Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Publié le
  • Lue 9 618 fois
  • 159 J'aime
  • 9 Commentaires

Un Voisin

Chapitre 2

La voisine

Lesbienne

Après le voisin , la voisine!


Moi, qui suis une voisine toujours discrète, qui ne dérange jamais, qui n’a jamais voulu coucher avec mon voisinage pour éviter les situations délicates, faute d’aventures sans lendemain, à cause de la solitude et lassée du plaisir solo, j’ai eu une aventure la semaine dernière avec mon voisin.

L’interdit et l’envie de sexe ont été plus forts et l’ont emportés sur la raison. Après avoir pris mon pied (c’est un coup d’enfer!), on ne s’est pas calculés depuis le fameux soir, comme si rien n’était arrivé, ce qui m’arrange car je n’aurais pas voulu entretenir une liaison (malgré la jouissance qu’il m’a apporté!).


Le retour à la vie normale, le déconfinement approchent.

Et surtout le retour que j’appréhende le plus, celui de ma voisine! Une semaine jour pour jour après que j’aie baisé avec le voisin…

Cette fois-ci celle qu’il fait crier c’est sa petite amie, leur retrouvailles sont très bruyantes, lol, mais comment peut il la baiser avec une telle fougue et ne rien lui dire sur notre liaison? Mon côté féministe ressort et je suis prise de remords car je n’aurais pas dû, rapport à elle qui est devenue une copine. J’aurais aimé qu’il lui en parle…

Maintenant va falloir qu’on assume, on a fauté à deux, surtout qu’il ne se défile pas et qu’il ne rejette pas toute la faute sur moi! Dans le pire des cas, il viendrait habiter chez moi (la diablesse qui en moi en a envie… envie de recommencer!).

Au mieux, elle comprend que c’est une suite d’évènements imprévus qui ont fait que l’on a eu un coup de cul et que j’attendais son retour avec impatience pour mettre les choses à plat. Je préfère lui dire entre filles plutôt que lâcher la bombe et les voir se détruire (et oui! la garce qui a pris son pied avec son mec a quand même un cœur!).


Le déconfinement se profile pour certaines entreprises. Celle où travaille le voisin profite de ne pas être un commerce de première nécessité pour faire passer des certifications à ses employés.

Donc il ne sera pas là pendant deux semaines! J’en profiterai pour passer aux aveux avec mon homonyme car les remords sont toujours présents et le fait qu’il lui ne dise rien m’énerve tellement! Mais les hommes sont plus forts pour se défiler que pour assumer leurs erreurs.


Je décide de l’inviter à manger à la maison. Sushis, bouteille de vin blanc et aveux au programme.

Elle accepte, sûrement pour combler le vide. Nous échangeons de brèves banalités et d’un coup elle me sort :

— Contente de ton achat sur Amazon pendant le confinement?

— J’en ai fait tellement!

— Si je te dis “ jouet“, ça te parle plus?

Je comprends direct où elle veux en venir et deviens rouge pivoine (peut-être a-t-il assumé au final?)

— Fantastique!

M’excusant quand même qu’elle soit tombée sur ce colis. L’ambiance est conviviale, l’alcool aide pas mal à se détendre après une bouteille de vin blanc, la deuxième bien entamée, je commence à être envahie d’une chaleur dans mon bas ventre.

Elle poursuit :

— Sois pas gênée, je voulais même te demande la référence car deux semaines sans mon homme je vais m’ennuyer.

— Justement à propos de ton copain, faut que je t’avoue quelque chose d’assez compliqué à dire…

Elle, me coupant la parole :

— Si c’est pour me dire que tu fantasme dessus, t’es pas la première, tu ne sera sûrement pas la dernière!


Je me lance directement sans prendre de gants ni être douce :

— Quand je suis venue récupérer ce fameux jouet, j’étais gênée que ce soit lui. On a eu un bref échange, quand nos regards se sont croisés j’ai été perturbée, j’ai fait tomber le colis et il a vu que c’était un toy, tout s’est ensuite vite enchaîné, on a eu un premier baiser fougueux et là, ça a été l’avalanche, j’ai essayé d’arrêter, je voulais, mais j’ai très vite cédé.

Rouge de colère, de la haine dans le regard :

— T’as pris ton pied et tu l’a baisé dans mon salon, sale garce?

Essayant de me justifier comme quoi je ne voulais pas, que j’avais des remords et qu’il ne le lui dise pas me mettait mal à l’aise…

— Tu n’as pas répondu à ma question!

Je baisse la tête et d’un coup elle me monte à califourchon.

-Tu n’as toujours pas répondu sale garce! (habillée d’un simple legging / débardeur je sens le frottement de son jean)

— Vu que tu ne résistes pas aux hommes en couple, peut-être tu ne me résisteras pas non plus!

Elle insiste :

— Il t’a prise en levrette sur mon canapé? Tu t’es offerte à lui comme une chienne!

Ces mots résonnent autant dans ma tête que dans ma culotte qui commence à s’humidifier. Je m’excuse une nouvelle fois et essaye de la renverser, mais elle a compris avant que je ne puisse tenter quoi que ce soit… D’un coup me viens l’idée de l’embrasser et de l’orienter vers une vengeance…

— Tu aurais eu un mec je me serai vengée avec, j’aurais fait d’une pierre deux coup! Pour la peine ce soir tu sera ma chienne!

Je ne réponds pas et profite d’un moment où elle relâche sa pression pour inverser la tendance et je me retrouve cette fois-ci en position de force.

Je cherche mon toy qui est posé sur le canapé et le lui enfonce dans la bouche.

— Tu voulais le tester, tu vas le tester ce soir!

J’essaye tant bien que mal de garder le contrôle mais n’arrivant pas à lui enlever son jean, elle reprend le dessus en me posant le vibro sur mon legging. Elle ne tarde pas à me faire jouir et je m’avoue vaincue dans ce premier round…

Legging trempé, je décide de l’ôter et en culotte je m’agenouille pour lui faire le meilleur des cunilungus possible, qu’elle accepte sans aucune résistance. Aidée du vibro elle me jouit intensément au visage.

Toutes deux en sous-vêtements, vibro à la main, je l’entraîne dans ma chambre.

  … Nouvelle pièce , nouvelle ambiance…

Diffuse en direct !
Regarder son live