon aventure finis et j’allais remonté mon short, quand il me dit :

"Allez maintenant déshabille toi, et suis moi"

Je m’exécutais, enleva mon short et mon débardeur, et il m’attira en dehors des toilettes. J’étais nu, a la vue de tous avec une érection très voyante, excité comme jamais. Il m’amena dans un parc juste à côté de l’aire d’autoroute, et me fis m’asseoir sur une table. Il faisait très sombre, les seuls lumières venez de l’aire d’autoroute a cote.


"Branles toi !"


Je commencé donc à me masturber, mon sexe était dur comme du béton. J’étais dans un état second je n’avais jamais été excité comme ça. A chaque fois que je remonter le long de ma hampe, j’étais inondé de plaisir. Au bord de l’explosion, mais je retenais je voulais continuer longtemps.


Il m’arrêta et me dis de saluer nos visiteurs. Ce qui me glaça le sang. Je n’avais pas remarqué que nous n’étions plus seuls. En me redressant je vis 3 autres hommes, tous la queue à l’air en train de se palucher, un regard vicieux et un sourire malin accroché aux lèvres.


Il y avait un jeune un peu plus vieux que moi, je lui aurais donné 25ans, assez mince pour 1m80. Un a peu près du même âge que mon premier compagnon mais c’était le seul point commun qu’il avait avec lui. C’était un petit homme bedonnant et n’avait rien du mâle alpha qui venait de me dépuceler la bouche. Le troisième était black assez claire de peau, assez musclé, après quelques secondes je l’ai reconnus. Il va à Fitlane, la même salle de musculation que moi, j’étais terrifié, un millier de pensais se bousculé dans ma tête, c’était la première fois que j’avais ce genre d’expérience et il fallait que je tombe sur qqn que je vois dans ma vie de tous les jours.


Mais pas le temps pour la réflexion, mon maître (au point où j’en étais on peut l’appeler comme ça) me tira par le bras et me fis descendre de la table et ensuite tira vers le bas pour me faire comprendre de m’agenouiller.

Mes 3 comparses approchèrent, j’avais leurs trois bites devant la bouche. Je ne me suis pas fait prier d’une main j’attrapé la queue du black et l’autre caressé les couilles du plus jeune que j’ai commencé à sucer. Sa queue avait des proportions normal 14-15cm pas très large, douce avec un long prépuce qui recouvrait totalement son gland et dépasser même au bout. Je l’ai englouti, je le sucer consciencieusement. Je cherchais son gland avec ma langue, c’était très excitant. Il m’a arrêté rapidement, surement pour ne pas jouir trop vite.


Je me suis alors tourné sur ma gauche ou se trouver notre ami bedonnant. J’ai réalisé à ce moment-là à quel point son membre était épais. Je n’arrivais pas à faire le tour avec ma main. plutôt court maximum 12cm mais vraiment épais. Je faisais de mon mieux pour le sucer, sa bite sentait très fort. Je lui lécher le gland avec des petits mouvements de main à la base. Il a rapidement jouit à gros jets liquide sur mon visage. Il m’a ensuite remis la bite dans la bouche pour que je le "nettoie". Une fois fini, il est allé s’asseoir à la table a côté.


Dans un souci d’équité je me tourné vers mon "ami" black. Je le regardé dans les yeux, il avait un léger sourire en coin. Je savais ce que ce sourire voulais dire, "maintenant tu feras ce que je voudrais si tu ne veux pas que ça se sache". Il était trop tard pour reculer, j’étais littéralement maculé de sperme de partenaires différents sur mon visage et sur mon torse. J’ai pris son gland en bouche et lui ai souris en retour. Sa queue était à la hauteur des clichés. 21-22cm et épaisse mais pas autant que celle du vieux. Il prenait plaisir a essayé d’enfoncer la queue au fond de la gorge, mais n’ayant pas de réflexe de régurgitation je n’y voyais aucun inconvénient.


Pendant ce temps mon initiateur avait repris son travail sur mon cul, il m’enfoncé maintenant 2 doigts, qu’il écarté fréquemment pour me dilater. Il n’en était pas à son coup d’essai. A aucun moment ne m’a t’il fait mal. Même quand il inséré de plus en plus de doigts. J’étais aux anges, ce désir, cette convoitise qu’on me porté m’électrisé. De même la palanqué d’interdit que je bravais en une fois était grisante au possible.


Je sucé mon futur sparring partner avec dévotion, et il apprécié ça. Je le regarder droit dans les yeux, ce qui ajouter encore à l’excitation. Je n’oubliais pas de masturbé doucement mon autre partenaire (avec moi pas de jaloux). Au bout de quelques minutes mon initiateur invita ce dernier a s’installer derrière moi. Je n’ai pas bronché une seconde à ces mots au contraire au point où j’en étais je voulais allé jusqu’au bout.


Il se mit à genoux derrière moi, cracha sur son gland qu’il posa délicatement sur ma rondelle déjà bien écarté. Il eut à peine d’effort à faire pour s’insérer en moi, il était un peu plus petit que ce que j’avais pris l’habitude de m’insérer. Il y allé doucement pour ne pas jouir trop vite. Chaque fois qu’il arrivé au bout il tapé contre ma prostate il lâchait un petit ’hum’ de plaisir tandis qu’un une onde de plaisir envahissait mon bas ventre, c’était exquis, bien meilleur que mes sessions en solo.

