Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 536 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma voisine -b

Chapitre 1

Divers

C’était en août. Je suis un jeune homme de vingt et un ans et comme je m’y connais assez bien en musique, ma voisine, appelons-la Francine, m’avait invité pour que je lui donne un coup de main à choisir quelques CDs qu’elle voulait offrir à son mari pour son quarantième anniversaire. Il faut dire que Francine est une belle femme de 37 ans, une amie de longue date de la famille.


A mon arrivée chez elle, elle m’offrit un café. Comme elle n’avait pas l’air d’avoir le moral, je lui demandai ce qui n’allait pas. Elle me répondit avec une grande franchise que son mari n’était plus l’amant qu’il avait déjà été... Elle l’aimait toujours, mais son manque de désir la rongeait beaucoup. Depuis mon adolescence, j’avais fantasmé sur cette femme, en secret bien sûr! Francine est hôtesse de l’air, elle fait du sport régulièrement. Elle a des seins généreux et un cul magnifique. Ses lèvres rosées, légèrement pulpeuse, m’ont toujours fasciné. De plus, elle a parfois une façon bien elle de vous regarder à travers ses grands yeux verts, qui vous empêche de lui refuser quoi que ce soit.


Sur ce, elle se leva, me rassurant en disant que c’était normal, qu’elle irait beaucoup mieux après une bonne douche. Je commençai donc à parcourir quelques magazines quand je m’aperçus qu’elle avait oublié sa serviette sur la table. Je décidais donc d’aller lui porter. Après avoir frappé plusieurs fois, sans réponses de sa part, je pris la liberté d’entrer doucement, me disant que je pourrais simplement glisser la serviette par la porte. En entrouvrant la porte, une vision de rêve m’a frappé. Sous la douche, dans les vapeurs chaudes qui enrobaient son corps, Francine se caressait... À voir ses yeux, elle adorait ça. Ses cheveux blonds descendaient en cascade sur ses gros seins lourds. Elle taquinait doucement son clito et sa chatte en gémissant de plaisir. J’étais hypnotisé! Mon sexe me faisait mal tant il était dur et serré dans mes jeans. Elle m’aperçut et arrêta tout de suite morte de honte. Tout de suite je la rassurais. Je la complimentais sur son corps de rêve, la comparant même à Paméla Anderson. Elle se mit à rire en me disant qu’avec toutes les filles que j’avais eu, je disais ça seulement pour lui faire plaisir. Du tac au tac, je lui répondis que ce que j’allais lui faire maintenant, ça c’était pour lui faire plaisir.. J’enlevais alors ma chemise, dévoilant mes épaules musclées(moi aussi je m’entraîne!) et bronzées. Puis mon pantalon et tout le reste.


Comme la douche coulait toujours, il faisait extrêmement chaud et mon corps ruisselait d’une fine couche de sueur. Visiblement troublée par un corps encore jeune et fringuant, Francine m’implorait d’arrêter, que son mari pourrait rentrer, Je posai délicatement un doigt sur ses lèvres et lui dit de se laisser aller. J’entrai alors avec elle dans la douche. Je pris ses deux seins dans mes mains et me mis à les lécher sensuellement. Elle en gémissait de plaisir et dès lors me supplia de ne pas arrêter. Elle caressait mon torse nu, un courant électrique passait entre nous. Ma queue bien dure était collé à son ventre. Je montai alors l’embrasser dans son cou lui mordiller les lobes d’oreilles. Elle me murmurai alors que personne n’avait jamais voulu lui lécher la chatte. Tout de suite je descendais. ?cartant délicatement ses lèvres je suçai son clitoris en tortillant ma langue autour de ce dernier. J’embrassais sa chatte au complet, buvant son jus salé. Elle gémissait de plus en plus fort, quand elle fut sur le point de jouir, j’arrêtai. Je la fis se pencher pour la prendre par derrière. Son vagin était le plus tendre et le plus moelleux qu’il me fut donné de prendre. Je lui enfonçais ma queue et elle en redemandait. Comme j’accélérais elle me dit d’arrêter, elle voulait me faire jouir entre ses seins.


Elle se pencha, puis engloutit mon sexe dans sa bouche. Elle me regardait parfois avec ses grands yeux suppliant. J’enfonçais mes doigts dans sa chevelure mouillée, Je baisais littéralement sa bouche et elle gémissait. Elle se mit à me lécher les couilles en me demandant si je voulais jouir maintenant. Sans même attendre ma réponse, elle lubrifia ma queue puis se mit à me branler entre ses seins de plus en plus vite. Je tenais ses seins entre mes mains pour les comprimer encore plus, elle m’ordonna de jouir. Sur le coup, je lui déversai mon sperme sur sa poitrine, elle enfourna ma queue dans sa bouche et but tout ce qui restais...


Depuis ce jour, je retourne souvent chez ma voisine.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder