Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 879 fois
  • 9 J'aime
  • 2 Commentaires

Voluptas Inn

Chapitre 7

Le dessert

Orgie / Partouze

— Vous ne me bandez pas les yeux ?

— Non, pas cette fois-ci.


J’entre dans la pièce. Lumières tamisées, chandelles allumées. Quatre hommes avec des masques d’animaux se tiennent debout au milieu de la pièce : un ours, un éléphant, une panthère et un lion. Ils sont nus. Le lion me tend une enveloppe.


Colombe,


Votre dessert est servi. Sur la table à votre droite, il y a vingt pots divisés en quatre catégories : chocolat et caramel, coulis de fruits, sirops et des crèmes. Vous devez choisir un pot dans chaque rang. Vous allez attribuer un pot à un des hommes et dégustez. Faites-vous plaisir. N’oubliez pas votre défi des trois premiers services. Vous pouvez dévoiler vos prédictions au fur et à mesure de votre dégustation.


Je m’approche de la table. Dans la section chocolat et caramel il y a : du blanc, noir 70%, au lait, un caramel, et un caramel salé. Je prends le chocolat noir. Je le place devant le Lion. Je le regarde dans les yeux, comme un air de défi.


— Je te jure que je vais te faire jouir. Tu sembles amer comme le chocolat noir, mais je trouverai ton côté sucré.


La framboise, la cerise, le bleuet, la fraise et la mûre sont les fruits qui composent les coulis.


— Petite Panthère. Je vais déguster ce liquide à la cerise sur ton corps de jeune fringant.


Je n’hésite pas à prendre le sirop d’érable, sans regarder ce qui compose les autres de la rangée.


— Le sirop d’érable pour toi mon gros nounours.


Différentes crèmes sont alignées, j’ai toujours aimé jouer avec la crème fouettée. Je m’approche de l’Éléphant, je le regarde dans les yeux et lui dis :


— Je vais te mettre de la crème fouettée sur ta trompe, ne fais pas comme tu as fait avec le fromage. N’y touche pas tant que je ne viens pas le manger. J’ai aimé déguster le camembert, le oka et le feta. Malheureusement le Boursin aux fines herbes, je n’ai pas pu le déguster à son plein potentiel. Si tu ne m’obéis pas, tant pis pour toi.

— J’ai appris ma leçon M’dame.


Je lui trempe son membre directement dans le pot de crème. Je passe mon doigt sur son gland et je le lèche.


— Hummm.


Je me rends devant la Panthère avec un pinceau que je trempe dans le coulis de cerises.


— Mon petit chat. Tu sembles jeune.


Je prends le pinceau plein de coulis. Je l’applique partout sur le corps de la Panthère. Je commence à lécher le dos et je descends tranquillement.


— Ce petit cul est aussi bon avec le salé qu’avec le sucré. La coquille St-Jacques déconstruite était très bonne sur ton derrière, mais le coulis hummm. Il y a quelque chose que je n’ai pas encore goûté avec de la nourriture. Tu n’aimes pas ce que je te fais ?


Il rougit nerveusement. Je prends le pinceau, je lui caresse le pénis qui n’est pas bandé, mais, rapidement, se durcit. Je l’enduis de liquide rouge. Je prends sa queue dans mes mains et je commence à le branler. Ça glisse bien.


— Tu aimes te faire caresser par une femme ?

— Madame, je peux être franc avec vous ?

— Oui, bien sûr petite panthère.

— Je suis encore puceau.

— Tu veux que j’arrête avant d’aller plus loin ?

— Non. Continuez.

— Tu n’as jamais eu une langue sur ton membre ?

— La vôtre sera la première.


Je commence par lécher son torse. Je titille ses tétons de jeune homme. Ensuite, je passe ma langue sur son gland. J’entends un petit cri.


— Tu n’aimes pas ? Je peux arrêter.

— Oh non Madame. Continuez je vous en supplie. Sucez-moi.

— As-tu déjà vu une femme nue ?

— Oui.

— Autre que dans des films pornos ou les revues qu’on ne tient qu’à une main.

— J’ai déjà vu ma voisine se faire bronzer dévêtue dans sa cour.

— Tu as aimé ce que tu as vu. Dis-moi la vérité.

— Oui. Je me suis masturbé. Je n’ai jamais autant joui.