Quant au bout de quelque minutes de ce traitement j’ai senti son pieu se plaquer au plus profond de moi et qu’il se raidit. Une nouvelle chaleur envahit mon cul, il venait de jouir dans mon cul en bonne quantité. Il s’est retiré dans un petit "floc" et j’ai tout de suite senti son jus coulé sur mes fesses. Mon cul et mon cœur battait la chamade. Il sorti un mouchoir de sa poche s’est essuyé le sexe puis a disparu dans la nuit sans plus de forme.


J’ai profité de ce moment pour aller m’allongé sur la table, je commencé à avoir les jambes engourdi. Une fois sur le dos, j’écarté les pattes en relevant mon cul, j’étais officiellement une femelle en chaleur. J’avais toujours cette même érection depuis bien une heure maintenant.


Mon ami black excité par ce qu’il vit vint se pose l’orée de mon intimité et poussa fermement sur ma rondelle. J’avais plus de mal à l’accueillir il était bien plus large que le précédent. Ma rosette fini par céder à cause de tout ce foutre que j’avais encore dans le cul qui me lubrifié. Il glissa d’un coup jusqu’au bout m’arrachant un cri de surprise et aussi un peu de douleur. Il ne bougea plus pendant quelque secondes puis commença doucement a bougé, de petit mouvement au début pour m’habitué à son calibre, puis ses coups de butoirs se firent long et puissant mais toujours assez lentement.


Mon initiateur reprenait de la vigueur et plaça sa verge sur mes lèvres, et glissa dessus avec douceur. Tandis que ma chatte se faisait désormais défoncée par ce gros bâton de chocolat. Il me baisé si fort que de la merde mélangé au sperme coulait de mon cul (ben oui c’est comme ça dans la vrai vie, on ne fait pas des lavements tous les jours). A chaque fois qu’il là retirait, je poussais un cri de soulagement et mon anus restait grand ouvert. Après quelque minutes de ce traitement il se retiré violement de mon cul et jutait sur ma queue et mon bas ventre. Il essuya sa queue sur ma cuisse remonta son froc jusqu’au genou et vint prendre la place de mon initiateur et me colla sa queue dans la bouche, j’étais tellement dans un état second que n’ai pas bronché malgré le gout et l’odeur. Une fois propre il remonte son jogging et me dis "allé à bientôt au sport", "ça promet " me suis je dis.


De son côté mon maitre me colla son mandrin sur l’anus qui malgré tous les assauts subis jusqu’a présent et la quantité de "lubrifiants" présent eu du mal à recevoir ce monstre. Il parvint malgré tout a trouvé son chemin assez vite, il allez doucement et ne donnais pas trop fort juste ce qu’il fallait pour me donner du plaisir. Au bout de 10min je senti un plaisir incontrôlable venir, mon sperme coulait sans que je ne me touche.


A ce moment-là le vieux qui été rester là me pris en bouche. Il avalait tout et partis, était-il rester que pour ça ?.


Mon mâle lui ne semblait pas près de finir, il me fit descendre de la table et me mis en levrette au sol. Il me pilonné un peu plus violemment. Je sentais mon corps tremblé à nouveau, un deuxième orgasme je n’y croyais pas. Lui seul m’a fait jouir il savait vraiment y faire. Mon sperme coulait comme une fontaine.


Apres un moment il s’est retiré et m’a ordonnée de le sucer. Je me suis littéralement jeté sur son sexe. Que j’ai gobé avec passion. Je voulais remercier ce bout de chaire qui m’avait procuré tant de plaisir. D’une main je lui massé les couilles de l’autre je branlé le manche. Quand il s’est raidi je savais à quoi m’attendre j’ai tendu la langue et attendu son foutre chaud qui est venu atterrir a moitié sur mon visage et ma bouche.


En remontant son pantalon il m’a demandé où j’habitais. Je lui répondais Nice. Il prit mon numéro, j’allais le revoir, j’allais avoir à nouveau sa queue en moi.


Après son départ je restai un moment sur place, nu, j’étais collant de sperme, l’air frais remonté dans mes entrailles, je ne sentais plus mon cul seulement, le sperme qui en coulait. Comment moi qui n’avais jamais eu de relation avec un homme deux heures plus tôt m’étais retrouver à sucer dans des toilettes d’autoroute puis à me faire gang bang dans un parc en plein milieu de la nuit pour finir maculé de sperme.


Je suis resté là un bon moment à me remémorer ce qu’il venait de se passer. A ces pensées ma queue et vite redevenu raide. Je n’y croyais pas j’en voulais encore. J’entrepris alors de me rapprocher du parking mais pas trop non plus. Je mis à quatre pattes, mon trou béant vers la lumière. Je n’ai pas eu à attendre longtemps, pour que quelqu’un s’approche de moi. J’avais la tête au sol dans mes vêtements je ne voulais pas voir la personne, je trouvais ça plus excitant. J’ai senti son regard posé sur moi.


Puis soudainement j’ai senti quelque chose de chaud et liquide sur mon cul. J’ai vite compris qu’il me pissé dessus. J’ai honte de l’admettre mais j’ai adoré. J’étais tellement loin dans ma dépravation, que je n’avais plus aucune barrière psychique. Sentir son urine couler dans mon trou était très agréable. Une fois finis il s’est approché doucement et a plongé son sexe dans mon cul plein de pisse. Je crois que tomber sur un sac à foutre comme moi lui a plus parce qu’il n’a pas tenu très longtemps.

Apres ce dernier participant je décidé de rentrer à la maison, il était temps…

Diffuse en direct !
Regarder son live