Je décide de me mettre à l’aise. J’enlève mes vêtements. Mes courbes sont mises à jour face à ces hommes.


— J’espère que ça ne vous choque pas Messieurs, que je me mette à l’aise moi aussi.

— Non Madame.

— Et toi, mon jeune. Tu aimes ce que tu vois ?

— Hummm oui Madame.

— Tu veux jouir grâce à une femme ?


Il ne me répond pas. Je me mets à genoux, je rajoute du liquide. Ma langue ramasse une goutte de coulis de cerises, mélangé à du sperme. Je passe ma langue le long de son pénis. J’entends le jeune.


— Encore Madame, dit-il en murmurant.

— Je ne t’ai pas entendu.

— J’EN VEUX ENCORE.


Je prends sa queue et je la mets dans ma bouche. Je le suce. Je sens ses jambes qui se ramollissent.


— Assis-toi tu vas être plus confortable. Et écarte tes jambes.


Il s’exécute et moi je continue ma mission. Je le reprends dans ma bouche. J’entends sa respiration s’accélérer.


— Madame c’est tellement bon. Je crois que je ne tiendrai pas très...


Je continue le va-et-vient dans ma bouche


— C’EST BON MA... HHHHHAAAAAAA OOOOUUIII.


Je bois son sperme. J’en ai plein la bouche.


— Maria, j’aimerais un verre d’eau.


Je me retourne et vois la femme en train de se masturber.


— Maria ?

— Oui Madame, je vous apporte ça.

— Si tu veux aussi te mettre à l’aise pour le reste du spectacle, gêne-toi pas. Et ramène-toi une chaise, tu vas être confortable et un petit banc.


Elle sort de la salle quelques minutes, elle revient flambant nue avec ce que je lui ai dit de m’apporter.


— Tu es vraiment jolie.

— Merci.

— Je m’approche d’elle, après avoir pris une gorgée d’eau, et je l’embrasse.

— Si tu veux, amuse-toi. C’est mon dessert, j’ai le droit de le partager.


Je m’approche de l’Ours.


— Tu n’as pas beaucoup de poil pour un ours. Tu as aimé ce que j’ai fait à la Panthère ?

— Oui Madame.


Je monte sur un petit banc. Je prends le pot de sirop d’érable et je le fais couler sur le corps à partir des épaules.


— J’aurais bien voulu choisir le miel, mais moi je préfère un bon sirop d’érable.

— Ce n’est pas grave.

— J’ai bien aimé tous les éléments du tartare de bœuf sur ton sublime corps.

— Madame.


Je me retourne vers le Lion.


— Oui le roi des animaux.

— Vous avez réussi votre mission. Maintenant, finissez votre dessert.

— Vous êtes pressé de vous faire manger.


Un sourire apparaît sur son visage.


— Je sens le sirop couler entre mes fesses.

— Vous allez devoir patienter, je vais manger la crème sur sa trompe avant qu’elle soit trop liquide.


Je me retourne vers l’Éléphant. Sans dire un seul mot, je remets un peu de crème sur sa trompe et l’engloutis au complet. Je le sors en m’assurant de manger toute la crème fouettée.


— C’est de ça que tu avais envie.

— Oui, et je dois avouer que je ne tiendrai pas longtemps.

— J’ai déjà mangé la crème de la Panthère, celle-ci ira ailleurs. Maria.

— Oui Madame ?

— Étends-toi ici. As-tu envie de recevoir son sperme sur toi ?

— Hummm oui.


Je me place derrière l’Éléphant, qui gémit de plaisir. Je l’entoure de mes bras, je prends sa queue dans les mains et je le branle.


— Plus vite M’dame. Oh oui. Vous êtes bonne.


Ça n’a pas pris de temps, qu’il a éjaculé sur les seins de Maria. La femme prend son doigt et goûte à la semence de l’homme. Je reste derrière les hommes, et j’enjambe la Panthère toujours couchée et encore bandée.


— Tu peux te branler Panthère.


Il ne se fait pas prier, prend son membre dans ses mains. Je me place derrière l’Ours.


— Même dans le dos, tu n’as pas de poils. Pourquoi tu es l’Ours ?

— Je ne peux pas vous le dire Madame.

— Si je vais trop loin, tu me le dis.


Il ne dit rien. Mon doigt passe dans la raie des fesses. Il y a beaucoup de sirop. Ma langue le caresse de bas jusqu’en haut. J’entends l’homme grogner.


— Tu n’aimes pas ?

— Au contraire Madame. Ça m’excite énormément.


Je fais encore des aller-retour avec ma langue. J’écarte les jambes de l’homme, je me couche sur le dos en dessous de lui.


— Assieds-toi sur moi.


Il s’exécute. D’une oreille distraite, j’entends Maria avoir du plaisir avec l’Éléphant. D’après moi, ils avaient envie l’un de l’autre depuis longtemps. Il y a du sirop qui me coule dessus.


— Approche-toi un peu que je te fasse plaisir. C’est à ton tour d’avoir du plaisir.


Je mouille mes doigts avec ma salive et je lui caresse le gland en le branlant de l’autre main. Ma langue se met de la partie.


— Ha !

— Madame, est-ce que ça va ?


Je regarde derrière l’Ours et je vois Panthère avec un air narquois. Il commence à lécher ma chatte.


— Humm continue mon jeune.


Je sens la langue passer entre mes lèvres. Il est très habile. Je me concentre également sur le membre de l’Ours. Ma langue récupère le sirop sucré. J’ai de la misère à me concentrer. Je le branle toujours...


— HHHAAAAA OOOOUUUIII C’EST BON ma petite panthère...


Et après avoir crié, j’entends Maria jouir. L’Ours m’envoie son liquide sur moi.


Tout à coup, le Lion rugit.


— TOUT LE MONDE DEHORS. Allez à la douche. Colombe, vous restez.


Je me lève, avec du sperme qui coule sur moi.


— Je n’ai pas fini mon dessert et vous...

— Et moi, j’attends vos caresses. J’attends depuis le début que vous daignez venir me voir.


Je m’approche du roi des animaux.


— Vous avouez que vous avez envie de moi ?

— Personne ne m’a déjà sélectionné, les gens ont peur de moi. Toi, tu n’as fait qu’à ta tête.


Il me place dos à lui. Je sens son membre dur entre mes fesses. J’aperçois un miroir qui fait tout le mur.


— Regarde-toi ma belle. Tu as décidé de te mettre nue devant nous. C’est ce qui m’a fait bander. Tu as de jolies formes Colombe et ne laisse personne dire le contraire. Tes courbes généreuses font de toi une femme excitante.


Je ne le sens plus dans mon dos pour quelques secondes. Son corps se colle aux miens et prend mes seins avec ses grandes mains remplies de chocolat.


— J’ai envie de ces seins. Tes tétons sont durs.


Je sens son membre qui coule. Je me mets face à lui, j’enlève son masque et je l’embrasse. Il caresse et ensuite, suce mes seins.


— Hummm. Oui.


Il me fait reculer jusqu’à ce que mon dos rencontre le miroir. J’ai chaud et mon cœur bat à tout rompre. Il me remet dos à lui. Il me caresse les fesses et mon petit trou.


— Tu ne sembles pas t’avoir fait pénétrer très souvent dans ton cul ma jolie.


Je sens quelque chose de froid, qu’il me met dans le trou.


— C’est du lubrifiant. C’est seulement si tu en as envie.

— Vas-y, prends-moi.


Un petit cri de douleur sort de ma bouche. Au fur et à mesure qu’il fait des va-et-vient, le plaisir monte. Il me caresse les seins et moi, je me pénètre les doigts dans ma chatte. Je crie, je hurle de plaisir. Il se retire de mon anus et me pénètre par-devant.


— J’AIME SENTIR TA QUEUE EN MOI. C’EST TELLEMENT BBBBOOOOOONNNNN. HHHHAAAAAA OOOOUUUIIII.

— Ta chatte est si accueillante. JE VAIS JJJJJOOOOOUIIIR.


Je jouis et le Lion aussi. Il se retire et son sperme coule le long de mes jambes. Je l’embrasse avant de m’effondrer de fatigue.


Je me réveille le matin, dans ma chambre du Voluptas Inn. Je ne me souviens plus comment je suis arrivée jusqu’ici.


Une enveloppe se trouve sous ma porte. Que me réserve ma dernière journée au Voluptas Inn...

Diffuse en direct !
Regarder son live